rond-point schuman PS

Sous le couvert d’un emballage qui fait joli sur papier, Pascal Smet envisage de mener sur la Place Schuman une opération qui, si elle aboutissait, serait d’autant plus regrettable qu’elle serait triplement néfaste.

Primo, elle étranglerait un peu plus encore que ce n’est le cas aujourd’hui la circulation automobile qui, via le tunnel Reyers, provient des deux autres Régions. Du fait du rétrécissement de l’avenue de Cortenbergh et des obstacles posés pour empêcher les véhicules d’échapper à cet étranglement, cette voie à deux bandes serait vouée à allonger la file des voitures et des véhicules qui, n’ayant pas d’autre passage pour atteindre la rue de la Loi, pollueraient ainsi davantage l’air ambiant 

Secundo, elle rendrait désormais impossible au niveau de la Place Schuman le transit entre Schaerbeek d’une part et Etterbeek et Auderghem d’autre part comme elle couperait également la liaison qui peut se faire aujourd’hui entre rue Froissart ou chaussée d’Auderghem d’une part et la rue Archimède ou la rue de la Loi d’autre part. De ce fait, c’est tout le sens de ce quartier, un lieu par nature destiné à faciliter les échanges, qui se trouverait amputé d’une bonne partie de sa symbolique par le fait que ce ne serait plus que par des liens détournés (rue de la Joyeuse Entrée qui n’est pas faite pour accueillir une circulation à double sens ou la Chaussée d’Etterbeek qui est déjà saturée aux heures de pointe) que l’on pourrait passer d’un quartier à l’autre du rond-point alors qu’il est possible de le faire « naturellement », c’est-à-dire sans détour, aujourd’hui.

Tertio, le bâtiment qui est prévu au centre de la Place n’a pas, dans la configuration qui est devenue la sienne au fil des retouches, ne semble guère être destiné à avoir une grande vocation si ce n’est celle de devenir plus que probablement un abri idéal en cas de fortes pluies pour les quelques passant(e)s qui passeraient par là quand il n’y aurait pas de manifestations. De ce fait, il est permis de penser que, vu son manque de caractère symbolique à se trouver ainsi planté là, il deviendrait vite la « cible » de tout qui « monte » à Bruxelles pour contester avec force, et parfois violence, les politiques qui ont pour effets d’affecter leur état de vie et de les rendre mécontents du sort qui leur est fait comme de tout ce qui leur apparaît comme n’ayant pas de sens…

Bref, vous l’aurez compris, je n’aime vraiment pas ce projet. Et, pour tout vous dire, celui-ci encore moins que ceux dont Pascal Smet parle ad nauseum quasi chaque jour qui passe comme s’il cherchait à faire croire qu’il a été productif et utile pour la collectivité durant cette dernière législature.

Vivement le 26 mai prochain pour que l’électeur dégage Pascal Smet de la circulation politique.

PS. De plus, quand Pascal Smet se prévaut d’avoir consulté toutes les associations concernées par ce projet dont le financement n’est même pas garanti, je peux attester qu’il s’agit là d’un très gros mensonge.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s