La décision prise par le Conseil d’Administration de la FVWB de faire débuter son prochain championnat avec les premiers jours de janvier 2021 a suscité et continue de susciter pas mal de commentaires en tout genre. Si certain(e)s disent comprendre cette décision en dépit du fait que celle-ci a pour premier effet de reporter de trois mois au moins leur plaisir de se retrouver en situation de “compétition”, d’autres font entendre que cette décision est trop hâtive ou même qu’elle n’est que du grand n’importe quoi.

Ces réactions vont dans tous les sens et c’est bien normal dans la mesure même où, du fait d’une communication insuffisante sinon calamiteuse pour reprendre un qualificatif lu quelque part, il est difficile de savoir que ledit plan a été adopté par 5 voix contre 2 d’une part et, surtout, qu’il est le plan B d’un plan A qui prévoyait la reprise de la compétition à la fin du mois de septembre et qui n’a pas été adopté pour une série de motifs qui, selon ce qu’il m’a été donné l’occasion d’apprendre, tiennent en gros à deux grandes raisons :

a) l’impossibilité dans laquelle se trouvaient les sept Administrateurs/trices et les invités permanents que sont les Présidents des Associations organisatrices des compétitions dites provinciales d’avoir l’assurance que TOUTES les salles de sports seront accessibles dès le mois d’août (chaque club réclamant au moins six semaines pour préparer au mieux leurs équipes avant le début des championnats) , et ce, dans un état sanitaire entretenu en manière telle qu’elles puissent accueillir les compétitions dès le mois de septembre sans risque de propagation du Covid-19 pour quiconque;

b) l’absence complète d’informations en provenance des Autorités de la Direction du sport en Communauté française tant sur les conditions auxquelles les sports collectifs seront soumis pour être en mesure de pratiquer leur discipline en salle que sur les dates auxquelles feu vert sera donné pour la reprise des compétitions.

C’est donc par souci premier de placer les membres de la FVWB dans un cadre de protection sanitaire bien tracé et garanti de bonne fin que les sept personnes ayant droit de vote au sein de son CA ont pris la décision que chacun(e) connaît aujourd’hui. Celle-ci est, comme on peut le comprendre, hautement respectable et, quand bien même a-t-été très mal présentée et sans aucun doute prise par trop rapidement sous la pression de dirigeants de clubs désireux d’aller de l’avant, elle l’est parce qu’elle s’est voulue responsable de la santé de ses membres avant toute autre considération.

Cela étant, est-elle figée dans le marbre ? Est-elle inflexible ? Est-il interdit de se poser ces questions ?

En effet, pourquoi le Conseil d’Administration de la FVWB ne pourrait-il pas revoir sa décision si, au bout de ce mois de mai au plus tard, les gros nuages sombres qui se trouvent au-dessus de tous les sports se pratiquant en salle venaient à se dégager du fait d’une annonce officielle selon laquelle ces sports seraient autorisés à reprendre leur cours normal à partir du mois de septembre ?

Pourquoi, étant assuré par ailleurs que toutes les salles seraient effectivement libres d’accès dès le mois de septembre pour tous les clubs, ce CA ne pourrait-il décider alors que la compétition débuterait à la mi-octobre ou au début du mois de novembre ? Oui, pourquoi pas ?

Laissons là pour l’instant toutes ces spéculations qui dépendent de tant de facteurs qu’elles ressemblent autant à des plans tirés sur la comète qu’à ces espoirs qu’il est toujours bon d’entretenir pour se donner chaud au coeur.

Vendredi, la FVWB a lancé un gros pavé dans la mare en laissant apparaître, très maladroitement au niveau de sa communication, que, avant tout soucieuse de la santé de ses membres, elle s’était inscrite dans le temps long des phases de déconfinement telles qu’évoquées par les experts chargés de faire des recommandations au Centre National de crise en matière de plan appelé à mener le retour de la vie de tous les jours « à la normale »

Ce lundi, les Présidents des Fédérations sportives de la Fédération Wallonie Bruxelles auront une réunion, par visioconférence, avec différents fonctionnaires de la Direction générale de l’Adeps pour débattre des plans établis par elles en matière de relance de leurs activités d’une part et de la reprise de leurs compétitions d’autre part.

Compte tenu de la décision prise par son Conseil d’Administration, le président de la FVWB aura une grosse carte à jouer pour tenter, avec ses collègues des autres fédérations, d’obtenir rapidement, très rapidement, des Autorités chargées de la Direction du Sport en Communauté française un calendrier plus complet et plus précis en matière de reprise des activités sportives que celui dont les Fédérations des sports collectifs disposent pour l’heure et pour réclamer d’autres moyens que les 4 pauvres petits millions mis tout récemment sur la table par la Ministre des Sports pour venir en aide aux clubs et aux fédérations.

Puissent leurs plaidoyers être bien entendus et être ainsi rapidement, très rapidement, en mesure d’apporter partout de beaux fruits !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s