L’article que Béatrice Delvaux a publié dans Le Soir du 26 mai (voir ci-après) pointe très justement du doigt la mutation opérée par Bart De Wever en matière de communication ou, plus précisément, d’angle d’attaque politique. Hier, il pourfendait les Wallons qu’il présentait volontiers comme étant des fainéants ou, à tout le moins, comme étant celles et ceux qui en faisaient moins que les Flamands et qui profitaient du travail de ceux-ci. Aujourd’hui, le chef de la N-VA fait diversion ou, plutôt, il change son angle de tir. Les profiteurs ne sont plus tant les gens du Centre ou du Sud du pays mais bien plus généralement les étrangers qui, peu importe leurs motifs, cherchent à venir s’établir dans notre pays. De fait, l’article décrit très bien cette “évolution” opérée par le chef de file de la N-VA et les “avantages” que ce dernier compte tirer de l’élargissement de sa zone de tir.

Cependant, dans le même temps, Béatric Delvaux commet, à mes yeux du moins, une certaine erreur de mise en perspective en s’attaquant principalement à Bart De Wever par le biais de l’émotion que les propos, abjects et répugnants, qu’ils a tenus à l’égard des parents de la petite Mawda ont suscitée dans toute la presse et auprès d’une partie de la population du pays. En stigmatisant Bart De Wever de cette façon, je pense qu’elle tombe, même si elle s’en défend par avance, dans le piège tendu par ce dernier tant on voit bien que le Bourgmestre d’Anvers est occupé à se servir de ce drame à plusieurs visages pour attirer à son parti tous les feux de l’actualité et, en même temps qu’eux, la sympathie de toutes celles et de tous ceux pour qui le mot “étrangers” est, ou devient, synonyme de fermeture des frontières et de rejet du pays, sinon de formule plus odieuse quant au sort qu’il s’agit de leur réserver.

Le patron de la N-VA est plus qu’habile dans l’art de la manipulation des opinions. C’est bien pour cette raison qu’il faut voir la manoeuvre qu’il opère pour ce qu’elle est véritablement et qui n’est autre qu’une nouvelle avancée de son parti vers la mise en avant de sa nature profonde, celle d’un mouvement nationaliste.

Hier, la N-VA frappait d’ostracisme les francophones du pays. Aujourd’hui, elle se laisse découvrir plus xénophobe que jamais. Que sera-ce demain si l’on ne dénonce pas à temps la vraie nature de cette force redoutable qui est en mouvement et qui se fera plus extrême encore quand, par son discours et ses actions de force, elle sera parvenue à phagocyter le Vlaams Blok ?

Attention, minuit approche.

http://plus.lesoir.be/158907/article/2018-05-26/puissions-nous-ne-jamais-etre-les-parents-de-mawda

mouvement nationaliste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s