L’ article annexé ci-dessous est intéressant à plus d’un titre. A mes yeux, il l’est surtout parce qu’il permet de réaliser à quel point le beachvolley s’étend dans le monde et ce que de grandes fédérations font comme efforts pour amener leurs athlètes au plus haut niveau de la compétition mondiale.

Dans un article écrit il y a quelques mois déjà, je vous rapportais que la Fédération chinoise avait engagé un entraîneur brésilien pour s’occuper tout particulièrement de six des équipes chinoises de beachvolley qui se trouvent régulièrement engagées dans les tournois mis sur pied par la FIVB ou par la Confédération Asiatique de Volley-Ball.

Dans celui-ci, vous pourrez lire que c’est la Fédération japonaise qui, en engageant Isabel Salgado, fait la même démarche. Isabel Salgado est, de par son implication passée dans différents grands clubs de volley-ball et de par ses résultats dans le circuit mondial du beach, un grand nom dans l’histoire du volley-ball et du beachvolley brésilien. Ici, elle confie tout le plaisir qu’elle a de travailler avec les équipes masculines japonaises Takahashi/Gottsu et Shimizu/Hasegawa d’une part et à apporter son expertise à la Fédération japonaise en matière d’organisation de tournois de beachvolley de qualité d’autre part.

Aurions-nous besoin en Belgique de pareils renforts pour sortir le beachvolley de l’ornière dans laquelle il se trouve actuellement ? Non, pas pour l’instant et pour deux raisons au moins. Tout d’abord parce que Belgium Volley, nom donné à notre Fédération nationale, n’est  qu’une coquille qui, devenue encore plus vide de sens depuis le récent aménagement de ses statuts,  n’a pas les moyens de se payer pareils contrats et, en second, parce qu’il y a bien des années déjà que ladite Fédération nationale a perdu le fil de ce qui l’avait amenée, dans la fin des années 90, à organiser, cinq ou six années d’affilée, une des grandes étapes du World Tour FIVB à Ostende et à faire de son championnat national un véritable outil de promotion pour le beachvolley.

Aujourd’hui, la seule équipe qui est aidée financièrement est notre Beachvolleyteam Koekelkoren-van Walle qui bénéficie d’un contrat alimenté par les deniers de la Communauté flamande et de sponsors liés à l’entité Top Volley Belgium qui,  on ne le sait pas assez, est cette entité qui a reçu délégation de pouvoir du Conseil d’Administration de Volley Belgium pour gérer directement ou indirectement, et plus qu’en étroite relation avec la Fédération Volley Vlaanderen, tout ce qui a trait à toutes nos équipes nationales de volley-ball et à notre représentation internationale de beachvolley.

Comme on peut le constater, dans pareil contexte, la marge de manoeuvre de la Commission nationale de Beachvolley est devenue aujourd’hui plus que minime par rapport à celle qu’elle avait du temps où les questions de volley-ball et de beachvolley étaient traitées à pied d’égalité, du moins en termes d’évocation, dans le cadre des ordres du jour des Conseils d’Administration de ce qui s’appelait encore Fédération Royale Belge de Volley-Ball à l’époque.

Cela étant, il est heureux de noter que, depuis peu, deux des personnes qui comptent dans l’organisation du championnat national de beachvolley (sans aucune étape en Wallonie depuis un bon bout de temps déjà) font à la fois partie du Conseil d’Administration de Volley Belgium et de Volley Vlaanderen. Cela suffira-t-il pour donner plus de poids demain à la Commission dite nationale de beachvolley et pour que le beachvolley belge puisse recevoir les moyens de se déployer à la même vitesse et avec les mêmes effets que ce qu’il est permis de constater, et d’admirer, dans grande quantité d’autres pays?

Comme seuls peuvent désespérer celles et ceux qui n’ont pas de convictions bien accrochées au coeur, les passionné(e)s de beachvolley gardent grandes ouvertes les fenêtres de l’espoir.

Dans l’attente de ces temps de grands vents favorables, le championnat belge fera étape ce week-end à Middelkerke, une plage qui peut se targuer d’avoir été le théâtre de bien belles émotions déjà  en matière d’événements de beachvolley et d’une mini-tornade en particulier

Sur le plan international, on mentionnera que nos amis Dries Koekelkoren et Tom van Walle sont sans doute déjà à Vienne où, à partir du 31, ils tenteront de se qualifier pour entrer dans le main draw du Master FIVB 5 étoiles qui rassemblera, comme à Gstaad, le gratin du beachvolley mondial.

Bon week-end à chacune et chacun.

http://www.fivb.org/en/BeachVolleyball/viewPressRelease.asp?No=76938&Language=en

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s