Tchalou Volley et Modal Charleroi ont une belle carte à jouer

 

 

 

Tandis que les hommes de l’EuroMillions Volley League disputeront pendant les deux prochaies journées les rencontres comptant pour les huitièmes de finales de la Coupe de Belgique, les dames de la Ligue A seront sur les terrains ces mercredi et jeudi pour compte du championnat.

De fait, quand je dis que les dames de la Ligue A seront opérationnelles au cours de ces deux prochains jours, il faut entendre qu’il n’y aura que trois matches seulement au programme, les deux autres étant reportés à des dates ultérieures. Comme j’ai déjà maintes fois l’occasion de vous dire que ce n’était pas ainsi qu’il était possible d’intéresser la presse et le monde sportif avec une compétition aussi décousue, je ne m’étendrai pas sur le sujet, me contentant de mettre en avant le fait que ces trois rencontres présentent bel intérêt pour chacune d’entre elles.

Les joueuses de Tchalou Volley, qui ont remporté un très beau succès samedi dernier face à WBC Lendelede, affronteront ce mercredi les Flandriennes de Michelbeke qui n’ont encore enlevé qu’un seul set en l’espace de deux confrontations depuis le début du championnat. Les joueuses d’Audrey Frankart avaient également connu un mauvais départ de compétition l’an dernier mais s’étaient bien ressaisies par après.

Toujours mercredi et également à partir de 20h30, il y aura un nouveau choc d’envergure à Tongres. Celui-ci mettra en présence les Ladies Limbourg aux joueuses du VDK Gand qui occupent pour l’heure la première place du classement avec 6 points sur 6. On sera curieux de voir si les Gantoises feront mieux que les joueuses d’Astérix Beveren qui, on le sait, ont mordu la poussière samedi dernier face aux Limbourgeoises. Dans ce cas, cela signifierait que les Gantoises posséderaient de sérieux atouts dans leur jeu et qu’elles devraient être considérées comme de sérieuses candidates au titre. Dans le cas contraire, cela voudrait plus simplement dire que les Limbourgeoises sont et seront très difficiles à battre dans leurs installations et qu’elles entendent bien jouer un rôle en vue dans le cadre de la présente compétition.

Enfin, jeudi à Oudegem, les joueuses de Dimitri Piraux, qui connaîtront alors le résultat des Gantoises, partiront avec les faveur du pronostic face aux joueuses de Fien Callens. En cas de victoire de leur part et de défaite des Gantoises, elles occuperaient alors la tête du classement et cette seule perspective devrait suffire pour doper leur envie de faire mieux encore que ce dont elles sont capables de faire. Ou, à tout le moins, aussi bien que ce qu’elles ont déjà démontré jusqu’à présent. Elles devront cependant veiller à ne pas s’emballer dans la mesure où, on le sait, l’empressement et l’excitation de vouloir (trop) bien faire n’est pas toujours la voie qui mène automatiquement au succès.

Enfin, pour terminer ce billet de milieu de semaine, je mettrai en avant, pour ce qui concerne le volet masculin,  le match de Coupe de Belgique Messieurs qui opposera Axis Guibertin à VBC Waremme. Même si nombreux sont ceux à considérer que ce match n’est pas le seul résultat d’un tirage au sort sans orientation particulière, on ne peut que se réjouir de ce derby à ce stade de la compétition Qui l’emportera ? Axis Guibertin qui ne rêve que de remonter en Ligue A ou VBC Waremme qui entend porter fièrement le flambeau de seule équipe francophone au sein de l’élite du volley-ball masculin du pays? Réponse à cette question ce jeudi peu avant 23 heures.

Ligue A dames 

Mercredi 23 octobre

20h30 Tchalou Volley – Saturnus Michelbeke

20h30 Ladies Limburg – VDK Gand

Jeudi 24 octobre

20h30 VC Oudegem – Modal Charleroi

Absolut Sport Absolut Volley

Très beaux succès de Charleroi à Ostende et de Tchalou face à Lendelede

 

 

Quel week-end chez les dames !!! Les championnes de Belgique battues à Tongres, les joueuses de Charleroi qui s’imposent sur le terrain des tenantes de la Coupe de Belgique et les jeunes promues de Tchalou qui redressent un début de rencontre catastrophique pour terminer celle-ci de manière victorieuse. Les surprises sont nombreuses comme on peut le constater. De fait, elles sont très heureuses dans la mesure même où elles signifient que le championnat semble se présenter plus “ouvert” qu’il ne l’a été au cours des compétitions précédentes.

A cet égard, le succès “arraché” avec les dents dans le cinquième set (16-18 !) par les joueuses de Dimitri Piraux face à Hermes Ostende est une très heureuse surprise en même temps qu’il constitue la preuve que les deux beaux résultats qu’elles avaient obtenus dans leur salle, le premier face à Tchalou dans le cadre du championnat et le second contre les Ladies Limburg dans celui de la Coupe de Belgique, ne devaient rien au hasard. Aller battre sur leur terrain les tenantes de la Coupe de Belgique ne sera pas donné à tout le monde et permet de penser que l’équipe du Modal Charleroi, conduite par une De Valkeneer qui a déjà démontré qu’elle est toujours une attaquante de très grande efficacité, devrait être en mesure de tenir une place bien en vue durant cette nouvelle saison.

Une autre victoire dont il y a tout lieu de se réjouir également est celle que les joueuses d’Ugo Blairon ont enlevée samedi dans leur salle face à WBC Lendelede. La victoire des jeunes promues de Tchalou est d’autant plus agréable à souligner qu’elle fut acquise après qu’elles aient souffert mille morts dans les deux premiers sets qu’elles perdirent on ne peut plus sèchement : 14-25 et 12-25. Elles ne se laissèrent nullement décontenancer par ces deux douches froides. C’est ainsi que, retrouvant leur jeu qui en fit de brillantes championnes de Ligue B la saison passée, elles passèrent à l’offensive et se mirent à dominer leurs adversaires pendant les troisième et quatrième sets (25-21/25-19) avant de leur infliger un tonitruant 15-4 qui est fait pour indiquer qu’il n’y avait vraiment plus qu’une équipe sur le terrain. Grâce à ce succès, les joueuses de Tchalou engranntge non seulement leurs deux premiers points au niveau du classement mais également, et surtout, une grande dose de confiance qui leur permettra d’aborder les prochaines confrontations sans plus (trop) connaître la hantise de l’échec.

Enfin, toujours au rayon de la compétition des dames, la défaite subie par l’équipe d’Asterix Beveren à Tongres ne surprend qu’à moitié car on savait que les Limbourgeoises attendaient les championnes de Belgique de pied ferme. Lors de leurs deux premières sorties, les Ladies du Limbourg avaient montré, aussi bien contre Modal Charleroi que contre Saturnus Michelbeke, qu’elles formaient une grosse cylindrée de la compétition. Elles n’ont pas manqué d’en faire la démonstration ce samedi contre les troupes de Kris Vansnick qui ont pu réaliser là que, comme ce fut également le cas pour elles l’an dernier après leur défaite subie à Zoersel, il leur faudra travailler encore et encore pour atteindre, en fin de saison, le sommet de la pyramide.

Chez les hommes, c’est le résultat du match entre VBC Waremme et Menin (21-25/25-17/24-26/25-23/9-15) qui retient plus spécialement l’attention. En effet, les jeunes Liégeois ont certes été battus mais ils n’en ont pas moins montré qu’ils formaient une équipe qui était de nature à faire bonne figure face à une formation qui comprenait dans ses rangs des joueurs qui ne manquaient pas de belles références. De fait, si l’on excepte le cinquième set au cours duquel les locaux ont rapidement perdu pied, les boys de Sacha Koulberg et de Frédéric Servotte ont fait jeu quasi égal avec leurs adversaires durant les quatre autres sets d’une partie qui fut assez équilibrée sauf dans la deuxième manche … qu’ils dominèrent de bout en bout après avoir avoir creusé un premier trou de 8-8 à 14-8.

La principale différence entre les deux équipes se situa surtout au niveau du service, domaine dans lequel les Liégeois ratèrent beaucoup plus de mises en jeu que leurs adversaires (8 contre 3 dans le seul premier set perdu 21-25 et 23 contre 13 au total ) mais en ne réalisant pas pour autant plus d’aces que ceux-ci (7 contre 10). Abinet fut le joueur qui inscrivit le plus de points durant le match (33 au total dont 32 à l’attaque), mais on remarqua aussi que les Czyrnianski, Zuidberg, Dussart et Fafchamps connurent, eux aussi, de belles périodes durant cette rencontre tandis que, du coté de Menin, ce furent surtout De Vries (22 points dont 4 aces), Colson et Ekstrand qui se montrèrent les éléments les plus efficaces.

Pour le reste, on notera que Knack Roulers n’a concédé qu’un set, le troisième, face à Lindemans Alost qui n’aura pas dépassé les 20 points dans les trois autres. A Achel, Greenyard Maaseik a peiné pendant le premier set qu’il a remporté 30-32 et, après enlevé le deuxième 20-25, fut encore quelque peu accroché dans le suivant 23-25 avant de s’imposer finalement en trois sets. Quant au match entre Haasrode Louvain et Caruur Gand, il vit les Gantois rétablir l’égalité dans les sets après avoir été menés par deux sets à zéro et les Louvanistes finalement l’emporter 15-10 dans le tie-break.

Ligue A Dames 

VC Oudegem – Interfreight Anvers : 3-1 (28-30/25-23/25-19/25-21)                                              VDK Gand – Saturnus Michelbeke : 3-0 (25-16/25-19/25-12)                                                          Tchalou Volley – BWC Lendelede : 3-2 (14-25/12-25/25-21/25-19/15-4)                                         Hermes Ostende – Modal Charleroi : 2-3 (25-18/23-25/19-25/25-20/16-18)                                   Ladies Limburg – Asterix Beveren : 3-2 (20-25/29-27/23-25/28-26/15-10)

EuroMillions Volley League

Tectum Achel – Greenyard Maaseik : 0-3 (30-32/20-25/23-25)                                                        Haasrode Louvain – Caruur Gand : 3-2 (25-20/25-19/23-25/23-25/15-10)                                      Knack Roulers – Lindemans Alost : 3-1 (25-16/25-15/21-25/25-20)                                                VBC Waremme – Decospan Menin : 2-3 (21-25/25-17/24-26/ 25-23/9-15)

 

 

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Première grosse journée au plan des championnats des Ligues A

Ce prochain week-end sera le premier de la saison 2019-2020 au cours duquel toutes les équipes de la Ligue A Dames et de l’EuroMillions Voley League se trouveront sur les terrains dans le cadre de leur championnat respectif. Dans le cas des deux compétitions, il y aura déjà des rencontres qui présenteront un bel intérêt dans la mesure où elles mettront en présence des équipes qui aspirent à jouer un rôle en vue au cours de cette saison.

Chez les dames, le match entre Hermes Ostende et Modal Charleroi et celui qui opposera les Ladies de Tongres aux Beverenoises d’Asterix constitueront les têtes d’affiche du programme de ce samedi. Dans les deux cas, on sera curieux de voir comment se comporteront les visiteuses.

Les joueuses de Charleroi ont, comme cela a déjà été souligné, réussi leur entrée dans la saison. Elles ont non seulement pris le meilleur sur les promues de Tchalou lors de leur premier match de championnat mais elles ont, surtout, réussi à éliminer, en quatre sets, les Ladies de Tongres lors de l’affrontement qui comptait pour les 1/8èmes de finale de la Coupe de Belgique. Ce dernier résultat signifie que l’équipe hennuyère présente une belle consistance mais il demande évidemment confirmation et c’est bien pourquoi le match qu’elle va disputer à Ostende aura valeur de test. Un test de belle envergure en vérité car les Ostendaises veilleront certainement à se remettre en selle après le gros échec qu’elles ont connu dimanche dernier face à Asterix Beveren lors du match dit de la Super Coupe mis sur pied par Volley Belgium à Courtrai.

Quant au match entre les Ladies Limburg et les joueuses dirigées par Kris Vansnick, il permettra de jauger quelle est la valeur réelle des Limbourgeoises qui, la semaine passée, ont déçu leurs chauds partisans en ratant la marche de l’escalier qui devait les mener vers les ¼ de finale de la Coupe. Leur tâche ne sera cependant pas simple tant les championnes de Belgique ont montré au cours de leurs trois premières prestations officielles qu’elles possédaient déjà un solide fond de jeu.

Chez les hommes, la rencontre entre Knack Roulers, qui a remporté la Super Coupe dimanche face à Greenyard Maaseik, et Lindemans Alost qui n’a pas éprouvé trop de peine ce mercredi pour s’imposer à une équipe louvaniste, pourtant renforcée par rapport à son effectif de la dernière saison,vaudra la peine d’être vécue. Histoire de voir si les Alostois paraissent être en mesure d’inquiéter les deux Grands au cours des mois à venir.

VBC Waremme – Decospan Menin sera l’autre rencontre que l’on suivra avec grande attention. On le sait,  l’équipe liégeoise présente un effectif qui ne manque pas de certains talents dans ses rangs mais qui manque par contre quelque peu de planche. Comment se comporteront les jeunes pousses de Sacha Koulberg et de Frédéric Servotte face à une équipe de Menin qui a perdu quelques-unes de ses grosses pièces durant l’entre-saison? Dans cette question se trouvent non seulement la raison de se rendre au Pole Ballon de Waremme ce dimanche mais également le motif pour lequel il est à espérer que le public wallon viendra nombreux pour supporter Abinet et ses équipiers.

Ligue A Dames

Samedi 19 octobre

20h30 VC Oudegem – Interfreight Anvers

20h30 VDK Gand – Saturnus Michelbeke

19h30 Tchalou – BWC Lendelede

20h30 Hermes Ostende – Modal Charleroi

20h30 Ladies Limburg – Asterix Beveren

EuroMillions Volley League

Samedi 19 octobre

20h30 Tectum Achel – Greenyard Maaseik

20h30 Haasrode Louvain – Caruur Gand

20h30 Knack Roulers – Lindemans Alost

Dimanche 20 octobre

14h00 VBC Waremme – Decospan Menin

Absolut Sport Absolut Volley

Derrière les chiffres, le bonheur ?

 

La Confédération Européenne de Volley-Ball semble regorger de bonheur. En effet, c’est avec très grande fierté qu’elle a fait tout récemment état que la dernière édition des championnats d’Europe 2019, qui a réuni la compétition féminine et la compétition masculine, n’avait jamais connu un tel succès d’assistance de spectatrices/spectateurs.

Qu’on en juge. Il y a eu près d’un demi million de personnes qui ont assisté aux 76 matches qui ont été mis sur pied dans 8 pays différents et qui ont été organisés dans 13 villes différentes. Il y a deux ans, lors des championnats d’Europe qui avaient eu lieu en Pologne pour les hommes et en Azerbaïdjan et en Géorgie pour les femmes, il y avait eu 33.000 unités de moins pour la compétition masculine et l’assistance du public qui assista à la compétition féminine fut trois fois moindre que celle de cette année. Dans son euphorie, la Confédération signale bien que ce succès est dû en bonne partie au plus grand nombre d’équipes participantes dans chacun des championnats (24 contre 16 auparavant) mais passe carrément sous silence le fait qu’il y eut 76 rencontres dans chacun des deux championnats de cette année contre 36 en 2017. Cela veut dire en clair que le nombre moyen de spectateurs a, dans le cadre de la compétition masculine, été inférieur cette année à celui de l’épreuve disputée il y a deux ans en Pologne et que cette même moyenne des publics des rencontres féminines a été supérieure cette année à celle d’il y a deux ans et, plus encore, à celle d’il y a quatre ans quand le championnat européen se déroula aux Pays-Bas et dans notre pays.

Cette correction étant faite, que convient-il surtout de mettre en évidence qui n’ait pas été fait dans l’article que vous trouverez joint ci-dessous ? A mon sens, il est intéressant de voir quelles ont été les assistances qu’il y a eu dans les dix lieux qui, dans les deux compétitions confondues de cette année, accueillirent les rencontres allant de la première phase jusqu’au stade des quarts de finale.

A cet effet, je me suis livré à un petit travail de recensement de chiffres pour établir un tableau qui ne manque pas de relief et, surtout, d’enseignements à tirer pour qui veut.

Total des publics de la phase 1 (4 tournois à 6 équipes) et 2 (1/8 de finale) de chacun des deux championnats d’Europe de cette année 2019.

Euro féminin 2019

Poule de la Turquie : Phase 1 : 40.138 – Phase 2 : 9.130 – Total : 49.269

Poule de la Pologne : Phase 1 : 40.850 – Phase 2 : 11.270 – Total : 52.120

Poule de la Hongrie : Phase 1 : 21.400 – Phase 2 : 1.800 – Total : 23.200

Poule de la Slovaquie : Phase 1 : 34.131 – Phase 2 : 8.530 – Total : 42.661

Soit un total de 167.249 spectateurs/trices pour l’ensemble des 4 pays organisateurs des deux premières phases de l’Euro féminin 2019

Euro masculin 2019

Poule de la France ( Montpellier et Nantes) : Phase 1 : 32.367 – Phase 2 : 11.112 – Total : 43.479

Poule de la Belgique (Bruxelles et Anvers) : Phase 1 : 23.770 – Phase 2 : 10.080 – Total : 33.850

Poule de la Slovénie ( Ljubljana) : Phase 1 : 48.136 – Phase 2 : 10.037 – Total : 58.173

Poule des Pays-Bas (Rotterdam) : Phase 1 : 35.301 – Phase 2 : 9.702 – Total : 45.003

Soit un total de 180.505 spectatrices/teurs pour l’ensemble des 4 pays organisateurs des deux premières phases de l’Euro masculin 2019

Que nous disent tous ces chiffres ? Beaucoup de choses intéressantes, j’en relèverai trois ici.

Le premier enseignement qui s’en dégage est que la moyenne des publics de l’Euro féminin a été de 2.460 spectateurs/spectatrices et que, si l’on dégage les chiffres de la Poule de Budapest qui est la plus faible des quatre organisations, elle est de 2.824. Du côté masculin, la moyenne des publics pour les 4 organisateurs est de 2.654 spectatrices/teurs et, si l’on dégage les chiffres de la Poule qui s’est déroulée dans notre pays et qui est la plus faible des quatre organisations, la moyenne s’élève à 2.876 spectateurs/trices. Comme on peut le constater, les moyennes masculines et féminines sont très proches les unes des autres et elles l’auraient sans doute été plus encore si l’équipe hongroise féminine avait été davantage à la hauteur de ce que, au niveau de ses résultats sportifs, les organisateurs du tournoi de Budapest en avaient attendu.

Si l’on établit un classement des huit organisateurs en fonction de ces différents totaux, on a ainsi dans l’ordre : 1. Slovénie (M) : 58.137 ; 2. Pologne (F) : 52.120 ; 3. Turquie  (F) : 49.268 ; 4. Pays-Bas (M) : 45.003 ; 5. France (M) : 43.479 ; 6. Slovaquie (F) : 42.661 ; 7. Belgique (M) : 33.850 ; 8. Hongrie (F) : 23.200.

S’il n’est pas besoin de souligner le fait que ces moyennes élevées sont dues aux gros scores atteints dans chacun des pays lorsque l’ équipe nationale du cru était sur le terrain (surtout en Slovénie, en Pologne et en Turquie), il est à souligner que les résultat général de l’organisation qui eut lieu à Rotterdam a été fortement influencé par l’affluence des supporters polonais à chacune des rencontres de leurs favoris (le match Pologne-Pays-Bas a attiré 11.000 spectateurs/trices) tandis que l’équipe féminine de Hongrie n’a pas fait grandement recette par rapport aux autres scores des matches où les nationaux du pays étaient à l’affiche.

Pour ce qui concerne notre pays, on relèvera que les deux journées bruxelloises (5 matches à l’affiche) ont attiré 9.750 spectatrices/teurs (soit une moyenne de 1.950) tandis que les 12 autres rencontres qui ont eu lieu à Anvers en l’espace de 6 journées ont totalisé un public de 24.100 personnes (soit une moyenne de 2.008). On relèvera aussi que c’est à Anvers, lors du match entre l’Espagne et l’Allemagne, qu’il y eut la plus petite assistance de tous les matches programmés durant ces deux compétitions et que le match entre l’Espagne et les Red Dragons attira plus de monde (4.750 spectatrices/teurs) que le match entre ces mêmes Red Dragons et les Serbes qui était alors décisif pour la première place de la poule (4.400 spectateurs/trices).

Comme on le voit, ces analyses ne vont pas toutes dans le même sens que celles, assez sommaires, qu’ont faites de ces données les leaders de la Confédération Européenne de Volley-Ball qui n’ont voulu y voir que ce qu’ils avaient envie de mettre en évidence, le succès d’ensemble des deux compétitions et la pertinence de la formule qui avait présidé à leur fragmentation. Quant aux chiffres qui concernent notre pays, c’est avec grand plaisir que je vous rapporterai ici les commentaires autorisés dès lors qu’ils auront été tirés et publiés. Attendons donc.

———————————————————————————————————————-

Luxembourg, October 9, 2019. Almost half a million spectators attended the matches of the record-breaking EuroVolley 2019, a truly unprecedented number in the history of European Volleyball.

The official number stands at 484,393 people or 250,077 for the men’s EuroVolley and 234,316 for the women’s competition. For the men’s event, this figure is about 33 thousand more than the previous record, set in Poland two years ago. On the women’s side, however, the total attendance is more than three times as high as the 70 thousand spectators, who attended the games in Azerbaijan and Georgia in 2017. Even the highly successful 2015 edition in the Netherlands and Belgium attracted less than half of this year’s number.

“We can proudly state that we have taken Volleyball to unprecedented heights and while doing so, we have taken our prime competition to an unprecedented number of countries,” CEV President Aleksandar Boričić said. “EuroVolley 2019 has been a huge success and we look forward to spreading this Volleyball-mania to another eight countries in 2021.”

Understandably, the new highs are largely due to the increased numbers of hosts, of participating teams and of matches played. This year the EuroVolley fever spread to 13 different cities in eight different countries across the continent and Volleyball fans from as many as 28 different nations got the opportunity to enjoy the games of their own national teams at the final stage of Europe’s prime competition.

CEV Article public 2019 1.jpg

With 13,040 people in attendance at Ankara Sports Hall, the gold medal match between Serbia and Turkey set the highest record of attendance during EuroVolley 2019

The most attended match across the two events was the women’s final on September 8 in Ankara where 13,040 fans saw the fantastic five-set spectacle, in which Serbia emerged victorious against home favourites Turkey to defend their title from two years ago. Next in line is the gold medal game in the men’s tournament. On September 29 in Paris, Serbia snatched the trophy in a four-set game against Slovenia in front of as many as 12,654 spectators, despite the fact that the home team of France did not participate.

Two days earlier, when France lost their dramatic five-set semi-final against Serbia, 12,574 people came together at the AccorHotels Arena in the French capital; 12,000 fans followed each of Turkey’s wins over the Netherlands in the quarterfinals and over Poland in the semis of the women’s tournament. The men’s semi-final between Slovenia and Poland in Ljubljana attracted 11,425 spectators to the stands of Arena Stožice. At the very same venue, 11,225 saw the home team dethroning reigning champions Russia in the quarterfinals.

In the pool stage of the two tournaments, the most attended games were the Netherlands vs. Poland (11,000 spectators) in Rotterdam and Slovenia vs. Russia (10,731) in Ljubljana for men, Turkey vs. Serbia (10,700) and Turkey vs. France (10,500) in Ankara and Poland vs. Italy (8,710) in Lodz for women.

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Excellent début de saison pour Modal Charleroi

Comme on le sait, les joueuses de la Ligue A dames sont rentrées dans le bain de la compétition nationale depuis la fin de la semaine passée pour certaines et, pour d’autres, depuis ce dernier mercredi dans le cadre de la Coupe de Belgique tandis que c’est ce samedi qu’ont eu lieu les deux dernières rencontres de la première journée du championnat C’est un peu décousu mais c’est ainsi. A ce propos, il est assez dommage que toutes les équipes ne puissent disputer toutes ensemble, du moins durant le même week-end, les rencontres d’une même journée de championnat ou les rencontres d’un même tour de Coupe de Belgique tant ces résultats livrés ainsi de manière éparse ne sont pas faits pour donner une bonne image de ces différentes épreuves. Cela étant dit avec l’espoir que les clubs chercheront davantage par eux-mêmes à entrer dans un moule d’organisation mieux charpenté, voyons ce que ces premiers résultats nous ont déjà livré comme premiers renseignements.

Trois équipes ont remporté tout à la fois leur match de championnat et leur match de Coupe. Il s’agit de VDK Gand , Modal Charleroi et de Hermes Ostende. Asterix Beveren, qui jouera ce dimanche à Courtrai contre Hermes Ostende avant le match Messieurs Knack Roulers-Greenyard Maaseik dans le cadre d’une après-midi placée sous l’étiquette de la Super Coupe,  ne fait pas partie de ce groupe d’équipes ayant réussi le doublé. Pour se retrouver dans cette situation, l’équipe dirigée aujourd’hui par Kris Vansnick se devra de remporter le dernier match du programme des huitièmes de finale de la Coupe de Belgique qu’elle disputera ce prochain mercredi sur le terrain de Tchalou Volley. où les joueuses d’U.Blairon attendent les championnes de Belgique avec la ferme intention de leur livrer belle bataille.

Deux équipes ont perdu leurs deux matches. Il s’agit de VC Oudegem et de BWC Lendelede.  Quant aux trois autres que sont Ladies Limburg, Saturnus Michelbeke et Interfreight Anvers, elles ont alterné succès et défaite.

Au-delà de ces simples constats, on pointera surtout que le VDK Gand a remporté ses deux succès en dehors de ses bases et que Modal Charleroi les a enlevés tous deux dans ses installations. A cet égard, on se doit de relever également que, au niveau de la Coupe, les joueuses entraînées par Dimitri Piraux ont réalisé une très belle opération en prenant le meilleur sur les Ladies de Tongres quand il est permis de voir que ces mêmes Limbourgeoises ont gagné ce samedi sur le terrain de Michelbeke dans le cadre du championnat. Les Hennuyères ont ainsi très bien entamé leur saison 2019-2020 et l’on ne peut que s’en réjouir pour elles (et leurs fidèles supporters)  tant ces victoires ne peuvent être que bénéfiques pour leur moral et leurs prochaines prestations.

Au rayon des sujets d’étonnement, on pointera, du côté négatif, les deux revers subis à chaque fois en trois sets par les joueuses du VC Oudegem qui sont à présent entraînées par Fien Callens et, du côté positif, la belle résistance fournie pendant les deux premiers sets de leur match de Coupe de Belgique  par les Liégeoises du VC Aubel face aux tenantes de ce trophée, les Flandriennes de Hermes Ostende.

 

Coupe de Belgique Dames

Mercredi 9.10.19

Wevoc Welle – Interfreight Anvers : 1-3 (22-25/25-19/18-25/27-29)

Beobank Roulers – Volley Kalmthout A : 2-3 ( 25-23/25-18/17-25/11-25/13-15)

Modal Charleroi – Ladies Limburg : 3-1 (23-25/25-21/25-21/25-22)

Haasrode Louvain – BWC Lendelede : 0-3 (22-25/19-25/18-25)

SIKS Blaasveld – Saturnus Michelbeke : 0-3 ( 14-25/15-25/18-25)

Aubel VC – Hermes Ostende : 1-3 (24-26/25-21/18-25/17-25)

Jeudi 10.1019

VC Oudegem – VDK Gent :  0-3 (16-25/23-25:17-25)

Championnat Ligue A Dames

Samedi 5.10.19

Asterix Beveren – VC Oudegem : 3-0 (26-24/15-14/25-18)

Interfreight Anvers – Hermes Ostende : 1-3 (16-25/20-25/26-24/19-25)

Modal Charleroi – Tchalou Volley : 3-0 (25-21/25-16/25-22)

Samedi 12.10;19

WBC Lendelede – VDK Gent : : 0-3 (25-27/20-25/19-25)

Saturnus Michelbeke – Ladies Limburg : 1-3 (16-25/15-25/25-19/20-25)

Absolut Sport Absolut Volley

Trois gouvernements régionaux distincts et pomme de discorde fédérale

Le journal « L’Echo » s’est penché sur les accords de gouvernement des entités fédérées, squelettes de leur action politique pour les cinq années à venir. Si on y trouve d’évidentes divergences, des points de ressemblance restent toutefois au rendez-vous. Le journal découvre aussi quelques surprises, surtout du côté flamand.

Et j’ajouterai surtout dans les matières qui touchent aux droits sociaux et à l’identité !

L’analyse se veut objective mais n’en porte pas moins la signature d’un journal qui est plus enclin à applaudir tout ce qui relève de l’initiative privée ou de la libre entreprise et qui se montre plus regardant, ou plus critique, dès lors qu’il s’agit de politiques menées au nom de la solidarité ou par trop, selon lui, en regard de l’intérêt public.

Bonne lecture de ce document qui a le très grand mérite d’exister et qui donne à penser combien il ne sera pas aisé de trouver une majorité au plan fédéral qui soit en mesure d’harmoniser en son sein des sensibilités aussi distinctement marquées. Oui, cela va être dur dur sans parler de la partie « confection du budget » qui sera encore plus pénible à opérer quand on sait quelle ardoise 2019 il va falloir d’abord redresser pour la rendre moins déficitaire qu’elle n’est déjà….

https://multimedia.lecho.be/explicatifs/comparaison-programmes/budget

Absolut Friends Absolut Politique

Le compte à rebours de l’EuroMillions Championship 2019-2020 est lancé

C’est ce samedi que les dirigeants de l’EuroMillions Volleyball League ont tenu à Ixelles, dans les spacieuses installations du CIVA, leur traditionnelle séance de présentation de la saison à venir pour ce qui concerne la compétition masculine au plus haut niveau du pays.

Pour l’occasion, nombreuses ont été les personnes ayant répondu à l’invitation de l’équipe qui travaille au nom et pour compte des huit clubs qui débuteront leur championnat à partir de ce mercredi. Ainsi, il fut permis de distinguer parmi les têtes connues celles de Philippe Berben, Président d’honneur de la Fédération nationale, de Guy Juwet, Président de Volley Belgium, qui était accompagné d’autres Administrateurs de l’organe faîtier de la Fédération, grand nombre des dirigeants de tous les clubs faisant partie de l’EuroMillions Volley League, diverses personnalités du monde de l’entreprise ou des universités et, last but not least, les principaux journalistes de la presse écrite flamande.

Dans la première des quatre parties de ce qui fut un rassemblement de qualité, Philippe Boone, Président de la Ligue, s’attacha, après avoir pris grand soin de saluer chaleureusement tous ses hôtes, à évoquer assez rapidement l’importance et l’intérêt de l’accord conclu durant l’été entre Volley Belgium et la Ligue. Il ne s’y attarda peut-être pas beaucoup mais mit néanmoins en exergue le fait que cet accord, qui ne diffère guère du précédent qui avait été conclu un an auparavant après plusieurs mois de controverses, est cette fois une espèce de Paix des braves qui devrait être valable pour une période de deux olympiades, c’est-à-dire pour les huit prochaines années. Il évoqua ensuite différents points qui, comme la conclusion de nouveaux accords passés avec de nouveaux partenaires en matière de captation et de retransmission d’images télévisées, devraient avoir un effet bénéfique pour la promotion de l’image du volley-ball masculin dans le pays et, en particulier, pour celle des clubs qui prendront part au prochain championnat. Il fit également part des nouveautés apportées à la composition du Conseil d’Administration de la Ligue dont l’une est faite, avec l’arrivée de Phippe Achten dans ledit CA, pour servir au mieux la liaison entre le club de Waremme avec différentes Autorités en place dans la Province de Liège. A la fin de son exposé, Philippe Boone fit également mention de l’action qu’au nom de l’Association qui regroupe plusieurs Ligues nationales d’Europe, il mène pour obtenir une révision des conditions financières (im)posées tant par la FIVB que par la CEV en matière de droits de transfert.

Les membres se l’assistance fut ensuite conviés à se rendre, selon leur choix, à l’un des deux workshops mis sur pied plus spécifiquement pour les dirigeants des clubs membres de la Ligue et parlant de sujets les intéressant au premier degré. D’un côté, il y avait la partie “optimisation de la commercialisation” et de tout ce qui tourne autour de cette composante (hospitality, VIP service, ..) de premier plan pour la bonne santé financière des clubs tandis que, de l’autre, Philippe Berben et l’administratrice de la Ligue en charge des problèmes d’ordre juridique ont, sous la houlette de Marc Spaenjers, informé tout qui avait rejoint cet atelier des obligations qui, de nature légale ou conventionnelle, ont des implications directes dans la gestion actuelle des clubs, que ce soit en matière de sécurité sociale ou de fiscalité.

Enfin, durant le troisième chapitre de cette grande pièce prévue en quatre actes, Marc Spaenjers, le CEO de la Ligue, présenta l’architecture du prochain championnat. De cet exposé, on retiendra essentiellement qu’il y aura trois grandes étapes avant le Final 2. Comme d’habitude, celui-ci réunira les deux premières équipes classées du tournoi A qui, composé de 4 équipes, aura été déterminé à la suite d’un championnat qui aura tout d’abord  vu les 8 équipes se rencontrer en match aller et retour avant que se déroule un tri de qualification pour désigner les quatre équipes qui se disputeront, via le tournoi A précité, l’accès au Final 2 et les quatre autres qui, via un tournoi B, se rencontreront avec pour enjeu un ticket européen.

On retiendra de cette compétition qu’elle sera moins astreignante pour les joueurs puisqu’il y aura moins de matches à disputer et que la quasi totalité de ceux-ci se joueront durant le week-end tandis que les matches des Coupes européennes et de Belgique se joueront le mardi, le mercredi ou le jeudi. Après cette présentation du déroulement de la compétition, Marc Spaenjers et Marc Vanvinkenroye firent un duo de bon aloi pour questionner le(s) représentant(s) de chacun des huit protagonistes de l’EuroMillions Championship. De la sorte, il fut permis d’apprendre que, sur les 100 joueurs qui sont aujourd’hui affiliés pour disputer la prochaine compétition, 66 sont de nationalité belge et que les 34 joueurs de nationlité étrangère proviennent de 17 pays différents tandis que 31 de ces 100 joueurs ont moins de 23 ans. Si l’équipe de Achel est, avec une moyenne d’âge de 28 ans, l’équipe la plus âgée du lot, c’est celle du VBC Waremme qui, avec un chiffre de 21 ans et 6 mois, a la moyenne d’âge la moins élevée des huit formations engagées.

Ce qu’il est agréable de relever de cette présentation est que quasi tous les joueurs qui ont porté le maillot des Young Red Dragons U18 et U20 l’an dernier ou celui de l’équipe des Red Dragons qui évolua cette année dans le cadre de la Golden European League ont trouvé place dans le noyau de l’une des huit formations. Voilà qui constituera pour eux la meilleure manière de progresser sur le chemin qui doit les mener vers l’équipe des Red Dragons au sein de laquelle il devrait sans doute y avoir, comme à la tête de la direction de notre sélection nationale, très bientôt des places à prendre.

Après ce tour d’horizon fait des principales caractéristiques de ce championnat et de ses futurs acteurs, Philippe Boone prit congé du public encore présent et toujours très réceptif non sans l’avoir invité à passer dans le grand hall d’entrée du CIVA où avaient dressés des mange-debout pour un walking dinner de la meilleure veine. Et pour y vivre une très agréable fin de réunion. Le compte à rebours de l’EuroMillions Volley Championship 2019-2020 avait été ainsi définitivement lancé, de la plus gourmande des bonnes façons.

Absolut Live Absolut Sport Absolut Volley