Faut-il pleurer et pleurer encore après l’annonce faite par Trump d’appliquer à partir de ce vendredi une taxe douanière de 25% sur l’acier et une de 10% sur l’aluminium en provenance de l’Union européenne (contre 3% aujourd’hui pour les deux produits) et, donc, de ne pas prolonger l’exemption qu’il avait accordée à l’UE jusqu’à ce jeudi minuit? L’article qui suit et qui aborde les principales conséquences que vont avoir les décisions prises par le Président des Etats-Unis souligne mieux que je ne pourrais le faire l’ampleur des répercussions du dernier coup de force de Trump. Quand, par ailleurs, on sait que le Président des Etats-Unis entend donner corps au plan qu’il avait également annoncé et qui vise à imposer des droits de douanes suppplémentaires de 25% sur quelque 50 milliards de $ de produits chinois contenant des “technologies importantes” d’une part et que l’acier et l’aluminium produits par le Canada ne seront pas plus épargnés que ceux du Mexique et d’autres pays encore d’autre part, on se rend bien compte que l’on peut franchement dire que Trump a franchi là le pas et qu’il a déclaré la guerre commerciale au reste du monde.

Cela étant, tout en mesurant assez bien la cascade des mesures économiques auxquelles il faut s’attendre au plan mondial et des répercussions que cela ne manquera pas d’avoir sur le pouvoir d’achat de tout un chacun dans le monde tant c’est finalement le consommateur qui paiera grande partie de l’addition de ces nouvelles taxes qui vont voir le jour un peu partout, je ne peux m’empêcher de me poser la question de savoir si nous n’assistons pas là, de fait, à un moment qui pourrait avoir un caractère hautement historique dans le domaine des relations politiques et économiques entre nations. Ou, pour laisser poindre plus précisément encore le sens de ma question, si nous n’assistons pas à un tournant dans le rapport d’influence qui existe aujourd’hui au plan mondial entre le pouvoir économique qui ne cessait de s’étendre et le pouvoir politique qui, dans le même temps, perdait de plus en plus de sa capacité d’influence sur le cours des choses.

En s’attaquant ainsi frontalement à la pièce maîtresse du commerce international qu’est le principe de libre-échange consacré par des tas de traités internationaux, Donald Trump a montré, avec une détermination qui confine à la violence, qu’il n’avait cure de ceux-ci et qu’il entendait faire en sorte que la politique américaine soit ainsi plus encore que jamais au service de l’économie américaine.

Ce faisant, il a aussi démontré que, même si la diplomatie se trouve depuis l’élection de Trump plus que souvent bafouée aux yeux de l’opinion publique mondiale, la politique restait et était bien le premier des leviers qui permettait de conduire les opérations à caractère publique. Et que cela valait aussi bien pour les Etats-Unis que pour les autres pays du monde. Ce n’est pas là un enseignement anodin même si, avec Trump, il peut s’avérer particulièrement périlleux pour la paix dans le monde.

http://www.liberation.fr/planete/2018/05/31/etats-unis-europe-acier-trumpe_1655783?xtor=EPR-450206&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s