image du jour

C’est ce dimanche que le Parti Socialiste tiendra le Congrès au cours duquel seront entérinées les 170 idées qui constitueront dorénavant son réseau nerveux, autrement dit sa future ligne idéologique. Ce Congrès représente un gros travail de préparation, plusieurs mois au cours desquels beaucoup de militant(e)s et d’expert(e)s ont été consulté(e)s, les cerveaux de l’Institut Emile Vandervelde fortement mis à contribution, les Fédérations largement consultées, le Bureau et la Présidence du Parti constamment impliqués. Ce travail, qui n’avait plus été fait depuis le Congrès “Rénover et Agir” de 1974, est ainsi arrivé à son épilogue. Il sera présenté ce dimanche, tel le bébé que ses parents amènent au curé de la paroisse pour être baptisé sans qu’il ait mot à dire, et sera adopté sans sourciller par l’ensemble des militantes et des militants qui, trop heureux de se dire que le Parti fait peau neuve en mettant de la sorte derrière lui bien des casseroles qui n’ont fait que trop de bruit ces derniers mois. Même s’il est dommage que le Congrès ne donnera donc pas lieu à débats, on peut comprendre pourquoi la base du Parti manifestera de la sorte sa satisfaction de voir ce dernier prendre de nouveaux vents pour tenter de reprendre belle allure.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire dans son entièrete ce qui aura valeur de nouvelle charte pour le PS. Toutefois, j’ai pris connaissance des déclarations faites ci et là par Elio Di Rupo.

Si j’ai pu mesurer sa jubilation à pouvoir parler d’autre chose que de ce qui a agité la vie interne et abimé l’image de la vieille maison au cours de ces derniers mois, je n’ai toutefois pas perçu dans les propos de celui qui est toujours Président du PS la trace de grands changements dans ce qui constituera la future “ligne du Parti”.

Oui, il y a la volonté affirmée de réduire le temps de travail (avec ou non même salaire ?), de faire glisser la fiscalité davantage sur les grandes fortunes et les intérêts du capital que sur le travail, de soutenir les indépendants qui seront davantage considérés comme des travailleurs que par le passé, de changer l’Europe pour la rendre plus sociale et plus bénéfique pour sa population, de se faire plus ardent contre la dégradation de l’environnement et de la santé et, sur le plan sociétal, de “réaffirmer très fort son attachement à la laïcité” (sans dire toutefois ce que le Parti fera contre tous ceux qui, en son sein, prônent et pratiquent la politique des accommodements dits raisonnables par rapport à ce socle de base de la démocratie bien comprise). Par contre, je n’ai rien entendu sur des rectifications de direction qui auraient été apportées en matière de politique énergétique, de justice (si ce n’est de dire que le PS va continuer à lutter contre les injustices), de fusion des réseaux scolaires, de politique internationale et de sortie de l’Otan, de vieillissement de la population, de politique migratoire, de réforme de nos institutions, de politique économique, de nouveaux outils publics….

Bref, histoire de me faire une juste religion sur ce PS 2.0, je vais m’attacher à lire rapidement, de A jusque Z, ce nouveau document doctrinal du Parti en espérant surtout y trouver de véritables axes de rupture avec ce qui l’a amené à n’être plus qu’un parti sans fond et sans forme. Un parti qui n’a plus montré depuis (trop) longtemps une réelle volonté de participer à l’élaboration d’un autre monde, d’un monde qui soit plus tourné vers la promotion et la construction de ce qui fait amélioration et harmonisation de la Société dans son ensemble que vers la sollicitation à toujours plus de consommation et d’individualisme qui n’entraînent qu’insatisfactions et déchirements, sinon risques de conflits toujours plus grands.

Comme quoi, l’espoir est bien un devoir.

Je n’ai pas encore arlons. On a ici une réelle refondation de nos idées, une actualisation de notre doctrine. Ça n’avait plus été fait depuis 1974. Rendez-vous compte: il y a 43 ans qu’un tel travail n’avait pas été fait. » Il cite les dizaines et les dizaines de réunions, les 20 mois de colloques, les experts sollicités en tous domaines, l’implication des 14 fédérations socialistes et le travail de la présidence. rlons. On a ici une réelle refondation de nos idées, une actualisation de notre doctrine. Ça n’avait plus été fait dep

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s