Nos Yellow Tigers peinent visiblement à trouver leur second souffle. Après la grosse défaite subie hier des oeuvres du Japon, elles ont encaissé ce jeudi un nouvel échec, plus sévère encore, de la part des Etats-Unis. Elles ont été battues au bout de trois sets rapidement ficelés par les joueuses de Karch Kiraly qui ne leur ont fait aucun cadeau : 25-11, 25-18, 25-17.

Pour comprendre cet effondrement aussi soudain que marquant de nos joueuses dans le cadre de cette première édition de la VNL, deux ou trois chiffres suffiront pour cerner le problème.

Quand les Michelle Bartsch-Hackley, Grews et leurs partenaires inscrivent à leur actif 44 smashes victorieux, nos attaquantes ne peuvent en présenter que 24. Quand les joueuses de Karch Kiraly réalisent 11 blocks gagnants, les protégées de Gert Vande Broek n’en ont effectué que 2. Plus précisément encore, les statistiques de nos attaquantes sont là pour indiquer qu’elles manquent pour l’heure de percutant : Herbots a scoré 4 fois sur 21 essais, Grobelna 3 fois sur 17, Van Gestel 10 fois sur 25 (dont plusieurs balles placées), Goliat 1 fois sur 13. Pendant le même temps, du côté américain, les chiffres sont les suivants: Bartsch-Hackley (12/27), Drews (10/21), Larson (8-21) et Adams(6/7). La différence est grande comme on peut le constater. Comme est grande également la différence de gabarit et d’expérience entre les joueuses des deux formations.

Les Yellow Tigers que Gert Vande Broek a sélectionnées pour participer à cette magnifique mais très éprouvante épreuve (longs déplacements, 3 matches par semaine contre les meilleures équipes du monde, vie en communauté pendant 6 à 7 semaines) sont jeunes, très jeunes pour ce très haut

niveau de compétition. Il est donc normal que, après les quatre premiers matches au cours desquels elles ont remporté deux victoires et livré un match héroïque contre les Pays-Bas, elles aient marqué le pas comme ce fut le cas contre le Japon hier et les Etats-Unis aujourd’hui.

La semaine prochaine, elles seront en Serbie après un crochet au pays. Là, elles rencontreront d’autres gros “morceaux” de la compétition, la Serbie, la Russie et la Turquie. Il est donc à espérer qu’elles aient repris alors des forces et du moral car, si elles veulent participer encore à la VNL l’an prochain, il leur faudra encore gagner l’une ou l’autre des neuf prochaines rencontres. Tous nos voeux les accompagnent dans cette perspective.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s