La finale 2018 des championnats du monde Messieurs sera une répétition de la finale 2014 qui eut lieu en Pologne et qui vit le succès de l’équipe polonaise face à la formation brésilienne qui allait, deux ans plus tard, remporter le titre olympique. Nous aurons donc droit ce dimanche à partir de 21h15 à une somptueuse rencontre entre les champions du monde en titre et les champions olympiques. Que demander de plus ?

Les Brésiliens ont fait forte impression ce samedi contre les Serbes. Même si ceux-ci, par l’entremise de Atanasijevic et de Kovacevic, se montrèrent un rien plus percutants que les Brésiliens en attaque (48/44), ceux-ci firent preuve de plus de cohésion d’une part et de plus d’efficacité dans le domaine du block (4/9) et de la défense d’autre part. Les Serbes résistèrent bien tant et plus mais ne purent empêcher les Brésiliens de s’imposer dans le final de chacun des trois sets de la partie : 22-25/21-25/22-25.

Quant à la deuxième demi-finale, elle fut tout simplement remarquable de suspense et de qualité.

Dans la première manche, emmenés par un Drzyzka qui réalisait de très bons services et un Kurek qui allait être l’homme du match, les Polonais creusèrent rapidement un gros écart de l’ordre de 7 points qui leur furent très utiles pour résister au retour des Américains, 25-22. Dans les deux sets suivants,  conduits par un très grand Anderson et un Christenson qui était très créatif dans sa distribution, les Américains se montrèrent plus agressifs (trop dans le chef de certains de leurs joueurs) et plus performants que les champions du monde en titre au niveau du filet même si Kurek continuait à alimenter régulièrement le compteur des Polonais.

Quand les Américains eurent enlevé les deuxième et troisième sets (20-25, 23-25), nombreux ont dû être ceux qui ont pu penser que les hommes de John Speraw avaient fait l’essentiel pour se retrouver en finale. C’était sans compter sans la fierté des Polonais et sans le talent de Kubiak qui éleva un peu plus encore le niveau de son jeu et qui se fit plus capitaine que jamais. Comme Anderson et Sander se faisaient moins tranchants que dans les deux sets précédents, les échanges basculèrent en faveur des hommes de Vital Heynen qui, de son côté, se montra fin stratège tant dans l’utilisation de ses joueurs que des challenges qu’il remporta à chaque fois qu’il y fit appel. Après avoir enlevé le quatrième set 25-20, les Polonais se détachèrent immédiatement dans le début du tie-break et menaient 3-8 au changement de terrain. Les Américains ne s’avouaient pas vaincus mais ne purent toutefois empêcher Kurek (29 pts) et Kubiak (22 pts) de marquer les points nécessaires pour filer vers la victoire (11-15) et la qualification pour la finale. Quel match ….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s