Le naufrage des civilisations

Je viens de me plonger dans la lecture de « Le Naufrage des civilisations », le dernier livre écrit par Amin Maalouf. C’est passionnant et désespérant tout à la fois. Dans le premier volet de ce livre, l’auteur de « Le Dérèglement du monde » et de « Les Identités meurtières » analyse avec autant de lucidité que de sensibilité comment le monde arabo-musulman se trouve aujourd’hui enfoncé dans une crise profonde, une crise qui touche ses populations en leur plein coeur comme elle est source de grands troubles dans quasi tous les pays du monde.

Cette évocation est faite de souvenirs de famille, de récits de vie et de réflexions sur le déroulement de faits politiques et guerriers . Partant de ce matériau de qualité, Amin Maalouf se fait historien et, mieux encore, penseur sur ce qu’il y a lieu d’en dégager comme traits marquants.

Je le répète, c’est passionnant tant c’est riche d’éléments qui permettent d’appréhender au mieux le sujet évoqué. C’est aussi désespérant tant on peut se rendre compte, tout étant ainsi relaté et mis sur l’établi du jugement, combien la situation actuelle serait aujourd’hui grandement différente si les Occidentaux s’étaient montrés autrement respectueux du droit de cette partie du monde à disposer de ses ressources et s’il s’était trouvé plus d’esprits de la hauteur d’un Mandela à la tête de l’Egypte, de la Syrie et du Liban pour ne citer que les trois pays qui sont le plus évoqués dans ce premier quart de « Naufrage des civilisations ».

Les autres chapitres auront trait à l’Europe, aux Etats-Unis et aux pays émergents. Je crains fort que, pour chacun d’eux, le constat final ne sera guère plus réconfortant que celui qu’il est permis de faire à la suite de cette puissante évocation du tableau arabo-musulman. A ce sujet, je joins à ces quelques lignes les propos que tenait déjà Amin Maalouf sur les blessures du monde arabe. Cet entretien eut lieu en 2003 dans le cadre d’une émission intitulée « A voix nue » qui fait partie des archives de France Culture.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/voix-nue-amin-maalouf-35-les-blessures-du-monde-arabe-1ere

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Politique

Très beau retour de Tom et de Dries au tournoi d’Ostrava

 

Notre paire nationale de beachvolley masculin van Walle-Koekelkoren a effectué son grand retour sur le circuit du World Tour. Cela s’est passé à Ostrava en République tchèque. Et cela s’est très bien déroulé pour nos compatriotes. En effet, versés dans la poule A de ce tournoi 4 étoiles, ils ont été confrontés en premier à leurs grands amis hollandais que sont Brouwer et Meeuwsen qui ne cessent de jouer les premiers rôles dans le monde du beach masculin. Pour un match de rentrée, c’était un trop gros morceau et nos deux amis ont perdu la partie sur le score de 21-12/21-18. Ensuite, ils ont affronté les joueurs tchecs Myslivecek – Pihera qui n’étaient pas du même calibre que les Hollandais. Tom et Dries l’ont emporté sur le score sans appel de 21-11/21-12.

Ensuite, dans ce qui est appelé le premier tour du Main Draw mais qui équivaut en fait aux 1/16èmes de finale de ce tournoi de grand format, nos représentants ont été confrontés au duo chinois P.Gao -Y.Li. La rencontre fut plus que disputée et le détail des sets est là pour souligner la chose mieux que de longs commentaires : 27-29/21-15/13-15. C’est un très beau résultat dans la mesure même où, face à une équipe qui a participé à tous les tournois de la FIVB depuis le début de la saison, Tom et Dries ont montré là qu’ils détenaient déjà un bel état de forme pour cette première apparition sur le circuit après la très sérieuse blessure à l’épaule encourue par Tom à la fin de la saison dernière.

Au stade des 1/8 de finale, le tableau des rencontres leur avait proposé les Polonais Pijalek – Bryl comme adversaires. Rien de moins que ces solides joueurs (de gros serveurs) qui occupent aujourd’hui la troisième place du classement mondial. Il n’y eut pas de miracle mais le score du premier set (21-18) indique qu’il y eut lutte et fort belle opposition de la part de nos beachers qui ont davantage cédé le pas dans la seconde manche (21-12). Le bilan du déplacement à Ostrava est néanmoins plus que satisfaisant pour notre paire nationale qui a engrangé là 400 points qui sont les bienvenus pour s’ajouter aux 2700 qu’ils comptaient à leur compteur au début de cette semaine. Tom et Dries ont fait ainsi une excellente opération à Ostrava. On s’en réjouit pour eux et tous ceux qui les encadrent.

 

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Les Yellow Tigers entament la VNL 2019 en affrontant les USA

 

C’est ce mardi 21 mai à partir de 16 heures que nos Yellow Tigers entreront dans la danse de la VNL. La Volley Nations League (VNL) est cette grande compétition qui s’appelait à ses débuts, en 1993, FIVB Grand Prix et qui réunit les 16 meilleures équipes féminines du monde. Toutes celles-ci se rencontrent en l’espace de 5 semaines dans le cadre de 4 tournois distincts qui, chaque semaine, sont organisés dans différents points du globe et qui réunissent à chaque fois 4 équipes. A l’issue de ces 20 tournois, les 6 premières classées disputent un tour final qui servira à désigner la formation qui remportera le trophée et le premier des montants qui récompensent les équipes participantes tandis que la dernière classée saura qu’elle ne fera plus partie de la compétition l’année suivante.

L’année dernière, notre sélection, qui avait été assez considérablement remaniée, avait fait mieux que bien puisqu’elle avait réussi non seulement à éviter le siège éjectable mais, bien mieux, à remporter plusieurs matches et à terminer ce tour du monde à la treizième place. C’était fabuleux dans la mesure même où c’était aussi inattendu que mérité tant nos représentantes réalisèrent de véritables prouesses face à des équipes qui, comme la Corée du Sud, la République Dominicaine et la Thaïlande notamment, étaient et sont toujours mieux classées qu’elles au ranking de la FIVB.

Les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick n’ont pas connu une grande préparation pour aborder ce grand rendez-vous mondial mais toutes les équipes qui participent à celui-ci se trouvent dans la même situation et sont parfois même moins bien logées du fait que plusieurs de leurs joueuses ont dû disputer la finale de la CEV Champions League samedi dernier. C’est le cas de l’équipe des USA qui a remporté la VNL 2018 et qui affrontera précisément nos Yellow Tigers ce mardi à Ruse en Bulgarie.

Cette différence de temps de préparation sera évidemment tout avantage pour Herbots et ses équipières mais le talent et la rage de vaincre des filles de Karch Kiraly sont tels qu’il est assez probable que la victoire leur reviendra finalement.

Après, c’est-à-dire mercredi et jeudi, nos compatriotes affronteront successivement le team du Japon qui sera celui qui défendra l’an prochain les couleurs du pays organisateur des Jeux Olympiques et la sélection de Bulgarie qui jouera à domicile et qui cherchera à ne pas décevoir ses fervents supporters à cette occasion.

Vous l’aurez compris, la tâche de nos Yellow Tigers ne sera pas simple. Toutefois, cela ne signifie absolument pas qu’elles sont parties en Bulgarie sans caresser l’espoir de réaliser l’un ou l’autre de ces exploits qui sont la marque de leur tempérament et de leur science du jeu. Tous nos voeux de réussite les accompagnent.

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Igor Novara et Lube Civitanova beaux vainqueurs de la Champions League CEV

Les deux super finales de la Champions League CEV ont connu deux beaux vainqueurs. Les deux équipes victorieuses sont toutes deux italiennes et, dans les deux cas, le score final a été le même: 3-1.

Chez les dames, emmenée par Paola Egonu, qui allait être sacrée MVP de la rencontre, la formation de Igor Gorgonzola Novara a connu un excellent départ et pris assez aisément les deux premiers sets à son compte : 25-18/25-17. Le team de Conegliano se réveilla alors. De belle manière même puisqu’elle empocha la troisième manche sur le score de 14-25. La partie fut ensuite très équilibrée mais revint finalement à Francesca Piccinini (40 ans) et à ses équipières qui s’imposèrent 25-22.

La finale Messieurs, qui opposait Zenit Kazan à Cucine Lube Civitanova, connut un autre scénario. Le premier set fut tout à l’avantage des tenants du trophée, les Russes du Zenit Kazan, qui se montrèrent alors très impressionnants, tant au bloc qu’au service: 25-16. La physionomie de la rencontre changea du tout au tout quand le trio cubain Juantorena (qui est devenu citoyen italien), Simon et Leal  (qui, eux deux, sont aujourd’hui Brésiliens)  se mit à carburer de la plus efficace des manières.

Le choc au sommet tourna alors à la plus grande confusion pour les Mikhailov, Anderson, N’Gapeth et autres qui furent dominés comme ils le furent rarement durant leur carrière. Le score est là pour attester qu’il n’y eut plus match mais bien une véritable démonstration de virtuosité de l’équipe du coach De Giorgi : 15-25/12-25/19-25. Osmani Juantorena fut sacré MVP de la rencontre mais, de fait, tous ses collègues auraient pu tout aussi bien briguer ce “titre” tant l’équipe forma un très beau collectif. Et un très beau vainqueur.

La Champions League CEV 2018-2019 a livré ses verdicts. Vive la Champions League CEV 2019-2020.

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Un peu de tout mais du tout de qualité

Le choix est grand pour qui voudra assister à des événements volleyballistiques sortant de l’ordinaire ou voir du volley-ball de tout haut niveau

Pour qui aime les compétitions de jeunes, le choix ne sera pas difficile. Il sera amené à se rendre à Torhout en Flandre occidentale où, ces samedi et dimanche, se dérouleront les finales des championnats de Belgique pour jeunes.

A cette compétition qui est ouverte aux jeunes filles et aux jeunes garçons des catégories d’âge U11, U13, U15, U17 et U19 sont de fait conviées les équipes qui, la semaine passée et dans chacune de ces catégories, se sont classées à l’une des deux premières places des championnats organisés dans leur Communauté respective.

Combien de titres nationaux reviendront aux équipes flamandes et aux équipes francophones ? Cette question est toujours celle que grand nombre de personnes se posent lors de chacun de ces rendez-vous. De fait, elle ne présente pas grand intérêt dans la mesure même où ce qui importe surtout est de voir si le niveau de jeu est en hausse ou si l’une ou l’autre étoile apparaît dans le lot de ces 40 équipes qui se disputeront les écussons nationaux.

Il n’empêche que cela vaudra la peine d’examiner ces résultats de près car cette analyse, qui doit être faite en ayant bien à l’esprit que le « réservoir » des jeunes joueurs flamands est beaucoup plus volumineux que celui des jeunes joueurs francophones, permet de voir comment les équipes des grands clubs formateurs de la FVWB (VBC Waremme, Tchalou, Axis Guibertin, Chaumont, Namur) se comportent face aux meilleur(e)s jeunes joueurs/joueuses flamand(e)s qui, hors celles et ceux qui font partie de l’école de volley-ball de Vilvorde), évoluent dans les clubs flamands connus également pour être de grands centres de formation (Haasrode Louvain, Booischot, Gooik, Zoersel, Zandhoven, Knack Roulers, Torhout)

—————————————————————–

Samedi 18 mai 2019 Filles : U19, U15, U11 et Garçons : U17, U 13

Dimanche 19 mai 2019 Garçons : U19, U15, U11 et Filles : U17, U13

——————————————————————

Quant aux amateurs de beachvolley, ils devront prendre la direction du Limbourg où, à Hechtel très précisément, se déroulera la deuxième manche du Belgian Beachvolley Championship. Il est à espérer que ce tournoi connaîtra un plus grand succès populaire que celui qui, très mal promu par l’entité qui était en charge de cette organisation, vit fort peu de monde rejoindre le « Kamerbos van Brussel » la semaine passée. Il fait mal au coeur de voir le beachvolley se rétrécir de la sorte tant, dans un passé pas si lointain, il était en pleine essor et voyait fleurir des championnats qui drainaient de larges publics, tant à l’intérieur du pays qu’à la côte ainsi que des événements de grande dimension (World Tour à Ostende, Coupe de Belgique sur la Grand’Place de Bruxelles), des activités qui avaient pour effet que cette discipline avait à l’époque bien plus de vent dans les voiles.qu’elle n’en a aujourd’hui.

Du côté de certaines instances fédérales, on semble avoir pris conscience de cette évolution négative et c’est ainsi que, tout au début de ce mois, il a été permis d’apprendre, via le site de Top Volley Belgium, que Wout Wijsmans avait été engagé par Volley Vlaanderen en qualité de beach coordinateur, et ce, aux fins de « mettre le beacholley en lumière dans notre pays ».

Dans l’attente de ces nouveaux jours heureux, on suivra les prochains tournois avec grande attention , histoire de savoir comment le team féminin Van den Vonder – Cools repoussera les assauts des duos Van Bree – Ruysschaert , Coolman – Rousseaux et Catry – Vandesteene pour ne citer que les quatre premières formations classées du tournoi de dimanche dernier et qui, chez les hommes, se positionnera comme premiers opposants de Koekelkoren-van Walle quand ceux-ci seront de nouveau fit and well.

A Bruxelles, la paire Colson – Deroey l’a emporté facilement en finale face à Van der Aa-Van Reeth mais avait dû cravacher pour s’imposer 2-1 (15-13 au tie-break) en demi-finale face aux frères Vandecaveye. On verra ce qu’il en sera à Hechtel.

Enfin, pour qui voudra rester à la maison et voir un très beau match à la télévision, il lui suffira de se brancher sur VOO World Sport ce samedi. C’est en effet ce samedi que se joueront les deux finales de la Champions League de la CEV. La finale féminine, qui opposera deux clubs italiens, se jouera à 16 heures tandis que la finale masculine sera retransmise via le canal de VOO à partir de 19 heures; elle sera commentée par Marc Vanvinkenroye et Philippe Daman. Cette rencontre s’annonce somptueuse dans la mesure où elle mettra face à face deux des meilleures, sinon les meilleures, équipes de club évoluant aujourd’hui dans le monde. Elles se dénomment Zenit Kazan, tenant du trophée et champion de Russie, et Cucine Lube Civitanova, champion d’Italie et médaille d’argent du Championnat du Monde des Clubs champions en 2018.

Ces super finales de ce samedi se déroulent à Berlin et il n’y a plus une seule place à trouver dans la salle Max-Schmeling qui peut accueillir plus de 9.000 personnes. La rencontre sera diffusée dans 75 pays du monde c’est ainsi que la CEV a pris accord avec un très grand nombre de broadcasters dont vous trouverez la liste ci-après. Histoire de vous rendre compte que le volley-ball tend à prendre place au sein des plus grands canaux de télévision du monde. Une très bonne nouvelle en somme.

Bon week-end à vous.

•    Claro Sports (Mexico) 
•    Idman Azerbaycan (Azerbaijan) 
•    iQIYI (China), for the women’s final only 
•    VOOsport World (Belgium), for the men’s final only 
•    CT Sport (Czech Republic) 
•    Charlton Sport 3 HD (Israel) 
•    COSMOTESPORT 7 HD (Greece) 
•    Cytavision Sports 6 (Cyprus) 
•    Digi Sport Romania (Romania) 
•    DIGI Sport 2 (Hungary) 
•    SPORT SMART / D-SMART (Turkey) 
•    Dubai Sports Channel (23 MENA countries) 
•    Eurosport Asia Pacific (13 countries) 
•    Eurosport 1 (Germany), for the men’s final only 
•    Eurosport 1 (France), for the women’s final only 
•    Eurosport 2Xtra (Germany), for the women’s final only 
•    Eurosport 2 (France), for the men’s final only 
•    FloSports (USA) 
•    Sport Klub 3 (Bosnia and Herzegovina, Croatia, Kosovo, Montenegro, F.Y.R. of Macedonia, Serbia, Slovenia) 
•    Match TV (Russia) 
•    TVStart (Russia) 
•    Setanta Eurasia (Armenia, Azerbaijan, Belarus, Estonia, Latvia, Lithuania, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Moldova, Turkmenistan, Tajikistan, Uzbekistan) 
•    Canal + Sport 2 (Poland) 
•    Nova Sport (Bulgaria) 
•    DAZN Italy (Italy, San Marino, Vatican City) 
•    Sports Network (Chinese Taipei) 

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Sacha Koulberg nouvel entraîneur du VBC Waremme

Sacha Koulberg s’était porté candidat pour occuper le poste de directeur technique de la FVWB. Comme on le sait, il ne fut pas retenu.

Pendant ce même temps, le club du VBC Waremme perdait son entraîneur Barca-Cysique qui avait décidé de donner suite à un projet d’ordre personnel qui ne lui permettait plus de rester dans notre pays.

Et ce qui devait se passer se passa. Les dirigeants du VBC Waremme et Sacha Koulberg se rencontrèrent au début de cette semaine et tombèrent d’accord pour faire cause commune et aller dans la même direction.

Sacha Koulberg devenait ainsi le nouvel entraîneur du club liégeois. Le club du Président Vincent Perin trouvait là un homme qui connaît très bien le volley-ball, le féminin comme le masculin ou inversément, et qui a largement fait ses preuves là où il a déposé ses valises.

C’est à l’ASSAR que, en 1977, Sacha Koulberg a fait ses premières passes de volley-ball et c’est avec l’ASUB que, trois ans plus tard, il a fait la découverte de la division d’honneur. Il a ensuite joué à Ixelles pendant deux saisons avant d’émigrer dans le Brabant flamand où, de 1984 à 1989, il a porté le maillot de Lennik pendant avant de faire un saut à Torhout et de revenir terminer sa carrière à Zellik en 1992. Pendant tout ce temps, il a été 4 fois champion de Belgique, gagné 1 Coupe de Belgique, porté 77 fois le maillot de l’équipe nationale et a participé une fois à une finale de Coupe d’Europe en 1987.

A partir de 1992, il a épousé la carrière d’entraîneur et a ainsi donné ses premiers entraînements aux joueuses de Charleroi où il est resté trois ans avant de diriger l’équipe féminine de Herentals pendant une saison. Il bifurqua alors vers le volley masculin et conduisit successivement les équipes de Puurs et d’Antwerp. Il revint vers le volley féminin pour mener des équipes comme VC Lennik, VDK Gent et, surtout, les Dauphines de Charleroi de 2000 à 2006.

Après maints succès glanés là, il dirigea ensuite pendant deux ans l’équipe du VC Asse Lennik. En 2009, il effectua un nouveau retour à Charleroi pour s’occuper des Dauphines pendant deux saisons et y connaitre avec elles les joies d’un titre national. Il lui fut ensuite proposé de prendre en charge l’équipe du VC Oudegem avec laquelle il remporta une Coupe de Belgique et termina par deux fois à la deuxième place du championnat de la Ligue.

Aujourd’hui, Sacha Koulberg se trouve devant un nouveau défi. Ce défi est de conduire une équipe qui a réalisé un bon championnat la saison dernière. Elle a perdu pas mal de ses éléments depuis le dernier match joué à Haasrode Louvain et il faudra donc la remodeler. Comme on le sait, le club liégeois compte beaucoup de jeunes et même de très bons jeunes puisque pas moins de 8 équipes se retrouveront samedi et dimanche à Torhout pour y disputer les finales du championnat de Belgique des jeunes. Cela étant, il faudra néanmoins recruter pour combler les vides et pour « monter » une formation qui aura le périlleux privilège d’être la seule à représenter le volley-ball francophone lors de la prochaine compétition de la ligue masculine dont on ne sait trop qui, de fait, en sera le véritable régisseur.

Dans sa tâche, Sacha Koulberg aura la chance de pouvoir compter sur la précieuse assistance de Frédéric Servotte ainsi que sur celle de Pierre Honnay qui est le directeur technique du club et qui, à ce titre, effectuera la liaison avec la direction du club ainsi qu’avec tous les autres services internes de la maison.

Comme on le voit, Sacha Kilberg et le VBC Waremme étaient faits pour se rencontrer ce printemps. Gageons que cet accord sera porteur de belles satisfactions pour tous ceux qui s(er)ont ainsi amenés à se trouver sur le même bateau ainsi que pour le volley-ball francophone qui ne demande qu’à saluer les succès de ses équipes les plus représentatives, tant chez les hommes que chez les femmes. Pour que rayonne de la sorte une image marquante du volley-ball en Communauté française.      

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Pour faire rimer « revendications » avec « réalisations »

 

C’est hier, lundi 13 mai à Namur, que l’Association Interprovinciale du Sport Francophone (AISF) a dévoilé aux représentants des partis politiques francophones qui se présentent aux élections du 26 mai prochain les propositions qu’elle a, sous la forme d’un cahier dit de revendications, formulées à partir d’une consultation faite en interne. Vous trouverez ci-après le lien qui vous permettra de prendre connaissance du contenu de ce document.

Même si plusieurs de ces revendications sont écrites de manière fort absconse et si, assez étonnamment, il y manque encore pas mal de pages sur des sujets plus qu’importants (gouvernance du monde sportif francophone du niveau des clubs à celui des fédérations nationales, distinction à opérer entre activités sportives à vocation de développement sportif et activités sportives ayant fonction de simple divertissement, aides aux clubs formateurs de jeunes athlètes, statut des moniteurs et entraîneurs, répartition entre Wallonie et Bruxelles des moyens financiers alloués au sport en Communauté française, accès des entités sportives provinciales et régionale aux subsides de la Communauté française, problématique de la fiscalité et de la perception des cotisations sociales des athlètes professionnel(le)s, le financement aujourd’hui éclaté des infrastructures sportives,…), on ne peut que se réjouir de voir l’AISF sortir ainsi du bois.

Et se faire de la sorte, même si ce cahier de revendications est loin de constituer un document ayant grande force d’adhésion, plus le porte-voix de celles et de ceux qui, depuis une bonne vingtaine d’années, peuvent se considérer comme les mal doté(e)s des politiques menées de manière disparate par les différentes Autorités qui ont été aux affaires aussi bien en Communauté française que dans les deux Régions  composant celle-ci.

L’AISF sera-t-elle entendue ? Une fois les élections passées, viendront les moments qui permettront de voir quel sort sera réservé à cet ensemble de revendications. La vigilance reste donc de mise. Tant il faut croire que les propositions contenues dans ce document ne sont pas faites pour rester à l’état de doux rêves mais bien pour muer en palpables réalisations.

Oui, l’espoir reste toujours un devoir.

https://aisf.be/wp-content/uploads/2019/05/AISF_CahierDeRevendications2019.pdf

 

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport