Pendant très longtemps, le volley-ball a rencontré beaucoup de difficultés pour avoir accès à la « petite lucarne » des postes de télévision. Le volley-ball étant un sport dont on ne peut prévoir la durée de ses rencontres, les programmateurs de télévision ont toujours considéré qu’il s’agissait là d’un obstacle quasi infranchissable pour eux qui ont à élaborer des émissions qui entrent dans des grilles horaires préétablies. Ils ont ainsi, pour beaucoup du moins, tourné longtemps le dos à notre discipline et à ses matches aux durées indéfinissables.

Les dirigeants de la Fédération Internationale de Volley-Ball ne sont pas restés sourds à ce type d’argumentation qui ne manquait pas de fondement même si le tennis, qui présente les mêmes caractéristiques que le volley sur le plan de la durée de ses confrontations, a toujours bénéficié et bénéficie toujours d’une très large couverture télévisuelle. Cela étant, ces mêmes dirigeants ont dès lors, dans les vingt dernières années du siècle dernier, multiplié les essais pour faire en sorte que le volley-ball puisse être plus « présentable » aux yeux de celles et de ceux qui ont à composer les programmes de télévision d’une part et pour le rendre plus vivant et plus spectaculaire par ailleurs d’autre part. Ainsi s’expliquent les nombreuses « retouches » dont le volley-ball a fait l’objet et dont la principale a été l’octroi d’un point à l’équipe qui a gagné un échange de jeu. Cette réforme, jointe à une « offre sportive » de très grande qualité au niveau des épreuves mises sur pied, a obtenu les effets escomptés en ce qui concerne l’accès du volley-ball à une plus grande reconnaissance télévisuelle. Du moins partiellement car, dans bien des pays ou dans partie de ceux-ci (comme en Communauté française de Belgique par exemple), les responsables d’émissions sportives sont gens tellement campés sur leur point d vue et leur pré carré que le volley-ball peine encore à trouver bonne place dans la grille des programmes des télévisions généralistes.

Ces freins ont stimulé plus encore les dirigeants de la FIVB, des Confédérations continentales, de certaines grandes fédérations nationales et des Ligues les plus actives en matière de promotion de notre sport, qui, comme tous les autres au demeurant, tend de plus en plus à être présenté comme un « produit ». C’est ainsi qu’ils se sont mis en tête de faire appel aux nouvelles technologies. Ils ont bien fait d’agir de la sorte puisqu’ils sont aujourd’hui en mesure de proposer, pour toutes les épreuves importantes du calendier international, des retransmissions en direct moyennant le payment d’un droit d’abonnement pour des retransmissions faites en direct via satellite et par le biais des services d’un circuit privé.

Cette mise en concurrence entre « Télévision et Circuit télévisé intérieur », qui va devenir le lot pour toutes les disciplines sportives, a pour effet de rendre les télévisions généralistes ou spécialisées dans le domaine du sport plus ouvertes qu’elles ne l’étaient auparavant à l’égard du volley-ball. La chaîne de télévision Be tv n’a pas attendu cette confrontation et c’est ainsi que, au cours de ces deux/trois derniers jours, elle a pris le bon pli d’arrêter accord avec les responsables de l’EuroMillions Volley League qui sont dépositaires des droits de télévision pour les rencontres de la Champions League Messieurs aux fins de diffuser, à partir de ce mardi, toutes les rencontres impliquant les équipes de Greenyard Maaseik et de Knack Roeselare.

Cet accord, auquel n’ont pas peu contribué des personnes qu’il m’est agréable de qualifier d’amies, est une réelle aubaine pour la bonne image du volley-ball au niveau de la Communauté française de Belgique tant il est vrai que, faute d’une politique de communication correctement menée par nos instances fédérales, notre sport souffre par rapport à d’autres sports d’un manque de reconnaissance médiatique particulièrement regrettable.

Aussi, réjouissons-nous de cette grande nouvelle et applaudissons cette belle union conclue entre l’EuroMillions Volley League et Be tv qui produira ses effets on ne peut plus prochainement. En effet, c’est déjà ce mardi que sera retransmise à partir de 15 heures la rencontre entre l’équipe allemande de Halkbank Ankara et Knack Roeselare  tandis que le duel entre Berlin Recycling et Greenyard Maaseik sera diffusé jeudi à partir de 20h30.

Tous à vos postes.

Philippe et Marc

 

(*) Les photos des joueurs et coach de Knack Roeselare sont signées Jan Vanmedegael

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s