Le match Russie – Belgique ne débuta en vérité pour nos joueuses qu’à partir du troisième set, les deux premiers devant être considérés comme des moments de réglage tant furent nombreuses les fautes commises par nos représentantes. Quand je vous aurai dit que, dans la première manche, Gert Vande Broek avait déjà demandé ses deux TO à 10-3, vous aurez compris que tout ne tournait pas rond dans la maison des Yellow Tigers. Le coach national changea Guilliams pour Neyt au poste de libéro et la partie fut alors plus équilibrée même si l’avance prise par les Russes était plus que difficile à combler tant les Russes donnaient l’impression, surtout par l’entremise de Voronkova, un très solide « marteau », et de Malyugina, une belle « plante » de 2.02m, de pouvoir faire le point quand cela était vraiment nécessaire. Les nôtres revinrent cependant bien de 19-13 à 20-17 mais l’essentiel était qu’elles avaient retrouvé un certain équilibre pour aborder la deuxième manche : 25-21. De fait, même si les Russes comptaient une avance de 4 points au moment du premier TO technique, le deuxième set fut plus longtemps partagé. Nos Yellow Tigers revenaient de 10-6 à 10-9 et, grâce à Janssens, rétablissaient l’égalité à 15-15. Les Russes passèrent alors la vitesse supérieure et, par Voronkova et Efimova, faisaient rapidement un 6-1 qui leur permettait de creuser l’écart qui fut celui du set : 25-20.

On put craindre alors que les nôtres, qui avaient perdu beaucoup de points par manque de bonnes réceptions, n’accusent le coup quand leurs adversaires firent rapidement 6-2 dans la troisième manche. C’est, tout au contraire, le moment qu’elles choisirent pour montrer leur vaillance. En effet, s’appliquant à viser Biryukova en réception et en se mettant à (beaucoup) mieux réceptionner, elles se mirent à faire jeu égal avec les Russes chez qui Efimova fut remplacée par Lyubushkina. Elles firent mieux encore quand elles firent passer le marquoir de 7-5 à 7-12, les Russes se mettant à cafouiller à qui mieux mieux en réception.

A 8-13, Voronkova signa alors cinq points d’affilée mais cela n’eut d’autre effet que de permettre à son équipe d’égaliser au marquoir. Nos Yellow Tigers étaient dans le match et entendaient y rester. Elles avaient la main et la conservait : 15-16, 20-22 . A 21-22, Flament, qui avait remplacé Herbots comme Van Avermaet avait pris la place de Janssens dans le courant du set, signa deux beaux points : 22-24. Lemmens mettait out ensuite mais Grobelna ne ratait pas son coup par après. Les Yellow Tigers faisaient 23-25 et remportaient leur premier set depuis le match contre les Pays-Bas.

Le début du quatrième set fut semblable à celui des trois autres précédents. A 4-1, Gert Vande Broek devait demander un premier time-out, les Russes se montraient toujours très puissantes et menaient 8-5 au premier TO technique. Celui-ci fit le plus grand bien à nos joueuses qui signèrent alors un 0-4 avant de doubler l’écart quand le marquoir indiqua 11-13. Allait-on assister à un nouveau troisième set ? Non hélas. Les Russes ne voulaient pas d’un tel scénario et , par l’entremise de Malyugina, Vorenkova et, surtout, de Lyubushkina qui réalisa trois aces d’affilée, faisaient basculer le marquoir, 16-13. Elles poursuivaient sur leur lancée après le deuxième TO technique et faisaient, via Lazarenko et de Voronkova, 19-13. Le set était évidemment plié. Nos Yellow Tigers étaient battues mais pouvaient sortir du terrain la tête haute tant elles s’étaient bien battues face à plus fortes qu’elles : 25-18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s