Le match Italie – Belgique n’aura duré que peu de temps. De fait, nos Red Dragons n’ont réellement résisté aux Italiens que jusqu’au deuxième TO technique de la première manche. Jusqu’alors, ils avaient tenu tête aux Juantorena, Zaitsev et Mazzone qui avaient pourtant déjà montré combien ils étaient d’une classe supérieure. Au premier TO technique, Deroo et ses équipiers menaient 6-8. A la reprise, ils encaissaient un 4-0 mais gardaient néanmoins le contact jusqu’à ce deuxième TO technique: 16-14. La suite fut moins heureuse. Zaitsev, remarquablement servi par Gianelli, haussait le ton et Vande Voorde était impuissant, et souvent hors tempo, face à cet attaquant hors pair. A 19-15, les nôtres se voyaient spolier d’un point et les Italiens, qui n’avaient pas besoin de ce coup de pouce, filaient à 22-15. Van den Dries parvenait bien à colmater quelque peu la brèche qui se faisait jour dans la cale des réceptions (très insuffisantes aujourd’hui dans le chef de Stuer et de Ribbens quand celui-ci fut aligné) et dans le registre des services qui, quand ils n’étaient pas out, ne mettaient pas suffisamment la squadra azzura en difficulté. C’est Lanza qui marquait le 25è point du premier set pour l’Italie: 25-20.

Le début de la deuxième manche vit les nôtres faire jeu égal jusqu’au moment où, à 5-6, les Italiens reçurent du corps arbitral un point qui, avec un arbitre moins influençable, aurait pu tout aussi bien revenir aux nôtres. En lieu et place de 5-7, cela faisait 6-6 et permettait aux joueurs de Blengini de s’envoler 8-6, 13-9. A ce moment-là, Anastasi remplaça D’Hulst par Valkiers et, à 15-10, Klinkenberg monta au jeu pour Rousseaux. Tous ces changements n’apportèrent rien car les fuites se trouvaient au niveau du bloc central et des réceptions. A 22-15, Coolman fut appelé à remplacer Van de Voorde qui était loin de connaître son meilleur jour. Les Italiens marquaient leur 25ème point sur un nouveau raté de Stuer : 25-17

Pour entamer le troisième et dernier set, Anastasi aligna une formation au sein de laquelle il n’y avait plus que Sam Deroo, Verhees et D’Hulst comme joueurs qui avaient été alignés au début de la partie. Cette équipe, qui comprenait donc Tuerlinckx, Coolman, Klinkenberg et Ribbens ne se débrouillait pas trop mal, surtout dans le chef de Tuerlinckx et de Klinkenberg, mais n’était évidemment pas de taille pour rivaliser avec un sept italien (et un extraordinaire Colaci au poste de libéro) qui savait depuis longtemps qu’il avait partie gagnée. A 14-8, l’arbitre mexicain se fit à nouveau remarquer au détriment des nôtres. Peu après, Deroo était remplacé par Grobelny. A 21-14, Gianelli montra qu’il n’était pas seulement un remarquable passeur mais également, en s’offrant deux aces successifs, un énorme serveur. A 24-15, l’arbitre mexicain Luis Macias siffla out une attaque de Grobelny mais la vidéo lui montra qu’il n’en était rien. Cela permit ainsi aux Red Dragons d’ajouter un point dans leur corbeille avant de remettre les armes dont , il faut bien le dire, ils ne se servirent guère (0 block par exemple) ce jeudi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s