C’est ce prochain vendredi 23 août que débuteront les Championnats d’Europe féminins de volley-ball. Vingt-quatre équipes y prennent part. Elles ont été réparties en quatre séries et, lors de la première phase de la compétition, les six équipes sont appelées à se rencontrer dans chacune des séries.

A l’issue des cinq matches, les quatre premières classées de chacune des poules seront qualifiées pour poursuivre leur route dans le championnat.

Nos Yellow Tigers ont été versées dans la poule B. Elles joueront à Lodz en Pologne. Leurs adversaires sont les suivantes et dans l’ordre des rencontres : Ukraine (le 23 à 14.00h), Slovénie (le 24 à 18.00h), Italie (le 26 à 18.00h), Portugal (le 27 à 18.00h) et la Pologne (le 28 à 17.30h).

S’il faut considérer que l’Italie et la Pologne sont des équipes que nos représentantes auront plus que du mal à vaincre, la première parce qu’elle a démontré il y a peu lors du tournoi de qualification olympique qu’elle était assez inabordable et la seconde parce qu’elle est devenue au cours de ces trois/quatre dernières années une formation qui a acquis une très solide consistance de jeu, l’objectif des troupes de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick sera double dans cet Euro 2019. Pour arriver à franchir au mieux le premier tour et tenter de terminer cet Euro dans le groupe des 8 premières classées, Ilka Van de Vijver et ses équipières devront, d’une part, battre à coup sûr l’ équipe qui apparaît sur papier comme étant à leur portée, c’est-à-dire le Portugal, et, d’autre part, remporter l’un ou les deux matches qu’elles auront à disputer contre l’Ukraine et contre la Slovénie. Ceci n’est pas chose acquise parce que faisable à faire à première vue mais cela n’est nullement impossible à réaliser pour autant.

De fait, on saura vite comment “l’enfant” se présentera. En effet, vendredi, les nôtres affronteront les Ukrainiennes qui présentent un ensemble fait de joueuses de beau format et de belles qualités techniques. Les Ukrainiennes ont préparé ces championnats d’Europe pour partie en Roumanie où elles ont remporté les quatre matches livrés contre l’équipe nationale roumaine. Parmi les points forts de cette formation, qui entend faire aussi bien, et mieux encore, que l’équipe russe, on épinglera l’opposite Rykhliuk (qui joue à Galatasaray), Trushkina qui évolue dans le team de Police, Dorsmann, Stepaniuk et Kodola (sociétaire de Bucarest). Bref, vous l’aurez compris, c’est du lourd et, pour aborder cette confrontation avec de bons atouts de son côté, le staff technique de nos Yellow Tigers s’est livré à un gros travail d’analyse du jeu ukrainien afin d’en distinguer les points forts et les points qui le sont moins.

Dans quelle composition se présentera notre sept de base ? De fait, l’équipe de base devrait être la même que celle qui a évolué dans le cadre du tournoi de qualification olympique. Le seul point d’inquiétude est de savoir si Marlies Janssens, qui a connu un (petit) souci à l’un de ses quadriceps, sera bien au poste et si elle aura bien emmené son redoutable service qu’elle semblait avoir laissé au pays quand elle a joué contre l’Italie et les Pays-Bas lors du tournoi de qualification olympique.

L’équipe a terminé sa préparation en Hongrie où elle a disputé, à guichets fermés, deux rencontres de mise au point. Le staff est confiant. Pourquoi ne le serions-nous pas, nous aussi ?

A noter pour terminer que toutes les rencontres de nos Yellow Tigers seront retransmises par Sporza. .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s