Le Tour de France passant dans Bruxelles, je n’aurai donc vu qu’une seule rencontre de beachvolley aujourd’hui, celle qui a permis aux Norvégiens Mol – Sorum de remporter la médaille de bronze face aux Amériacains Bourne – Crabbe. Ceux-ci avaient très bien entamé la rencontre car, développant le même type de jeu que celui qui, la veille, avait permis aux Allemands Thole-Wickler de défaire, à la surprise générale, les tenants de la première place du ranking mondial en trois sets, ils empochaient la première manche sur le score de 21-19. Quand Mol se mit à mieux ajuster ses blocks et à montrer ainsi qu’il était bien le grand patron des filets, Sorum put mieux asurer la couverture défensive et le match tourna complètement à l’avantage ( 15-21/10-15 ) des Norvégiens, et ce, pour le plus grand plaisir de leurs fans venus nombreux dans ce magnifique stade ouvert de Hambourg.

Quant à la finale, elle a constitué une grosse désillusion pour le public allemand. En effet, alors que Thole et Wickler avaient empoché le premier set sur la marque de 21-19, les Russes Stoyanovskyi et Krasilnikov redressèrent la situation et firent tourner le match en leur faveur : 17-21 et 11-15. Les jeunes Allemands passaient à côté de la médaille en or mais se consoleront en se disant qu’ils ont réalisé l’exploit du tournoi en battant ceux qui partaient grands favoris de ces Mondiaux et, surtout, en faisant la démonstration que, s’ils continuent à progresser comme ils l’ont fait au cours de cette dernière année, ils ne tarderont pas à venir prendre place aux tout premiers rangs du classement mondial de la FIVB

Premier bilan de ces Championnats du monde, les Européens terminent aux trois premières places du classement masculin alors que, chez les Dames, les premières européennes, les Suissesses Betschart-Huberli, ont terminé ces Mondiaux, remarquablement organisés par nos voisins allemands, à la quatrième place.

A Nanjing, la finale de la deuxième édition de la Volley Nations League est, comme l’an dernier, revenue à l’équipe des Etats-Unis. Celle-ci eut le grand mérite de ne pas baisser les bras quand, après avoir dominé les premiers échanges dans les deux premiers sets, elle se trouva au total menée deux sets à zéro : 25-20/25-22. Karch Kiraly modifiia quelque peu ses pions d’attaque et c’est ainsi que, avec Drews comme principale force de frappe et Jordan Larson qui avait remplacé Bartsch-Hackley, les Américaines renversèrent le cours du jeu. Et remportèrent un succès, 15-25/21-25/13-15, qui est amplement mérité au vu de l’ensemble de la compétition et qui leur aura apporté la confirmation que Karch Kiraly disposait en la jeune Drews d’un nouveau gros atout dans la perspective des Jeux olympiques de Tokyo…et des suivants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s