Quand Volley Belgium et la Ligue parlent de championnats à venir

Les deux documents que porte cet article sont intéressants à plus d’un titre.

Le premier a trait au règlement de la compétition nationale, c’est-à-dire celle qui concerne les quatre premiers échelons de la hiérarchie sportive du volley-ball en Belgique, tandis que le second n’est pas moins important puisque, émanant de la Ligue des clubs Messieurs qui évoluent au plus haut niveau de cette même échelle, il fait état des préparatifs apportés au championnat qui concernera ses membres.

Dans le premier, vous trouverez tous les éléments qui conditionnent et règlent la participation de tous les clubs qui prendront part, quand le feu vert sera donné par le Conseil National de Sécurité (CNS) pour ce faire, aux différents championnats de la saison à venir. Ce règlement a fait l’objet d’un grand toilettage de la part des Administrateurs de Volley Belgium et, finalement adopté au bout d’une très longue négociation entre dirigeants de Volley Vlaanderen et ceux de la FVWB, il permet de constater que, par rapport au document de base, il y a eu des concessions faites de part et d’autre.
https://www.kbvbv.be/wp-content/uploads/2020/05/NATIONAAL-COMPETITIEREGLEMENT-REGLEMENT-COMPETITION-NATIONALE-VOLLEY-BELGIUM-2020-2021-VB-19052020-1.pdf
  

Le document est-il parfait pour autant ? D’aucuns trouveront que plusieurs points, tels ceux concernant les tarifs et le niveau d’exigence des cartes de coach ou de coach-adjoint, sont trop élevés tandis que d’autres estimeront que trop de latitude est donnée aux jeunes de moins de 19 ans ou que certaines normes ne sont pas dignes du niveau d’une compétition nationale.

Si, dans ce sens et sur la forme, la nouvelle mouture du règlement national ne manque pas d’apparaître plus équilibrée et moins confuse que ne l’était celle du départ, il n’en reste pas moins, aux yeux de beaucoup, un document qui n’est autre qu’une espèce de mille-feuille laissant par trop la porte ouverte à des “cas non prévus” appelés à être résolus ultérieurement par le CA de Volley Belgium. De plus, comme il repose toujours sur des bases qui ne sont pas clairement établies dès le départ, comme la durée de la saison sportive ou comme l’affectation réelle des frais d’inscription, il est permis de penser que ce règlement est encore loin d’avoir atteint son plenum d’aboutissement.

Cela étant, et après avoir souligné que le délai d’inscription à ces championnats prend fin ce lundi 25 mai, que penser du communiqué de la Ligue que vous trouverez au bas de cette page?

La Ligue est connue pour être un organe qui se veut proactif dans la mesure même où il cherche toujours à placer son action dans un futur bien anticipé et dans des conditions tracées aux fins de donner à ses membres que sont les clubs du plus haut niveau de la compétition l’occasion de se déployer au mieux et de conférer au volley-ball, avec les moyens financiers qui sont les siens, la meilleure image possible, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Dans cette perspective, et animée de cet esprit tourné en permanence tant sur la préservation que sur le développement de ses membres, la Ligue est devenue une pièce importante du grand puzzle qu’est le monde du volley-ball belge. Elle l’est tellement qu’elle ne manque pas d’apparaître comme dérangeante pour bon nombre de celles et de ceux qui figurent au sein du CA de Volley Belgium et, plus encore, pour ceux qui, dans l’ombre, s’occupent des équipes et des activités internationales développées par Top Volley Belgium, une excroissance de Volley Vlaanderen.

A cet égard, il est peu probable que, par son caractère tumultueux, le communiqué que vient de lancer la Ligue sera de nature à rendre plus solides les liens ténus qui lui valent d’avoir le statut équivalent à celui d’une simple commission au sein même de la maison-mère du volley-ball belge qu’est Volley Belgium.

Et, pourtant, à y regarder de près, il est quatre points qui méritent assurément d’être épinglés.

Le premier concerne l’annonce que la Ligue tient déjà compte du rétrécissement qui sera apporté à la saison belge 2020-2021 du fait des compétitions de la FIVB et de la CEV qui auront lieu en mai 2021.

Le deuxième a trait aux mesures sanitaires qui “encadreront” les premières rencontres du championnat à venir. Peu est dit à ce propos mais il est heureux de lire que la Ligue prépare ses clubs à passer par cette case pour assurer en toute responsabilité leur avancée vers une forme de compétition où joueurs et clubs de se produire auront été préparés à respecter au mieux toutes les mesures sanitaires imaginables.

Le troisième point est l’appel lancé en direction de la Fédération pour qu’elle réduise les charges financières qu’elle impose aux clubs (droits d’inscription, droits de publicité, frais d’arbitrage). Sera-t-il entendu ? C’est peu probable même si, dans le cadre d’une mesure qui s’adresserait alors à tous, il est permis de penser que certaines réductions de charges pourraient bien avoir lieu dans le secteur des frais, conséquents, que sont ceux de l’arbitrage pour les clubs.

Enfin, le quatrième élément qui mérite citation est incontestablement celui qui parle de l’assouplissement qui a été apporté, en accord avec les partenaires sociaux, au processus de l’octroi de la licence donnant accès à la compétition. Voilà une nouvelle qui fera certainement grand plaisir aux neuf clubs, et plus encore à certains d’entre eux, qui doivent présenter les garanties financières voulues pour obtenir cette Licence sans laquelle il ne leur sera pas possible de prendre part au championnat 2020-2021.

Un championnat dont on ne sait trop, à lire les deux documents évoqués dans cet article et les mesures qui y sont prévues pour lui permettre de déployer au mieux ses ailes, s’il est plus celui de Volley Belgium que celui de la Ligue. Ou l’inverse.

________________________________________________________________________

La Ligue de volleyball plus que jamais sur la brèche pour ses clubs

Au plus haut niveau, comme dans d’autres sports, la compétition de volleyball a été arrêtée prématurément.

Les salles fermées par les autorités locales et les joueurs étrangers voulant retourner chez eux avant la fermeture des frontières en étaient les principales raisons. L’esprit citoyen et l’intérêt général ont primé sur l’intérêt personnel. Les valeurs morales humaines doivent toujours prévaloir sur les intérêts économiques ou sportifs.

Depuis lors, la Ligue de volleyball prépare assidument la nouvelle saison.

Quels sont les projets ?

Personne ne doute que ce sera différent. Mais en quoi cela le sera-t-il ?

Quand pourra-t-on débuter la saison ? Avec ou sans public ? Avec quelles mesures sanitaires ? à partir de quand les compétitions internationales seront-elles à nouveau programmées ? Est-ce que tous les matchs pourront se dérouler, et si non, qu’en sera-t-il du classement ? …

Personne n’a de réponse absolue à ces questions. Cependant, la Ligue élabore différents scénarios de manière proactive.

Quatre aspects sont pris en compte : le sportif, la mobilisation des fans, le sanitaire et le financier.

En ce qui concerne l’aspect sportif, les tickets pour la Ligue des Champions n’ont pas encore été attribués : avec trois candidats (Maaseik, Roulers et Alost) pour deux places, la Belgique a le même « problème de luxe» que l’Allemagne. Le choix définitif doit encore être convenu avec la Fédération. La CEV a annoncé que cela ne nécessitait pas obligatoirement une référence à un classement.

Quant au calendrier, il dépend de la formule de compétition et doit s’inscrire dans le délai imparti par les fédérations internationales pour les championnats nationaux de clubs. La FIVB a annoncé que la Ligue des Nations de Volleyball devrait commencer en mai, un mois plus tôt que cette année. La plupart des ligues européennes prévoient donc un scénario de base débutant en septembre et se terminant à la mi-avril même si elles espéraient pouvoir jouer un mois de plus.

En « temps normal », une fois le calendrier établi, la compétition peut se dérouler sans problème majeur. En ces « temps incertains », des facteurs extérieurs peuvent perturber ou interrompre le bon déroulement : une nouvelle fermeture des salles, une interdiction d’admission du public, une équipe en quarantaine, … Nous ne sommes à l’abri de rien ! Mais que faire en cas d’imprévu ?

Par anticipation, la Ligue a développé un scénario B et un scénario C. Les Présidents des clubs participants signeront une Charte de Gentlemen Agreement’s qui déterminera à l’avance la suite à réserver à chaque événement pour que la compétition se déroule le plus équitablement possible. Les représentants des joueurs sont également impliqués dans ces discussions, car pour eux il s’agit de leur job et de leur carrière.

En ce qui concerne la mobilisation des fans, la Ligue élabore un plan détaillé pour renforcer les liens entre les fans et les joueurs par le biais de contenu vidéo. Cette approche bénéficiera tout autant au volleyball en « temps non-corona ». Entre autres, la production d’un talkshow hebdomadaire où tous les clubs de la Ligue seront mis en réseau. Chaque club sera équipé d’une clean room permettant une rencontre virtuelle interactive en temps réel entre les fans et les joueurs.

Concernant les mesures sanitaires, un plan est élaboré avec des experts en prévention.

La dynamique du sport professionnel est telle qu’il faut également tenir compte du statut d’employeur, des contacts entre les athlètes et le grand public, ainsi que d’une activité horeca.

Mais le sport professionnel comporte également un volet financier, et en la matière, la Ligue et de ses clubs sont préoccupés. Peu importe ce qui se passe, les salaires et la location de salle devront être payés chaque mois. Quelles dépenses pouvons-nous réduire ? Mais surtout, qu’en est-il des recettes ? Les fans et les sponsors continuent de soutenir le volleyball, mais que se passera-t-il si les matchs doivent être annulés, et si les matchs doivent être joués sans ou avec un public restreint ?

Pour aider les clubs, la Fédération de Football a annoncé que les frais d’inscription ainsi que les frais des officiels pourraient être réduits.

La Ligue de volleyball a décidé de réduire toutes les dépenses de 35% et de les geler jusqu’à des temps meilleurs. Volley Belgium et les deux ailes ont été invitées à participer à cet effort.

Toute la famille du volleyball doit faire preuve de solidarité car tout l’écosystème repose sur les clubs.

Au niveau international, les ligues européennes ont invité la FIVB et la CEV à prévoir des mesures spécifiques pour les clubs. Une première mesure a été annoncée avec une réduction d’à peine 10% sur les coûts de transferts internationaux, bien que non applicables dans les autres sports.

Le processus d’octroi de licences a été assoupli et avec les partenaires sociaux, les conditions minimales pour participer à la compétition de Ligue A ont été réduites.

La bonne nouvelle est que les clubs de la Ligue sont motivés et unissent leurs efforts pour surmonter la crise. Ainsi, la Ligue et ses clubs veulent à nouveau proposer du volleyball de haut niveau à un large public dans les meilleures conditions possibles.

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley Non classé

 » Volley non è lo sport più pericoloso « 

Il y a peu, je vous ai rapporté ici les résultats d’une étude menée par l’Université de Turin et le Comité Olympique d’Italie sur la dangerosité des disciplines sportives en matière de propagation du coronavirus. Pour rappel, selon l’information qui avait été diffusée partout dans le monde alors, ce rapport, qui comptait 400 pages, avait analysé le risque de contamination pour chaque sport et avait conclu que le volley-ball pouvait trôner sur la plus haute marche du podium en tant que sport classé comme étant “le plus dangereux dans le contexte corona actuel ».

Ce résultat fit beaucoup de remous dans les milieux du volley-ball et ne manqua pas de susciter bien des réactions de tous côtés. En Italie où le volley-ball fait partie de la famille des grands sports nationaux comme partout ailleurs, et surtout là où ce résultat était évidemment considéré comme pénalisant pour tout qui plaide pour une reprise aussi rapide que possible des activités de volley-ball en salle.

De fait, c’est d’Italie encore qu’est venue la réplique la plus virulente pour contester cette étude qui avait été commanditée par le Ministre italien des Sports, Vincenzo Spadafora, aux fins de voir comment prendre les meilleures mesures possibles en matière de relance des activités et des compétitions sportives en Italie. Parmi cette levée de boucliers figurait l’organe de presse Sport Mediaset/Volley qui avait opportunément mis en avant les points de l’étude qui apparaissaient comme particulièrement critiquables.

https://www.sportmediaset.mediaset.it/volley/giudizio-ribaltato-il-volley-non-lo-sport-pi-pericoloso_17933250-202002a.shtml .

Cela étant, il fut permis d’apprendre assez rapidement que l’étude ainsi incriminée n’était pas terminée et qu’il ne fallait tenir compte ni des résultats qui avaient été publiés ni de l’image « négative » que ceux-ci avaient pu donner du volley-ball. Et, pour cause, puisque le volley-ball ne se trouvait plus affublé de la cote 8 mais bien de la cote 5 sur une échelle allant de 0 à 8 comme ligne servant à mesurer la dangerosité des sports en matière de risques de contamination du coronavirus. La différence est, comme on peut le voir, assez appréciable et, comme on peut l’imaginer, plus qu’appréciée par toutes celles et tous ceux qui avaient été plus que heurtés par cette information-choc.

A ce sujet, la chaîne de télévision flamande « Sporza », qui suit avec belle attention les aventures et tribulations du monde du volley-ball belge, avait interrogé Gert Vande Broek pour connaître l’avis qu’il avait sur ces estimations qui avaient été faites par l’Institut Polytechnique de Turin

L’entraîneur national des Yellow Tigers est aussi, on le sait, professeur à l’Université de la KUL où il fait partie du Centre de Recherche en Activité Physique, Sports et Santé. C’est évidemment en tant que tel qu’il est intéressant de prendre connaissance de son avis sur le sujet de la dangerosité du volley-ball comme véhicule possible de la propagation du coronavirus. Comme vous pourrez l’entendre ou le lire en cliquant sur le lien qui suit, l’avis de Gert Vande Broek est plus nuancé que tranchant.

https://sporza.be/nl/2020/05/08/slotconclusie-italiaans-onderzoek-volleybal-is-toch-niet-de-gevaarlijkste-sport~1588963079741/

En effet, si, comme tout un chacun émanant du monde du volley-ball, il avait été plus que surpris, sinon franchement choqué, de cette première place attribuée à notre sport de prédilection dans le classement établi par la Faculté Polytechnique de l’Université de Turin, il se fait plus analyste que juge d’instruction pour répondre aux questions portant sur la prétendue “dangerosité” du volley. Et pour évoquer immédiatement quelle(s) direction(s) il reviendra(it) aux encadrants de nos équipes de suivre dans le développement de leurs entraînements pour éviter au mieux ces “moments” où les risques de propagation sont plus évidents que d’autres. On retrouve bien là la patte de l’entraîneur qu’il est également.

C’est nuancé et subtil à souhait mais, chacun l’aura compris également, ce ne sont pas là des arguments qui suffiront pour convaincre les Autorités du GEES, le groupe d’experts en charge de l’Exit Stratey (en clair, en charge de proposer aux Autorités du Centre National de Crise les mesures dites de sortie du déconfinement), que le volley-ball serait un sport sans risque de contamination possible.

C’est pourquoi, dans la perspective de cette reprise tant attendue des activités et des compétitions des sports collectifs en salle, il convient à présent d’attendre quelle synthèse les experts du GEES feront des différents plans dits de déconfinement que les fédérations des sports pratiqués en salle ont été appelées à remettre à leurs Autorités respectives, dans les trois Communautés du pays. Et, à partir de cette synthèse, quelle(s) décision(s) prendront les Autorités du Centre National de Crise.

Si, à ces différentes attentes, il faut encore ajouter le temps qu’il faudra également prévoir pour s’assurer de la bonne application des mesures qui seront, peut-être de manière fractionnée, imposées aux fédérations et à leurs clubs comme aux gestionnaires des salles de sport, il est permis de réaliser à cet endroit combien est toujours pleinement actuelle cette expression qui date, paraît-il, du 12ème siècle et qui invite tout un chacun à “prendre son mal en patience”.

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Formation + Formation = Progression

 Vous trouverez ci-après le contenu de la dernière livraison reçue de Marc Cloes en matière de formation des cadres FVWB. Je vous en souhaite bonne lecture et vous signale que vous trouverez également, au bas de cette newsletter les renseignements utiles pour y adresser les commentaires et autres suggestions que vous souhaiteriez lui laire en sa qualité de responsible de la CFEVB (Cellule de Formation des Entraîneurs de Volley-Ball) de la FVWB.

Formations initiales

Formation ‘Basic’. Pour coacher la première année, les personnes qui n’ont jamais entraîné doivent effectuer une formation en ligne (durée estimée à maximum 4h – y compris la rédaction obligatoire d’une analyse personnelle de l’outil) : le module Basic. Nous invitons les secrétaires de clubs à motiver un maximum de leur affilié.e.s à faire la démarche. Pour rappel, l’attestation Basic permet également d’être dispensé du quart de la formation Animateur ! Cela motivera peut-être certain.e.s de participer à l’une de ces formations qui seront encore organisées d’ici la fin de l’année civile. Inscriptions pour le module Basic : contacter Mme Sepp (coachs@fvwb.be). Une remarque générale, au fil du parcours de formation, les candidats sont invités à noter leurs impressions dans un tableau. Il importe de le compléter au fur et à mesure !!! La dernière partie de la formation consiste à expliquer quatre actions concrètes que l’entraîneur mettra en place dans sa pratique.

* Formations Animateur Volley-Ball. Trois formations Animateur VB seront proposées au cours du deuxième trimestre de 2020 : province de Namur (Enzo Di Guasto), province du Brabant wallon (Nicolas Dupont), province de Liège (Francis Devos).  Les programmes sont en phase de finalisation ; il devraient être disponibles cette semaine sur les sites de la FVWB et de ses composantes et sur simple demande au secrétariat de la CFEVB (Mme Alexandra Sepp – coachs@fvwb.be). Les formations prévues dans les provinces du Hainaut et de Luxembourg viendront plus tard.

* Formation Moniteur Sportif Initiateur Volley-Ball. La formation MSIn VB 2020/1 débutera le 28/03. Il s’agit d’une formation ‘étalée’ sur plusieurs semaines (la formation MSIn VB 2020/2 sera organisée lors du congé de la Toussaint et est identifiée comme ‘condensée’). Le programme est en phase de finalisation ; il sera disponible cette semaine sur les sites de la FVWB et de ses composantes et sur simple demande au secrétariat de la CFEVB (Mme Alexandra Sepp – coachs@fvwb.be). Compte tenu des délais, voici un aperçu du planning (provisoire) des activités en présentiel :

–          Sa 28/03 – 09:00-17:45 – Esneux (modules CS 123, CS 126/1, CS 129, CS 151)

–          Sa 11/04 – 09:00-16:00 – Evere (modules CS 124/1, CS 124/2, CS 128)

–          Lu 13/04 – 09:00-18:00 – Farciennes (modules CS 125, CS 132, CS 113/2)

–          Sa 25/04 ou Di 03/05 – 09:00-16:45 – Remouchamps (modules CS 126/1, CS 141

–          Sa 09/05 – 09:00-16:00 – Namur (modules CS 131/1, CS 131/2)

–          Je 21/05 – 09:00-16:00 – Champlon (modules CS 133, CS 134)

–          Sa 20/06 – 09:00-14:00 – Jambes (examen 1ère session)

–          Sa 29/08 – 09:00-12:00 – Beez (examen 2ème session)

* Formation Moniteur Sportif Educateur Volley-Ball. La formation MSEd VB 2020 débutera le 19/04. Il s’agit d’une formation ‘étalée’ sur plusieurs semaines. Le programme est en phase de finalisation ; il sera disponible cette semaine sur les sites de la FVWB et de ses composantes et sur simple demande au secrétariat de la CFEVB (Mme Alexandra Sepp – coachs@fvwb.be). Compte tenu des délais, voici un aperçu du planning (provisoire) des activités en présentiel :

–          Di 19/04 – 09:00-16:00 – Beez (modules CS 221, CS 232/2 – présence obligatoire !)

–          Di 10/05 – 09:00-16:30 – Remouchamps (modules CS 222/2, CS 235/1, CS 251, CS 234)

–          Sa 16/05 – 09:00-16:15 – Yvoir (modules CS 224/2, CS 252, CS 241, CS 235/2)

–          Je 21/05 – 09:00-16:00 – Yvoir (modules CS 227/1, CS 227/2)

–          Lu 01/06 – 09:00-12:15 – Yvoir (modules CS 223/2, CS 228/2 – présence obligatoire !)

–          Lu 01/06 – 13:15-18:15 – Yvoir (modules CS 225/2, CS 233/2, CS 226)

–          Sa 20/06 – 09:00-14:00 – Jambes (examen 1ère session)

–          Sa 29/08 – 09:00-12:00 – Beez (examen 2ème session)

* Formations ‘1ers soins en milieu sportif’. Pour rappel, au-delà d’être indispensable pour obtenir le brevet Moniteur Sportif Initiateur (MSIn) dans n’importe quelle discipline sportive, cette formation d’une journée devrait être suivie par n’importe quel éducateur sportif voire citoyen responsable ! Pour les coaches de la FVWB, la réussite de ce module permet d’obtenir 10 points de formation. Elle peut être suivie via la Ligue Francophone Belge de Sauvetage (dates des formations 2020 disponibles en cliquant ICI) ou l’Association Interfédérale du Sport Francophone (dates des formations 2020 disponibles en cliquant ICI). Ne pas oublier de transmettre l’attestation de réussite à Mme Alexandra Sepp (coachs@fvwb.be)!!!!

* Formations cours généraux ADEPS. Les inscriptions aux examens des cours généraux ADEPS pour l’édition ‘mai-juin’ sont désormais ouvertes et seront clôturées le 30 avril prochain (seulement 500 places è ne pas traîner !). Pour information, les examens se tiendront le Sa 09/05 à 9h00 à Louvain-la-Neuve (1ère session) et le Sa 20/06 à 9h00 à Louvain-la-Neuve (2ème session). Informations et inscriptions en ligne :

–          Cliquer ICI pour le niveau MSIn

–          Cliquer ICI pour le niveau MSEd

Formations continues (ordre chronologique)

Clinic niveau C et D. Le dimanche 29 mars, de 10h00 à 14h45, au centre sportif de Floreffe (rue joseph Hanse 6 à 5150 Floreffe), René Malengreaux animera un clinic pour les coaches C et D sur le thème ‘Coacher une nouvelle équipe !!! Un défi’. Cette formation continue gratuite a pour but d’attirer l’attention des coaches sur les difficultés rencontrées et de leur proposer quelques pistes de solutions. Elle comporte une partie théorique (10-12h) et une partie pratique (12h45-14h45). Inscription auprès de Mme Alexandra Sepp (coachs@fvwb.be). Valorisation : 4 points de formation (+2 si renvoi d’une synthèse réflexive)

Clinic niveau D. Le samedi 4 avril 2020, de 9h30 à 12h30, Dominique Blairon proposera une activité de formation continue dans le cadre de la Fun Cup. Le thème sera : ‘L’entraînement spécifique des 6-8 ans – Partie 4’. Elle se déroulera à la Shape’n Go Arena (rue de Donstiennes, 2b à 6536 Thuillies). Inscriptions auprès de Mme Sepp (coachs@fvwb.be). Formation continue FVWB (niveau D) : 3 points (+2 après validation d’une synthèse réflexive). PAF : 10€ (à payer sur place).

Informations diverses

* De nombreuses propositions de formations continues sont disponibles sur le volley-ball sont disponibles sur le site Voltraweb/clinics : http://www.voltraweb.be/clinics.htm Avant de participer à toute activité, veiller à contacter préalablement la CEFVB (marc.cloes@skynet.be) pour s’assurer qu’elle pourra être validée !!!

* Michel Van Zeveren, coach de Avanti Aalter dames cherche à organiser un stage/gîte + tournoi niveau nationale 3 en Wallonie, le weekend du 7/8 aout. Un club serait-il intéresser de collaborer avec lui ? Contact par email (michelvolley2@gmail.com) ou GSM (0473/53.51.84).

* Les actes du 4ème Colloque Guy Namurois (29/02/20), les power-points et les liens vers les podcasts des activités sont déjà accessibles :

– Actes du colloques et diaporamas des trois conférenciers è cliquer ICI

– Podcast 1 (Mot d’introduction + Frédéric Aubert (FFF) : Les spécificités de la femme sportive, ou comment devenir un meilleur entraîneur + Stéphane Fukazawa-Couckuyt (INSEP) : Capitalisation des connaissances des entraîneurs de haut niveau) è cliquer ICI

– Podcast 2 (Michel Preud’homme (Standard De Liège) : les qualités cachées : le regard du coach + Mario Innaurato (Diables rouges, AC Milan, Séville): les qualités cachées : le regard du préparateur physique) è cliquer ICI

– Podcast 3 (Jean Louis Losfeld (ACFF) : Formation des entraîneurs en football et détection des potentiels dans le football francophone + Dialogue 1 : Basket Ball :  les qualités cachées en basket Ball (Giovanni Bozzi ; Fabienne Georis ; Olivier Frédéric) è cliquer ICI

– Podcast 4 (Dialogue 2 : Volley-Ball : les qualités cachées en volley-ball (Pr Marc Cloes, Sacha Koulberg ; Ugo Blairon) + Dialogue 3 : Alain Gaspoz (ancien joueur pro et entraîneur national du Bénin) : les différences culturelles en foot) è cliquer ICI.

  • « L’intervention dans les pratiques physiques, sportives, et artistiques. Responsabilités et stratégies des acteurs ». Le sport et l’activité physique sont largement reconnus comme porteurs de valeurs positives profitant à l’ensemble des acteurs du monde socioéducatif, sportif et de santé publique.. Préparé par le Prof. François Potdevin, cet ouvrage rend compte des travaux menés lors de la 10ème biennale de l’Association pour la Recherche sur l’intervention en Sport (ARIS) organisée à Lille en 2018. Le livre s’organise en quatre axes qui questionnent les interventions selon la perspective des « stratégies responsables d’éducation ». Pour feuilleter ce livre, cliquer ICI.

Marc CLOES
Responsable de la Cellule de Formation des Entraîneurs de Volley-Ball (CFEVB)
Fédération Volley Wallonie-Bruxelles – FVWB
rue de Méry, 4 / B-4130 Esneux
+32(0)4/380.18.22 / +32(0)496/73.38.58  

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Volley

La FVWB aura bientôt un nouveau président

Qui sera le prochain président de la Fédération de Volley-Ball Wallonie-Bruxelles à l’issue du vote qui aura lieu ce samedi matin à Beez ?

Pascal Schmets ou Daniel Van Daele ?

On le sait, l’actuel président, Olivier Dulon, a jeté l’éponge. Prétextant des motifs d’ordre personnel, celui qui, en 2017, avait fait acte de candidature à la présidence de la fédération en annonçant qu’il allait moderniser ce qui s’appelait encore à l’époque l’AIF a signalé, lors l’Assemblée générale qui eut lieu en décembre, qu’il ne solliciterait pas un deuxième mandat. Cette annonce ne fit pas pleurer dans les chaumières de la FVWB tant, ce n’est un secret pour personne, la Fédération est surtout occupée aujourd’hui à panser, et déjà à repenser, les effets d’un changement de mode de fonctionnement qui, comme on peut s’en apercevoir après ces trois dernières années, n’aura guère généré d’avancées significatives pour le développement du volley-ball francophone.

C’est dans ce contexte de gros chantier à réorienter et à conduire que se présentent les deux candidats précités. Tous deux sont membres de l’actuel Conseil d’Administration de la FVWB mais y ont joué des rôles différents au sein de celui-ci.

Ainsi, Daniel Van Daele a été l’homme qui, en tant que trésorier, a tenu, très serrés, les cordons de la bourse d’une Fédération qui flirtait en 2017 avec la ligne de cessation de paiement et il a également été au four et au moulin dans les quelques opérations de la FVWB (réforme de la compétition, statuts de Volley Belgium, assises du Volley, portail) dont certains diront grand bien et au sujet desquelles d’autres auront un avis tout différent. L’homme se présente avec un programme bien charpenté au plan des mesures qu’il s’agira, selon son analyse, de prendre pour que la Fédération puisse faire face aux menaces qu’il voit poindre à l’horizon pour son devenir( concurrence de recrutement, modification du code de gouvernance imposé par l’Administration aux fédérations, l’absence de rayonnement médiatique, le rétrécissement du sponsoring et des subventions et, last but not least, le repli de l’aile flamande sur elle-même). Sur le plan sportif, le Hennuyer a des projets à court et moyen terme qui collent de fait à ceux du directeur technique tout récemment engagé et qui, en gros, visent à la “professionnalisation des cadres, des dirigeants et des coachs » et à l’élargissement du champ des tranches d’âge des sélections de jeunes dont la Fédération aurait désormais à s’occuper.

Enfin, pour ce qui concerne l’usine à gaz que constitue pour l’heure le Conseil d’Administration tel qu’il a été aménagé par le président sortant, Daniel Van Daele préconise l’insertion des Présidents des entités dans un nouveau CA et la mise sur pied en son sein d’un bureau clairement identifié et au pouvoir bien délimité. Pour ce qui concerne la future organisation administrative de la FVWB, l’actuel trésorier préconise d’avoir demain une structure de personnel plus adaptée à l’évolution des charges administratives avec à sa tête un responsable d’équipe tandis qu’il envisage aussi de faire appel à un “community manager” pour la partie ayant trait à la communication.

Et, de son côté, que propose Pascal Schmets ? Le Liégeois a abordé cette campagne en pouvant se prévaloir que, tout comme un autre administrateur, il n’avait pas fait partie du cercle des initiés qui, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du CA, avaient tenu le gouvernail de la FVWB. S’il est ainsi moins lié au bilan de la direction qui a été donnée à la Fédération dès après la très courte période qui a suivi le décès d’Albert Daffe, cela ne signifie pas pour autant que l’intéressé ne connaît pas les rouages de la lourde embarcation qu’est la FVWB. L’homme a montré ces dernières semaines au cours desquelles il a rencontré, en même temps que Daniel Van Daele, tous les grands électeurs que sont les délégués des entités de la FVWB, qu’il était, lui aussi, trempé d’une belle force de conviction. S’il s’agit de mettre en avant les principaux traits de son programme, il y aurait lieu de pointer ses soucis prioritaires d’assurer un nouveau type de relations tant avec les entités qu’avec les clubs et de veiller à ce qu’il y ait dorénavant une plus grande transparence de ce qui se décide au niveau du CA (au sein duquel il compterait mettre sur pied la tenue d’une rencontre trimestrielle avec les Présidents des entiés).

Pascal Schmets entend, lui aussi, doter la FVWB d’un secrétaire général à temps plein et d’un “community manager”, et ce, pour que la fédération puisse se façonner à terme une image de crédibilité autrement plus marquante et plus propice à la conclusion de nouveaux accords de partenariat. Quels sont les autres points forts du programme de Pascal Schmets ? Le premier est l’assurance qu’il a de pouvoir compter, en la personne de David Brozak comme soutien patenté de sa candidature, d’un homme qui est“neuf” et qui dispose d’un carnet d’adresses de belle contenance. Le second est son souci d’opérer, via l’organisation de nouvelles formes de tournois de jeunes, une plus grande dynamique sportive et de vouloir établir par ce biais de nouvelles relations avec la Fédération flamande de volley-ball.

Voilà campé le décor et brossé à grands traits le programme des deux candidats à la présidence de la FVWB. Il ne reste plus beaucoup de temps à attendre pour savoir qui sortira en premier de ce scrutin. L’espoir n’en est pas moins grand d’avoir demain à la tête de la Fédération une figure débarrassée d’esprit clanique et une manière de faire plus orientée vers l’essor des clubs et l’accroissement, tant quantitatif que qualitatif; des pratiquant(e)s afin de conduire ainsi le volley-ball francophone dans une direction plus éclairée et, surtout, de façon autrement dynamique que celle qui a été son lot au cours de ces dernières années. Le tout en ayant à l’esprit que, comme Malraux l’a écrit, « Les hommes unis à la fois par l’espoir et par l’action accèdent, comme les hommes unis par l’amour, à des domaines auxquels ils n’accéderaient pas seuls »  

Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Meilleurs voeux à toutes et tous

L’année 2019 s’apprête à céder le flambeau à 2020, une année qui devrait être pleine de grâce et d’équilibre si l’on s’en réfère à son graphisme.

Puisse cette nouvelle année vous apporter bonheur familial, excellente santé et quantité de joies en tout genre.

Pour illustrer ces voeux, je me sers volontiers du beau visuel réalisé par Volley Bruxelles pour la circonstance tant il dégage bien ces idées de beauté de style, d’égalité des genres, de renouveau et de cohésion qui sont appelées à marquer 2020, une année qui, cerise sur le gâteau, sera bissextile.

Heureuse année 2020 à toutes et tous.

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Fun Absolut Sport Absolut Volley

Colloque « Les Femmes et les Sports » ce 19 novembre à Louvain

La Task Force « Women & Sports » du Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) organise ce 19 novembre à Louvain un colloque portant sur la thématique de cette Task Force, c’est-à-dire « Women & Sports » ou la présence des femmes dans le sport de haut niveau.

Ce colloque tombe à point nommé pour trois raisons au moins.

La première est que le sport féminin n’a jamais été aussi étincelant en Belgique qu’au cours de ces deux/trois dernières années, et ce, dans les sports collectifs comme dans les disciplines individuelles. Que ce soit en hockey, en basket, en volley, en football ou dans les relais d’athlétisme, nos compatriotes ont très souvent défrayé la chronique et plusieurs de ces équipes, comme le volley et le basket, sont d’ailleurs toujours en lutte pour obtenir leur ticket pour Tokyo. Dans les disciplines individuelles, les athlètes belges brillent également de mille feux et nombreuses sont celles qui remportent, comme c’est le cas avec Nina Derwael en gymnastique, des succès plus que significatifs au plan mondial. Cette cascade de résultats remarquables n’a pas manqué de surprendre plus d’un observateur et mérite donc d’être expliquée à d’aucuns pour être plus justement appréciée.

La deuxième raison pour laquelle ce colloque est le bienvenu est que, malgré cette percée du sport féminin belge sur la scène internationale, les femmes n’ont toujours pas pour autant beaucoup plus de place dans les médias ou plus de considération au sein même de leur fédération. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple parmi cent autres possibles, notre Fédération de volley-ball n’a de cesse de donner la priorité au volley masculin dans tout ce qui a trait à la présentation des matches et des résultats alors que la simple logique des choses voudrait que cette priorité revienne au volley féminin du seul fait que la répartition des membres affilié(e)s à la fédération est, en gros, de 2 affiliées pour un affilié. Il est donc à espérer que le colloque abordera ce sujet de la place du sport féminin dans les médias et qu’il dégagera des pistes pour que ce dernier sorte renforcé de ces assises.

Enfin, la question qui touche au financement du sport féminin devrait également faire l’objet d’une attention toute spéciale. Comme on le sait, la manne des moyens financiers publics revenant au sport de haut niveau est assez restreinte dans notre pays. Aussi, quand il est permis d’apprendre que la Communauté flamande a décidé de faire, comme le sport comme dans la culture, des coupes sombres dans les budgets concernant ces secteurs d’une part et que le budget que la Communauté française consacrera au sport sera loin d’atteindre, proportionnellement parlant, celui, même amputé, de la Communauté du Nord du pays d’autre part, il y a tout lieu de se demander quelle sera, dans pareil contexte de tension budgétaire, la part qui reviendra demain au sport féminin. Tant pour son développement que pour son rayonnement.

Comme il est permis de le constater, ce colloque, dont Gert Vande Broek sera l’un des principaux intervenants, tombe décidément bien à son heure.

—————————————————————————————————————-

La Task Force « Women & Sports » du COIB organise ce 19 novembre un colloque sur la thématique de la présence des femmes dans le sport de haut niveau.

Un Colloque Women & Sports ?
Ce colloque vise à promouvoir la participation des femmes dans le sport et présente les outils pratiques permettant de booster leur confiance et de vaincre les obstacles.

Sneak preview
La Task Force Women & Sport du COIB vous propose un training innovant autour de l’égalité des genres pour athlètes, coaches, fédérations et officials.

La première partie du programme « Inspiration » sera axée sur un échange interactif avec les élites du monde sportif, Heidi Rakels et Olivia Borlée, les coaches Carole Bam et Gert Vande Broeck, les officials Arturo Di Giacomo et Gwenda Stevens et encore, l’administratrice Helene Fobler avec l’administrateur Marc Coudron.

L’après-midi, place aux workshops « Integration » avec la présentation d’outils pratiques par des coaches professionnels (quid names cf. Carole Bam et Gert Vande Broeck).

Lieu
Hotel Ragnarok, Engels plein, 32 – 3000 Leuven

Attention ! Nombre de places limité. First come, first served !

PAF : 50€

Inscription : a.sampoux@olympic.be

 

https://teambelgium.be › nouvelle › colloque-women-and-sports-le-19-nov…

 

 

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Trois gouvernements régionaux distincts et pomme de discorde fédérale

Le journal « L’Echo » s’est penché sur les accords de gouvernement des entités fédérées, squelettes de leur action politique pour les cinq années à venir. Si on y trouve d’évidentes divergences, des points de ressemblance restent toutefois au rendez-vous. Le journal découvre aussi quelques surprises, surtout du côté flamand.

Et j’ajouterai surtout dans les matières qui touchent aux droits sociaux et à l’identité !

L’analyse se veut objective mais n’en porte pas moins la signature d’un journal qui est plus enclin à applaudir tout ce qui relève de l’initiative privée ou de la libre entreprise et qui se montre plus regardant, ou plus critique, dès lors qu’il s’agit de politiques menées au nom de la solidarité ou par trop, selon lui, en regard de l’intérêt public.

Bonne lecture de ce document qui a le très grand mérite d’exister et qui donne à penser combien il ne sera pas aisé de trouver une majorité au plan fédéral qui soit en mesure d’harmoniser en son sein des sensibilités aussi distinctement marquées. Oui, cela va être dur dur sans parler de la partie « confection du budget » qui sera encore plus pénible à opérer quand on sait quelle ardoise 2019 il va falloir d’abord redresser pour la rendre moins déficitaire qu’elle n’est déjà….

https://multimedia.lecho.be/explicatifs/comparaison-programmes/budget

Absolut Friends Absolut Politique