La Turquie a battu sans discussion aucune une équipe belge qui ne valut que par la prestation de quelques-uns de ses joueurs. Au cours du premier set, les jeunes Red Dragons l’emportèrent 25-22 après avoir mené plus souvent qu’à leur tour et après avoir pris un avantage de deux points à partir de 21-21. Au cours de cette manche, il avait déjà été permis de constater que Lou Kindt était bien seul pour alimenter le compteur d’une équipe belge qui ne donna jamais l’impression qu’elle avait beaucoup de corps tant les efforts des uns et des autres manquaient de liant.

Quand l’équipe turque se mit à faire moins de fautes gratuites, la physionomie de la partie changea assez sensiblement et tourna en faveur de Lagumdzija, Subasi et de leurs partenaires. Ceux-ci empochèrent le deuxième set sur la marque de 14-25 et menèrent ensuite rapidement 5-8. Les nôtres, où Van Hoeyeweghen avait pris la place de Cosemans et où S.Peeters allait également remplacer B.Peters, opposaient une belle résistance mais ne purent rien quand, à 18-18, les Turcs donnèrent un coup d’accélérateur et firent 18-22. Le set était plié : 22-25.

Dans la manche qui allait être la dernière d’une rencontre qui ne fut pas d’un grand niveau tant il y eut de part et d’autre beaucoup de déchets, les hommes de B. Van Kerckhove, qui ne montra pas une grande sérénité dans la conduite de ses troupes, firent la course en tête jusqu’à 11-8. Lou Kindt confirmait qu’il était bien plus qu’un simple espoir pour l’équipe des Red Dragons de demain tandis que S. Peeters apportait un dynamisme et des interventions du meilleur aloi.

La partie prit sa tournure définitive quand, sous la conduite de Eksi, les Turcs firent passer la marquoir de 11-8 à 11-13. Les Belges s’accrochaient et parvenaient à rétablir l’égalité à 15-15 et à 17-17. Ils avaient atteint là leur plenum. Les Turcs creusèrent un écart de trois points grâce à Lagumdzija qui se montrait très tranchant dans cette fin de match. La rencontre connaissait son vainqueur. La Turquie l’emportait 21-25 et prenait par la même occasion une belle option sur la victoire finale dans ce tournoi de la Golden European League.

Un tournoi qui n’aurait pas échappé à la Belgique si le nécessaire avait été fait pour que notre équipe belge soit autrement représentative de ses réelles forces que ce que le public (800 personnes au grand maximum) a eu l’occasion de voir à l’oeuvre à Bruxelles dans un Palais 12 très joliment aménagé mais fort dépeuplé par faute d’un manque désolant de publicité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s