Sept des équipes féminines qui participeront au tournoi olympique de Tokyo sont ainsi déjà connues. Outre le Japon qui, comme pays hôte, était qualifié d’office, les six tournois organisés au cours de ce dernier week-end un peu partout dans le monde ont vu émerger la Serbie, les USA, la Russie, le Brésil, la Chine et l’Italie, c’est-à-dire toute la crème du volley-ball féminin mondial.

A Wroclaw, en Pologne, la Serbie n’a éprouvé de difficultés que contre la Pologne qui, lors de la dernière journée du tournoi, a enlevé le premier set de la rencontre avant de céder deux des trois autres suivants par le plus mince des scores : 21-25.25-23/25-16/25-23. La Pologne a montré là qu’elle ne cessait de progresser et qu’il faudra compter avec ses joueuses lors des prochains championnats d’Europe qui, on le sait, s’y dérouleront pour partie à partir du 23 de ce mois.

A Ningbo, en Chine, l’équipe championne olympique n’a cédé qu’un seul set au cours des trois matches qu’elle a disputés. Ce ne fut pas contre la Turquie mais bien contre l’Allemagne. Dans le match décisif pour la qualification, Zhu Ting et ses équipières n’ont pas fait dans le détail et ont battu les joueuses turques sur le score sans appel de 25-18/25-12/25-18. Elles sont donc assurées de pouvoir défendre leur titre olympique.

A Schreveport-Bossier, aux Etats-Unis, les joueuses de Karch Kiraly et leurs suporters ont connu quelques moments de doute quand les Bulgares ont enlevé le troisième set et ont ainsi mené deux sets à un. Les Américaines ont serré les dents et, remontant la pente, et ont enlevé les deux manches qu’elles se devaient d’enlever pour remporter le match et assurer leur qualification : 21-25/25-18/ 21-25/25-20/15-10. Les Bulgares ont agréablement surpris tout leur monde et Karch Kiraly n’était pas le moins avare en commentaires élogieux pour souligner la qualité de leur jeu.

C’est à Uberlandia au Brésil que se déroula le tournoi le plus spectaculaire et le plus surprenant au niveau des résultats. Certes, l’équipe brésilienne s’est fianelement imposé mais le moins que l’on puisse dire est que cela ne fut pas chose aisée pour elle. Contre l’Azerbaïdjan, les Brésiliennes furent menées par deux sets à un avant de s’imposer de peu dans le tie-break (25-13/23-25/21-25/25-19/5-12) face à une équipe d’Azerbaïdjan au sein de laquelle Rahimova livra un tout grand match. Le lendemain, contre la République Dominicaine, le Brésil mena bien deux sets à zéro mais ne put empêcher Martinez et ses grandes copines de revenir à sa hauteur avant de devoir arracher la victoire avec les dents : 25-22/25-19/ 23-25/18-25/15-10.

A Kaliningrad, en Russie, c’est également à la cravache que les joueuses russes, avec Goncharova en grande forme, finirent par s’imposer dans le match de la qualification. En effet, les Coréennes du Sud menaient là deux sets à zéro: 21-25/20-25 et donnaient l’impression que la victoire leur tendait les bras. C’est alors que les Russes sortirent le grand jeu et refirent leur retard avant de pouvoir lever les bras en l’air pour célébrer leur succès: 25-22/25-16/15-11. N’empêche qu’elles sont passées là près du gouffre car il n’y aura plus, il faut le savoir, qu’un seul ticket valable pour Tokyo et accessible pour les équipes européennes dans le cadre des cinq derniers tournois continentaux qui se joueront à partir du 2 janvier prochain.

Enfin, à Catania en Sicile, c’est Egonu et ses équipières qui l’ont emporté. De fait, ce ne fut que contre les Hollandaises que les Italiennes durent s’employer mais elles durent le faire en ne lâchant rien tant les deux équipes étaient proches l’une de l’autre. Elles ne furent finalement départagées que par la toute grande prestation d’ Egonu qui, très bien servie par Malinov, aligna 25 points victorieux en attaque, c’est-à-dire autant que le total de toutes ses équipières.

Le premier tour olympique féminin est ainsi passé. Le week-end prochain, ce sera au tour des équipes masculines d’occuper le devant de la scène internationale, et ce, en ayant le même objectif que celui qui a tendu les 24 équipes féminines au cours du week-end passé, enlever le Daruma qui symbolise la qualification pour les Jeux de Tokyo. Je reviendrai mercredi sur cette nouvelle page du calendrier du volley-ball mondial.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s