Sans livrer un tout grand match, Noliko Maaseik a réalisé un résultat de valeur qui lui permet d’entrevoir un passage au deuxième tour des Playoffs du Top 12 de la Champions League. En effet, les Limbourgeois ont battu une équipe de Lokomotiv Novosibirsk fortement déforcée par trois sets à zéro, et ce, après avoir fait passer leurs supporters par des sueurs froides dans chacun des trois sets puisque c’est par le plus mince des écarts qu’ils enlevèrent ceux-ci.

L’équipe de Noliko Maaseik commençait avec un six de base qui, outre Mijatovic au centre et Dronkers au poste de libéro , reprenait les cinq joueurs que Joel Banks n’avait pas pas alignés vendredi dernier contre Axis Guibertin, c’est-à-dire Blankenau, Gevert, Rychlicki, Maan et Tammemaa. Du côté russe, grande fut la surprise de ne pas trouver sur le terrain, pas plus que sur la feuille d’arbitrage d’ailleurs, des joueurs comme le passeur Eksi, le libéro Martynyuk et des gros bras comme Divis et Kurkaev, sans parler bien entendu de Grozer dont on savait qu’il ne devait pas être là puisqu’il a été transféré il y a peu à Belgorod.

Dès le début de la première manche, on put se rendre compte que cette formation de Sibérie, actuellement sixième de la SuperLiga russe, n’était pas un obstacle infranchissable pour nos représentants. Les Limbourgeois ne tardèrent pas à prendre le commandement des opérations et du marquoir. Au premier TO technique, ils menaient 8-7 avant de se voir menés pendant quelques points. Jusqu’au moment où, à 12-12, ils repassèrent en tête pour creuser de plus en plus l’écart. A 24-19, ils se firent peur en laissant passer quatre occasions d’empocher la mise qu’ils finirent par enlever à la cinquième balle de set: 25-23.

Le deuxième set vit les joueurs locaux réaliser un beau 5-0 quand ils se trouvaient menés 5-7. Ils conservèrent leur avance de 3 points jusqu’à 12-9 mais ne purent empêcher Savin, le meilleur réalisateur de Novosibirsk, et ses équipiers de faire un 0-4 et, à partir de 16-17, de se maintenir en tête pendant un bon bout de temps, jusqu’à 23-24 en fait, malgré l’efficacité de Rychlicki et de Maan. Ils auraient sans doute enlevé la manche s’ils n’avaient raté au moins trois services dans les derniers échanges de ce set que les Limbourgeois, avec un excellent Gevert au service, finirent par arracher un peu contre le cours du jeu, 26-24.

Nos représentants jouèrent le début du troisième set avec plus d’allant et, menant 15-10, ils eurent par trois fois l’occasion de faire 16-10 mais n’y parvinrent pas. Ce fut le début de la remontée de leurs adversaires qui revinrent à 15-11. Sous l’impulsion de Blankenau, Noliko repartit de plus belle, reprenant bien des avantages de trois ou quatre points mais ne pouvant empêcher Novosibirsk de rester dans la partie. A 22-19, l’équipe russe alignait quatre points d’affilée. Jelle Banks remplaçait Gevert, qui n’avait pas démérité, par Cox tandis qu’il laissait au jeu Maan qui était visiblement à la recherche d’un nouveau souffle. Il faisait également monter Bruno et puis ce fut au tour de Van Heyste mais celui-ci livra dehors. Ce que fit également Cox. Heureusement, les Russes commettaient également quelques ratés. Le score passa ainsi de 22-23 à 24-23, 25-24, 26-25, 27-26. Novosibirsk passait en tête à 27-28. Noliko égalisait à 28-28. S’en suivit alors une phase de jeu qui précipita la fin de la rencontre. Sur une attaque russe, l’arbitre serbe, Mirko Jankovic, donna la balle out. Le coach de Novosibirsk, Plamen Konstantinov, fit appel à la vidéo en faisant valoir que le ballon avait été touché par le bloc de Maaseik. Sur base des images, la deuxième arbitre et les personnes en charge de l’examen de la phase contestée accordèrent le point à Maaseik, ce qui entraîna une très vive contestation du coach qui finit, bien logiquement, par écoper d’une carte rouge: 30-28.

Le match se terminait ainsi dans la confusion la plus complète mais les arbitres restèrent de marbre malgré les vociférations du coach bulgare qui ne gardera certainement pas un bon souvenir de ce match disputé par son équipe en terre limbourgeoise. Le match retour aura lieu la semaine prochaine en Sibérie et il est à penser que, en dépit du grand froid qu’il y fait, le public de Novosibirsk sera chauffé à blanc d’ici le début de la rencontre. Cela promet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s