Comme j’ai déjà eu l’occasion de vous relater le court parcours de notre beachvolleyteam Koekelkoren-van Walle lors de la phase finale du tournoi de beachvolley de Rome, qui constituait la Finale duWorld Tour 2018-2019, je m’en vais vous parler aujourd’hui d’une performance qui a défrayé la chronique et qui restera le résultat marquant de ce « Final event  de la saison»

Ce résultat est celui de la victoire enlevée dans le tournoi féminin par la formation allemande Ludwig-Kozuch, une équipe qui, en tant que telle, n’avait pas encore remporté le moindre grand tournoi FIVB et qui est, de fait, une équipe en phase de construction.

En effet, si Ludwig est une authentique championne de beachvolley (elle est championne olympique, a été championne du monde en 2017 et a remporté 12 grands tournois FIVB avec Walkenhorst), Kozuch est assez nouvelle dans le monde du beach. Kozuch est cependant loin d’être une inconnue. Elle a été, tous les amateurs de volley-ball féminin s’en rappelleront, une très grande figure de l’équipe nationale d’Allemagne de volley-ball en salle pendant une bonne dizaine d’années au cours desquelles elle a totalisé plus de 300 sélections.

Quand Walkenhorst décida, pour cause de blessures, de mettre fin à sa carrière de compétitrice, Ludwig dut chercher, après une année 2018 qui la vit accoucher d’un petit garçon, une nouvelle partenaire, elle la trouva en la personne de Kozuch qui avait obliqué peu avant du volley-ball de salle vers le volley-ball de sable et qui avait formé équipe avec Borger pendant ces premiers temps comme joueuse de beach..

Les premiers résultats de ce nouveau duo fait de deux joueuses qui ont toutes deux aujourd’hui 33 ans ne furent pas tout de suite très significatifs mais le potentiel était là. Les deux joueuses sont de grandes combattantes, elles sont animées d’un réel talent et d’une grande soif de résultats de haut niveau. Elles étaient donc appelées à gagner. Elles l’ont fait ce week-end à l’issue d’un tournoi au cours duquel elles ont aligné cinq succès de rang. Tout le monde est ainsi averti, Ludwig is back et le nouveau tandem qu’elle forme avec Kozuch sera fin prêt pour les Jeux de Tokyo.

Vous vous demanderez sans doute pourquoi je crois bon de mettre cette happy story ainsi en exergue ? La raison en est simple. Je vous avais déjà évoqué, lors d’un article consacré à la grande misère de notre beachvolley au plan international, les regrets que l’on pouvait formuler de ne pas avoir, au niveau de notre fédération, une direction technique qui s’occuperait, dans le spectre de ses activités, de soutenir la (re)conversion de bon(ne)s joueuses/joueurs de volley-ball vers le beachvolley, et ce, afin d’avoir dans le circuit international une représentation autrement étoffée que celle que notre pays peut présenter pour l’heure si ce n’est notre seule paire masculine Koekelkoren-van Walle.

Le succès de la paire Ludwig – Kozuch nous montre que pareille opération peut déboucher sur de bons résultats, voire sur de très bons résultats puisqu’il s’agissait ici tournoi final du World Tour 2018-2019., une épreuve qui a connu une très gros succès médiatique au plan mondial. Voilà qui est en tout cas de nature à indiquer que pareille piste n’est pas une voie sans issue même si, bien entendu, il ne faut pas attendre de chaque tentative faite une pareille pépite d’or.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s