La nouvelle est tombée hier, la Belgique organisera l’an prochain une des 20 étapes préliminaires de la Women VNL (Volley Nations League) 2019. Cela se passera du 4 au 6 juin et, à cette occasion, les Yellow Tigers affronteront la Pologne, la Russie et la Serbie, soit 3 des 8 équipes européennes qui participeront à cette grande épreuve mise sur pied, avec toutes les équipes de l’élite mondiale, pour promouvoir au mieux le volley-ball au plan mondial.

La VNL est une compétition qui n’a pas le même statut qu’un championnat du monde ou qu’un tournoi olympique. Elle n’en constitue pas moins une épreuve qui, rassemblant les 16 meilleures équipes du monde, a toutes les allures d’un “Master Mondial” par le rayonnement qui lui est donné et par l’importance des montants financiers qu’elle attribue aux équipes et aux joueuses qui s’imposent en bout d’un parcours fait de cinq tournois préliminaires de trois matches et d’une phase finale réunissant les 6 mieux classées à l’issue de ce round robin.

La VNL présente cette particularité, ou ce défaut diront certains qui n’aiment pas les régimes à deux vitesses au sein d’une même activité, que douze équipes sont toujours assurées de faire partie de ce grand rassemblement tandis que quatre autres se doivent d’éviter de terminer le tournoi à la dernière place du classement qui les concerne tout spécifiquement si elles veulent être à nouveau qualifiées pour l’édition de l’année suivante. Ces quatre équipes sont appelées les “Challengers”. Les Yellow Tigers en font partie aux cotés de la Bulgarie, de la Pologne et de la République Dominicaine.

Cette année, nos compatriotes avaient terminé la VNL en treizième position devant la République Dominicaine, la Thaïlande et l’Argentine, trois équipes qu’elles avaient vaincues. Elles avaient également réussi l’exploit de battre, lors du premier match de la compétition, l’équipe de Corée du Sud et avaient, comme autre haut fait d’arme, poussé l’équipe des Pays-Bas dans ses derniers retranchements. Quant aux autres matches, ils furent faits de hauts et de bas mais, au total, le bilan fut globalement positif quand on sait que Gert Vande Broek n’avait pas craint de prendre de grands risques en effectuant une sélection au sein de laquelle il avait opéré un très grand rajeunissement des cadres.

L’an prochain, les Yellow Tigers devraient avoir pour premier objectif de laissser au moins une des trois autres équipes “Challengers” derrière elles au classement et, en second, celui de remporter l’un ou l’autre match pour obtenir un classement tournant aux environs de la dixième/douzième place.

Dans cette double perspective, elles se devront d’être tôt en forme car,, à l’examen du calendrier, c’est dans les trois premiers tournois qu’elles auront le plus de belles occasions de se ménager un beau classement.

On n’en est évidemment pas encore là. Dans l’attente, apprécions aujourd’hui le fait que le public belge aura, au mois de juin, l’occasion de vivre, pendant trois jours, l’ambiance d’une compétition d’envergure mondiale. Tant mieux tant mieux, tant il s’agit là d’une saveur à nulle autre comparable.

Semaine 1 (du 21 au 23 mai): Bulgarie (organisateur), Japon, Etats-Unis, Belgique
Semaine 2 (du 28 au 30 mai): Chine (organisateurr), Thailande, Corée du Sud, Belgique
Semaine 3 (du 4 au 6 juin): Belgique (organisateur), Serbie, Russie, Pologne
Semaine 4 (du 11 au 13 juin): Allemagne (organisateur), Pays-Bas, République Dominicaine, Belgique
Semaine 5 (du 18 au 20 juin): Turquie (organisateur), Italie, Brésil, Belgique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s