Notre Beachvolleyteam Koekelkoren-van Walle s’est déplacé cette semaine au Portugal pour prendre part au tournoi 4 étoiles de la FIVB qui se déroulait à Espinho très précisément.

Dans leur poule, ils ont tout d’abord rencontré la paire brésilienne Alison – Alvaro Filho qui fait partie du peloton des dix meilleures mondiales du moment (ils sont classés en 5ème position pour l’heure). Dries et Tom ont livré un très bon premier set qu’ils ont enlevé sur la marque de 17-21. Ils ont bien entamé le suivant mais Dries a connu un coup de mou en attaque et les Brésiliens sont passés devant pour s’imposer 21-18. Dans le tie-break, les Brésiliens faisaient rapidement le trou et signaient un 15-8 qui leur valait la victoire.

Dans le match suivant, nos compatriotes ont été opposés à un duo hollandais qu’ils connaissent très bien et, jouant sans stress et sans baisse de régime, ils ont fait une belle différence, 21-13/21-14, qui leur permettait d’accéder au premier tour du Main draw. Là, ils sont tombés sur une autre paire brésilienne, Saymon – Guto, qui n’a pas le même classement que Alison-Filho mais qui n’en figure pas moins parmi les 30 premières classées du ranking actuel de la FIVB.

Notre belgian team a tenu la route pendant les deux premiers sets que les deux équipes se sont partagés équitablement : 21-17/16-21. Dries et Tom avaient l’avantage psychologique d’avoir remporté la deuxième manche mais les Brésiliens étaient plus costauds que nos deux compères et ont pris le tie-break à leur compte, 15-9.

De la sorte, le tournoi d’Espinho est terminé pour notre équipe qui prendra dès demain l’avion pour se rendre à Tokyo pour y participer à un autre tournoi 4 étoiles où ils sont qualifiés pour entrer d’office dans une des huit poules du Main Draw de la compétition. Après ce tournoi, ils reviendront en Europe pour se rendre à Vienne et tenter de se qualifier pour participer au Main Draw du deuxième et dernier tournoi 5 étoiles FIVB de la saison. Ces deux prochaines étapes seront très importantes pour nos deux beachers tant ils sont en manque de points au niveau du ranking mondial où ils n’occupent plus pour le moment que la 62ème place et tant ils se doivent de réaliser lors de ces deux prochains tournois des résultats qui leur rapporteront de quoi remonter quelque peu la pente dans la hiérarchie mondiale.

A Espinho, il y avait une autre équipe belge, féminine celle-ci. En effet, le duo Cools – Van den Vonder était également présent. Sarah et Lisa n’auront disputé qu’une seule rencontre. Dans le tournoi de qualification, elles ont affronté la paire thaïlandaise Radarong-Hongpak et ont été battues en deux sets : 21-16/21-13 . Quand je vous aurai dit que ces mêmes Thaïlandaises ont ensuite, au second tour de qualification, été battues en deux sets par une équipe russe, Dabizha – Rudykh, qui ne compte qu’une 25ème place au dernier tournoi de Gstaadt à son palmarès, vous aurez ainsi une juste idée de l’énorme fossé qui sépare aujourd’hui le beachvolley belge dit de haut niveau du haut niveau de beachvolley de grand nombre d’autres pays européens.

Le beachvolley belge est dans un trou alors qu’il existe pourtant des personnes de qualité autour des terrains pour lui rendre la dynamique qu’il a connue dans la fin des années 90 et dans les premières années de ce siècle quand les initiatives se multipliaient (Coupe de Belgique sur la Grand’Place de Bruxelles, manche du World Tour FIVB à Ostende, un encadrement administratif des activités mises sur pied dans le pays, un championnat de Belgique qui était présent sur la Côte pendant les mois de juillet et d’août, un Conseil National au sein duquel les joueuses et les joueurs comptaient des représentant(e)s de qualité, une promotion de ce Championnat largement diffusée,…).

Si d’aucuns ont réussi, hier, à mettre sur pied ces diverses activités qui ne manquaient pas d’apparaître, sans que cela n’ait coûté aux finances de la Fédération Belge, comme autant de tours de force contribuant à la bonne image et à la valorisation du beachvolley, on ne peut qu’espérer que les dirigeants actuels de Volley Belgium ne tarderont pas à trouver, eux aussi, les formules et les moyens qui permettront au beachvolley belge de sortir de l’impasse dans laquelle celui-ci se trouve pour l’heure et à le relancer dans la bonne direction. L’espoir est un devoir.

(Pour info, le championnat de Belgique a planté sa tente ce week-end sur Ladeuzeplein de Louvain où, comme c’est le cas depuis des temps immémoriaux, les organisateurs font toujours merveille pour mettre le beachvolley en valeur)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s