Y a-t-il lieu de s’inquiéter des difficultés que rencontre Angela Merkel pour constituer une nouvelle coalition et composer un nouveau gouvernement ? Faut-il s’émouvoir de voir l’Allemagne se préparer à retourner vers de nouvelles élections. Nos médias bien-pensants n’accordent pas de grands espaces dans leurs rubriques à ces questions. Et pourtant ….

Pour ma part, l’impasse dans laquelle se trouve actuellement la Chancelière sortante à former un nouveau gouvernement me fait froid dans le dos je ne vous le cache pas. En effet, je vois là des signes qui me font penser à la situation que l’Allemagne a connue au début des années 1930 quand Adolphe Hitler, profitant plus qu’habilement des voies menant au pouvoir, a pu tirer le plus grand bénéfice électoral d’ une situation délicate qui ne manque pas, par certains de ses aspects, de m’apparaître déjà par trop semblable à celle dans laquelle se trouve la RFA d’aujourd’hui.

Pour rappel, trois partis démocratiques étaient en négociation depuis le résultat des élections qui avaient eu lieu le 24 septembre pour le renouvellement des 598 sièges du Bundestag. La CDU/CSU, le parti de la Chancelière, et le Parti social-démocrate (SPD), qui était mené par Martin Schultz et qui cherchait à revenir au pouvoir après huit années passées comme partenaire minoritaire au sein de ce qui était appelé la grande coalition de 2005 à 2009 et de 2013 à 2017, ont subi de grosses pertes lors de ces élections. Par contre, l’extrême-droite a fait dans le même temps une forte percée et c’est ainsi que le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) est entré pour la première fois au Bundestag tandis que la Part libéral-démocrate (FPD) y a fait un retour alors qu’il avait été éliminé lors du scrutin précédent. Les Verts et Die Linke avaient, pour leur part, progressé de quelques sièges.

On le sait, suite à la décision prise par le SPD de faire une cure d’opposition, ce qui rendait impossible le renouvellement du gouvernement sortant, des négociations avaient été entamées entre la CDU/CSU, le FPD et les Verts, une coalition déjà appelée Jamaïque avant terme, pour tenter de former un gouvernement. Ces négociations viennent d’être rompues suite au retrait de celles-ci de la part du FPD, qui donne l’impression de confondre scène politique et table de poker, ou, plus largement considéré, suite à l’absence d’accords sur des sujets sensibles touchant à l’immigration, à la politique énergétique et à la fiscalité.

Que va-t-il se passer à présent ? Si le SPD reste sur ses positions, ce qui semble devoir être le cas, la Chancelière n’a pas beaucoup d’autre solution, si ce n’est celle de tenter de mettre sur pied un gouvernement minoritaire qui aurait bien du mal à survivre longtemps, que celle de recourir à de nouvelles élections. Le Président de la république a certes bien déclaré que « il ne sera pas simple d’organiser une nouvelle élection (vu que) le peuple a parlé et que la constitution ne permet pas de dissoudre facilement le Parlement ». Il n’empêche qu’il apparaît que l’Allemagne court tout droit vers de nouvelles élections, et ce, d’autant que la Chancelière s’est déclarée prête à relever le défi et favorable à la mise sur pied de celles-ci.

Comme on le voit, l’Allemagne traverse une crise plus profonde que ne l’avaient laissé transparaître les résultats du 24 septembre. Les partis traditionnels se regardent de plus en plus en chiens de faïence, la démocratie donne ainsi de plus en plus l’image d’un concept vide de sens tant les partis qui en sont l’expression et qui devraient en être les moteurs se font calculateurs à la manière de petits boutiquiers. Des partis qui ne donnent pas l’impression de se rendre compte que, agissant de la sorte, ils font les choux gras des populistes et des gens d’extrême-droite qui, en Allemagne comme ailleurs, se frottent les mains dès lors que le système démocratique montre des signes de faiblesse et, plus encore, quand il ne se montre pas à la hauteur de sa tâche.

 

 

Les photos illustrant ce billet sont dues au talent du photographe allemand Bill Brandt qui s’est réfugié assez jeune en Grande-Bretagne et qui s’est illustré par la suite pour ses remarquables photos faites de Londres, dont beaucoup durant la seconde guerre mondiale, et aussi pour ses merveilleux tableaux de vie et de corps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s