L’article qui suit n’est peut-être pas très fouillé mais, sous un aspect qui a la forme d’un résumé des grands faits s’étant produits au cours de ces derniers jours dans le monde, il n’en fournit pas moins pas mal de matière à interrogation et à réflexion sur des sujets qui nous intéressent plus qu’il peut y paraître à premier abord.

Qu’il s’agisse du délitement d’un G7 qui montre à chacune de ses mises sur pied qu’il n’est plus la plaque tournante de la vie économique mondiale et, plus encore depuis le dernier organisé à Toronto, qu’il n’est plus capable de faire consensus en son sein par la volonté d’un Trump qui ne veut plus voir les Etats-Unis se trouver impliqués (et bridés) dans des opérations politiques dites de multilatéralisme, qu’il soit question de ce Sommet qui s’est tenu à Singapour où, de nouveau, Trump a donné l’impression de vouloir renverser la table des politiques de sanctions menées par ses prédécesseurs à l’encontre de la Corée du Nord ou qu’il s’agisse encore de cette dernière rencontre entre le Premier de Chine et le Premier de Russie qui vient d’avoir lieu à Pékin et qui a débouché sur des accords d’une très grande portée au plan mondial, une évidence s’impose avec force, l’Europe ne compte plus guère sur la carte du monde.

Elle est moins que jamais puissance politique, à supposer qu’elle l’ait été un jour en tant que telle. Elle n’a plus d’importance aujourd’hui que par la dimension qui est encore la sienne au plan du volume de consommation et de circulation des biens produits soit au sein des pays qui composent l’Union européenne soit en dehors de ceux-ci. Le constat est là, implacable dans sa sécheresse d’analyse, l’Europe tend à n’être plus qu’une tête d’épingle sur la carte du monde.

S’en émouvoir est une chose, autre chose est de voir ce qu’il conviendra(it) de faire pour que l’Europe trouve place demain, non plus comme simple Alliée d’une autre grande puissance mais comme entité parlant d’une seule voix et dotée de moyens militaires suffisants pour assurer la sécurité des populations qui y vivent, dans le grand puzzle qui tend à se dessiner sur l’ensemble de la planète.

A cet égard, il est plus nécessaire que jamais de faire en sorte que tout un chacun s’implique dans les débats qui vont avoir lieu à l’occasion des prochaines élections européennes. Certes, en disant cela, je sais que, pour d’aucuns, la priorité est aux prochaines élections communales et aux mandats qui en résulteront pour elles ou pour eux. Là n’est cependant pas la grande question de l’heure. Et, encore moins, la solution pour savoir quelle Europe nous voulons demain.

Aussi, mettons-nous à l’ouvrage et invitons tout un chacun à se faire actrices et acteurs, à tout le moins interlocutrices et interlocuteurs exigeant(e)s,  d’une Europe qui s’occupe activement du sort des siennes et des siens.

Car, oui, le temps presse.

fr.express.live/2018/06/12/apres-le-torpillage-apparent-du-g7-par-trump-un-g3-semble-se-constituer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s