Les Red Dragons ont brillamment assuré leur qualification pour le deuxième tour des Championnats du monde. En effet, après un départ catastrophique, ils ont remarquablement redressé la situation et ont battu en quatre sets des Japonais qui ont dû plier sous les coups de massue et face aux blocs de nos représentants. Ceux-ci doivent encore jouer demain contre la sélection de la République Dominicaine mais ils pourront le faire sans pression du fait qu’ils ont déjà leur ticket pour Bologne en poche.

C’est magnifique quand on sait que, il y a quatre ans, nos Red Dragons avaient dû rentrer au bercail après le premier tour de la principale compétition de la FIVB.

De fait, le choc contre les Japonais avait très mal débuté pour Deroo et ses équipiers qui, dans le premier set, se nommaient Rousseaux, Valkiers, Van de Voorde, Coolman et Tuerlinckx avec Stuer comme libero. Cet attelage tint la route pendant quelques points avant de subir la domination des Japonais au sein desquels Nishida se montrait, tant en attaque qu’au service, particulièrement brillant et efficace. De 8-6, le Japon passa rapidement à 13-7 et 15-8. Il n’y en avait que pour les Asiatiques qui alignaient les points comme à la parade et qui ne laissaient pas le moindre répit à nos compatriotes, faisant passer le marquoir de 19-14 à 25-14 sans que les nôtres puissent s’exprimer tant les hommes de Nakagaichi étaient survoltés.

A l’entame du deuxième set, l’équipe belge présentait un visage plus conforme à celui qu’on lui connaît d’habitude. Bram Van den Dries et Peter Verhees faisaient leur rentrée et, dès les premiers échanges de cette manche, on put se rendre compte que la rencontre allait prendre une autre tournure. Sous l’impulsion de Van den Dries et de Deroo, les Red Dragons s’installaient directement au commandement des opérations et comptaient déjà 4 points d’avance au premier TO technique. Les Japonais se montraient moins incisifs au niveau du service mais gardaient néanmoins le contact en mettant à profit le fait que, pendant une courte période, Valkiers se montrait moins précis et que Rousseaux ne parvenait pas à faire le point: 9-10. Après le second TO technique qu’ils atteignirent sur la marque de 13-16, nos joueurs ratèrent 3 services d’affilée (6 au total sur ce seul set) mais gardaient néanmoins l’initiative: 16-19, 20-23.

A 21-23, les Japonais réussissaient un très beau sauvetage et concluaient par un smash qui les ramenait dans le dos des nôtres. Rousseaux était alors sollicité et réussissait un très beau smash: 22-24. D’Hulst et Tuerlinckx montaient au jeu mais redescendaient tout aussitôt après quand le marquoir indiquait 23-24. Van den Dries mettait alors tout le monde d’accord en signant un nouveau gros smash, 23-25.

Les Belges étaient lancés et devenaient de plus en plus conquérants au fil des échanges de la troisième manche. Rousseaux retrouvait toute sa pugnacité et son efficacité, les centraux étaient dans le rythme, Valkiers distribuait le jeu avec beaucoup de clairvoyance, Stuer était nettement meilleur que lors des deux derniers matches tandis que Van den Dries et Deroo étaient remarquables dans toutes leurs interventions (sauf un peu au service). La machine belge ressemblait de plus en plus à un rouleau compresseur et alignait les points comme les Japonais l’avaient fait lors du premier set. C’est d’ailleurs sur le même score que Rousseaux marquait la fin de la manche : 14-25.

Les Belges allaient-ils garder ce même tempo? Comment allaient réagir les Japonais qui débutaient la manche dans la même composition que lors de chacun des sets précédents?

Les Japonais s’accrochaient tandis que les nôtres n’affichaient plus tout à fait la même concentration que celle de la troisième manche. Il en résulta que les deux équipes se partagèrent équitablement les points jusqu’au moment où à 13-12, Deroo se mit à montrer le bon chemin et où son exemple fut suivi par Rousseaux qui, touché par un véritable état de grâce, signa alors une série de points qui resteront certainement gravés dans sa mémoire tant ils s’avérèrent déterminants. Ainsi, en l’espace de deux ou trois minutes à peine, le marquoir passa de 17-18 à 17-23. Les Red Dragons avaient partie gagnée et purent se congratuler quand, à 19-24, le Japon rata son 19ème service de la partie.

Bravo à tout l’ensemble avec une mention spéciale destinée à Bram Van den Dries (18 pts en 3 sets de jeu) et à Sam Deroo qui, pour des motifs différents, ont réussi à faire une grosse différence aujourd’hui face à cette bondissante équipe japonaise qui jouait également sa qualification pour le deuxième tour des Championnats du monde au travers de ce match que nul ne voulait perdre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s