Le gouvernement tiendra-t-il encore longtemps? La question commence à se poser à la suite des deux gros incidents qui, ces derniers jours, ont émaillé la vie politique belge au plan fédéral.

Le premier dossier, le soudanais, a explosé à la figure du Premier Ministre quand il (lui) a été permis d’apprendre que Théo Francken s’était, de fait, comporté comme s’il n’avait de compte à rendre qu’à lui-même ou, du moins, à son patron, Bart De Wever. En effet, d’après des explications fournies vendredi dernier par le Secrétaire d’Etat N-VA, aujourd’hui mieux connu que bon nombre d’autres ministres, il était apparu qu’il n’avait pas livré à Charles Michel des informations ayant trait au rapatriement de ressortissants soudanais. Même s’il s’est excusé de la chose auprès du Premier Ministre, le fait demeure qu’il a commis là plus qu’une erreur de parcours, une faute.Comme si cela ne suffisait pas, on a pu apprendre ce mardi que Théo Francken était passé outre les avertissements du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides qui l’avait averti des risques de traitement dégradant et inhumain que courraient les migrants soudanais arrivés chez nous si, d’aventure, il prenait la décision de les renvoyer au pays.

laouej

Si l’opposition n’a pas manqué de fustiger la façon d’agir du Secrétaire d’Etat et de réclamer sa démission, il est à noter qu’elle n’est pas seule à réclamer la tête de cette mule de l’extrême-droite puisque de nombreuses voix émanant de l’Open VLD et du CD&V ont fait de même tandis que la députée du CD&V Nahima Lanjri a été particulièrement perutante à l’encontre de l’homme qui occupe plus de place qu’il n’en faut sur la scène publique en lui martelant : « Vous avez confirmé avoir retenu une information, on appelle cela un mensonge ou autre chose. Pire, vous avez laissé le Premier Ministre exprimer des choses qui n’étaient pas vraies. Je sais qu’il est patient. Je ne sais pas combien de temps cela va durer encore. »

bdwerver

Et pendant que le feu couve donc du côté de la politique d’accueil des migrants et des réfugiés, que fait Bart De Wever ? Il ouvre un nouveau front en déclarant que le débat sur la sortie du nucléaire “ne sera probablement tranché que lors des négociations pour la futur gouvernement” qui suivront les élections législatives de 2019. Autrement dit, le Pacte énergétique, dossier à propos duquel le Premier Ministre avait dit avec force il y a quelques jours à peine (voir billet du …) “qu’il ne laissera personne le torpiller”, est renvoyé aux calendes grecques ou, à tout le moins, à des temps qui rendent impossible d’imaginer une seule seconde que la Belgique pourrait sortir du nucléaire avant 2030, pour ne pas dire 2040 si l’on en croit des voix autorisées en cette matière. Comme on peut le constater, la gifle est énorme et doit faire mal.

Combien de temps Charles Michel, qui se flattait encore ce week-end dans le journal l’Echo de bien gérer sa majorité, va-t-il encaisser pareils camouflets? Certes, on le sait rampant pour être là où il est aujourd’hui et, par conséquent, capable d’avaler beaucoup de couleuvres ou d’encaisser des coups de toute nature. Il n’empêche, cela commence à faire beaucoup et indique surtout combien il n’est plus guère considéré que comme un pantin dont se jouent la N-VA et ceux qui en sont les maîtres à penser et à gouverner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s