Trois gouvernements régionaux distincts et pomme de discorde fédérale

Le journal « L’Echo » s’est penché sur les accords de gouvernement des entités fédérées, squelettes de leur action politique pour les cinq années à venir. Si on y trouve d’évidentes divergences, des points de ressemblance restent toutefois au rendez-vous. Le journal découvre aussi quelques surprises, surtout du côté flamand.

Et j’ajouterai surtout dans les matières qui touchent aux droits sociaux et à l’identité !

L’analyse se veut objective mais n’en porte pas moins la signature d’un journal qui est plus enclin à applaudir tout ce qui relève de l’initiative privée ou de la libre entreprise et qui se montre plus regardant, ou plus critique, dès lors qu’il s’agit de politiques menées au nom de la solidarité ou par trop, selon lui, en regard de l’intérêt public.

Bonne lecture de ce document qui a le très grand mérite d’exister et qui donne à penser combien il ne sera pas aisé de trouver une majorité au plan fédéral qui soit en mesure d’harmoniser en son sein des sensibilités aussi distinctement marquées. Oui, cela va être dur dur sans parler de la partie « confection du budget » qui sera encore plus pénible à opérer quand on sait quelle ardoise 2019 il va falloir d’abord redresser pour la rendre moins déficitaire qu’elle n’est déjà….

https://multimedia.lecho.be/explicatifs/comparaison-programmes/budget

Absolut Friends Absolut Politique

Les virages d’Ecolo

 

L’article qui est joint en annexe nous en apprend beaucoup sur le réel sens politique de Jean-Marc Nollet.

Ce qui faisait problème depuis 20 ans ne l’est plus en regard d’autres problèmes plus importants. La problématique budgétaire n’est pas à évoquer dès lors qu’elle pourrait porter ombrage ou constituer frein à certains types d’investissement. La taxe kilométrique n’est pas un dossier à examiner stricto sensu mais en fonction de la Région où elle pourrait, ou devrait ?, s’appliquer et n’est plus à considérer en fonction de son impact sur l’environnement. La ligne budgétaire du Fédéral, cela existe mais elle n’est pas faite pour être suivie dans tous les cas.

Comme il est permis de le constater ici, Jean-Marc Nollet n’a pas peur de certaines formes d’ incohérence. Il assume.

Ecolo tournerait-il tout doucement le dos à son slogan « Faire de la politique autrement » ? Cet article le donne à penser.

https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/general/pas-de-taxation-kilometrique-en-wallonie-jean-marc-nollet/10162418.html#_=_

Absolut Fun Absolut Politique

Quand des chiffres peuvent mener aux « Assises »

Les quarts de finale de l’Euro féminin ont livré leur verdict. L’Italie a battu (difficilement) la Russie et rencontrera en demi-finale la Serbie qui a facilement disposé de la Bulgarie. Par ailleurs, la Pologne, qui jouait toujours dans sa salle, a peiné pour battre, en cinq sets, une jeune équipe allemande qui n’a pas résisté à la pression exercée sur elle par un public dont on peut penser qu’il ne recevra pas le prix de fair play à l’issue de la compétition. Au tour suivant, c’est-à-dire dans le cadre de l’autre demi-finale, les Polonaises affronteront les Turques qui ont surpris plus d’un(e) en s’imposant très nettement, par trois sets à zéro, face à des Hollandaises qui sont passées à côté de leur sujet. Tout comme l’autre, cette demi-finale aura lieu à Ankara et les Polonaises se trouveront ainsi placées dans la même situation, peu amène, qu’ont connue toutes les équipes qu’elles ont eu l’avantage de pouvoir rencontrer depuis le début du championnat dans leur chaudron de Lodz.

A propos de salles et de lieux d’organisation des grandes compétitions européennes, la CEV a publié les chiffres de fréquentation des rencontres disputées jusqu’à ce jour dans le cadre de cet Euro féminin. Le décompte ainsi effectué fait état d’un total de 200.991 personnes qui ont payé un ticket d’entrée pour assister à l’une des rencontres qui ont ainsi précédé le stade des demi-finales de cette compétition qui se terminera dimanche. Comme il est permis d’en douter, ces chiffres sont présentés par la CEV comme étant le signe du grand succès que connaît la nouvelle formule de l’organisation de ces championnats qui a, comme on le sait, été disséminée dans quatre pays différents. Cette annonce est aussi claire de signification : les prochains championnats d’Europe se dérouleront plus que probablement selon le même schéma et dans des pays qui pourront présenter des références sérieuses en matière d’infrastructures et de ferveur populaire et médiatique à l’égard du volley-ball.

La Confédération Européenne de Volley-Ball a indiscutablement trouvé là un nouveau créneau pour mieux implanter et mieux faire rayonner le volley-ball dans une Europe qui est beaucoup plus grande que l’Europe dont on parle habituellement au plan politique. Les fédérations qui ne suivront pas le rythme et qui ne répondront pas aux conditions qui seront posées pour faire partie du monde des grands organisateurs, les futurs « happy few », seront laissées sur le bord de la route ou, dans le meilleur des cas, seront destinées à faire partie du tableau de ces fédérations qui ne seront plus considérées qu’en fonction de la valeur de leurs équipes représentatives et de celle de leurs principaux clubs.

Si je vous parle de cette évolution à venir, c’est précisément parce qu’auront lieu, ce samedi à Namur, des Assises qui, organisées par la Fédération de Volley-Ball Wallonie-Bruxelles, ont pour vocation de débattre du rôle qui devra être demain le sien dans les matières suivantes : arbitrage, statuts et règlements, Technique (sélections, et Volley Academy) ; compétitions adultes et beach ; jeunes, formation de cadres et, last but not least, la communication. Les échanges de vues se feront, en l’espace de 90 minutes, au sein de ces sept ateliers de discussion et auront pour finalité celle d’alimenter quatre objectifs : définir une politique sportive future en vue du plan programme 2020-2024, améliorer la communication, recruter des jeunes et soutenir nos élites.

Tout ceci suffira-t-il pour faire de la FVWB une fédération qui pourra parler d’égale à égale avec Volley Vlaanderen au sein de Volley Belgium et pour refaire de celle-ci une fédération au sein de laquelle la FVWB pourra redevenir actrice et non plus être simple spectatrice de ce qui se décide ailleurs pour tout ce qui concerne les grandes organisations de Volley Belgium et les activités de toutes les équipes nationales? Sera-t-il question, lors de ces Assises, d’une nouvelle forme de management de la FVWB qui permettrait à celle-ci de dépasser le stade du bénévolat au niveau de la conduite générale des actions à mener pour donner précisément corps aux projets qui seront évoqués lors de ces Assises ? La fédération se fera-t-elle demain plus respectueuse, c’est-à-dire plus proportionnelle, des forces qui la composent ? Bien d’autres questions peuvent ainsi se poser avant ces Assises tant, il est vrai, les informations manquent pour savoir discerner au juste à quoi elles pourront exactement servir.

C’est bien pourquoi il faut espérer que les résultats de ces travaux susciteront cette dynamique et ces liens qui permettront à la FVWB de retrouver cet entrain et cette créativité qui firent la force et l’attrait de l’AIF pendant les vingt premières années de son existence. Pour repartir ainsi à la conquête de beaux horizons.

Absolut Culture Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Le naufrage des civilisations

Je viens de me plonger dans la lecture de « Le Naufrage des civilisations », le dernier livre écrit par Amin Maalouf. C’est passionnant et désespérant tout à la fois. Dans le premier volet de ce livre, l’auteur de « Le Dérèglement du monde » et de « Les Identités meurtières » analyse avec autant de lucidité que de sensibilité comment le monde arabo-musulman se trouve aujourd’hui enfoncé dans une crise profonde, une crise qui touche ses populations en leur plein coeur comme elle est source de grands troubles dans quasi tous les pays du monde.

Cette évocation est faite de souvenirs de famille, de récits de vie et de réflexions sur le déroulement de faits politiques et guerriers . Partant de ce matériau de qualité, Amin Maalouf se fait historien et, mieux encore, penseur sur ce qu’il y a lieu d’en dégager comme traits marquants.

Je le répète, c’est passionnant tant c’est riche d’éléments qui permettent d’appréhender au mieux le sujet évoqué. C’est aussi désespérant tant on peut se rendre compte, tout étant ainsi relaté et mis sur l’établi du jugement, combien la situation actuelle serait aujourd’hui grandement différente si les Occidentaux s’étaient montrés autrement respectueux du droit de cette partie du monde à disposer de ses ressources et s’il s’était trouvé plus d’esprits de la hauteur d’un Mandela à la tête de l’Egypte, de la Syrie et du Liban pour ne citer que les trois pays qui sont le plus évoqués dans ce premier quart de « Naufrage des civilisations ».

Les autres chapitres auront trait à l’Europe, aux Etats-Unis et aux pays émergents. Je crains fort que, pour chacun d’eux, le constat final ne sera guère plus réconfortant que celui qu’il est permis de faire à la suite de cette puissante évocation du tableau arabo-musulman. A ce sujet, je joins à ces quelques lignes les propos que tenait déjà Amin Maalouf sur les blessures du monde arabe. Cet entretien eut lieu en 2003 dans le cadre d’une émission intitulée « A voix nue » qui fait partie des archives de France Culture.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/voix-nue-amin-maalouf-35-les-blessures-du-monde-arabe-1ere

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Politique

Ghost Nets to Good Nets ou quand notre sport prend de la hauteur

Ghost nets.png

Ce samedi 8 juin était journée internationale des Océans. Cette journée a été célébrée un peu partout dans le monde. De bien différentes façons d’ailleurs, celles-ci variant selon que l’on se trouvait dans l’hémisphère nord ou sud de la planète et, plus fondamentalement encore, selon la sensibilisation qui avait été effectuée pour attirer l’attention de tout un chacun sur l’importance majeure de l’objectif assigné à cette journée: sauver les océans pour sauver notre planète.

Pourquoi est-ce que je vous parle de ceci dans une page consacrée généralement à certains faits de volley-ball ou de beachvolley se déroulant sur la scène internationale ou sur la nôtre ?

Tout simplement parce que la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) a eu la très bonne idée de rappeler que, depuis le début de l’année, elle fait cause commune avec Ghost Fishing Foundation qui est une association néerlandaise dont l’objectif est précisément de contribuer à l’enlèvement de tous ces déchets de l’activité humaine qui, comme les plastics et les filets abandonnés pour ne citer que ces deux exemples, polluent les fonds marins. Ainsi, à propos des filets abandonnés, savez-vous que, chaque année, ils seraient, selon les estimations faites par des services d’études autorisés, la cause de la mort de plus de 640.000 tonnes de poissons qui ne peuvent sortir de ces maillages traînant dans tous les océans ou autres grands bras de mers.

En s’associant ainsi à ce genre d’actions d’envergure mondiale, Ghost Fishing Foundation faisant partie du programne des Nations-Unies de sauvegarde des océans, la FIVB fait coup double.

Elle montre d’une part qu’elle entend pleinement s’inscrire dans le cadre du thème de la Journée internationale de l’eau qui était cette année “ Leaving no one behind” qui sonne lui-même comme une caisse de résonance à sa propre identité et que, d’autre part, elle donne heureuse suite à l’une de ses dix résolutions du dernier Congrès d’Acapulco qui visent à faire du volley-ball le sport ayant demain le plus grand ancrage dans la vie de tout un chacun.

En cela, cette démarche est le fidèle reflet de l’esprit qui a irrigué bon nombre de propositions faites il y a une vingtaine d’années dans le cadre des travaux de la Commission de Développement de la FIVB.

J’en suis particulièrement heureux car c’est de la sorte que notre sport se fera plus acteur que jamais d’un monde plus soucieux de son environnement et de bonheur partagé.

 

———–

Vous trouverez ci-après le lien qui vous donnera accès à plus d’informations sur l’opération “Turning Ghost Nets to Good Nets ”

https://goodnetproject.com/EN

Absolut Culture Absolut Politique Absolut Sport Absolut unique Absolut Volley

Tension extrême entre la Ligue Messieurs et Volley Belgium

On aurait pu penser que la fin de la compétition de l’EuroMillions Volleyball League allait apaiser la vive tension qui, on le sait, a caractérisé au cours de ces dernières semaines.les relations entre dirigeants de Volley Belgium et ceux de la Ligue des clubs de la plus haute division du championnat masculin 

De fait, il n’en est strictement rien. Que du contraire même.

En effet, suite à ce qui pourrait avoir figure d’une énorme goutte d’eau qui a fait déborder le vase de ce qui était supportable pour eux, les dirigeants de l’EuroMillions Volley League viennent d’envoyer une lettre qui a signification de plainte au Président de la Confédération Européenne de Volley-Ball.

Quelle est donc cette « goutte d’eau » qui a amené les dirigeants de la Ligue à s’adresser au Président Boricic?

Dans la missive que la Ligue a adressée au Président Boricic et dont vous trouverez la teneur ci-après, il est permis d’apprendre que le Président de Volley Belgium, Guy Juwet, a pris des contacts avec les partenaires commerciaux de la Ligue sans en aviser celle-ci. Et, par l’entremise d’un autre courrier, il ressort que Guy Juwet et Geert De Dobbeleer, Directeur Général de Volley Vlaanderen, “sont intervenus directement la semaine dernière auprès du partenaire commercial de la Ligue (qui est La Loterie Nationale) pour semer la confusion”

Chacun(e) l’aura compris, les dirigeants de la l’EuroMillions Volleyball League ont vu là, et voient là, une manoeuvre qui n’a(vait) d’autre but que de s’en prendre à ce qui permet précisément à la Ligue de jouer un rôle important tant en faveur des clubs à vocation professionnelle que pour la promotion du volley-ball masculin. Cela en est de trop pour eux ainsi que pour leurs mandants, les dirigeants des principaux clubs de notre élite masculine, qui réalisent, in vivo et à leur détriment, que, sous le couvert d’un discours qui se dit fédérateur, Volley Belgium est occupée depuis un petit bout de temps déjà à scier la branche sur laquelle eux se trouvent.

D’où cet appel à la rescousse lancé en direction des Autorités du volley-ball européen.

Que feront celles-ci ? Il est fort peu probable qu’elles descendent dans l’arène. Il est néanmoins permis de penser qu’elles chercheront à faciliter la mise en place d’une voie de médiation entre les parties antagonistes et qu’elles prêteront à coup sûr une attention particulière à l’évolution de la situation. Tant ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays s’est déjà produit ou est en passe de se produire également dans d’autres pays membres de la CEV

Affaire à suivre donc en espérant que chacune des personnes qui se trouvent mêlées à ce gros différend ait à l’esprit ce propos de Marc Aurèle : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ».

 

 

letter signed to cev president

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Pour faire rimer « revendications » avec « réalisations »

 

C’est hier, lundi 13 mai à Namur, que l’Association Interprovinciale du Sport Francophone (AISF) a dévoilé aux représentants des partis politiques francophones qui se présentent aux élections du 26 mai prochain les propositions qu’elle a, sous la forme d’un cahier dit de revendications, formulées à partir d’une consultation faite en interne. Vous trouverez ci-après le lien qui vous permettra de prendre connaissance du contenu de ce document.

Même si plusieurs de ces revendications sont écrites de manière fort absconse et si, assez étonnamment, il y manque encore pas mal de pages sur des sujets plus qu’importants (gouvernance du monde sportif francophone du niveau des clubs à celui des fédérations nationales, distinction à opérer entre activités sportives à vocation de développement sportif et activités sportives ayant fonction de simple divertissement, aides aux clubs formateurs de jeunes athlètes, statut des moniteurs et entraîneurs, répartition entre Wallonie et Bruxelles des moyens financiers alloués au sport en Communauté française, accès des entités sportives provinciales et régionale aux subsides de la Communauté française, problématique de la fiscalité et de la perception des cotisations sociales des athlètes professionnel(le)s, le financement aujourd’hui éclaté des infrastructures sportives,…), on ne peut que se réjouir de voir l’AISF sortir ainsi du bois.

Et se faire de la sorte, même si ce cahier de revendications est loin de constituer un document ayant grande force d’adhésion, plus le porte-voix de celles et de ceux qui, depuis une bonne vingtaine d’années, peuvent se considérer comme les mal doté(e)s des politiques menées de manière disparate par les différentes Autorités qui ont été aux affaires aussi bien en Communauté française que dans les deux Régions  composant celle-ci.

L’AISF sera-t-elle entendue ? Une fois les élections passées, viendront les moments qui permettront de voir quel sort sera réservé à cet ensemble de revendications. La vigilance reste donc de mise. Tant il faut croire que les propositions contenues dans ce document ne sont pas faites pour rester à l’état de doux rêves mais bien pour muer en palpables réalisations.

Oui, l’espoir reste toujours un devoir.

https://aisf.be/wp-content/uploads/2019/05/AISF_CahierDeRevendications2019.pdf

 

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport