Folon 1

Ce mardi 6 mars,  s’est tenue dans l’amphithéâtre de l’école d’Architecture de la Cambre situé Place Flagey une séance mise sur pied par les Autorités communales pour rencontrer partie de la population ixelloise. L’amphithéâtre était plein quand la Bourgmestre, entourée des membres du Collège, du Président du CPAS et de différents responsables du corps de Police, ouvrit les débats. Ou plutôt les tiroirs par lesquels une vingtaine des personnes, parmi beaucoup d’autres, eurent l’occasion d’épancher leurs griefs et, pour quelques-unes, de faire l’une ou l’autre proposition. Les récriminations tournèrent pour la plupart autour de la malpropreté, du bruit diurne et nocturne, de la mobilité, de la trop grande place du secteur horeca,  de la lenteur et du manque de coordination dans la réalisation des grands travaux en cours.

Pendant plus de deux heures, ce fut ainsi un long chapelet de doléances auxquelles les Autorités qui entouraient Dominique Dufourny s’attachèrent à apporter une réponse qui se voulait aussi convaincante que possible. Dans le cadre de ces échanges, qui restèrent toujours dans les limites de la courtoisie bien comprise, il fut rapidement permis de se rendre compte que l’on allait assister là à une séance sans grand relief. Une rencontre qui ne serait pas grand chose d’ autre qu’une longue litanie de plaintes, qui ne reposaient parfois que sur des insatisfactions de ne pas trouver dans la Ville le calme qui existe à la campagne, et qu’une série de réponses faites pour repousser sur le dos de la Région tout ce qui était injustifiable et pour chercher à se mettre en évidence, dans le chef de deux membres du Collège surtout, au travers de considérations visant à noyer le poisson et à faire annonce de ce que le ou les sujets épinglés étaient précisément à l’étude ou allaient faire l’objet de réalisations prochaines. Ceci dit parfois sans réaliser que l’actuel Collège est au pouvoir depuis plus de onze ans déjà ….

Pour ma part, je retiendrai de cette soirée quatre choses. La première est la pertinence de l’analyse faite en fin de réunion par Dominique Janne des réponses apportées jusqu’alors par certain(e)s des membres du Collège et de ce qu’elles contenaient comme message principal. Celui qui est sans aucun doute le plus grand propriétaire de biens implantés autour ou dans les environs de la Place Flagey fit ressortir avec justesse que plusieurs des mesures envisagées étaient marquées de cet état d’esprit plombant qui incite plus à la défiance et à la méfiance qu’à la confiance. Même si cela fut dit sur un ton qui se voulait, et qui était, très tranchant, il est un fait que, comme lui, l’assistance ne manqua pas, pour une partie du moins, de marquer à l’une ou l’autre occasion sa réserve, sinon sa réticence, quand les édiles annonçaient, grands sourires aux lèvres, que la Commune allait se faire plus Big Brother que jamais et donc plus « surveillante » sous la forme de pose de nombreuses caméras en différents de ses quartiers.

Le deuxième point dont je voudrais faire état, et qui est de regret celui-ci, est le fait que l’on n’a pas eu droit à un exposé du genre de celui que tient habituellement Claude Zylmans sur sa page facebook à propos de la nature et de la destination de la Place Flagey. Je sais que Claude aurait bien voulu avoir accès au micro pour développer son point de vue mais il ne fut pas retenu parmi celles et ceux qui eurent la chance de pouvoir s’exprimer. Dommage.

Cette chance, je l’ai eue et il m’a été ainsi donné l’occasion de demander aux membres du Collège s’ils étaient prêts à entrer dans une nouvelle « ère » de relation citoyenne avec celles et ceux qui se proposeraient de s’impliquer dans une dynamique de gestion participative d’un espace comme celui de la Place Flagey. De fait, je n’ai pas obtenu de réponse au prétexte, compréhensible j’en conviens, que la réunion portait sur des faits, ou méfaits, du présent alors que mon intervention s’inscrivait dans la perspective d’une autre façon de donner corps et vie au concept de démocratie locale. Il ne faudra donc plus attendre longtemps pour remettre cette problématique sur le tapis.

Le quatrième point que je relève de cette soirée est que pareille réunion est, quand bien même est-elle bien organisée comme ce fut le cas ce mardi, de nature à créer plus de sentiments de frustration que de satisfaction parmi toutes celles et tous ceux qui étaient présent(e)s dans la salle. Tant il y a eu beaucoup de questions qui ne purent être posées et tant beaucoup de réponses n’étaient que de jolies esquives. Comme l’objectif de celles et de ceux qui sont aux manettes de la Commune n’est certainement pas celui-là, il est à penser qu’elles et ils chercheront à trouver meilleure manière d’ établir cette liaison qui fait tant défaut aujourd’hui, à Ixelles comme partout ailleurs dans les pays démocratiques, entre celles et ceux qui ont été élu(e)s et celles et ceux qui se considèrent comme étant de fait devenu(e)s leurs sujets….thGJPJRFYW

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s