L’Union Royale Belge de Football a-t-elle tort de ne pas revenir sur sa décision d’avoir confié à un certain Damso le soin de rédiger, en prévision de leur participation à la Coupe du Monde, le prochain hymne des Diables Rouges?

La question s’impose tant la polémique a fait et continue à faire débat, et ce à juste tire, après que bon nombre d’associations féministes et de personnalités émanant du monde des droits de l’Homme aient dénoncé le contenu de certains des textes que ce rapeur a rédigés et chantés avant de se voir appelé par les bonzes de l’URBSFA à devenir l’auteur de l’hymne dédié aux Diables Rouges.

Pour mieux saisir le pourquoi de cette levée de boucliers de la part de toutes ceux et de tous ceux qui se disent heurtés par cette désignation, le mieux est de ne pas tourner autour du pot et de soulever le couvercle de celui qui contient ces propos tant contestés et tant contestables.

« D’amour et de sperme, je repeins ses lèvres. À son haleine, j’savais qu’elle était moche. Un verre de Daniel’s pour ne voir que ses formes. L’amour de la chaire n’a pas que bonnes odeurs. J’la prends dans le noir pour ne pas voir ses cornes. J’aime la violence et voir le sang qui coule. Entendre mes ennemis dire « pardon », sans leur pardonner. Baiser leur meuf en transmettant la chtouille. J’suis très méchant quand couilles tu me les casses (putain). J’pourrais t’égorger, te voir vider de ton sang, finir mes jours en prison. Sans jamais regretter mes actes».

Selon le porte-parole de l’Union belge, Damso est «  un jeune Belge qui a beaucoup de succès auprès des jeunes. En plus, c’est quelqu’un qui est issu de l’immigration, ce qui est le cas aussi pour beaucoup de nos joueurs  ». Comme on peut le constater, pour l’Union Belge, il n’y a rien de répréhensible dans ces propos et encore moins qui justifierait de revenir sur sa décision.

Cette prise de position est aussi consternante que regrettable et indéfendable.

Bill Brandt Nu 1977

Sans reprendre ici les arguments avancés tant par le Conseil des femmes francophones que par un grand nombre d’associations féministes, on ne peut qu’être ébahi et désolé de devoir constater que les dirigeants de la plus importante des fédérations sportives du pays, par son nombre d’affilié(e)s s’entend et par sa capacité à drainer vers elle bonne part des ressources financières allouées par le secteur privé au sport en matière de sponsoring, ne réalisent pas que leur choix n’est rien d’autre que le plus mauvais des signaux qu’ils pouvaient lancer en direction de toutes celles et de tous ceux qui n’ont pas encore compris que les stigmatisations de genre, les stéréotypes, les préjugés et le sexisme sont précisément le terreau des inégalités, des discriminations et des inégalités. Et que, ce faisant, l’Union belge de football contribue à les perpétuer et, plus grave encore, à les banaliser.

Le Conseil des femmes francophones et les associations qui ont levé l’étendard de la contestation contre le choix fait par l’Union Belge de ce rappeur pour qui recherche de notoriété rime, comme dans ce cas, avec vulgarité et agressivité méritent le soutien de toutes celles et de tous ceux qui s’attachent à ce que notre monde de tous les jours soit débarrassé de ce sexisme qui se trouve être à la base de toutes ces inégalités dont les femmes ont à souffrir tous les jours qui passent dans leur vie.

Le monde du sport s’honorerait de s’allier à ces démarches et de faire cause commune avec toutes celles et tous ceux qui ont demandé et demanderont à l’Union Belge de choisir un auteur moins sulfureux que ce Damso pour composer l’hymne destiné à encourager les Diables Rouges avant et lors de la prochaine Coupe du Monde.

Il ne ferait là que s’incrire dans une démarche on ne peut plus digne et respectable puisqu’il mettrait là ses pas dans l’un des plus beaux des articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que “Tous les êres humains naissent libres en dignité et en droits sans distinction aucune, notamment de sexe et de toute autre situation”.

Aujourd’hui, 25 novembre 2017, est journée internationale de la femme. Faisons en sorte que le monde du sport belge ne puisse être associé à l’image d’un rapeur qui n’a ni estime ni considération pour les femmes.

Les droits des femmes sont les droits humains et les attaques visant les femmes sont des attaques sur nous tous. Voilà pourquoi nous devons y répondre ensemble” (Antonio Gutteres, secrétaire général de l’ONU)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s