C’est à une finale 100% européenne que le public de Yokohama aura l’occasion, et le plaisir, d’assister demain pour connaître qui succédera aux Etats-Unis au palmarès des championnats du monde féminins.

En effet, si la demi-finale qui opposait la Serbie et les Pays-Bas ne pouvait désigner qu’une équipe du Vieux Continent pour cette finale, l’Italie a, dans l’autre demi-finale, pris le meilleur sur la Chine et a ainsi donné à la finale cette coloration européenne qui indique à quel point les formations de la Confédération Européenne occupent (à nouveau) une très grande place sur la scène mondiale.

Dans les deux rencontres, les équipes victorieuses ont enlevé le premier set, sur le score de 25-22 pour les Serbes et de manière plus nette pour les Italiennes, 18-25. Dans les deux cas également, les deux autres équipes parvinrent à rétablir l’égalité. De manière étroite pour les Hollandaises, 26-28, et sur la marque de 25-21 pour les Chinoises. Dans la troisième manche, Rasic et ses équipières l’emportèrent 25-19 tandis que les Italiennes, emmenées par une Egonu qui faisait souvent la différence, rentraient une très belle carte, 16-25. Les quatrièmes sets des deux matches furent particulièrement disputés. Tandis que les Hollandaises baissaient pavillon sur le score de 25-23 et voyaient filer là l’espoir de participer à leur première finale de championnat du monde, les Chinoises parvenaient à rester dans le match en s’imposant au bout d’une bataille de balles de set et de balles de match, 31-29. Dans le tie-break, il fallut attendre la fin de la fin de cet épique suspense pour savoir de quel côté la pièce allait tomber. Les Italiennes menèrent 12-14 mais les Chinoises revinrent à 14-14. Egonu fit alors 14-15 mais rata la balle suivante. Par contre, elle scora ensuite à deux reprises  encore et c’est ainsi que la pièce tomba du côté de l’équipe qui avait marqué le plus de points sur l’ensemble de la partie et qui, grâce à Egonu, à Myriam Sylla et à Danesi essentiellement, s’était montrée la plus performante en attaque (80 smashes victorieux contre 60).

Les championnes olympiques ont été battues ce jour par plus fortes qu’elles mais, vu le jeune âge de la plupart des joueuses chinoises qui étaient sur le terrain, il est à penser qu’ellles seront bien armées pour défendre leur titre au Japon dans deux ans.

Demain, ce sera donc la grande finale. Qui l’emportera ? La force d’ensemble et la plus grande fraîcheur de l’équipe serbe ou l’extraordinaire puissance de feu et l’hyper motivation de la squadra azzura ? Faites vos jeux, la roue des Championnats du monde féminins va bientôt cesser de tourner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s