Il ne devrait pas y avoir de clash au tournoi féminin de beachvolley de Doha

Selon une information reçue il y a peu de la part d’une personne toujours très bien informée pour tout ce qui touche au monde du beachvolley international, la menace d’un boycott du tournoi féminin de Doha au Qatar serait levée. Un accord aurait été trouvé entre toutes les parties prenantes à cette question d’interdiction qui, selon certaines joueuses, leur aurait été faite par les organisateurs de pouvoir porter leur tenue habituelle qui, est-il besoin de le rappeler, est connue pour ne pas être très encombrante en matière de tissu.

Le tournoi féminin aura donc bien lieu du 8 au 12 mars en même temps que le tournoi masculin auquel est inscrite notre paire belge constituée de Dries Koekelkoren et de Tom van Walle.

Ces deux tournois sont très importants tant pour les joueuses que pour les joueurs dans la mesure même où tous deux sont dotés d’un gros prize-money et où, surtout, les équipes qui y obtiendront de (très) bons résultats y glaneront de (très) précieux points dans le cadre de leur recherche de qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo, si ceux-ci auront lieu bien évidemment.

En effet, les deux tournois qatari font partie de la catégorie des épreuves FIVB 4 étoiles et si, pour certaines équipes, la participation aux Jeux est déjà chose acquise, il en est encore beaucoup d’autres qui ne sont nullement assurées de se retrouver parmi les 15 premières équipes qui, le 14 juin 2021 à l’issue de tous les tournois FIVB entrant en ligne de compte pour opérer le classement final, remporteront directement leur ticket pour Tokyo. Les neuf autres équipes qui feront partie du tournoi olympique seront qualifiées par une autre voie dont je vous parlerai ultérieurement dans un autre article.

On ne peut que se réjouir d’apprendre que, à Doha, il ne sera donc mis aucun obstacle sur la route des équipes féminines qui sont en lutte pour glaner ces points nécessaires pour se rapprocher de cette qualification. Tant on ne réalise pas assez combien celle-ci peut être un objectif majeur pour bon nombre de ces joueuses qui, on ne le saura jamais assez, sacrifient tant et tant pour arriver à faire partie de ces happy few qui peuvent se prévaloir d’avoir participé dans leur carrière sportive à un tournoi olympique de beachvolley.

Je ne manquerai pas de vous rapporter dès le 7 mars ce qu’il en sera du déroulement de ces deux tournois qatari. Comme des autres par la suite d’ailleurs ;-).

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Karl Marx à Ixelles

Lors des fêtes de fin d’année, j’ai reçu, lors des échanges de cadeaux familiaux, une très joyeuse surprise sous la forme d’un très beau livre intitulé « Le Bruxelles des Révolutionnaires de 1930 à nos jours ». Ce livre, édité avec le soutien de la Commission Communautaire Française dans la collection Regards sur la Ville de CFC-Editions, est fait d’une quarantaine de contributions. Rédigées sous la direction scientifique de Anne Morelli, elles constituent une superbe évocation des faits et des grands personnages révolutionnaires ayant émaillé l’histoire de Bruxelles, une capitale qui, « faute d’être belle, peut être re-belle » comme l’écrit si bien l’historienne et professeure de l’ULB. Ce livre se déguste à la petite cuillère et peut se lire sans ordre imposé, permettant ainsi de plonger dans « Des socialistes utopistes à Bruxelles avant 1948 » ou dans « Les exilés révolutionnaires latino-américains à Bruxelles » avant de revenir sur « Le Bruxelles des communistes » ou sur « Les débits de boisson révolutionnaires au XIXème siècle ». C’est passionnant à souhait et donne à réaliser que notre Ville a un passé d’effervescence révolutionnaire dont la richesse est généralement par trop méconnue.

Ce week-end, je me suis délecté de deux sujets dont les titres ont joué le rôle d’aimant sur mes pupilles: « Molenbeek-Saint-Jean, une commune ouvrière entre réformistes et révolutionnaires » et « Karl Marx à Bruxelles ». Dans ce dernier tableau, j’y ai apprécié la précision des informations fournies et, tout particulièrement cela n’étonnera pas celles et ceux qui me connaissent bien, celles relatives au long séjour que les Marx ont, dans un grand dénuement au demeurant, effectué à Ixelles, au 42 de la rue d’Orléans. Pour la petite histoire, c’est là qu’est né, il y a aujourd’hui précisément 174 ans jour pour jour, le troisième enfant de Marx, Edgar. Pour l’histoire d’une autre nature, celle de la confrontation des idées, c’est aussi dans cette maison, qui était située à hauteur du numéro 50 de l’actuelle rue Jean d’Ardenne, que Marx écrivit, au début de 1847, son unique oeuvre en français, Misère de la Philosophie. Cet écrit était une réponse très catégorique au « Système des contradictions économiques » publié en 1846 par Proudhon, Marx y critiquant sa théorie à propos de l’impôt sur la consommation et de son refus de la grève….

On y apprend aussi, plus en détail sur ce point que dans le monumental « Karl Marx ou l’Esprit du Monde » de Jacques Attali, que c’est à Saint-Josse que Marx et Engels ont rédigé ensemble l’Idéologie allemande  dont la conclusion s’énonce comme suit : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde d’une autre manière, il s’agit de le modifier ». C’est d’ailleurs cet aphorisme qui figure aujourd’hui au bas du monument funéraire de Karl Marx à Highgate, un quartier du grand Londres.

Je terminerai cette courte évocation du sujet ayant trait au séjour de Karl Marx à Bruxelles en signalant que la petite plaque commémorative que le Cercle d’Histoire locale d’Ixelles apposa en 1986 sur la façade du 50 de la rue Jean d’Ardenne n’a pour seule indication qu’un lacunaire « Ici vécut Karl Marx ». Sans faire aucunement mention que c’est là aussi que Marx et Engels ont écrit le « Manifeste du Parti communiste », une oeuvre qui, comme chacun le sait, allait bousculer bien des idées et entraîner bien des bouleversements.

Aussi, maintenant que la majorité serait devenue « progressiste » à Ixelles, ne serait-il pas opportun de donner un peu plus de lustre à ces traits de vie d’une très haute portée historique ?

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Ixelles Absolut Politique Absolut unique

Les Yellow Tigers progressent et les Red Dragons régressent dans la nouvelle hiérarchie FIVB…

Avec le changement d’année au calendrier du temps, la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) a publié le ranking 2020 des équipes nationales établi en tenant compte des résultats obtenus par celles-ci dans les principales compétitions organisées sous son égide durant les deux dernières années.

Ce classement rend-il bien compte de la valeur réelle de toutes les équipes de la sorte répertoriées ?

Non assurément dans la mesure même où tous les résultats obtenus par toutes ces équipes nationales dans plusieurs des compétitions à caractère international ne sont pas pris en considération tandis que le classement ainsi fait privilégie les grandes équipes qui ont l’avantage de participer à toutes les épreuves entrant en ligne de compte pour l’établissement de ce classement.

De fait, chacun s’accordait à dire que ces classements, tels qu’ils étaient établis année après année sans aucune pondération, ne rimaient à rien tant ils étaient peu représentatifs de la réelle valeur des résultats obtenus par les différentes équipes.

C’est pourquoi la FIVB a très bien fait de se pencher sur cette problématique et de proposer un nouveau système d’attribution de points qui, articulé sur le niveau d’importance des épreuves retenues (plus nombreuses que par le passé) et sur la signification sportive de chacun des matches disputés (une victoire remportée contre une équipe mieux classée rapporte plus de points qu’une victoire obtenue contre un adversaire moins bien classé et inversement), devrait entrer en vigueur à partir du 1er février de cette année.

Ce nouveau classement sera-t-il un parfait reflet de la valeur sportive de chacune des équipes qui figureront dans ce classement qui comprendra tous les résultats obtenus par chaque équipe dès lors que ceux-ci font partie d’une compétition à caractère international reconnue par la FIVB et regroupant pour le moins quatre équipes nationales ? Sans doute que non car les équipes nationales qui disputent de nombreux matches officiels dans des grands tournois internationaux en plus de ceux joués dans les épreuves de grand renom auront plus de possibilités d’améliorer leur classement.

Cette réserve n’étant toutefois que de minime importance par rapport aux gros défauts des classements précédents, il convient de saluer cette adaptation de l’établissement des classements dans la mesure même où ceux-ci pourront servir d’outil précieux quand il s’agira de répartir les équipes dans les poules des grandes compétitions comme les Tournois olympiques ou les championnats du monde pour ne citer que les deux plus grandes épreuves du calendrier de la FIVB.

Et, en substance, que disent ces classements pour nos deux équipes représentatives, les Yellow Tigers et les Red Dragons ?

Dans le classement ancienne formule, les joueuses drivées par Gert Vande Broek et Kris Vansnick occupent la 19ème place avec 42 points tandis que, dans le classement établi sur la base des critères retenus par la Commission Technique de la FIVB, elles figurent au 14 ème rang mondial avec 207 points.

Pour ce qui concerne nos Red Dragons, les classements sont les suivants : 13 èmes avec 80 points dans le cadre de l’ancien système et 19èmes avec 164 points dans le nouveau à venir à partir du 1er février prochain.

Comme il est permis de le constater, les changements opérés dans la confection des classements ne manquent pas d’avoir des répercussions qui, à la manière de Jean qui pleure et Jean qui rit, raviront certain(e)s et feront grimacer d’autres….

Absolut Live Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Sam DEROO dans la Commission des Athlètes de la FIVB ?

Histoire de commencer l’année 2021 sur une note agréable, je vous rapporte ici une information publiée il y a deux/trois jours à peine sur le site de la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB). Elle a trait à la Commission des Athlètes de ladite FIVB et à la composition qui en résultera après l’élection qui aura lieu durant les deux dernières semaines de ce mois de janvier.

Pour bien appréhender le sujet, il faut savoir que la Commission des Athlètes comprend dix athlètes, cinq de sexe féminin et cinq de sexe masculin, qui doivent être originaires à tout le moins de 9 pays différents. Ces athlètes doivent avoir représenté leur pays dans l’une ou l’autre des grandes compétitions mises sur pied par la FIVB, et ce, dans le domaine du volley-ball pour moitié d’entre les candidat(e)s ou dans celui du beachvolley pour l’autre moitié.

Cela étant, il faut savoir que les candidat(e)s, dont vous trouverez les noms en bas de l’article, sont au nombre de 16 qui se répartissent en 11 femmes et 5 hommes.

Cela signifie que les 5 hommes qui ont, via leur fédération nationale, posé leur candidature sont d’ores et déjà assurés de faire partie de la Commission des Athlètes qui, durant les quatre prochaines années, seront appelé(e)s à formuler des propositions ou à donner leur avis sur des points qui leur seront soumis par le Conseil d’Administration de la FIVB.

Et c’est là qu’est l’heureuse nouvelle. En effet, il faut savoir que Sam Deroo, le capitaine de nos Red Dragons, a fait acte de candidature et qu’il peut donc être considéré comme faisant déjà virtuellement partie du groupe des 10 Athlètes qui représenteront le monde des joueuses et des joueurs au plus haut niveau des instances de la FIVB.

Bravo à lui même s’il faudra attendre la confirmation de cette très heureuse nouvelle qui sera faite à la fin de ce mois ou au début du mois de février pour lui adresser nos plus chaleureuses félicitations.

Vive l’année 2021.

________________________________

Louise Bawden (AUS) – beach volleyball

Joshua Binstock (CAN) – beach volleyball

Julius Brink (GER) – beach volleyball

Milagros Cabral de la Cruz (DOM) – volleyball

Neslihan Demir Güler (TUR) – volleyball

Sam Deroo (BEL) – volleyball

Małgorzata Glinka-Mogentale (POL) – volleyball

Jordan Larson (USA) – volleyball

Meppelink Madelein (NED) – beach volleyball

Ognjenovic Maja (SRB) – volleyball

Samuele Papi (ITA) – volleyball

Polina Rahimova  (AZE) – volleyball

Marketa Slukova (CZE) – beach volleyball

Delcio Soares (MOZ) – beach volleyball

Anouk Vergé-Depré (SUI) – beach volleyball

Chen Xue (CHN) – beach volleyball

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Remarquable 2ème place de nos U20 dans le nouveau ranking européen

La Confédération Européenne de Volley-Ball (CEV) vient de mettre à jour les classements des différentes équipes nationales qui ont opéré dans le cadre de ses propres organisations au cours de ces deux dernières années. Le moins que l’on puisse dire est que ces classements sont particulièrement flatteurs pour nos équipes représentatives, et ce, plus encore dans la catégorie Messieurs que dans celle des Dames.

Ainsi, chez les adultes, nos Red Dragons occupent, avec 229 points, la troisième place du ranking européen derrière la Serbie et la Russie. Il y a cependant lieu d’attirer l’attention de tout un chacun sur le fait que, dans ce décompte, ont été totalisés les 13 points que Sam Deroo et ses équipiers ont enlevés à l’occasion de leur participation à l’European Gold League alors que des pays comme la Pologne, l’Italie, la France et la Slovénie n’ont pu engranger le moindre point du fait de leur participation à la FIVB Volley Nations League. Cela signifie que, si l’on retire ces 13 points, l’équipe belge se classe en 7ème position derrière les six pays déjà cités, ce qui constitue déjà en soi un superbe résultat.

Quant à nos Yellow Tigers, elles figurent pour leur part au douzième rang du classement publié mais, si l’on retranche les points des équipes qui, à l’inverse de la nôtre, ont participé à l’European Gold League, elles se retrouvent dès lors, avec 188 points, à la dixième place derrière la Serbie, la Turquie, l’Italie, les Pays-Bas, la Russie, l’Azerbaïdjan, l’Allemagne, la Bulgarie et la Pologne.

Si l’on a déjà là de quoi réaliser que notre volley-ball belge ne se porte pas trop mal au plan européen, que dire alors des classements obtenus par nos Young Red Dragons ?

Dans la catégorie U20, ils terminent ni plus ni moins derrière l’ogre russe (200 points/200), c’est-à-dire à la deuxième place avec 192 points mais devant, dans l’ordre, l’Italie (186), les Pays-Bas (184). Ce classement tout à fait époustouflant est la résultante de la troisième place que nos U20 avaient obtenue aux Championnats d’Europe disputés l’an dernier aux Pays-Bas et la troisième place enlevée de haute lutte en Tchéquie par la nouvelle équipe U20 qui est formée de nos étoiles de demain et au sein de laquelle on retrouve les étendards liégeois Fafchamps et Perin.

Dans la catégorie U18, le classement des Young Red Dragons est également remarquable puisque nos boys se retrouvent là, avec 178 points, en 5ème position, ex-aequo avec la Biélorussie, dans un classement conduit par l’Italie et la Tchéquie (tous deux avec 196 points), l’Allemagne (192) et la Bulgarie (184).

Du côté des Young Yellow Tigers, les classements sont quelque peu en retrait par rapport à ceux des Young Red Dragons. Ainsi, les U19 occupent la 24ème place et les U17 la 15ème de ces mêmes classements de la CEV. De fait, ils ne sont que le juste reflet de la lente régression du niveau de nos représentantes au plan international et, surtout, du manque de gros calibres au sein de nos sélections.

Ce n’est pas la première fois que pareil constat est fait en ces colonnes et, s’il n’est encore rien fait de magistral par nos diverses fédérations pour aller à la recherche de ces oiseaux rares sans lesquels il n’est plus envisageable de réaliser de grands résultats au plan continental, on ne peut que se réjouir de savoir que, très opportunément, certaines de nos instances pu obtenir de la FIVB le soin d’organiser l’an prochain, conjointement avec les Pays-Bas, partie des championnats du monde des U20. Voilà qui constitue assurément un signal bien encourageant pour la juste cause de celles qui constituent la majorité des membres pratiquants de notre sport dans le pays.

L’affiche 2019 de la FIVB Volley Nations League (VNL)

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Asterix AVO Beveren joue ces jeudi et vendredi en Serbie

Mardi dernier aurait dû se dérouler la rencontre de la CEV CUP masculine entre Greenyard Maaseik et la très grosse équipe française de Chaumont VB 52. Pour cause de Covid, elle n’a pu avoir lieu et le site de la Confédération européenne ne donne encore aucune indication à propos de la date du report de cette alléchante confrontation.


Par contre, ce que l’on sait, c’est que l’équipe d’Asterix Beveren est aujourd’hui à Obrenovac en Serbie où, ces jeudi et vendredi, elle disputera les matches aller et retour des 1/16èmes de finale de la CEV CUP féminine. Ainsi en ont en effet convenu les dirigeants de ces deux clubs quand d’autres ont, par contre, purement et simplement décidé de retirer leur équipe de la compétition pour éviter de mettre en danger la santé de leurs joueuses. En effet, quand on regarde le tableau de cette Women CEV Cup, il est permis de constater que les équipes suisses, finlandaises et la slovène ont déclaré forfait tandis que d’autres ont demandé, comme dans le cas de la rencontre entre Greenyard Maaseik et Chaumont VB 52, le report de certains des matches prévus.

Quelles sont les chances de l’équipe flandrienne entraînée et coachée cette année par Kris Van Snick ? Samedi, face à VDK Gand, elle a montré qu’elle n’était pas encore au mieux de sa forme, alternant les hauts et les bas. Et a laissé voir également que sa force de frappe et que l’efficacité de son bloc n’étaient pas égales à tous les postes de jeu.

Ceci ne signifie pas qu’elle ne dispose pas d’atouts sérieux pour affronter l’équipe de Tent Obrenovac dont on sait qu’elle a terminé la compétition 2019/2020 à la première place, qu’elle est composée de jeunes et grandes joueuses et qu’elle occupe pour l’heure la deuxième place du championnat de Serbie. Toutefois, si l’on se souvient que la Serbie est le pays de l’équipe championne du monde et de l’équipe championne d’Europe, il est permis de penser que nos représentantes vont se trouver tout à l’heure et ce vendredi face à un adversaire qui possède un fort haut niveau de jeu. Les pronostics sont ouverts.

Absolut Politique Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Arrêt des compétitions jusqu’au début de janvier 2021

En cliquant sur le lien qui suit, vous aurez accès au long communiqué que Volley Belgium a publié ce jour pour signaler à tout un chacun que, hormis pour les rencontres des deux Ligues, il n’y aura plus de rencontres de volley-ball qui pourront se jouer en Belgique avant le 15 décembre prochain.

https://www.volleybelgium.be/geen-categorie-fr

Ce communiqué signifie en clair que le volley-ball belge est mis sous cloche jusqu’au début de l’année prochaine.

La décision est nette et claire même si elle ne manquera pas d’apparaître comme plus que tranchante aux yeux de ceux-là mêmes qui pensaient, ou espéraient sans doute encore, que, malgré toutes les fermetures annoncées par ailleurs,une reprise partielle de la compétition aurait été envisageable au début du mois de décembre.

Il convient de saluer cette prise d’attitude tant elle s’inscrit parfaitement dans la logique des mesures de « reconfinement partiel » que le gouvernement fédéral et les différentes Autorités régionales et communautaires ont adoptées lors du comité de concertation de ce vendredi 30 octobre.

Tant elle coule de source en fonction de la propagation plus que foudroyante de la Covid-19 dans le pays, cette communication n’a donc d’autre valeur que celle de constituer une information qui, sauf donc pour les joueuses et les joueurs des deux ligues, est applicable à tous les étages de la pyramide du monde du volley-ball belge

Deux points méritent cependant d’être soulignés.

Le premier est que Volley Belgium ne fait aucune référence au travail très important que Philippe Boone et Marc Spaenjers, l’ex-président et le CEO de l’EuroMillions Volley League, ont réalisé depuis la première période de confinement aux fins d’ amener les dirigeants des clubs de la Ligue à se préparer à une éventuelle seconde vague du coronavirus et, ce faisant, à être ainsi prêts comme ils le sont aujourd’hui pour répondre aux conditions posées par les Autorités publiques en matière de précaution sanitaire.

Le second est le côté cocasse de la situation quand on sait que trois des quatre signataires de cette missive qui renvoie la reprise des championnats au début de l’année prochaine ont été parmi les plus farouches adversaires de la décision que, au début de cet été, cinq des sept dirigeants de la FVWB avaient osé prendre en fixant précisément le début du championnat de la FVWB au début du mois de janvier. Et quand on se souvient que ces trois personnes avaient fait plus que pression sur celle-ci pour qu’elle revoie cette décision qu’ils présentent aujourd’hui comme étant on ne peut plus salutaire.

Cela étant, reste maintenant à voir quel sera le nouveau visage de la saison 2020-2021 ou, à tout le moins, celui de ce qu’il restera de celle-ci une fois que les courbes de la propagation du coronavirus auront perdu leur actuel caractère inquiétant. .

Dans l’attente, prenez bien soin de vous et de vos proches.

Absolut Politique Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Une démission révélatrice d’une énorme fracture

La nouvelle est tombée il y a peu. Par voie d’un communiqué, dont vous trouverez ci-après la teneur, la Ligue Messieurs a annoncé ce jeudi en fin d’après-midi que Philippe Boone avait décidé de démissionner de son poste de Président de ladite Ligue qu’il dirigeait, en tandem avec Marc Spaenjers, depuis bientôt cinq ans.

Comme vous le lirez, la raison de cette démission est l’annonce faite le 14 octobre dernier par Volley Belgium, à la suite de l’on ne sait trop quelle réunion, que « la Ligue et la Commission des licences «  (organe qui, au sein de la Ligue, est habilité, en toute autonomie, à dire si un club est en capacité financière et organisationnelle de faire évoluer son équipe représentative à ce niveau de la compétition masculine belge) seraient à nouveau placées sous le seul « parapluie de Volley Belgium ».

Etant donné que j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de vous faire part des tensions qui existaient entre certains des membres du CA de Volley Belgium et l’équipe dirigeante de la Ligue, je ne vais pas faire ici l’historique de ces points de friction qui ont émaillé les relations entre ceux qui se considèrent comme ayant toute autorité sur tout le monde du volley-ball belge du fait qu’ils se trouvent au Conseil d’Administration de Volley Belgium et ceux qui estiment que, par l’accord passé entre les prédécesseurs de ceux-ci et les présidents des clubs qui évoluent au plus haut niveau du championnat, il leur revient de pouvoir gérer cette compétition en veillant à se conformer aux obligations qui sont les leurs en bien des domaines (sécurité sociale, fiscalité, management, …).

Pour des motifs d’ordre personnel et aussi, sans doute, pour éviter que le monde du volley-ball belge ne puisse donner l’image d’être une famille au sein de laquelle il y a un enfant par trop turbulent ou par trop empressé de vouloir faire aussi bien que ce qui se fait aujourd’hui à l’étranger en matière de gestion des clubs de l’élite, Volley Belgium a cru bon de faire entendre aux dirigeants de la Ligue masculine que celle-ci devait rentrer dans le rang. Il s’agit là d’une décision dont il est difficile, surtout en cette période où l’on sait que demain ne sera plus comme avant, de mesurer correctement son impact et ses diverses conséquences.

Que vont faire les clubs de la Ligue après cette annonce et, surtout, après cette démission de Philippe Boone ? Ils se réuniront mardi prochain à Bruxelles pour faire le point sur cette décision de Volley Belgium qui ne manque pas d’apparaître comme un fameux coup de « rétropédalage » qui n’est pas sans risque pour le devenir même du volley-ball masculin de haut niveau dans notre pays.

Qu’adviendra-t-il de l’héritage laissé par Philippe Boone et Marc Spaenjers, le CEO de l’EuroMillions Volley League dont la démission est, selon le communiqué précité, également attendue ? Les moyens financiers que ces deux personnes ont obtenus pour compte des clubs masculins de la Ligue vont-ils rester affectés à la cause de la mise en exergue de ceux-ci ou vont-ils retomber dans l’escarcelle de Volley Belgium ? Les clubs de la Ligue vont-ils accepter leur mise sous coupe par ceux qui, en dehors du CA de Volley Belgium, tirent les ficelles de ce jeu d’influence et, si non, quelle forme prendra leur « unité » ? Qui va prendre la tête de cet attelage qui est fait de clubs qui sont loin d’être tous de dimension égale ?

Les prochaines semaines ne devraient pas tarder à nous éclairer.sur ce qu’il adviendra de ces épineuses questions…

————————————————————————

Le volleyball belge fait face à de nouveaux défis

« Il est temps d’unir nos forces et de prendre le contrôle de votre destin. »

En 2003, la Ligue Belge de Volleyball a été fondée suite à l’appel de Philip BERBEN, alors Président de la Fédération, pressé par les associations internationales de suivre l’exemple de l’Italie et de la France, où la Ligue existe depuis plus de trente ans.

Nonobstant un pacte exécutoire, Volley Belgium a annoncé le 14 octobre 2020 que la Ligue et la Commission des licences devraient être placées sous ce seul « parapluie du volleyball » en Belgique.

En ces temps difficiles pour les clubs professionnels et avec une ligue forte, cela peut paraître incompréhensible.

En tant que président de l’EuroMillions Volley League depuis 2016, Philippe BOONE n’en a jamais fait un secret : «J’ai été élu président d’un groupement d’intérêts autonome». « Je respecte ce que représente la Fédération, mais je n’ai aucune confiance dans son fonctionnement et son expertise pour prendre le contrôle de l’avenir du volleyball professionnel. Le principe des vases communicants entraînera toujours une baisse du niveau le plus élevé, et je ne veux pas vivre un scénario comme aux Pays-Bas où le volley-ball en club est inexistant. Ce sera au détriment des clubs messieurs qui sont déjà traités comme des vaches à lait. Dans ce cas, ce sera sans moi.

En Volley, ce n’est un modèle dans aucun pays d’Europe occidentale. Et dans d’autres sports non plus si l’on prend, par exemple, les compétences et le fonctionnement de la Ligue belge de basket.

La Ligue, souvent contre la volonté de la Fédération, a veillé à ce que le fair-play financier soit garanti grâce à une convention collective de travail et aux conditions de licence, tandis que Volley Belgium n’intervient pas dans les niveaux inférieurs où des zones grises subsistent souvent, conduisant à une concurrence déloyale et à la dérégulation du marché des joueurs »..

L’annonce de la démission du CEO Marc SPAENJERS suivra probablement prochainement.

Bien sûr, personne n’a de boule de cristal pour voir si c’est LA bonne solution pour le volleyball belge. Le temps nous le dira.

Pour l’heure, les clubs font preuve d’attentisme face aux intentions de Volley Belgium et on ne sait donc pas encore qui prendra les rênes sous l’égide de la fédération, qui doit désormais aider les clubs à faire face aux problèmes causés par la crise sanitaire.

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Formidable, la Belgique dans trois championnats du monde d’âge en 2021

Lors de sa dernière session qui s’est tenue à Lausanne la semaine passée, la FIVB a arrêté la liste des pays qui, l’an prochain, seront organisateurs des championnats du monde dans les catégories d’âge suivantes : U18 et U20 femmes et U19 et U21 Messieurs.

Comme vous pourrez le constater, notre pays se trouve largement concerné par ces différentes décisions. Jugez et appréciez par vous-même.

Pays organisateur du FIVB World Championship Girls U18 : Mexico

Pays organisateur du FIVB World Championship Women U20 : Pays-Bas et Belgique

Pays organisateur du FIVB World Championship Boys U19 : Iran

Pays organisateur du FIVB World Championship Men U21 : Italie et Bulgarie.

En clair, cela signifie que trois de nos équipes nationales d’âge seront l’an prochain sur les terrains à l’occasion de ces différents championnats du monde.

En effet, nos Young Red Dragons U19 se sont brillamment qualifiés directement, on le sait, en ayant terminé les derniers championnats d’Europe U18 à la sixième place.

Quant à nos Young Red Dragons U21 qui ont terminé la dernière édition du championnat d’Europe en remportant une magnifique médaille de bronze, ils doivent leur participation à ce prochain championnat du monde U21 au fait qu’ils prennent la place de l’Italie, qui avait terminé cet Euro U20 à la deuxième place mais qui participera à ce championnat du monde en tant qu’organisatrice avec la Bulgarie de cette épreuve.

Pour ce qui concerne nos Young Yellow Tigers U20, elles seront, elles aussi, dans le grand bain mondial en raison du fait que Volley Belgium a fait très opportunément candidature avec les Pays-Bas pour mettre sur pied partie de cette très grande manifestation sportive de volley-ball dans notre pays.

Ne sont-ce pas là que de bonnes nouvelles ? Oui, c’est même formidable à maints égards.

Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Oui, il faut continuer à rêver

Dans l’édition du « Soir » de ce samedi 3 octobre, Paul Magnette répond, en tant que Président du PS, aux questions de David Coppi et de Bernard Demonty. Je ne peux que vous inviter à lire cet article, dont vous trouverez ici un court extrait, tant il est éclairant sur bien des points. J’aime particulièrement le passage relatif au poste de Premier Ministre dans la mesure même où Paul Magnette donne là de lui une image quelque peu différente de celle que d’aucuns lui avaient accolée bien trop vite.

_____________________________________________________

……..

……..

Vous évoquez la fraude fiscale, ça fait 20 ans au moins qu’on en parle…

Oui, mais là, on lève le secret bancaire, l’obstacle majeur. Ce fut une négociation très difficile, on a pressé avec nos camarades du SP.A. Tous les comptes bancaires sont enregistrés à la Banque nationale, mais jusqu’ici, un inspecteur des finances ne pouvait jamais avoir accès au solde. Il savait que Monsieur X avait un compte bancaire, mais il ne savait pas combien il y avait dessus. Cette fois, il saura. En même temps, on met fin à la régularisation fiscale en 2023. C’est la combinaison des deux qui est très forte : ceux qui ont de l’argent qui n’est pas tout à fait net sur les comptes savent qu’ils ont encore 2021, 2022 et 2023 pour se régulariser. Ils ont tout intérêt à se régulariser. Ça va rentrer.

Les portefeuilles les plus lourds ne sont-ils dans les mains des Flamands ? Finances, Affaires sociales, Santé…

Non. Entre socialistes, nous avons fait ce choix : ne pas réfléchir « flamands-francophones » mais « famille socialiste ». Je pense aux soins de santé, aux pensions, aux basses allocations… La sécurité sociale est toute chez les socialistes. C’est fondamental.

Mais les francophones n’ont pas le Seize non plus.

Oui, je pouvais demander le Seize parce que j’étais le président du premier parti dans la coalition et que les socialistes sont la première famille. Mais quand je vois l’évolution politique de la Flandre, avec un Vlaams Belang que l’on annonce très largement en premier parti, et la N-VA qui va tirer à boulets rouges sur le gouvernement, je pense que, si l’on voulait donner une chance à ce gouvernement, il fallait que le Premier soit flamand, voilà, point. Un francophone de gauche à la tête d’un gouvernement comme celui-là, dans le contexte que j’ai décrit, c’était la goutte qui faisait déborder le vase.

________________________________________________

Par la suite, dans un excellent billet qui, intitulé « Analyse : « Rêver », synthétise l’interview en question, les deux journalistes précités concluent leurs réflexions de cette manière : « Après ce que nous avons connu pendant un an et demi, on peut rêver. On peut même oser croire que Paul Magnette fait un grand pari et qu’il y croit. Du reste, il est moins une, le socialiste l’avoue quand il laisse tomber ceci : « La vie politique belge est devenue un théâtre sans spectateurs ».

Absolut Friends Absolut Politique Absolut unique