A l’issue d’un match qui fut passionnant malgré son déroulement assez haché, Noliko Maaseik a battu Knack Roeselare en trois sets. Les Limbourgeois mènent ainsi une manche à rien dans le Final 2 qui les oppose aux tenants du titre.. Rien n’est cependant joué car, comme on le sait, l’équipe qui sera championne de Belgique 2018 sera celle qui, la première, aura remporté trois des duels que les deux formations sont appelées à se livrer à un rythme plus que soutenu.

Dès les premiers échanges de la partie, on sentait les deux équipes extrêmement tendues. Du côté de Noliko Maaseik, c’était Cox qui avait été titularisé comme opposite tandis que, dans les rangs de la formation dirigée par Emile Rousseaux (qui était présent en dépit du deuil qui l’avait frappé pendant la semaine avec le décès de sa maman), c’était Orczyk qui occupait une des deux positions d’attaquant-réceptionneur. Des deux joueurs, ce fut Cox qui se mit le plus vite en évidence quand, alors que Maan était au service, il réalisa quelques belles actions qui permirent aux locaux de faire passer la marque de 2-4 à 8-4. Les Flandriens mettaient Rychlicki sous pression en réception et , après que le score ait indiqué 13-8, refaisaient bonne partie de leur retard. Ils revenaient sur les talons des Limbourgeois: 17-16. Ceux-ci se firent alors plus incisifs, tant au service qu’au bloc, et reprirent du champ : 22-17. Ce coup de rein leur fut bénéfique car Tuerlinckx et ses équipiers s’accrochaient: 24-20, 24-22. Blankenau sollicitait alors Cox et celui-ci faisait ce qu’il fallait: 25-22.

Le deuxième set fut tout aussi équilibré à la différence près avec le précédent que ce fut Knack qui fit dans ce cas longtemps la course en tête : 6-8, 14-16. Le team de Noliko Maaseik jouait un ton en-dessous de ce qu’il avait montré au premier set, dans les domaines du service et de la réception plus précisément. A 18-19, Cox passa au service et fit alors très mal aux Flandriens qui virent le train rouge leur passer sous le nez : 22-19. A 24-22, le ballon fut distribué en direction de Cox et, comme au set précédent, celui-ci fit 25-22.

Le troisième set vit Noliko Maaseik pendre immédiatement une avance de 3 points. Orczyk était alors remplacé par Van Hirtum. Knack rétablissait l’égalité à 5-5 et passait en tête au poteau du premier TO Technique, 7-8. Ce fut la dernière fois que les Flandriens furent au commandement. A 13-12, de nouveau avec Cox au service, les hommes de Joel Banks filaient à 18-12. La cause était entendue. Certes, grâce à Tuerlinckx et à Coolman, les visiteurs se remirent à croire en leurs chances quand le score indiqua 19-17 mais Maan et Bruno, qui avait remplacé Rychlicki, veillaient au grain et les Limbourgeois reprenaient de l’air. A 23-18, Blankenau, qui fut excellent de bout en bout de la partie, réalisait un ace tandis que Maan parachevait ensuite le travail en inscrivant le point de la victoire: 25-19.

Les meilleurs du jour avaient gagné mais ils devront s’appliquer encore davantage s’ils veulent faire de même mercredi prochain à Roulers et prendre ainsi une option plus que sérieuse sur ce titre national qui leur échappe depuis 2012.

Dans le Challenge Group, VDK Gent a pris largement le meilleur (25/21, 25/17, 25/20) sur le VBC Waremme qui n’a pas encore remporté le moindre succès dans le courant de cette dernière tranche de la compétition. Les Gantois sont ainsi assurés de terminer le championnat à la septième place .

Chez les dames, il n’y a pas eu de miracle à Beveren. Les joueuses anversoises ont dominé les joueuses du VC Oudegem (25/19, 25/20, 25/12) et ont de la sorte remporté leur douzième titre, le cinquième consécutif. Bravo à Biebauw et à ses équipières avec lesquelles elle a disputé ce samedi sa dernière rencontre puisqu’elle évoluera la saison prochaine sous le maillot du club d’Hermes Ostende. Cela étant, il est à espérer que la Fédération se penchera bientôt, comme il en avait été question du temps où Willy Bruninx était encore à la tête de la FRBVB, sur la question des incitants et autres formes d’organisation à trouver pour rendre la compétition féminine plus équilibrée et plus attractive. Et pour que le volley-ball belge ne donne pas l’impression de se désintéresser de ce monde qui constitue la majorité de ses membres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s