Il n’y a pas eu de miracle à Rotterdam. Nos Red Dragons ont été battus à la régulière, en quatre sets, par une équipe des Etats-Unis qui fit preuve d’une plus grande cohésion et d’un meilleur état de forme dans le chef de ses principaux joueurs par rapport aux nôtres.

Le fait d’avoir enlevé un set face à l’équipe qui, il y a moins d’un mois, terminait la Volley Nations League sur la deuxième marche du podium fera dire à d’aucuns, et certainement aux membres du staff de notre équipe nationale, qu’il s’agit là d’un résultat plus qu’honorable et il serait absurde de prétendre le contraire. Cela étant, il a été permis de constater en plusieurs moments du match que notre équipe manquait de rythme et de “jus” dans les deux domaines où, sauf au troisième set, les Américains excellèrent particulièrement, c’est-à-dire au service et à la réception.

Dans le courant du premier set, nos compatriotes ont tenu tête à Christianson et à ses équipiers pendant un bon bout de temps. C’est ainsi qu’ils menaient encore 20-19, c’est-à-dire jusqu’au moment où Anderson passa au servive et mit nos réceptionneurs sous haute pression. Quand l’échange se prolongeait, Christianson s’attachait à diriger ses passes au-dessus de D’Hulst et la cause était entendue. Van Kerckhove effectua bien, à 20-23, un changement en faisant monter Baetens pour Rousseaux mais cela n’apporta rien. Sur les deux phases suivantes, Van Den Dries et De Roo furent bloqués par des murs faits de 3 hommes et la manche se termina sur le score de 20-25.

La manche suivante fut équilibrée jusqu’au second time-out technique. Les Américains passèrent en tête au premier TTO en n’ayant qu’un seul point d’avance. Ils en comptaient quatre au second. Tuerlinckx, qui était au jeu suite au double changement opéré entre les passeurs et les opposite, fit alors 13-16 mais, sous les services en forme d’ obus de Muagututia, les US boys firent passer le marquoir à 13-20. La machine américaine était lancée et le score se fit sévère pour les nôtres : 15-25.

Au troisième ser, Tuerlinckx prit la place de Van Den Dries qui avait perdu au fil des deux sets le jus qu’il avait montré tout en début de partie. Ce fut une réussite. Hendrik apporta de la vivacité et de l’audace dans le jeu de Dragons et communiqua son enthousiasme à Rousseaux qui se mit à jouer, lui aussi, via les mains et à réussir de beaux points. Comme les Américains se faisaient moins pressants au service et moins présents au filet et en défense, la partie changea de physionomie . Les nôtres se mirent à mener à leur tour. Ils se ménagèrent un bel avantage à 7-3 mais les Américains le réduisirent assez vite, 9-8 avant de laisser les premiers rôles à nos représentants qui jouaient avec beaucoup d’allant. D’Hulst excellait aussi bien en défense qu’à la passe et, comme les réceptions arrivaient dans ses parages, il sollicitait avec bonheur ses attaquants, et Tuerlinckx en particulier. C’est ainsi que s’explique la belle cavalcade de nos troupes durant cette manche qui connut les étapes suivantes : 13-9/ 17-11/22-15/25-17.

John Speraw fit monter Muagututia à la place de Jaeschke et resserra les boulons de son équipe au niveau du service et de la réception. Cela se ressentit assez vite au niveau des échanges. Les Américains se remirent à lâcher du plomb au service et, bien alimenté en réceptions de qualité, Christienson distribuait le jeu comme à la parade, permettant ainsi à Russell, à Holt et à Anderson d’inscrire de nombreux points victorieux. Le team américain passa le premier TTO en tête avec 2 points d’avance mais, à 9-11, il poussait sur l’accélérateur et faisait le trou : 9-16. Les carottes étaient cuites. Notre coach faisait monter Grobelny à la place de De Roo que l’on a déjà connu (beaucoup) plus percutant. Notre équipe ne renonçait pas à la lutte mais les Américains tenaient bien les rênes du match en main et, en dépit d’aces réussis par Tuerlinckx, Grobelny et Van De Velde, ils ponctuaient la partie sur un smash victorieux de Russell à 18-23 et sur un suivant de Anderson à 18-24.

Nos Red Dragons affronteront, ce samedi à 16 heures, les Hollandais qui, aujourd’hui, ont dû cravacher pour venir à bout des Coréens du Sud au terme d’une partie longue de cinq sets .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s