A l’issue d’un match très intense, les Red Dragons sont parvenus à s’imposer face à une équipe d’Allemagne qui a sans doute perdu la partie par la faute de trop nombreux services ratés.

Dans le premier set, les Allemands eurent longtemps l’avantage mais, se refusant de servir dans les limites du terrain, ils se firent devancer (25-23) par nos compatriotes qui, de leur côté, montraient de belles choses en attaque avec Deroo et Tuerlinckx et, au bloc, avec un Van de Voorde qui se rappelait au bon souvenir de tout un chacun. Et certainement à celui de Grozer qui se fit souvent contrer. Dans la deuxième manche, les Allemands s’entêtaient à vouloir faire le point directement au service mais en s’y prenant plus que maladroitement tandis que notre équipe tournait bien autour d’un D’Hulst qui assurait la distribution des passes comme un grand chef d’orchestre, 25-17.

Au troisième set, Giani, le coach allemand, apporta quelques retouches à son six de base et, en introduisant Schotte qui est un maître en matière de service à la place de Kaliberda, il remit toute son équipe sur de bons rails. Il n’y en eut plus alors que pour la Mannschaft qui s’imposa assez aisément 22-25 et 15-25.

Le tie-break allait départager les deux teams. Heureusement pour les troupes de Brecht Van Kerckhove (qui devrait apprendre que ce sont les joueurs qui font la différence sur le terrain et non ses gesticulations sur le bord de celui-ci), D’Hulst redressa, lors du premier échange, une mauvaise réception de Rousseaux pour en faire un point gagnant pour les nôtres et, surtout pour éviter que Schotte reste trop longtemps au service comme il l’avait fait dans les deux sets précédents.  Les Red Dragons menèrent 4-1 mais les Allemands revinrent à leur hauteur à 4-4 et signèrent même un cinquième point.

Soutenus par un beau public (4.100 personnes ce samedi) qui se montrait bel acteur en ne se croyant pas obligé de conspuer l’adversaire au moment où celui-ci était au service, nos compatriotes serraient les boulons et, avec un très grand Deroo à la manoeuvre, tant sur le terrain (42% de réceptions parfaites !) que lors des temps-morts, et avec un Tuerlinckx qui avait retrouvé alors les couleurs qu’il avait perdues dans les deux sets précédents, ils reprenaient un mince avance. Le nouveau passage de Schotte au service ne changea rien à la physionomie de la partie et, quand Grozer, très mauvais pendant toute la partie, rata son service au moment où l’occasion lui était donnée de rétablir l’égalité pour les siens tout en fin de set, nos Dragons venaient se poster devant la ligne de victoire à 14-12.

Les Allemands sauvaient bien une première balle de match mais Tuerlinckx, très bien servi par D’Huslst, ne rata pas la seconde. Les Red Dragons remportaient ainsi un « key-match » qui leur permettra sans doute, à condition de battre l’Espagne et la Slovaquie avant d’affronter le Serbie mercredi soir, de pouvoir disputer les 1/8èmes de finale dans les meilleures conditions pour passer ensuite en quart de finale.

Ils n’y sont pas encore mais le plan se dessine à grands traits.

Poule A

France – Grèce : 3-0 ; Bulgarie – Portugal : 2-1

Poule B

Belgique – Allemagne : 3-2 ; Slovaquie – Autriche : 3-1

Poule C

Macédoine du Nord – Russie : 0-3 ; Portugal – Slovénie : 1-3

Poule D

Ukraine – Pays -Bas : 0-3 (26-28/27-29/21-25) ; Estonie – Monténégro : 0-3

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s