Est-ce parce que l’on en attendait trop mais toujours est-il que la finale masculine de la Coupe de Belgique n’a pas donné lieu au match espéré et encore moins à une grande promotion pour notre sport. On retiendra de cette rencontre, qui eut à souffrir du manque de public d’une part et de l’attitude par trop inutilement vindicative de certains joueurs flandriens d’autre part, qu’elle revint à l’équipe qui commit le moins de fautes directes et qui avait la plus grande envie d’enlever la Coupe, je veux parler de la formation de Knack Roulers.

De fait, les premiers échanges permirent de réaliser que les Flandriens étaient plus concentrés sur leur sujet que les Limbourgeois qui furent rapidement menés au marquoir : 5-1. Sous l’impulsion de Stahl et de Cox, ils donnèrent bien un peu l’impression de rentrer à leur tour dans le match, 9-7, mais ils encaissaient alors un nouveau 5-1 qui voyait les joueurs de Steven Vanmedegael mener largement la danse : 14-8. A 18-12, les Limbourgeois, où Sthal effaçait son mauvais début de partie, connaissaient une belle période et revenaient quasi à hauteur des Flandriens, 19-18, mais ceux-ci, sous l’impulsion d’un D’Hulst qui dirigea les attaques des siens en grand chef d’orchestre, reprenaient leur marche vers l’avant et, à 24-21, Verhanneman inscrivait le point qui avait valeur de gain du premier set.

Le début de la deuxième manche présenta la même physionomie que celui du set initial : une équipe flandrienne soudée et une formation limbourgeoise trop à la recherche de services qui se voulaient directement gagnants mais qui terminaient souvent leur course dans le filet…. A 15-10, Joël Banks fit rentrer son capitaine en lieu et place de Martinez et la rencontre se fit du coup plus équilibrée dans la mesure où les Limbourgeois avaient retrouvé plus de stabilité. Ceux-ci revinrent bien, à 22-21, sur les talons de Tuerlinckx (au comportement très irritant) et de ses équipiers mais, avec de belles attaques bien amenées par D’Hulst, Coolman et Festeland faisaient la différence pour le compte de Knack : 25-22.

Le troisième set fut celui au cours duquel, avec Maan à leur tête et Thys à la place de Verhees, les hommes de Joël Banks se montrèrent sous leur meilleur jour. Ils rataient moins de services, réceptionnaient avec plus de précision et se faisaient plus présents au filet. Pour la première fois depuis le début de la rencontre, ils menèrent au marquoir quand ils firent passer celui-ci de 3-2 à 3-5. Ils devaient poursuivre sur leur lancée et, avec un très Stahl très performant et un Cox qui était davantage sollicité, ils filaient à 9-16. A ce moment-là, les échanges se firent plus équilibrés et la partie gagna en qualité et en intensité. Ce fut Maan qui, à 19-24, signa le point du gain de la manche pour ses troupes.

La finale allait-elle délivrer le meilleur de ce que d’aucuns en espéraient ? On put le croire jusqu’au moment où le score était, à 7-6, encore tout indécis. Toutefois, c’est alors que tout bascula dans la mesure même où, avec un Verhanneman et un Desmet en exergue, le team de Roulers bouscula tout sur sa route et, en premier lieu, Cox qui fut remplacé par Kindt à 13-7. Le trou était fait mais les Flandriens, sentant qu’ils devaient porter l’estocade finale pour enlever leur sixième coupe consécutive, faisaient 16-9. Le vainqueur de la Coupe était connu et l’écart ne devait pas changer

A 24-18, il y eut une phase confuse et ce fut Verhanneman qui y mit fin tout comme à cette finale qui ne laissera pas un grand souvenir si ce n’est celui d’un match dépourvu de belle chaleur humaine….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s