Nos Yellow Tigers ont perdu, contre l’Allemagne, un match qui était incontestablement à leur portée en dépit du fait que leurs adversaires leur étaient supérieures sur le plan de la taille et des qualités athlétiques. De fait, nos compatriotes ont livré un match assez semblable à celui qu’elles ont livré contre les Russes. Elles commirent beaucoup de fautes en réception durant les deux premiers sets (et ce de manière tellement flagrante que Neyt fut remplacée par Guilliams dès avant le premier TO technique de la première manche) et haussèrent le niveau de leur jeu à partir du troisième set. Elles accrochèrent bien leurs adversaires pendant les deux premiers sets, et ce grâce essentiellement à Ilka Van de Vijver, qui faisait un remarquable travail de distribution en dépit de la mauvaise qualité générale des réceptions, et à Grobelna et Janssens qui tiraient bien leur épingle du jeu au niveau de l’attaque.

Après deux sets au cours desquels Fromm, Franke, Lippmann et leurs équipières furent constamment au marquoir ( 8-7, 16-12 et 25-19 dans le premier, 8-7, 16-12 et 25-21 dans le deuxième), le match changea quelque peu de physionomie à partir du troisième set quand la réception se fit plus précise du côté belge et quand Herbots sortit un peu plus encore de sa coquille. Les échanges se firent plus équilibrés. Nos joueuses commettaient moins de fautes et rivalisaient avec les Allemandes au niveau du filet. Les Yellow Tigers prenaient assez tôt l’avantage au marquoir et, même si l’écart ne fut jamais très grand, elles restaient dans le match après avoir signé un beau 22-25 conquis de belle lutte durant tout ce troisième set.

Allaient-elles réussir à renverser un peu plus encore le cours de la partie? On put le croire longtemps tant le quatrième set fut palpitant à souhait. A cet égard, je ne résiste pas à la tentation de reproduire ci-après le récit qu’en a fait le journaliste de la FIVB qui, visiblement, a été séduit, lui aussi, par l’intensité des échanges et celle du match dans le match que se livrèrent alors Lippmann pour compte des Allemandes et Herbots pour celui de nos troupes. La balle finit par rouler de justesse, 25-23, du côté des Allemandes et de leur libéro Lenka Dürr qui nous fit regretter de ne plus avoir pour l’heure une joueuse de sa trempe au niveau de la réception et de la défense.

Cela étant, on retiendra que, quand bien même il est permis d’avoir de gros regrets de ne pas avoir vu nos joueuses montrer plus de constance et réaliser de meilleures réceptions, elles ont fait preuve d’une belle pugnacité et, à partir du troisième set, d’un niveau de jeu réconfortant à une journée de la rencontre cruciale qu’elles livreront demain contre l’Argentine. On s’en réjouit.

——————————————————

With Germany cruising comfortably through the first two sets, it was Herbots, whose improving efforts in Belgium’s offence changed the momentum in the match, getting them close to extending it to a fifth set. It was not to be as Lippmann wouldn’t hear of it, especially in the fourth set.

Clearly annoyed by Belgium’s success in the third set, Louisa Lippmann stormed into the fourth with three points in a row for an early 3-0 German lead, adding the fourth with a monster block, but only after the Belgians had tied it at 3-3, not without contribution from Britt Herbots.

A beautiful back row shot by Lippmann gave Germany a 9-5 lead, but even this did not put Belgium off. Closing a very long rally with a successful spike for 12-12, Herbots followed it up with an ace to put Belgium in the lead for the first time in the set.

It was time for Lippmann to react. Even though the Belgian advantage got extended to three points, she fired a ball at 90.2 km/h to get a German mini comeback started. Four rallies down the road, which included a superb pipe shot by Herbots and two successful attacks by Lippmann, it was all level again – 16-16.

Winning two mega rallies in a row, Belgium kept the pace, but not only that – two consecutive shots by Herbots gave them a 20-18 lead. In fact, Herbots scored her team’s remaining points in the match, but this was not enough to keep Germany at bay. A high-flying super pipe by Lippmann put the Germans back in the lead at 22-21, and it was Lippmann again that put the ball on the floor to deliver a match point.

Symbolically, it was Herbots that waved the white flag on behalf of Belgium, spiking long to seal Germany’s win.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s