Il est difficile de faire un choix entre les deux exploits de la soirée tant ils sont beaux tous les deux. Il y a d’un côté le succès de l’équipe d’Asterix AVO Beveren face à Hermes Ostende, ce qui signifie qu’elle a remporté là le treizième titre national de l’histoire du club, il y a de l’autre la victoire de Greenyard Maaseik arrachée à Roulers après un suspense digne des plus grands polars, ce qui veut dire que les Limbourgeois ont frappé un grand coup dès l’entame du Final 2.

Pourquoi réserver la première place de l’article de ce soir aux dames et aux nouvelles championnes de Belgique, les joueuses d’Asterix AVO Beveren ? Tout simplement parce que, en allant battre sur leur terrain pour la deuxième fois en l’espace de quinze jours seulement les joueuses d’Ostende qui avaient remporté cette saison la phase classique du championnat et la Coupe de Belgique, les joueuses conduites par Gert Vande Broek et Kris Vansnick ont montré qu’elles avaient tout à la fois une très grande force de caractère et une réelle capacité à se surpasser, ou du moins à jouer au mieux de leurs capacités, les jours où il s’agissait de le faire pour avoir une chance de s’imposer.

On le sait, les Flandriennes sont, tout au long de la saison, apparues moins fortes qu’elles ne l’étaient par le passé. Elles ont été battues plus souvent qu’elles ne l’avaient jamais été. Elles ont été éliminées de la finale de la Coupe de Belgique alors qu’elles ne l’auraient sans doute pas été si le règlement de la compétition des dames avait été le même que celui des hommes. Durant la deuxième phase du championnat, elles s’inclinèrent à deux reprises face à Hermes Ostende et furent quelque peu accrochées par VDK Gand. Elles n’en restèrent pas moins fortes dans leur tête et solides sur leurs jambes. C’est ainsi que, bien préparées psychologiquement et tactiquement par les deux fins stratèges que sont Gert Vande Broek et Kris Vansnick (qui sera seul aux commandes de l’équipe flandrienne la saison prochaine), elles furent impressionnantes de détermination et d’efficacité au cours des trois confrontations qu’elles eurent à livrer contre leurs rivales ostendaises dans le cadre de ce Final 2. Ce fut encore le cas ce samedi. Ainsi, après avoir enlevé les deux premiers sets de manière très autoritaire (22-25/18-25), elles connurent un moment de flottement dans la troisième manche que Biebauw et ses équipières remportèrent 25-17, elles se rebiffèrent et montrèrent en quoi elles étaient de la trempe des championnes : 18-25. Bravo à elles et à leur entourage pour cette démonstration de grande maîtrise et de haut savoir-faire.

Ce même compliment pourrait être également adressé aux joueurs de Greenyard Maaseik qui ont signé à Roulers une victoire digne d’être épinglée dans le livre d’or du championnat de l’élite nationale masculine. Imaginez. Acte 1. Les Limbourgeois sont au botte-à-botte avec les Flandriens mais, à 20-20, Tammemaa rate son service tandis que Coolman signe deux aces immédiatement après. Résultat: 25-21 pour les locaux. Acte 2. Emmenés par un Maan qui a sorti le grand jeu ce samedi, les Limbourgeois font la course en tête et enlèvent les deux manches suivantes : 21-25/21-25. Acte 3. La quatrième manche est très disputée et, à 17-17, Knack Roulers se détache quelque peu grâce à Coolman et à Van Hirtum. Les Flandriens l’emportent 25-21.

Acte 4, le plus extraordinaire. Les locaux sont sur un nuage et prennent rapidement un gros avantage: 5-2, 9-4, 11-5. Le match paraît plié mais c’est alors que les champions en titre entament une remontée exceptionnelle: 11-8, 12-11. A 13-12, Tuerlinckx et ses équipiers font le point et viennent ainsi s’installer en situation de remporter ce premier duel du Final 2. Les Limbourgeois repoussent les deux premières balles de match, 14-14. Ils en sauvent deux nouvelles à 15-14 et à 16-15 avant de passer devant à 16-17. Les Flandriens sentent le match leur échapper mais s’accrochent et sauvent à leur tour deux balles de match à 16-17 et à 17-18. Ils craquent à 18-19 et les hommes de Joel Banks remportent là un succès qui, à n’en pas douter, comptera pour beaucoup dans la suite de ce Final 2 qui a connu ce samedi des moments appelés à faire date. Fameux match que ce classico du 27 avril 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s