Notre Beachvolleyteam Koekelkoren-van Walle n’a pu franchir l’obstacle que constituait la paire française Krou-Aye et terminera donc le tournoi de Doha à la dix-septième place comme il l’avait fait au tournoi de Fort Lauderdale il y a une semaine à peine.
Les nôtres ont été défaits en deux sets (21-19/21-16) et, même si le score indique que la bataille fut vive au cours du premier set, la déception n’en est pas moins là. Nos compatriotes ont, jusqu’à présent, marqué le pas au niveau des premiers grands rendez-vous internationaux de cette année.

En effet, tant à Fort Lauderdale qu’à Doha, Dries et Tom ont perdu deux rencontres contre des adversaires qu’ils auraient tout aussi bien pu vaincre et n’en ont gagné qu’une contre des équipes qui n’étaient pas de grande consistance. Le bilan est maigre il faut en convenir même si, il est bon de le signaler, ces deux 17èmes places permettent à nos compatriotes d’engranger des points en suffisance que pour éviter de devoir passer par la case des tours de qualification lors des prochains grands tournois, épreuve ô combien périlleuse s’il en est. Après leur défaite contre les Français, qui ont été sortis par la suite par les Russes Stoyanovskyi – Velichko (21-16/21-11), nos deux compères faisaient eux-mêmes le constat qu’il y avait pour l’heure un grain de sable dans leur mécanique : « Frankrijk was een haalbare kaart, maar helaas haalden we ons beste niveau niet. Er zit duidelijk nog zand in de machine. We weten wat er beter moet en zullen daar in de volgende, wedstrijdvrije, maand aan werken. Zaterdag hebben we een terugvlucht naar België, maar vrijdag starten we aan een nieuwe stage in Gandia. De weken daarna brengen we terug in eigen land door om uiteindelijk door te reizen naar het Chinese Xiamen, waar het volgende viersterrentoernooi geprogrammeerd staat. ».

Comme il est permis de le constater, nos champions sont conscients qu’ils peuvent ou doivent mieux faire. Ils ont d’ailleurs pris leurs dispositions pour remédier à ce qui ne manque pas d’apparaître comme un moment de stagnation dans leur plan de carrière. D’ici Xiamen, prochain tournoi 4 étoiles de la FIVB, où ils ne se trouvent pas encore repris sur la liste des participants !, il y a quarante jours. Une sorte de jeûne qui sera fait de travaux effectués dans le sable de Gandie et de diverses mises au point. Après, tel Dyonisos, dieu grec de la vigne, du vin et de ses excès, notre Beachvolleyteam national refoulera les sables de la FIVB et de la CEV pour y conquérir de nouveaux succès.

Nous serons à ce moment-là en pleine période pascale. Il sera alors permis de parler de Résurrection en tant que phénomène de relèvement. Et, pourquoi pas de démesure ?

Je m’en réjouis déjà. Pour eux et pour le beachvolley belge.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s