Le public qui avait fait le déplacement jusqu’au Sport Palaeis d’Anvers ce dimanche, et qui était moins nombreux que les années précédents, a eu l’occasion d’asister à deux finales au profil fort différent.

La première, la masculine, vit une équipe d’Alost prendre le commandement de la partie et, grâce à une présence plus hermétique de ses joueurs au filet, enlever la première manche de manière assez autoritaire, 25-21. Les joueurs de Roulers ne se laissèrent pas impressionnés par ce départ sur les chapeaux de roue de leurs adversaires. Ils se firent plus précis dans leurs réceptions et, suivant l’exemple de Fragkos qui aligna ue elle série de points en attaque d’abord et au service ensuite, ils devinrent de plus en plus efficaces. Le match avait changé de physionomie et ce fut au tour de Tuerlinckx, moins saignant qu’à l’accoutumée pourtant, et de ses équipiers de se porter en tête du marquoir. Ils ne devaient plus la quitter, et ce, d’autant que Verhanneman se montrait très solide en attaque. Les hommes de Steven Vanmedegael signaient ainsi d’affilée deux 18-25 et auraient pu faire de même dans le quatrième et dernier set s’ils n’avaient raté à la fin de celui-ci pas moins de cinq ou six services.: 22-25. Alost a déçu tandis que les joueurs de Roulers, qui ont ainsi conservé la Coupe qu’ils avaient enlevée l’an dernier face à ce même adversaire, ont battu les leaders actuels du championnat sans devoir livrer une grande prestation pour ce faire.

La finale féminine a connu quant à elle un tout autre scénario. Pendant quatre sets, les deux équipes ont joué à cache cache ou, plutôt, à qui perd un set gagne le suivant. Les Ostendaises, bien conduites par Biebauw dont il se dit qu’elle mettra un terme à sa carrière sportive l’an prochain, enlevèrent le premier set sur le score de 20-25. Les joueuses de Kris Van Snick répliquèrent et firent 25-21 dans le suivant. Elles ne purent poursuivre sur leur lancée et, tout au contraire, se firent malmener tant elles venaient souvent butter sur le bloc des Côtières et souffraient chaque fois que celles-ci attaquaient du 2 : 16-25. Elles menaient donc une nouvelle fois 2 sets à un contre les Beverenoises. Aussi, quand les championnes de Belgique eurent infligé un très sec 25-14 à Nina Coolman (dont les potins annoncent le départ pour VC Oudegem l’an prochain) et à ses coéquipières, nombreux furent celles et ceux qui pensèrent que le club d’Asterix AVO Beveren allait refaire le coup de leurs deux dernières confrontations de la CEV qui les virent remporter le match après avoir été menées chaque fois par deux sets à un. Il n’en fut rien cette fois car les Ostendaises voulaient garder cette Coupe qu’elles avaient également remportée l’an dernier et, se montrant plus puissantes en attaque et plus présentes au bloc, prenaient rapidement un bel avantage. A l’approche du poteau final, elles comptèrent jusqu’à 5 points d’avance. La fin du match fut palpitante à souhait car, par ses deux centrales et Boonstra, Asterix comblait grosse partie de son retard au point de revenir de 10-14 à 13-14. Leur remontée s’arrêta là car Hermes Ostende parvenait finalement à percer ce qu, sur le tard, était devenu un véritable mur et à réussir le point de la délivrance, celui de la victoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s