Comme on le sait, l’espoir a existé pendant un temps de voir nos jeunes Yellow Tigers se qualifier pour les Championnats d’Europe qui auront lieu en Bulgarie au début du mois d’avril. Toutefois, pour quelques poussières perdues au niveau du « point-average », cet espoir s’est finalement envolé au bénéfice de la Hongrie qui fut pourtant sèchement battue par l’Ukraine le dernier jour de la compétition.

Ce court mais douloureux échec appelle plusieurs commentaires. Ceux-ci sont de différents ordres. Je voudrais en évoquer quelques-uns ici sans cependant entrer dans le développement pour chacun d’eux tant cela dépasserait le cadre de cette rubrique.

Il y a tout d’abord à dire combien la formule utilisée par la Confédération Européenne de Volley-Ball pour qualifier les douze équipes qui se disputeront le titre européen en Bulgarie mériterait assurément d’être revue.

Avoir huit poules de qualification constituées pour certaines de 4 équipes et pour d’autres de 3 équipes n’est pas plus sérieux qu’équitable. En effet, alors que, dans un cas, il s’agit de jouer deux matches avant de devoir disputer la rencontre qui, en fonction du ranking des équipes en présence, est placée en fin de tournoi parce que considérée comme étant celle qui sera décisive alors que, dans l’autre, il n’y a qu’une rencontre préalable au choc déterminant n’est pas correct.

N’est pas plus correct le fait que, dans certains cas, le pays organisateur a pu aménager le calendrier de son équipe pour que celle-ci ait un jour de repos avant le dernier match du tournoi. De même, il est plus que regrettable que le calendrier de tous ces tournois de qualification ne soit pas pensé et conçu en manière telle que toutes les équipes doivent jouer aux mêmes heures lors de la dernière journée, et ce, afin d’éviter des « arrangements » amiables permettant d’améliorer, en fin de parcours, le « profil » des classements des équipes jouant en dernier lieu dans le calendrier de la compétition.

Comment faire pour intégrer tous ces ingrédients dans une (ou deux) formule(s) qui serai(en)t applicable(s) sans trop changer le modèle actuel qui, tant chez les filles que chez les garçons, est en vigueur aujourd’hui pour dégager les 10 ou 11 équipes appelées à participer, dans deux ou un pays, à l’épreuve des Championnats d’Europe ? En passant, comme cela se fait pour les Championnats des équipes nationales, par la hiérarchisation de l’épreuve de qualification et par la réduction des équipes qui se disputeront, selon une formule semblable pour chacune, la dernière phase de qualification. Il est temps de passer à cela car il y va de la crédibilité de ces outils remarquables que sont ces championnats d’Europe pour les deux catégories de jeunes dans chacun des deux genres.

Autre sujet qu’il s’agira d’aborder de front et par le détail est l’inquiétante stagnation de nos équipes féminines de jeunes au plan international. En effet, pour la deuxième fois consécutive en l’espace d’un an, nos équipes U17 ont vu se fermer devant elles la porte d’accès aux Championnats d’Europe. Certes, cette fois, il aurait suffi que nos jeunes, qui menaient 24-23 dans le deuxième set de leur match contre la Suisse, ne perdent pas l’occasion de remporter cette manche pour qu’elles se retrouvent finalement qualifiées pour la Bulgarie. Le problème est qu’elles ont laissé échapper cette occasion et qu’elles se retrouvent dès lors éliminées. D’où la question, comment se fait-il que le secteur féminin de nos fédérations communautaires et de notre fédération nationale, secteur qui est pourtant le plus important en volume de toutes parts, ne parvienne plus à faire naître des équipes comme celles des générations des Van Hecke, Albrecht, Herman et autres ?

usa-yt-gp-12

A cet égard, j’ai déjà évoqué plusieurs fois ici le fait que le module général mis en place pour « détecter » et « diriger » les meilleurs éléments vers le haut niveau ne cessait de montrer ses limites. La prospection est insuffisamment faite à tous les niveaux, clubs, entités provinciales et, au bout de la « chaîne » par celles et ceux qui ont en mains les clés, c’est-à-dire le personnel, et l’argent pour faire du travail spécifiquement orienté vers l’élite. Si l’on ajoute à ce tableau le fait que celles et ceux qui s’occupent de nos jeunes pousses en devenir ne sont pas toujours, ou plus quand on songe à la très grosse perte qu’a constituée le départ de Van de Vijver de la filière formation de nos jeunes élites, du même niveau que celles et ceux qui s’occupent de nos jeunes gamins, il serait sans doute temps, là aussi, de procéder à un sérieux inventaire des procédés utilisés où à mettre en oeuvre pour détecter des éléments qui, en fonction de leur morphologie et de leurs ambitions sportives, seront capables de jouer demain d’égale à égale avec les autres grosses forces de frappe des équipes étrangères d’une part et pour amener du sang neuf dans la filière des entraîneurs s’occupant de nos élites d’autre part.

Du côté de la FVWB, tout cela est prévu dans le cadre du Plan-Programme 2017-2020 mais semble avoir du retard à l’allumage. Du côté flamand, je ne sais ce qui va se passer mais il m’étonnerait plus que fort que les dirigeants et les « techniciens » de la partie la plus active de la fédération nationale en matière de préparation et d’encadrement de nos élites nationales ne se décident pas à passer très rapidement au-delà du stade de la simple réflexion sur ce thème de nos équipes nationales féminines et, de manière plus générale, sur celui de la place du volley-ball féminin dans le devenir de notre fédération qui devient de plus en plus brûlant d’actualité.

Bref, il y a du pain sur la planche à tous les niveaux. Tant mieux, la vie serait vachement monotone si elle était toujours faite de la même musique….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s