Une démission révélatrice d’une énorme fracture

La nouvelle est tombée il y a peu. Par voie d’un communiqué, dont vous trouverez ci-après la teneur, la Ligue Messieurs a annoncé ce jeudi en fin d’après-midi que Philippe Boone avait décidé de démissionner de son poste de Président de ladite Ligue qu’il dirigeait, en tandem avec Marc Spaenjers, depuis bientôt cinq ans.

Comme vous le lirez, la raison de cette démission est l’annonce faite le 14 octobre dernier par Volley Belgium, à la suite de l’on ne sait trop quelle réunion, que « la Ligue et la Commission des licences «  (organe qui, au sein de la Ligue, est habilité, en toute autonomie, à dire si un club est en capacité financière et organisationnelle de faire évoluer son équipe représentative à ce niveau de la compétition masculine belge) seraient à nouveau placées sous le seul « parapluie de Volley Belgium ».

Etant donné que j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de vous faire part des tensions qui existaient entre certains des membres du CA de Volley Belgium et l’équipe dirigeante de la Ligue, je ne vais pas faire ici l’historique de ces points de friction qui ont émaillé les relations entre ceux qui se considèrent comme ayant toute autorité sur tout le monde du volley-ball belge du fait qu’ils se trouvent au Conseil d’Administration de Volley Belgium et ceux qui estiment que, par l’accord passé entre les prédécesseurs de ceux-ci et les présidents des clubs qui évoluent au plus haut niveau du championnat, il leur revient de pouvoir gérer cette compétition en veillant à se conformer aux obligations qui sont les leurs en bien des domaines (sécurité sociale, fiscalité, management, …).

Pour des motifs d’ordre personnel et aussi, sans doute, pour éviter que le monde du volley-ball belge ne puisse donner l’image d’être une famille au sein de laquelle il y a un enfant par trop turbulent ou par trop empressé de vouloir faire aussi bien que ce qui se fait aujourd’hui à l’étranger en matière de gestion des clubs de l’élite, Volley Belgium a cru bon de faire entendre aux dirigeants de la Ligue masculine que celle-ci devait rentrer dans le rang. Il s’agit là d’une décision dont il est difficile, surtout en cette période où l’on sait que demain ne sera plus comme avant, de mesurer correctement son impact et ses diverses conséquences.

Que vont faire les clubs de la Ligue après cette annonce et, surtout, après cette démission de Philippe Boone ? Ils se réuniront mardi prochain à Bruxelles pour faire le point sur cette décision de Volley Belgium qui ne manque pas d’apparaître comme un fameux coup de « rétropédalage » qui n’est pas sans risque pour le devenir même du volley-ball masculin de haut niveau dans notre pays.

Qu’adviendra-t-il de l’héritage laissé par Philippe Boone et Marc Spaenjers, le CEO de l’EuroMillions Volley League dont la démission est, selon le communiqué précité, également attendue ? Les moyens financiers que ces deux personnes ont obtenus pour compte des clubs masculins de la Ligue vont-ils rester affectés à la cause de la mise en exergue de ceux-ci ou vont-ils retomber dans l’escarcelle de Volley Belgium ? Les clubs de la Ligue vont-ils accepter leur mise sous coupe par ceux qui, en dehors du CA de Volley Belgium, tirent les ficelles de ce jeu d’influence et, si non, quelle forme prendra leur « unité » ? Qui va prendre la tête de cet attelage qui est fait de clubs qui sont loin d’être tous de dimension égale ?

Les prochaines semaines ne devraient pas tarder à nous éclairer.sur ce qu’il adviendra de ces épineuses questions…

————————————————————————

Le volleyball belge fait face à de nouveaux défis

« Il est temps d’unir nos forces et de prendre le contrôle de votre destin. »

En 2003, la Ligue Belge de Volleyball a été fondée suite à l’appel de Philip BERBEN, alors Président de la Fédération, pressé par les associations internationales de suivre l’exemple de l’Italie et de la France, où la Ligue existe depuis plus de trente ans.

Nonobstant un pacte exécutoire, Volley Belgium a annoncé le 14 octobre 2020 que la Ligue et la Commission des licences devraient être placées sous ce seul « parapluie du volleyball » en Belgique.

En ces temps difficiles pour les clubs professionnels et avec une ligue forte, cela peut paraître incompréhensible.

En tant que président de l’EuroMillions Volley League depuis 2016, Philippe BOONE n’en a jamais fait un secret : «J’ai été élu président d’un groupement d’intérêts autonome». « Je respecte ce que représente la Fédération, mais je n’ai aucune confiance dans son fonctionnement et son expertise pour prendre le contrôle de l’avenir du volleyball professionnel. Le principe des vases communicants entraînera toujours une baisse du niveau le plus élevé, et je ne veux pas vivre un scénario comme aux Pays-Bas où le volley-ball en club est inexistant. Ce sera au détriment des clubs messieurs qui sont déjà traités comme des vaches à lait. Dans ce cas, ce sera sans moi.

En Volley, ce n’est un modèle dans aucun pays d’Europe occidentale. Et dans d’autres sports non plus si l’on prend, par exemple, les compétences et le fonctionnement de la Ligue belge de basket.

La Ligue, souvent contre la volonté de la Fédération, a veillé à ce que le fair-play financier soit garanti grâce à une convention collective de travail et aux conditions de licence, tandis que Volley Belgium n’intervient pas dans les niveaux inférieurs où des zones grises subsistent souvent, conduisant à une concurrence déloyale et à la dérégulation du marché des joueurs »..

L’annonce de la démission du CEO Marc SPAENJERS suivra probablement prochainement.

Bien sûr, personne n’a de boule de cristal pour voir si c’est LA bonne solution pour le volleyball belge. Le temps nous le dira.

Pour l’heure, les clubs font preuve d’attentisme face aux intentions de Volley Belgium et on ne sait donc pas encore qui prendra les rênes sous l’égide de la fédération, qui doit désormais aider les clubs à faire face aux problèmes causés par la crise sanitaire.

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Formidable, la Belgique dans trois championnats du monde d’âge en 2021

Lors de sa dernière session qui s’est tenue à Lausanne la semaine passée, la FIVB a arrêté la liste des pays qui, l’an prochain, seront organisateurs des championnats du monde dans les catégories d’âge suivantes : U18 et U20 femmes et U19 et U21 Messieurs.

Comme vous pourrez le constater, notre pays se trouve largement concerné par ces différentes décisions. Jugez et appréciez par vous-même.

Pays organisateur du FIVB World Championship Girls U18 : Mexico

Pays organisateur du FIVB World Championship Women U20 : Pays-Bas et Belgique

Pays organisateur du FIVB World Championship Boys U19 : Iran

Pays organisateur du FIVB World Championship Men U21 : Italie et Bulgarie.

En clair, cela signifie que trois de nos équipes nationales d’âge seront l’an prochain sur les terrains à l’occasion de ces différents championnats du monde.

En effet, nos Young Red Dragons U19 se sont brillamment qualifiés directement, on le sait, en ayant terminé les derniers championnats d’Europe U18 à la sixième place.

Quant à nos Young Red Dragons U21 qui ont terminé la dernière édition du championnat d’Europe en remportant une magnifique médaille de bronze, ils doivent leur participation à ce prochain championnat du monde U21 au fait qu’ils prennent la place de l’Italie, qui avait terminé cet Euro U20 à la deuxième place mais qui participera à ce championnat du monde en tant qu’organisatrice avec la Bulgarie de cette épreuve.

Pour ce qui concerne nos Young Yellow Tigers U20, elles seront, elles aussi, dans le grand bain mondial en raison du fait que Volley Belgium a fait très opportunément candidature avec les Pays-Bas pour mettre sur pied partie de cette très grande manifestation sportive de volley-ball dans notre pays.

Ne sont-ce pas là que de bonnes nouvelles ? Oui, c’est même formidable à maints égards.

Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Le sport francophone également bientôt à l’arrêt ?

Sans crier gare, Ben Weyts, le Ministre des Sports de la Communauté flamande, a décrété ce lundi que les activités sportives en salle, là où aucune distance d’un mètre et demi ne peut être respectée entre les pratiquant(e)s, seront interdites en Flandre. Cette mesure sera d’application à partir de ce mercredi 14 octobre.

Pour le volley-ball, comme pour le basket et les sports de combat comme la boxe ou le karate, cela signifie que, pendant un mois, il ne pourra y avoir de rencontres de championnat. En tout cas, au niveau des compétions inférieures à celle des deux Ligues pour lesquelles il pourrait y avoir des dérogations moyennant l’adoption et le suivi d’un protocole supplémentaire à ceux déjà existants.

Qu’en sera-t-il du côté de la Communauté française, c’est-à-dire en Wallonie et à Bruxelles ?

On devrait le savoir dans les toutes prochaines heures puisque c’est ce mardi, et en ce moment, que la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny, tient réunion avec toute une série d’acteurs du monde sportif ( les fédérations, l’AISF, l’AES), d’experts et des Gouverneurs des provinces.

Il ne faut pas être grand clerc pour prévoir que le monde francophone sera logé à la même enseigne mais, étant donné qu’il ne peut donner l’impression qu’il fait comme son grand frère du Nord, il est à penser qu’il y aura des variantes par rapport à la copie du Ministre Ben Weyts.

La durée du stop au sport en salle sera-t-elle la même ? Le stop au sport de salle concernera-t-il aussi le sport en plein air et, en particulier, le football amateur qui veut toujours que les mesures prises pour tou(te)s ne le soient pas pour lui ? Si les entraînements peuvent toujours avoir lieu, les fermetures des buvettes et des vestiaires seront-elles applicables à toutes les disciplines sportives et à tous les lieux de pratique sportive ?

Le suspense est entier. Il n’y a plus beaucoup à attendre pour savoir de quoi sera fait le prochain mois du monde sportif francophone. Attendons donc sereinement car le temps va désormais s’écouler tout autrement. Durant ce prochain mois tout du moins.

Absolut Culture Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Très belle victoire de Modal Charleroi à Michelbeke

Le match qui opposait Caruur Gand à VBC Waremme donna lieu à une partie assez particulière das la mesure même où, pour des raisons liées à la mise en quarantaine des joueurs U20 qui étaient revenus de Brno, les deux équipes ne purent aligner Van Elsen et Plaskie d’un côté et Fafchamps et Perin de l’autre. Le match n’en fut pas désagréable à suivre pour autant. Et, dans la première manche, on eut même la belle surprise de voir que, avec Zoodsma dans son nouveau rôle à l’attaque, la formation liégeoise affichait une belle efficacité. Cela lui permit d’ailleurs de remporter le premier set après avoir mené la valse pendant le premier tiers de celui-ci et être passé de 23-22 à 23-25. Par la suite, la réception des Liégeois manqua quelque peu de précision tandis que le bloc ne parvenait pas à faire assez obstacle aux attaques de Jente De Vries et de Gilles Vandecaveye. Faute de grands changements possibles, la rencontre ne changea pas de physionomie et c’est ainsi que, graduellement mais inexorablement, les Flandriens prirent le meilleur sur leurs opposants dans chacun des trois sets suivants : 25-20/25-19/25-17.

L’autre match du jour mettait en présence Greenyard Maaseik et Lindemans Alost. Il a vu la nette victoire des Limbourgeois qui s’alignèrent avec Thys et Kindt au centre, tout comme cela avait été le cas à Amriswil. Même si ces deux joueurs ne rapportèrent, comme bloqueurs, que deux points au total des trois sets au team limbourgeois, cela n’empêcha pas celui-ci de dominer une équipe alostoise qui ne lui résista que pendant la première manche. On retiendra de cette confrontation que Esfandiar ne commit qu’une seule erreur au cours de toute la partie et qu’il marqua la bagatelle de 19 points sur un total de 22 attaques tandis que Cox fit à peine moins bien avec un score de 15 points sur 20 attaques.

Du côté alostois, Sidl et Rybicki soutinrent bien la comparaison au nombre de points marqués, respectivement 15 et 10, mais pas en terme d’efficacité par rapport au nombre d’attaques effectuées.

Par cette victoire, Greenyard Maaseik s’est ainsi quelque peu regonflé le moral après son élimination du de la CEV Champions League. A ce propos, je vous dois des excuses car je vous ai signalé que le premier tour de l’épreuve européenne se déroulait en trois tournois disputés chez chacune des trois équipes d’une poule alors que, de fait, le premier tour, comme le second d’ailleurs, se déroulait, et se déroulera, en un seul tournoi organisé chez l’une des trois équipes des poules concernées. Dans le cas de Maaseik, c’était à Amriswil avec les résultats que je vous ai détaillés durant la semaine écoulée.

Chez les dames, il y avait deux matches au programme de la première journée de la compétition. Comme on le sait, les deux équipes hennuyères étaient appelées à se produire, Modal Charleroi à Michelbeek et Tchalou Volley à Asterix Beveren. Les résultats obtenus par les deux porte-fanions du volley-ball francophone au plus haut niveau de la compétition féminine sont plus qu’encourageants. En effet, si les joueuses de Tchalou ont été battues en trois sets par les championnes de Belgique, on notera également qu’elles ont fait mieux que se défendre dans la troisième manche qu’elles n’ont perdue que par le plus mince des écarts : 25-19/25-15/24-26.

De leur côté, les joueuses de Modal Charleroi ont fait mieux encore puisque, après avoir loupé complètement leur premier set (25-18), elles ont bataillé dans chacun des quatre sets suivants dont elles ont remporté le principal, le tie-break. Quand vous aurez pris connaissance du détail de ces quatre sets, vous aurez compris que la rencontre fut plus que disputée : 25-27/26-24/23-25/15-17.

La joie de la victoire n’en fut que plus savoureuse.

Absolut Sport Absolut Volley

Greenyard Maaseik sur le front de la CEV Champions League

C’est ce mercredi que les joueurs de Greenyard Maaseik entreront dans la danse du premier tour de la CEV Champions League. Vous ayant déjà expliqué pourquoi c’est l’équipe limbourgeoise qui se retrouve engagée là et non directement, comme ce sera le cas pour les équipes de Lindemans Alost et de Knack Roulers, au stade du 4ème tour de la compétition, je n’ai plus à revenir sur cet épisode de la vie fédérale qui, à cette occasion, a montré que nos dirigeants actuels étaient hélas par trop guidés par des réflexions à courte vue.

Cela étant, les Limbourgeois ont accepté de jouer le jeu de la wild card offerte par la Confédération Européenne de Volley-Ball à notre fédération en fonction des résultats obtenus l’an dernier par nos équipes dans les épreuves européennes et sont donc déjà à Amriswil, en Suisse, où ils joueront ce mercredi contre les Biélorusses de Shaktior Oligorsk avant d’affronter jeudi l’équipe locale de Lindaren Volley Amriswil.

Comme les Biélorusses et les Suisses se rencontreront ce mardi, on connaîtra ainsi jeudi soir laquelle des trois formations occupera la première place de ce tournoi qui se répétera la semaine prochaine en Biélorussie et dans deux semaines à Maaseik. Ce n’est évidemment qu’à l’issue de ces trois tournois que l’on saura si Maan et ses équipiers seront qualifiés pour le deuxième tour de la compétition qui, avec les vainqueurs des six poules en lice du premier tour, se disputera selon le même scénario (2 poules de trois équipes se rencontrant à trois reprises) et qui aura pour enjeu les deux places de qualification pour le 4ème tour de l’épreuve.

Quelles sont les chances de qualification de nos représentants ? Pour l’accès au deuxième tour, elles sont réelles mais non certaines tant l’équipe limbourgeoise a été fortement remaniée au cours de l’entre-saison. Pour l’accès au tour suivant, elles sont (beaucoup) plus aléatoires tant, à ce stade, la concurrence sera déjà très rude à affronter.

Quoi qu’il en soit, l’aventure sera belle à mener pour les Limbourgeois qui ont montré, samedi dernier à Achel, qu’ils avaient une belle puissance de feu avec un Jolan Cox qui est toujours très percutant et cet attaquant iranien, Esfandiar Amirhossein, qui pourrait peut-être bien être cet attaquant de pointe qui leur a manqué au cours de ces deux ou trois dernières saisons.

Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley

La compétition débute mal pour Alost battu à domicile par Menin !

C’est samedi qu’ont eu lieu les trois matches de la première journée du championnat de la Ligue masculine de volley-ball. On le sait, le quatrième match qui était prévu au calendrier et qui aurait dû opposer le VBC Waremme à Haasrode Louvain avait été reporté du fait que, dans les deux équipes, il y avait des joueurs ou des entraîneurs qui auraient manqué à l’appel du fait de leur participation au succès des Young Red Dragons à Brno.

Cela étant, d’autres équipes auraient pu également demander le report de leur match pour le même motif que celui qui vient d’être évoqué mais ils ne le firent pas pour des motifs d’ordre purement économique.

Si le club de Caruur Gand s’est dit et a dit qu’il avait tout à gagner, financièrement parlant, à jouer son premier match de la saison à domicile avec pour affiche le nom de Knack Roeselare, il savait dans le même temps que, privée de trois des Young Red Dragons sélectionnés pour l’Euro U20, son équipe n’avait pas de grandes chances d’inquiéter Tuerlinckx et ses équipiers. Ce qui fut bien le cas puisque ceux-ci l’ont emporté en trois sets et sans trop devoir puiser dans leurs réserves : 18-25, 20-25 et 17-25.

Le club de Lindemans Alost avait également cru bon de ne pas demander le report du match que son équipe, privée quant à elle des services de D’Heer, était appelée à disputer contre Decospan Menin.

Mal lui en a pris car les Alostois ont subi un revers auquel ils ne s’attendaient certainement pas. En effet, les joueurs du coach Devoghel ont été battus à la régulière par la formation entraînée par Frank Depestele, et ce, au terme d’une bataille longue de cinq sets et que le joueur bulgare Lapkov a marquée de sa forte empreinte (26pts!) tout au bénéfice de l’équipe de Menin : 23-25/26-24/25-15/19-25 et 10-15.

Quant au troisième match du programme, le derby limbourgeois entre Tectum Achel et Greenyard Maaseik, il est également revenu aux visiteurs. Ceux-ci ont bien perdu le premier set sur la marque de 25-21 mais, avec un Jolan Cox qui montra à cette occasion que sa dernière année passée à Nice ne lui avait rien fait perdre de son efficacité (24 points), les hommes de Joël Banks s’imposèrent 19-25, 24-26 et 21-25. Le match fut de bonne qualité et permit de voir que Max Staples, le renfort australien de l’équipe d’Achel et les deux iraniens de la formation de Maaseik, Esfandiar Amirhossein ( un attaquant de 2,09m et auteur de 24 points samedi dont 4 au bloc) et Karimisouchelmaei Javel (un passeur de 2,04 m dont le nom n’est vraiment pas facile à retenir) constitueront un beau « plus » pour le niveau général de la compétition à venir. On s’en réjouit.

Absolut Sport Absolut Volley

Le podium européen : 1. Russie, 2. Italie, 3. Belgique

L’équipe italienne était venue au championnat d’Europe des U20 pour l’emporter. Elle avait le « matériel humain » pour ce faire. L’équipe russe avait le même objectif et avait également les joueurs pour réaliser celui-ci. Et c’est finalement elle qui l’a emporté même si, au total des quatre sets de leur confrontation, les Azzurri ont enlevé plus de points que les Russes (97-90).

De fait, les Italiens ont, durant les quatre sets, quasi toujours mené au marquoir jusqu’au moment où, auparavant, était sifflé le second time-out technique : 8-7 et 16-14 dans le premier set, 8-3 et 16-7 dans le deuxième, 8-2 et 15-16 dans le troisième et 8-5 et 16-15 dans le quatrième.

C’est donc dans les finales de chacun des trois sets où il y eut réellement match que les Russes, plus solides dans leurs fondamentaux, finirent par émerger et par s’imposer à chaque fois par le plus mince des écarts : 23-25/25-12/24-26/25-27.

Bravo aux nouveaux champions d’Europe ainsi qu’aux Italiens, qui n’avaient perdu aucun set avant d’atteindre la finale, et à nos compatriotes qui auront été la véritable révélation de cette compétition.

Le championnat d’Europe 2020 des U20 ne pouvait avoir plus beau trio d’équipes sur son podium.

Absolut Sport Absolut Volley

Départ de la caravane 2020-2021

Même s’il y a déjà eu, le week-end dernier, quelques rencontres disputées dans le cadre des championnats de Volley Belgium et de la FVWB comme de ceux des comités provinciaux, c’est ce prochain week-end que sera donné ce qu’il y a lieu de considérer comme le départ de la saison 2020-2021 de volley-ball dans nos contrées.

Si l’heure est ainsi à la joie, celle-ci n’en est pas moins teintée d’une grande inquiétude. En effet, de gros et sombres nuages, tous chargés de la hantise de voir le coronavirus produire les mêmes effets que ceux qui avaient entraîné la fin des championnats en mars dernier, sont déjà là pour camper au-dessus de celles et de ceux qui seront sur les terrains comme ils sont également là, plus pesants sans doute encore, au-dessus de celles et de ceux qui auront à veiller au respect des multiples protocoles instaurés pour préserver tout un chacun des affres du Covid-19.

Sera-t-il possible, pour celles et ceux qui ont la charge de diriger la bonne organisation des compétitions, de mener celles-ci à bon port, c’est-à-dire à leur terme ? Telle est la question que chacun se pose à la veille de ce grand départ. La mise en place des dispositions et des dispositifs nécessaires pour encadrer au mieux ces prochains championnats a été plus que laborieuse quand on sait que ce n’est que depuis très peu de temps que les clubs ont été avisés de la manière dont ils devront procéder, selon le niveau de l’équipe concernée, pour obtenir (éventuellement) une remise de rencontre quand des cas de Covid-19 auront été constatés parmi leurs membres.

Chacun exprime néanmoins l’espoir que tout se passera pour le mieux même si, selon les derniers échos entendus, il est déjà question, ci et là, de remises de matches pour cause de cas avérés de contamination et, tout aussi préoccupant, il est également fait état de sérieux manquements constatés lors des matches de préparation de la part de joueuses et de joueurs qui semblaient se moquer des gestes barrières comme un poisson d’une pomme.

Cela étant, la saison 2020-2021 est à l’heure de prendre son départ. Souhaitons-lui dès lors le plus beau des parcours. Et, surtout, une arrivée aux dates prévues aujourd’hui dans les calendriers.

Joies et succès à toutes et tous. En veillant à prendre bien soin de votre santé et de celle des autres.

Absolut Friends Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley

Yes, nos Young Red Dragons U20 sont dans le Top 4 européen !

Nos Young Red Dragons se sont qualifiés pour le top 4 de cette édition de l’Euro U20. Là est le principal enseignement que l’on tirera du match qu’ils ont livré ce jeudi contre des joueurs tchecs qui n’avaient pas remporté un seul match depuis le début de la compétition.

De fait, nos représentants n’ont pas dû sortir le grand jeu pour s’imposer. Dans chacun des trois sets, ils ont eu le bon goût de prendre immédiatement le commandement des opérations et de creuser des écarts qui, à chaque fois, les ont mis à l’abri de la mauvaise surprise qu’aurait pu constituer une flambée de la part de leurs adversaires.

Ainsi, dans la première manche, les joueurs de Kris Eyckmans menèrent rapidement 11-4 et s’imposèrent 25-18. Dans la deuxième, ils firent passer le marquoir de 0-2 à 9-3 mais ne purent néanmoins pas empêcher Ceketa et ses équipiers de revenir sur leurs talons à 10-9. Les nôtres stabilisèrent alors la situation pour reprendre, à 17-15 , leur marche vers l’avant, 20-16, 23-17 et s’imposer sur la marque de 25-19.

Ils n’étaient plus ainsi qu’à un set de la qualification pour rencontrer l’équipe russe lors de la prochaine demi-finale de ce championnat d’Europe.

Fidèles à leur bonne habitude et sous la conduite de leur capitaine D’Heer qui signait deux beaux kill blocs au cours des premiers échanges de ce troisième set, ils alignaient les points à leur avantage : 4-2, 7-3, 10-5, 13-7. Ils connaissaient un petit moment de relâchement, ce dont profitaient les Tchecs pour revenir quelque peu (14-10), mais, très vite, la belle mécanique se remettait en route et les nôtres, avec Van Elsen et Reggers en pointe, faisaient un nouveau 5-0. Le match était plié et c’est vraiment sans forcer leur réel talent que nos Young Red Dragons filèrent vers le point de la victoire qui était ponctué par un kill bloc de Van Elsen : 25.

La qualification pour le Top 4 était ainsi devenue chose acquise. Bravo, bravo, mille fois bravo à cette belle levée de jeunes qui, il est permis de le penser, n’ont pas fini de nous faire vibrer.

Absolut Sport Absolut Volley

Sam Van Welden nous a quittés…

Le monde du volley-ball belge est en deuil. Lucien Van Welden, dit Sam, vient de tirer sa révérence.

Sam Van Welden a, pendant des années et des années, été un des grands ténors du monde de l’arbitrage. Tant sur le plan national que sur la scène internationale. Son coup de sifflet, qui n’avait pas le caractère militaire de sa profession et qui était le plus souvent suivi d’un sourire bienveillant, était goûté de tous ceux qui reconnaissaient en Sam un homme qui était là pour faire en sorte que les règles du jeu soient respectées au mieux, et ce, sans le souci de se mettre en évidence.

Sam n’était pas un homme effacé pour autant. Il était avant tout quelqu’un de direction et de conciliation. Quand il exerça les fonctions de responsable de la commission d’arbitrage au plan national, il sut « naviguer » avec une réelle habileté en dépit des courants communautaires qui existaient alors, avec plus de force qu’aujourd’hui, dans les eaux de la fédération belge de volley-ball.

Sam était également un homme très attachant. Sa famille était certes le monde qu’il chérissait plus que tout. A cet égard, la perte de son épouse l’amena à s’investir avec passion dans l’amour des nombreux membres de sa grande famille mais aussi, par extension, dans les contacts qu’il aimait avoir avec celles et ceux qui oeuvrent au rayonnement du volley-ball sans rechercher autre avantage que celui de voir grandir celles et ceux qui le pratiquent.

Jusqu’à ses derniers jours d’existence, Sam a aimé porter la blouse frappée du blason de la FIVB dont il fut un éminent serviteur. Tant lorsqu’il eut l’honneur d’arbitrer plusieurs des matches de la phase finale des jeux olympiques de Mexico et de ceux de Munich que partout ailleurs où il « officia » à titre personnel ou comme émissaire de la FIVB ou de la Fédération Royale Belge de Volley-Ball.

Aujourd’hui, au terme d’un parcours fantastique, Sam a quitté le monde de la vie qu’il affectionnait tant. Il a ainsi, en même temps, fermé le livre qui était le sien et qui a pour titre « Destin et Volley-ball ».

Au revoir Sam. Au revoir Ami de longue date. Toujours, tu seras dans nos coeurs.

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley Non classé