Comme les résultats des qaurts de finale le donnaient à penser, les demi-finales entre la Serbie et l’Italie d’une part et entre la Turquie et la Pologne d’autre part ont vu les victoires des Serbes et des Turques. Dans le premier match de l’après-midi qui était donc le même que celui de la finale des derniers championnats du monde, les Serbes ont confirmé le succès qu’elles avaient remporté l’an dernier au Japon. Ici, à Ankara, elles ont battu leurs adversaires italiennes sur le score de 3 à 1. Le succès des Serbes se dessina dans la finale des deux premiers sets quand, alors que le score fut dans chacune de ces deux manches de 20 partout, les troupes de Zoran Terzic firent la différence :     25-22/25-21. Dans la troisième manche, les Italiennes se trouvaient menées 18-17 quand, avec Sorokaite au service, elles firent passer le score à 18-22. Comme elles conservèrent ces quatre points d’avance jusqu’au terme du set, elles se ménagèrent là de bonnes raisons de croire en leurs chances de succès final.

Les Serbes entamaient le quatrième set en se montrant plus incisives au services et au filet. Elles se portaient ainsi rapidement en tête du marquoir mais les Italiennes s’accrochaient et revenaient à leur hauteur à 9-9. Ce fut la dernière fois qu’elles se trouvèrent à égalité de points avec les championnes du monde. Celles-ci se faisaient plus pressantes encore au service et en attaque et creusaient de gros écarts: 12-9/15-10/ 17-11. Les joueuses de Mazzanti ne s’avouaient pas vaincues et, à 10-14, faisaient un beau 0-4. Elles ne purent remonter plus encore le courant car Boskovic (45% d’efficacité) et les deux centrales, Popovic et Veljkovic, veillaient au grain et, bien servies par Ognjeovic, permettaient à la Serbie de reprendre du champ pour l’emporter finalement 25-20.

Quant à l’autre rencontre, qui se déroula devant un public de plus de 12.000 personnes et qui vit notre compatriotes Koen Luts officier comme second arbitre, elle connut un scénario assez semblable même si la domination des Turques fut, hormis dans le troisième set qu’elles perdirent 14-25, beaucoup plus nette que ne le fut celle des Serbes contre les Italiennes. De fait, il y avait plus d’un niveau de différence entre les joueuses de Guidetti et celles de Nawrocki. Les joueuses turques furent beaucoup plus tranchantes (et Erdem se singularisa en particulier) que leurs adversaires dans quasi tous les domaines du jeu: réceptions beaucoup plus précises, blocs plus efficaces (15/5) et attaques plus rapides et plus percutantes (44% d’efficacité contre 31). Le score des sets est là pour attester qu’il n’y eut jamais en vérité grand doute de savoir qui allait l’emporter : 25-17/25-15/14-25/25-18.

Ce dimanche sera donc jour de la grande finale de cet Euro féminin 2019 qui a connu un succès d’assistance et de médiatisation sans précédent. A preuve, la finale sera même retransmise par une chaîne de télévision belge, Sporza pour ne pas la citer. Le reportage débutera à 18h25, heure belge. Bravo et merci encore à cette chaîne de télévision qui fera le même boulot lors de l’Euro masculin dont les premiers matches se joueront vendredi prochain déjà.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s