L’affiche des huitièmes de finale

 

 

Pour savoir contre qui nos Red Dragons allaient jouer au Sportpaleis d’Anvers dans le cadre des 1/8 de finale de cet Euro 2019, il fallait attendre les résultats des derniers matches disputés à Rotterdam ce jeudi. Ceci étant chose faite, c’est donc contre l’Ukraine que nos compatriotes tenteront de franchir l’obstacle qu’il leur faut impérativement passer pour atteindre les ¼ de finale où ils auront à affronter à nouveau les Serbes si ceux-ci viennent à bout des Tchecs qui ont terminé la poule D en quatrième position derrière la Pologne, les Pays-Bas et l’Ukraine.

Pourquoi nos compatriotes devront-ils à nouveau se “farcir” les Serbes ? Tout simplement parce c’est ainsi que le règlement de cette compétition mise sur pied avec 4 organisateurs le veut afin de garantir à chacun de ceux-ci le fait que leur équipe nationale puisse disputer tout à la fois les 1/8èmes de finale et, à condition de gagner ce dernier match, les ¼ de finale devant leur public. On pourrait disserter longtemps sur les avantages et les désavantages de cette nouvelle formule. Cela se fera au moment où il s’agira de faire le bilan de ces championnats d’Europe masculins et féminins qui ont été organisés cette année.

Dans l’attente, les faits sont là et l’affiche des rencontres qui auront lieu à Anvers est connue comme le sont les trois autres qui se disputeront à Nantes, à Rotterdam et à Ljubjliana

A Rotterdam, les quatre protagonistes sont la Pologne qui a dominé de la tête et des épaules la poule D et qui aura comme première adversaire l’Espagne qui ne devrait pas lui poser de problème et, ensuite, le vainqueur du match entre les Pays-Bas et l’Allemagne.

A Nantes, la France, qui a vaincu l’Italie en quatre sets après un match âprement disputé et très bien arbitré par notre compatriote Wim Cambré, jouera d’abord contre la Finlande avant de rencontrer, si elle l’emporte, le vainqueur du choc entre l’Italie et la Turquie.

Enfin, à Ljubljana, les quatre mousquetaires seront la Russie, qui a survolé la poule C, la Slovénie, qui a alterné les bonnes et les moins bonnes sorties lors des matches de la première phase de cet Euro 2019, la Grèce et la Bulgarie.

En résumé et sauf surprise majeure, on devrait ainsi avoir comme affiches des ¼ de finale les rencontres suivantes : France-Italie, Serbie – Belgique, Russie -Slovénie (ou Bulgarie) et Pologne -Pays-Bas (ou Allemagne). Pour ce qui concerne les rencontres des 1/8èmes de finale, certaines auront lieu samedi et d’autres dimanche. Celles qui auront lieu au Sportpaleis se dérouleront samedi dans l’ordre suivant : Serbie – République Tchèque à partit de 17h30 et Belgique -Ukraine à 20h30 (match qui sera retransmis par Sporza)

Absolut Sport Absolut Volley

Pas de miracle contre les Serbes

 

Il n’y a pas eu de miracle à Anvers, les Red Dragons ont subi la loi des Serbes. Ceux-ci se sont montrés plus complets que nos représentants dans des domaines de jeu qui ne sont peut-être pas ceux dont on parle le plus souvent mais qui n’en constituent pas moins des charnières importantes dans la construction d’une victoire. Ces domaines sont ceux de la couverture d’attaque, de la défense pure et de la capacité à tirer le meilleur parti d’une situation offensive peu favorable en fonction de la position du joueur attaquant face à un bloc qui a eu le temps de se former. Ce sont ceux qui, avec la puissance de service et celle d’attaque, ont permis aux Serbes de faire la différence avec les nôtres qui, pour leur part, ont fait mieux que tirer leur épingle du jeu au niveau du bloc et des attaques des 3 mètres.

Dès les premiers échanges de la partie, on put réaliser que celle-ci n’allait pas être une promenade pour nos représentants qui étaient notamment sans réaction sur les passes tendues de Jovovic en direction de Lisinac qui occupait alors le poste central d’une part  ou qui, par crainte du bloc, attaquaient out d’autre part. Les Serbes prenaient rapidement une nette avance en faisant passser le marquoir de 5-7 à 5-12. Coolman, qui avait été préféré à Van de Velde, n’apportait pas grand chose au niveau du bloc et les différents petits manquements de Deroo et de ses équipiers eurent le plus mauvais effet sur les nerfs de Brecht Van Kerckhove qui ne se tenait plus le long du terrain et qui poussa une grosse gueulante lors du deuxième time-out demandé à 5-12. A 10-15, il effectua le double changement classique en faisant monter Van Den Dries à la place de D’Hulst, moins à l’aise que lors des matches précédents, et Valkiers à la place de Tuerlinckx qui s’était montré efficace dans ses attaques au 2. Les échanges s’équilibrèrent et ce fut dans ces moments-là qu’il fut permis d’admirer toute la maîtrise des Serbes dans le domaine défensif car c’est en sauvant des ballons dits perdus qu’ils purent conserver leur avance. De 11-17, les Red Dragons revenaient, grâce notamment à deux beaux blocs de Deroo et de Van Den Dries, à 14-17. Les nôtres se rapprochaient un peu plus encore des Serbes à 17-19. Bien emmenés par Petric, magnifique dans ses attaques bien orientées en dehors du secteur du bloc ou jouant dans les mains des bloqueurs comme un joueur de billard, les Serbes appuyaient sur l’accélérateur et c’est sur une mauvaise réception de Deroo, qui alterna le chaud et le froid aujourd’hui, que les hommes du placide Kovac, un coach qui a la classe, enlevèrent la première manche! 19-25.

La suivante vit les Serbes repartir de l’avant avec un Lisinac qui fait mal au service: 0-4. Nos compatriotes ne se laissaient pas démonter pour autant et refaisaient surface avant de prendre pour la première fois l’avance au marquoir : 9-8. Pas pour longtemps: 9-10. A ce moment, Van Kerckhove remplaça Rousseaux, très bon en réception mais insuffisant en attaque, par Grobelny. Sous l’impulsion de Van de Voorde, les Red Dragons reprenaient la tête :11-10. A 12-11, notre coach national effectuait la même permutation croisée entre passeur et opposite. Les Belges creusèrent l’écart à 13-11 mais ne purent le conserver longtemps car Kovasevic et Atanasijevic faisaient parler la poudre et le marquoir s’enflammait en faveur des Serbes : 13-16. Van Kerckhove réalignaient D’Hulst et Tuerlinckx mais ce fut Grobelny qui se mit le plus souvent en évidence en réalisant de fort belles attaques au 4 tandis que Deroo était plus performant quand il pouvait attaquer des trois mètres. A 17-22, nos joueurs inscrivaient bien encore deux points mais les Serbes faisaient de même par la suite: 19-24. Grobelny en voulait et, bien servi par D’Hulst, permettait à notre équipe de donner une plus belle allure au score final de la manche : 21-25.

Pour aborder le troisième set, Van Kerckhove procédait à un grand remodelage de l’équipe en alignant un six avec Grobelny à la place de Rousseaux, Van Den Dries à celle de Tuerlinckx et au sein duquel Valkiers remplaçait D’Hulst tandis que Van De Velde retrouvait sa place en centre.

Dans cette composition, notre six, qui était complété par Stuer et Ribbens comme libéros, faisait belle impression dans les premiers échanges et les Serbes mirent un petit temps pour s’adapter à cette nouvelle donne du match. A 9-7, ils alignèrent quatre points d’affilée avec un Atanasijevic qui montra alors un bel aperçu de sa puissance de frappe. La partie restait palpitante car nos boys tenaient bien la distance et gardaient le contact au marquoir. Van Den Dries se mettait souvent en évidence dans ses attaques du 2 ou du poste 1 tandis que Grobelny, qui n’a malheureusement pas la même qualité de réception que celle de Rousseaux, continuait à se montrer très percutant dans ses attaques. Toutefois, à 14-16, les hommes de Kovac réussissaient une belle passe de 3. Le match était plié. C’est finalement sur le score de 19-25 que l’arbitre turc Akinci donna le dernier coup de sifflet d’une partie qui attira 4.400 spectateurs et qui aura été salutaire à notre équipe dans la mesure où il lui a été donné l’occasion de faire, in concreto, de bien beaux constats.

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons assurés de terminer parmi les deux premiers de leur série

 

 

Les Red Dragons rencontreront donc bien ce mercredi les Serbes pour la première place de la poule B. En effet, ce mardi à Anvers devant une petite chambrée (2.500 spectateurs seulement), ils ont pris assez aisément la mesure de Slovaques qui ne leur ont opposé une résistance digne de ce nom que durant la première manche.

Celle-ci avait bien débuté pour les Slovaques. Durant les dix premiers points de ce set, ils comptèrent même un ou deux points d’avance. Toutefois, la physionomie du set prit une autre tournure quand ils se mirent à commettre l’une ou l’autre de ces petites erreurs qui ne pardonnant pas quand les deux équipes sont botte à botte. Les Red Dragons, toujours bien alimentés par un D’Hulst qui fut ce mardi notre meilleur représentant, prirent le commandement des opérations quand, à 10-9, ils alignèrent trois points d’affilée. Ils conservèrent cette petite avance jusqu’à 15-17. La partie s’anima alors et le score prit bonne tournure pour les nôtres quand ils firent passer le marquoir à 17-21. Krisko arriva alors au service. Il fit des dégâts dans les rangs de notre formation et permit aux siens de remonter le courant : 22-21. Les Slovaques tenaient encore la corde à 23-22 mais Deroo et Tuerlinckx veillaient au grain et les Red Dragons s’emparaient de la manche et, du même coup, de la rencontre.

En effet, la suite ne fut plus que domination des nôtres et résignation des Slovaques qui ne montraient pas un très grand fighting spirit et, encore moins, cet esprit d’équipe qui est, par contre, une des grandes armes de notre formation.

Dans la deuxième manche et, de manière beaucoup plus marquée encore, dans la troisième, les joueurs de Brecht Van Kerckhove s’envolèrent assez rapident et, si ce n’est un peu dans la fin du deuxième set quand, de 16-21 à 19-21, ils cédèrent un peu de terrain, ils filèrent vers la victoire : 20-25/15-25.

Ce succès leur fait le plus grand bien dans la double mesure où il leur garantit de terminer la poule B parmi les deux premiers classés (et de ne pas devoir rencontrer un des deux premiers de la poule D lors des 1/8 et ¼ de finale) et les place, de ce fait, dans les meilleures conditions psychologiques pour aborder demain un des vrais géants de cet Euro 2019, la Serbie qui était aujourd’hui au repos.

La rencontre débutera à 20h30 et sera retransmise par Sporza. Gageons qu’il y aura demain beaucoup de monde, tant dans la salle que devant les téléviseurs.

Absolut Sport Absolut Volley

Dans l’attente de Belgique-Slovaquie de ce mardi soir

Les Red Dragons ne jouaient pas ce lundi mais cela ne signifie pas qu’il n’y avait pas compétition à Anvers et dans les trois autres villes organisatrices du premier tour de cet Euro 2019

Ainsi, à Anvers, devant des banquettes quasi vides (pourquoi ne pas profiter de ces matches où l’on sait qu’il n’y aura pas foule pour inviter en masse des enfants d’écoles voisines), il y eut deux rencontres. La première vit la victoire en trois sets de l’Allemagne sur l’Autriche. Il n’y eut match que pendant la première manche car, après, les Allemands se promenèrent pour enlever leur premier succès de l’Euro. Le second match anversois mettait en présence les Serbes et les Espagnols que nos compatriotes avaient battus hier en trois sets. Pour l’occasion, le coach espagnol procéda à deux changements majeurs en remplaçant son passeur Trinidad par De Amo Fernandez et son opposite Villena par Colito. Bien lui en prit car la formation espagnole, qui joua sans pression aucune, prit le premier set de la partie avant de s’incliner tout logiquement face à une équipe serbe qui se servit de ce match comme galop d’entraînement.

Les fans des Red Dragons déduiront de ce résultat que nos compatriotes ont toutes leurs chances face aux Serbes et ils auront bien raison de réfléchir tant cela peut nourrir leur optimisme mais ils ne devraient pas oublier que plusieurs de ces mêmes Serbes ont donné la leçon aux Allemands là où Sam Deroo et ses équipiers ont sué sang et eau pour l’emporter en 5 sets et 15-13 au tie-break.

A Montpellier, les résultats du jour n’ont donné lieu à aucune surprise si ce n’est peut-être la perte d’un set par les Grecs face aux Roumains. Dans l’autre rencontre, les Français ont battu les Bulgares et ils le firent de très belle manière puisqu’ils ne laissèrent que des miettes à leurs adversaires : 25-13/25-21/25-14). La France sans N’Gapeth serait-elle plus forte que la France avec Ngapeth ?

A Rotterdam, les Polonais ont fait une nouvelle démonstration de leur force. Après avoir infligé un très net 0-3 hier aux Hollandais (19/18/19), ils ont récidivé aujourd’hui face aux joueurs tchecs qui n’ont glané que 45 points au total des 3 sets disputés (18/12/15). La Pologne fait assurément de plus en plus figure d’épouvantail dans la présente compétition. Dans l’autre rencontre disputée à Rotterdam, l’Ukraine a disposé de la formation du Monténégro en quatre manches.

Enfin, à Ljubljana où l’équipe de Slovénie ne jouait pas aujourd’hui (mais où ils mirent en exergue le volley assis durant la journée), l’équipe russe n’a rien abandonné sur son chemin qui l’a menée vers la victoire tandis que la formation de la Macédoine du Nord a surpris tout son monde, et l’équipe de Biélorussie en premier, en remportant en quatre sets son premier match dans le cadre d’un championnat d’Europe.

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons remportent aisément leur troisième succès d’affilée

 

C’est sans devoir puiser dans leurs réserves que les Red Dragons ont largement dominé une équipe espagnole qui ne put rivaliser avec eux tant elle se montra insuffisante au bloc (pas un seul gagnant en trois sets) et en réception.

Dès les premiers échanges, nos compatriotes montrèrent qu’ils allaient être les maîtres du filet en réussissant deux très beaux blocs au détriment de Villena qui comprit immédiatement que ce dimanche ne serait pas un grand jour pour lui. Menés 4-1, les Espagnols revinrent bien, à 9-9, à la hauteur de nos Dragons qui apparaissaient quelque peu émoussés (bien normalement d’ailleurs en fonction des fatigues du match de la veille et du transfert opéré entre Bruxelles et Anvers en un très court laps de temps). Les échanges furent partagés jusqu’au moment où, à 15-15 et avec D’Hulst au service, Deroo et ses équipiers sonnèrent la charge et firent un 10-2 qui leur permit de remporter confortablement cette première manche.

La suivante connut un scénario assez semblable avec un début un peu poussif de nos troupes et avec une belle accélération des nôtres qui vit le marquoir passer de 8-8 à 11-8. Les Espagnols s’accrochaient et mettaient à profit le fait que notre bloc n’était plus aussi hermétique qu’il l’avait été en début de rencontre. Toutefois, nos représentants tenaient bien le match en main tant ils pouvaient compter sur la très belle assurance de Deroo et de Tuerlinckx en attaque comme sur celle de Stuer en réception et de D’Hulst à la passe.

A 22-18, les Espagnols réduisaient bien un peu l’écart, 22-20, mais ce ne fut que feu de paille car Deroo, qui connaît un très bel état de forme (80% d’efficacité en attaque ce dimanche), veillait au grain et, avec l’aide de Tuerlinckx (71% d’efficacité en attaque quant à lui aujourd’hui) emmenait les siens vers le gain du set, 25-21.

La troisième manche fut plus rondement menée. En effet, à 3-3 et avec Rousseaux (très bon en réception aujourd’hui) au service, les joueurs de Brecht Van Kerckhove se détachèrent on ne peut plus nettement, 13-3. Le coach espagnol effectua bien trois changements de joueurs et cela porta ses fruits pour limiter la casse mais pas pour renverser le cours de la manche que les Red Dragons enlevèrent sur la marque de 25-14. Ils remportaient de la sorte leur troisième victoire d’affilée qui leur vaut déjà l’assurance de participer aux 1/8èmes de finale de l’Euro 2019.

Dans l’attente évidemment d’aller (beaucoup) plus loin comme ils l’espèrent sans le dire trop haut.

Poule A

Roumanie – Italie : 1-3 ; Portugal – France : 0-3

Poule B

Belgique – Espagne : 3-0 ; Serbie – Slovaquie : 3-0

Poule C

Biélorussie – Finlande : 3-2

Poule D

Pays-Bas – Pologne :0-3 (19/18/19 !) – République Tchèque – Estonie : 3-0

 

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Deroo et D’Hulst mènent les Red Dragons à la victoire contre l’Allemagne

 

 

 

A l’issue d’un match très intense, les Red Dragons sont parvenus à s’imposer face à une équipe d’Allemagne qui a sans doute perdu la partie par la faute de trop nombreux services ratés.

Dans le premier set, les Allemands eurent longtemps l’avantage mais, se refusant de servir dans les limites du terrain, ils se firent devancer (25-23) par nos compatriotes qui, de leur côté, montraient de belles choses en attaque avec Deroo et Tuerlinckx et, au bloc, avec un Van de Voorde qui se rappelait au bon souvenir de tout un chacun. Et certainement à celui de Grozer qui se fit souvent contrer. Dans la deuxième manche, les Allemands s’entêtaient à vouloir faire le point directement au service mais en s’y prenant plus que maladroitement tandis que notre équipe tournait bien autour d’un D’Hulst qui assurait la distribution des passes comme un grand chef d’orchestre, 25-17.

Au troisième set, Giani, le coach allemand, apporta quelques retouches à son six de base et, en introduisant Schotte qui est un maître en matière de service à la place de Kaliberda, il remit toute son équipe sur de bons rails. Il n’y en eut plus alors que pour la Mannschaft qui s’imposa assez aisément 22-25 et 15-25.

Le tie-break allait départager les deux teams. Heureusement pour les troupes de Brecht Van Kerckhove (qui devrait apprendre que ce sont les joueurs qui font la différence sur le terrain et non ses gesticulations sur le bord de celui-ci), D’Hulst redressa, lors du premier échange, une mauvaise réception de Rousseaux pour en faire un point gagnant pour les nôtres et, surtout pour éviter que Schotte reste trop longtemps au service comme il l’avait fait dans les deux sets précédents.  Les Red Dragons menèrent 4-1 mais les Allemands revinrent à leur hauteur à 4-4 et signèrent même un cinquième point.

Soutenus par un beau public (4.100 personnes ce samedi) qui se montrait bel acteur en ne se croyant pas obligé de conspuer l’adversaire au moment où celui-ci était au service, nos compatriotes serraient les boulons et, avec un très grand Deroo à la manoeuvre, tant sur le terrain (42% de réceptions parfaites !) que lors des temps-morts, et avec un Tuerlinckx qui avait retrouvé alors les couleurs qu’il avait perdues dans les deux sets précédents, ils reprenaient un mince avance. Le nouveau passage de Schotte au service ne changea rien à la physionomie de la partie et, quand Grozer, très mauvais pendant toute la partie, rata son service au moment où l’occasion lui était donnée de rétablir l’égalité pour les siens tout en fin de set, nos Dragons venaient se poster devant la ligne de victoire à 14-12.

Les Allemands sauvaient bien une première balle de match mais Tuerlinckx, très bien servi par D’Huslst, ne rata pas la seconde. Les Red Dragons remportaient ainsi un « key-match » qui leur permettra sans doute, à condition de battre l’Espagne et la Slovaquie avant d’affronter le Serbie mercredi soir, de pouvoir disputer les 1/8èmes de finale dans les meilleures conditions pour passer ensuite en quart de finale.

Ils n’y sont pas encore mais le plan se dessine à grands traits.

Poule A

France – Grèce : 3-0 ; Bulgarie – Portugal : 2-1

Poule B

Belgique – Allemagne : 3-2 ; Slovaquie – Autriche : 3-1

Poule C

Macédoine du Nord – Russie : 0-3 ; Portugal – Slovénie : 1-3

Poule D

Ukraine – Pays -Bas : 0-3 (26-28/27-29/21-25) ; Estonie – Monténégro : 0-3

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Les virages d’Ecolo

 

L’article qui est joint en annexe nous en apprend beaucoup sur le réel sens politique de Jean-Marc Nollet.

Ce qui faisait problème depuis 20 ans ne l’est plus en regard d’autres problèmes plus importants. La problématique budgétaire n’est pas à évoquer dès lors qu’elle pourrait porter ombrage ou constituer frein à certains types d’investissement. La taxe kilométrique n’est pas un dossier à examiner stricto sensu mais en fonction de la Région où elle pourrait, ou devrait ?, s’appliquer et n’est plus à considérer en fonction de son impact sur l’environnement. La ligne budgétaire du Fédéral, cela existe mais elle n’est pas faite pour être suivie dans tous les cas.

Comme il est permis de le constater ici, Jean-Marc Nollet n’a pas peur de certaines formes d’ incohérence. Il assume.

Ecolo tournerait-il tout doucement le dos à son slogan « Faire de la politique autrement » ? Cet article le donne à penser.

https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/pas-de-taxation-kilometrique-en-wallonie-jean-marc-nollet/10162418.html#_=_

Absolut Fun Absolut Politique