Les Red Dragons perdent beaucoup en Slovaquie

 

Pour disputer le match décisif pour le maintien de la Belgique dans la Golden League (qui est, après la VNL, le deuxième étage des compétitions pour équipes nationales au plan international), Brecht Van Kerckhove aligne une équipe qui ne manque pas de surprendre. Pas de Stuer comme libéro alors que Dumont a été laissé à la maison et Grobleny est titularisé comme libéro. Depovere est désigné à la passe et les deux Pe(e)ters comme attaquants. Comme centraux, on retrouve Van De Velde et E.Thys tandis que De Beul est sur le banc. Heureusement, L.Kindt est bien là. Il le montrera d’ailleurs dans le premier set que nos compatriotes dirigent quasi de long en large. Ils se détachent surtout quand ils font passer le score de 16-18 à 17-23. L’écart est creusé et est suffisant pour enlever la première manche 21-25.

Le deuxième set aura une autre physionomie. En effet, avec Gavenda et Krisko en évidence, les Slovaques dominent les premiers échanges. Nos représentants résistent tant qu’ils peuvent mais ne parviennent jamais à prendre la tête au marquoir. Menés 19-16, ils rétablissent bien l’égalité mais les Slovaques reprennent leur course vers l’avant : 21-19, 22-20, 24-21 et 25-22.

De Beul, qui était déjà monté dans le courant du deuxième set à la place de Thys, est titularisé au début de la manche suivante mais ce changement ne s’avère pas payant car les Slovaques ont le vent dans le dos et se montrent plus efficaces au filet. A 7-7, les nôtres reprennent la tête du marquoir mais pour peu de temps car les Slovaques se font plus pressants et font passer le marquoir de 7-8 à 10-8 et creusent l’écart de 13-11 à 15-11. Heureusement, nos jeunes Dragons serrent les dents et reviennent à 15-14. mais ne peuvent empêcher Krisko et Gavenda d’améliorer leurs statistiques. Malgré la belle prestation de Lou Kindt (à nouveau le meilleur scorer du match) et de Verstraeten comme libéro, les Slovaques ne cessent ainsi de progresser vers le gain de ce set : 25-21.

Les nôtres sont au pied du mur. Ou ils gagnent ce quatrième set et restent dans la course pour sauver à coup sûr leur place dans la Golden European League ou ils s’inclinent et pourraient connaître la disgrâce de voir le volley-ball belge masculin être relégué au troisième étage du monde du volley-ball international.

Pendant un long temps de cette quatrième manche, on garde l’espoir que c’est la première des deux branches de l’alternative qui va se produire. En effet, l’équipe qui porte les mêmes couleurs que celles des Red Dragons qui, l’année dernière, bataillaient encore et échouaient de très peu pour figurer dans le Final 6 des Championnats du Monde menait 17-20 avant de s’écrouler d’une pièce face à une formation slovaque à qui tout réussissait et qui faisait passer le score à 24-20. Le match était plié.

La Slovaquie l’emportait 25-21 et l’équipe belge, drivée par Brecht Van Kerckhove qui a manqué de discernement dans le choix de ses objectifs et des joueurs pour les atteindre, est ainsi en situation d’être reléguée en Silver European League si la Finlande vient à battre la sélection de la République tchèque en moins de cinq sets. Il s’agirait là d’un échec cuisant. Ce ne serait pas la fin du monde bien entendu mais ce serait assez moche en vérité quand on sait que, avec une sélection autrement équilibrée, le volley-ball belge masculin aurait pu, à tout le moins, se retrouver dans la même situation que les Pays-Bas, la Turquie et la Biélorussie qui, à présent, vont se disputer le droit de disputer le tournoi qui sera qualificatif pour l’accès à la VNL messieurs de l’an prochain.

Puisse le (nouveau) cadre de nos réels Red Dragons être mieux inspiré dans la suite de cette saison internationale 2019.

Absolut Sport Absolut Volley

L’Allemagne s’impose en quatre sets face à de bonnes figurantes d’un jour

Si je vous dis que Ilka van de Vijver, Herbots, Van Gestel et Grobelna ne figuraient pas dans l’équipe de base qui entama le match contre l’Allemagne et que ces joueuses ne sont pas montées sur le terrain durant les quatre sets de la partie, vous aurez compris que Gert Vande Broek et Kris Vansnick avaient décidé de faire l’impasse sur ce match, et ce, pour reposer ces quatre pièces maîtresses pour le match de jeudi contre la République Dominicaine. Ont-ils eu raison de calculer de la sorte et de sacrifier ainsi toutes chances de battre une équipe allemande qui, depuis le début de la présente VNL, alterne les hauts et les bas? Au vu de la manière dont nos doublures ont bousculé cette équipe allemande qui, hormis dans la deuxième moitié du troisième set, aligna toujours ses meilleurs éléments, on peut estimer que notre staff a laissé passer ce mercredi une belle occasion de se payer le scalp de l’équipe allemande et de signer un septième succès dans cette VNL 2019.

Toutefois, comme il ne servirait à rien de spéculer sur ce qui n’a pas eu lieu, on s’en tiendra à ce qu’il nous a été donné l’occasion de voir.

De fait, on retiendra de cette rencontre que l’équipe qui était composée de Goliat, Van Sas (qui alterna avec la soeur d’Ilka Van de Vijver), Strumilo, Sobolska, Janssens, Guilliams comme attaquante à l’aile et avec Valkenborg comme libéro, réalisa de fort bonnes choses au point d’obliger les Allemandes à se démener tant et plus pour ne pas perdre le bénéfice des petits avantages qu’elles avaient su se créer par l’entremise de Lippmann et de Orthmann et aussi par l’effet de quelques bévues commises, essentiellement au niveau de la réception, par nos deux attaquantes de pointe et, dans un autre registre, par nos passeuses : 25-21, 25-23.

Dans le troisième set, le coach allemand commit l’erreur de sortir sa meilleure joueuse, Hanke, quand le score était de 16-9 en faveur de ses troupes. En effet, à partir de ce moment, nos Tigers montrèrent leurs griffes et, grâce à Janssens, Sobolska et Guilliams, se mirent à équilibrer les échanges avant de faire passer d’un coup le marquoir de 22-16 à 22-20 et de 23-20 à 23-24. Les Allemandes commettaient beaucoup d’erreurs et c’est, somme toute, assez logiquement que nos compatriotes enlevèrent la manche 24-26. Hanke revint au jeu dans le set suivant et, bien aidée par Dürr qui montra à plusieurs reprises qu’elle était une excellente libéro, remit la mécanique allemande en bon état de marche. Les nôtres tinrent encore l’égalité à 8-8 mais, après avoir perdu un vidéo-challenge à 10-8, elles fléchirent assez nettement, toujours au niveau de la réception, et durent laisser filer leurs adversaires vers un succès (25-16) qui laissera un goût de trop peu à tout qui aurait voulu voir notre équipe de base croiser le fer avec cette jeune formation allemande.

On retiendra que celle-ci n’a pas produit grosse impression face à notre équipe expérimentale dont les joueuses firent, malgré de nombreuses fautes que l’on ne put que regretter, beaucoup mieux que faire office de simples figurantes d’un jour.

Absolut Sport Absolut Volley

Menées 0-2, nos Yellow Tigers se paient les stars hollandaises

Après avoir perdu de peu les deux premiers sets (22-25/23-25), et ce pour quelques bévues commises en réception essentiellement, nos compatriotes ont remarquablement remonté la pente. Jouant en toute décontraction et sans complexe aucun face à l’équipe hollandaise qui avait récupéré ses stars et qui a cru trop vite que le match était déjà plié quand elle avait enlevé la deuxième manche du derby, notre équipe a dominé les échanges et a pris le dessus sur une formation qui ne savait plus trop quoi faire pour  percer les blocs dressés devant ses joueuses et pour empêcher Grobelna de marquer des points comme à la parade: 25-17/25-19/15-10.

La rencontre changea complètement de tournure quand, au début du troisième set, nos joueuses, inspirées par l’exemple que constituait Grobelna, élevèrent le niveau de leur jeu et, surtout, à mieux lire le jeu hollandais distribué par Dijkema. Les nôtres menèrent rapidement 8-4.  Sloetjes ne se faisait plus du tout aussi percutante qu’en début de partie et Bolkenstein éprouvait, elle aussi, certaines difficultés à se faire aussi efficace qu’à l’accoutumée. Le match était très agréable à voir car les échanges, très disputés, se prolongeaient bien au-delà du simple scénario service -réception – passe – attaque. A 13-11, nos Tigers réussissaient un beau 5-1 grâce notamment à à de très beaux blocs de Grobelna et de Van Gestel qui, elle aussi, aura livré aujourd’hui une très belle prestation. Le coach hollandais, toujours aussi peu sympathique dans sa gestuelle, effectuait bien des permutations pour tenter d’enrayer l’avancée d’Ilka et de ses équipières mais rien n’y faisait. Notre équipe était maîtresse du terrain: 25-17.

Le quatrième set fut de la même veine que le précédent. Les joueuses de Gert Vande Broek, particulièrement professoral aujourd’hui dans ses instructions, et de Kris Vansnick prenait un excellent départ et mettait la pression sur les Hollandaises parmi lesquelles Koolkaas (1,98m) était celle qui, réussissant à marquer de nombreux points au centre, tirait le mieux son épingle du jeu du côté des Oranje. Quand le score passa de 12-8 à 13-12, on put craindre une baisse de régime de la part des nôtres mais ce mais ce mauvais ne dura guère et, sous l’impulsion de Grobelna, de Janssens et de Herbots (qui signa bien de très beaux points mais qui ne fut pas toujours tranchante), celles-ci repartirent de plus belle et firent basculer le marquoir de 13-12 à 22-14 en l’espace de très beaux blocs et d’attaques qui venaient des angles les plus divers. A 24-19, Sloetjes était bloquée et un tie-break allait décider de qui allait l’emporter.

Jusqu’au changement de terrain, les échanges furent plus que disputés. Ilka et les siennes furent le plus souvent en tête mais c’est à 6-7 que la partie bascula du côté de nos couleurs: Herbots signait une très belle attaque tandis que, immédiatement après, Grobelna et Lemmens réalisaient deux cinglants Kill Blocks. Morrisson demandait un time-out et toute l’armée des conseillers techniques de l’équipe hollandaise débarqua pour prodiguer des conseils qui se voulaient tous scientifiques. Cela ne changea pas grand chose au cours du jeu car les nôtres se faisaient de plus en plus infranchissables au filet tandis que Grobelna, Lemmens et Herbots se montraient de plus en plus pointues dans leurs attaques.  C’est ainsi que le score passa de 10-7 à 10-8 et de 10-8 à 12-8. Jamie Morrison demanda un nouveau time-out et parla et parla. Herbots ratait ensuite son service mais marquait le point suivant : 13-9. Plak ramenait le score à 13-10 tandis que Grobelna signait alors son 32 ème point  avant que Janssens ne réussisse sur Plak le treizième contre de notre formation. Celui du succès qui était aussi celui de la victoire d’un grand collectif.

Une bien belle victoire assurément, la sixième de nos joueuses dans cette Volley Nations League 2019. Nous sommes comblés.

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Trois gros morceaux attendent nos Yellow Tigers à Stuttgart

 

Après 3 semaines de compétition et 9 matches livrés dans trois pays différents (Bulgarie, Chine et Belgique), nos Yellow Tigers occupent le neuvième place du classement de la VNL 2019. A leur actif, elles comptent 5 victoires et 14 points. De fait, elles ont le même nombre de victoires que trois autres équipes dont deux qu’elles ont battues, le Japon et la Serbie, tandis que la troisième, la République Dominicaine, est l’une de trois sélections nationales qu’elles affronteront cette semaine à Stuttgart. Quelles sont les deux autres adversaires de nos représentantes ? Les Pays-Bas, qui n’ont encore enlevé que 2 matches jusqu’à présent et l’Allemagne qui en a remporté trois.

Est-ce à dire que nos compatriotes vont gagner les trois rencontres qu’elles vont disputer cette semaine contre ces équipes qui sont moins bien classées qu’elles pour l’instant ? Que nenni.

Pourquoi me demanderez-vous ? Tout d’abord, il faut savoir que les Pays-Bas délégueront à Stuttgart leur meillleure formation et que celle-ci n’a rien à voir avec celle qui a perdu 7 des 9 matches que les Hollandaises ont disputés juqu’à présent. L’avantage que les nôtres auront sur leurs grandes soeurs du Nord est qu’elles sont bien dans le rythme de la compétiion mais le talent et la puissance de feu des Sloetjes, Plak, Balkestein, De Kruif et autres gros bras est tel que le derby qui aura lieu demain à partir de 17h30 sera loin d’être une promenade de santé pour Ilka Van de Vijve et ses équipières.

Mercredi à 20h30, nos représentantes affronteront les joueuses du pays, c’est-à-dire les Allemandes. L’équipe allemande n’est pas aussi redoutable que celle des Pays-Bas mais elle n’en constitue pas moins un ensemble qui, lorsqu’il se trouve dans un bon jour, est capable de bousculer les meilleures (comme elle l’a montré la semaine passée en s’en allant battre les Brésiliennes au Brésil) et qui posera de sérieux soucis à nos Tigers si celles-ci ne parviennent pas à les mettre pas à les mettre en grosses difficultés avec leurs services.

Enfin, jeudi à partir de 17h30, les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnik se trouveront face aux puissants bombardiers que sont les joueuses de la République Dominicaine. L’an dernier, nos compatriotes avaient réussi à dérégler la mécanique de la formation des Caraïbes et à remporter ainsi un beau succès. Arriveront-elles à faire de même cette année ? C’est possible mais il est à penser que Kwiek Marcos, qui est à la tête de l’équipe dominicaine depuis 2008, et ses girls chercheront, de leur côté, à profiter de ce match pour gagner une ou deux places au classement.

Comme on peut le voir, le mérite de nos Tigers sera réel si elles parviennent à ajouter un nouveau succès aux cinq autres qu’elles ont déjà engrangés depuis leur premier match joué contre les Etats-Unis dans le cadre de la présente Volley Nations League.

Absolut Sport Absolut Volley

Ghost Nets to Good Nets ou quand notre sport prend de la hauteur

Ghost nets.png

Ce samedi 8 juin était journée internationale des Océans. Cette journée a été célébrée un peu partout dans le monde. De bien différentes façons d’ailleurs, celles-ci variant selon que l’on se trouvait dans l’hémisphère nord ou sud de la planète et, plus fondamentalement encore, selon la sensibilisation qui avait été effectuée pour attirer l’attention de tout un chacun sur l’importance majeure de l’objectif assigné à cette journée: sauver les océans pour sauver notre planète.

Pourquoi est-ce que je vous parle de ceci dans une page consacrée généralement à certains faits de volley-ball ou de beachvolley se déroulant sur la scène internationale ou sur la nôtre ?

Tout simplement parce que la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) a eu la très bonne idée de rappeler que, depuis le début de l’année, elle fait cause commune avec Ghost Fishing Foundation qui est une association néerlandaise dont l’objectif est précisément de contribuer à l’enlèvement de tous ces déchets de l’activité humaine qui, comme les plastics et les filets abandonnés pour ne citer que ces deux exemples, polluent les fonds marins. Ainsi, à propos des filets abandonnés, savez-vous que, chaque année, ils seraient, selon les estimations faites par des services d’études autorisés, la cause de la mort de plus de 640.000 tonnes de poissons qui ne peuvent sortir de ces maillages traînant dans tous les océans ou autres grands bras de mers.

En s’associant ainsi à ce genre d’actions d’envergure mondiale, Ghost Fishing Foundation faisant partie du programne des Nations-Unies de sauvegarde des océans, la FIVB fait coup double.

Elle montre d’une part qu’elle entend pleinement s’inscrire dans le cadre du thème de la Journée internationale de l’eau qui était cette année “ Leaving no one behind” qui sonne lui-même comme une caisse de résonance à sa propre identité et que, d’autre part, elle donne heureuse suite à l’une de ses dix résolutions du dernier Congrès d’Acapulco qui visent à faire du volley-ball le sport ayant demain le plus grand ancrage dans la vie de tout un chacun.

En cela, cette démarche est le fidèle reflet de l’esprit qui a irrigué bon nombre de propositions faites il y a une vingtaine d’années dans le cadre des travaux de la Commission de Développement de la FIVB.

J’en suis particulièrement heureux car c’est de la sorte que notre sport se fera plus acteur que jamais d’un monde plus soucieux de son environnement et de bonheur partagé.

 

———–

Vous trouverez ci-après le lien qui vous donnera accès à plus d’informations sur l’opération “Turning Ghost Nets to Good Nets ”

https://goodnetproject.com/EN

Absolut Culture Absolut Politique Absolut Sport Absolut unique Absolut Volley

Les  » Red Dragons  » à nouveau battus

Ce samedi soir à Courtrai, là même où, jeudi, les Yellow Tigers ont signé l’exploit que j’ai eu l’occasion d’évoquer sur cette même page il y a deux jours, les Red Dragons ont failli.

En effet, après avoir joliment et très nettement enlevé la première manche 25-16, donnant ainsi l’impression aux 1.400 spectateurs présents qu’ils étaient en mesure de remporter un deuxième succès dans cette Golden European League, ils ont fléchi et ont, en dépit de la belle prestation de Lou Kindt (meilleur scorer de la partie avec 22 points à son actif), été constamment dominés durant les trois sets suivants : 21-25/22-25/23-25.

Dans la finale du quatrième set, chacun put encore croire, quand nos compatriotes, qui auront joué quasi toute la rencontre sans Grobelny, revinrent de 18-21 à 21-21 et de 21-23 à 23-23, qu’ils allaient réussir à rester dans le match. Il n’en fut toutefois rien. Les Lettons réalisaient alors les deux points qui leur suffisaient pour faire la différence et remporter la victoire.

Après ce match, les joueurs de notre équipe nationale, joueurs qui ont été présentés avant le début de la Golden League comme étant ceux parmi lesquels le nouveau coach national allait puiser les éléments pour compléter le noyau des Red Dragons laissés au repos (ou autorisés à courir le cachet dans des matches à l’étranger) avant le tournoi de qualification olympique qui se jouera au mois d’août et le championnat d’Europe qui aura lieu au mois de septembre, occupent la dernière place de leur poule.

Il leur reste encore deux matches pour arriver à devancer finalement la Lettonie. Mercredi, ils joueront en Turquie et samedi en Lettonie. Parviendront-ils à leurs fins ? On le saura dans une semaine.

  1. Turquie      4 4 0 12
  2. Lettonie      4 2 2  8
  3. Slovaquie   4 1 3  3
  4. Belgique     4 1 3  2

 

Absolut Sport Absolut Volley

Un rêve transformé en réalité, les Yellow Tigers battent les championnes du monde

Les Yellow Tigers ont écrit ce jeudi à Courtrai une des plus belles pages de l’histoire du volley-ball féminin belge. Elles ont battu l’équipe de Serbie qui est l’équipe championne du monde en titre. Et, ce, sur la marque de trois sets à zéro. Ni plus, ni moins. C’est absolument fantastique et cela l’est d’autant plus qu’elles ont livré une prestation collective de la plus belle qualité .

Certes, les Serbes n’alignaient pas Boskovic ni Mihaijlovic qui n’étaient pas à Courtrai cette semaine mais ceci n’enlève rien aux mérites de nos compatriotes qui ont dominé leurs illustres adversaires tant sur le plan tactique que sur celui de l’efficacité dans le jeu: services (8 contre 4), blocs (9 contre 6), attaques (47 contre 34).

De fait, nos Yellow Tigers ont été au commandement des opérations durant la quasi totalité de la rencontre. Elles ont débuté la partie en force et, par l’entremise de Herbots et de Sobolska, elles ont pris rapidement la tête du marquoir. Elles ne comptaient pas beaucoup plus d’un point ou deux d’avance mais elles faisaient mieux que résister aux assauts des Serbes parmi lesquelles Bjelica et Popovic se montraient les plus redoutables. Peu après le deuxième time-out technique, Van de Vijver, qui a distribué le jeu avec beaucoup d’intelligence tout au long du match, et ses équipières se détachaient grâce à de très belles défenses ponctuées d’aussi belles attaques et elles concluaient sur un ace de Stragier montée au jeu à 24-21.

Au début de la deuxième manche, les Serbes mettaient Guilliams en difficulté en réception et profitaient d’une baisse de régime de Grobelna et de Sobolska pour s’installer en tête au marquoir. Pas pour longtemps d’ailleurs car, avec Goliat à la place de Grobelna et Van Avermaet qui avait remplacé Sobolska, les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick revenaient à hauteur des Mirkovic et de ses équipières avant de les devancer dès avant le deuxième time-out technique. Nos joueuses pratiquaient un très beau volley-ball dans la mesure même où tous les éléments de jeu étaient soignés, à commencer par la défense qui, à partir du bloc, faisait merveille en deuxième ligne. A l’attaque, Herbots virevoltait comme un oiseau tandis que Van Gestel retrouvait ses bonnes sensations de l’an dernier et se faisait productive avec ses smashes dans la grande diagonale ou via les mains. Pour leur part, Janssens faisait très très mal à chacun de ses passages au service et Van Avermaet faisait du très beau boulot tant au bloc qu’à l’attaque. Comme, au surplus, Valkenborg effectuait un match d’enfer dans son rôle de première défenseuse tandis que Guilliams s’améliorait en réception au fil des échanges, nos Tigers prenaient de plus en plus l’ascendant sur les Serbes qui ne mettaient que très peu de ballons au sol malgré tous leurs efforts. C’est ainsi que les nôtres enlevèrent le deuxième set sur le même score que celui du premier: 25-21.

Le plus grandiose allait arriver. Les nôtres entamèrent le troisième set de parfaite manière et c’est ainsi qu’elles comptèrent 7 points d’avance au premier TO technique. Notre équipe jouait sans la moindre fausse note, tout s’enchaînait idéalement et les mouvements qu’elle dessinait ressemblaient à ceux d’une troupe de danse quand danse signifie transformation des corps, passage de mouvements à d’autres mouvements, propagation d’ondes et, surtout, évocation ou réalisation d’innombrables possibles. C’était beau, très beau même. Pendant que nos joueuses marchaient sur l’eau, le coach serbe tentait tous les remplacements qui étaient à sa disposition (toutes les joueuses serbes auront foulé le terrain) mais rien n’y faisait. Grobelna, revenue au jeu en début de set, avait retrouvé son méchant coup de patte, Herbots transformait en points quasi tout ce qu’elle attaquait, Janssens ajustait encore quelques services en forme de flèches et, à 24-14, Van Gestel achevait sa très belle copie par un dernier smash victorieux.

La Belgique venait ainsi de battre l’équipe championne du monde sur le score de trois sets à zéro. La réalité avait dépassé la fiction.

Un rêve ? Non, un vrai moment de bonheur.

Absolut Sport Absolut Volley