Les 28 sont arrivés durant cette nuit à un accord sur les flux migratoires en Europe. Du moins dans les intentions. Les discussions semblent avoir été rudes mais elles ont permis d’éviter le constat d’un échec. Les 28 sont tombés d’accord de mettre en place des centres “contrôlés” qui, implantés dans des Etats membres “volontaires” devraient permettre de faire la distinction entre les personnes qui pourraient être considérées comme étant “éligibles à l’asile” et les migrants économiques.

De même, le réglement dit de Dublin, celui qui prévoit que l’Etat d’arrivée du migrant est celui qui doit instruire la demande d’asile du début jusqu’à la fin du processus, sera révisé. Certes, la révision en cours de la législation spécifique à cette délicate question n’a pu être finalisée mais les 28 n’ont pas fait de ce constat un élément de rupture entre eux étant donné qu’ils ont pu constater que des progrès avaient été réalisés à cet égard durant la présidence bulgare de l’UE qui se terminera demain.

L’Italie avait menacé de ne pas signer les conclusions de ce Sommet si elle n’avait pas obtenu satisfaction sur ces deux points de l’agenda. Elle est restée dans le rang étant donné qu’elle a pu amener les autres pays à se faire plus partageux en matière d’accueil des migrants secourus en mer et plus “ouverts” à l’idée que ce ne soit pas nécessairement les pays d’arrivée du migrant qui doivent instruire la demande d’asile de celui-ci du début jusqu’à la fin du processus de sa demande d’asile.

Ces “avancées”, qui n’ont rien de glorieux mais qui ont le mérite d’avoir réuni un consensus même si l’usage du “volontariat” dans les décisions prises permettra aux pays qui ne voudront pas se montrer solidaires de ces engagements de ne pas l’être, aideront-elles Angela Merkel à sauver la mise dans le difficile bras de fer qu’elle dispute pour l’heure avec son Ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, président de la CSU, à propos de mesures que celui-ci voudrait lui faire prendre dans le cadre de sa politique d’accueil des migrants ?

Telle est en fait la question qui se pose au sortir de ce Sommet qui, si la crise venait à éclater en Allemagne, déboucherait alors sur une voie qui ressemblerait furieusement à une véritable impasse.

Par ailleurs, il sera intéressant de savoir si la Belgique se portera volontaire pour accueillir sur son sol un de ces “centres contrôlés” destinés à voir si les migrants secourus en mer peuvent être ou non considérés comme des demandeurs d’asile

Il ne faudra certainement pas attendre longtemps pour connaître la réponse à ces deux questions qui revêtent, l’une comme l’autre même si elles ne sont pas destinées à avoir la même portée, revêtent une grande importance symbolique au plan des valeurs politiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s