Beaucoup d'enseignements à tirer

Que de résultats surprenants ce samedi ! On savait que les matches de ce week-end allaient donner lieu à des parties très “ouvertes” et l’on n’a pas été déçu 😉 .

Chez les dames tout d’abord, la grosse surprise vient du gros échec (25-27/19-25/18-25) subi par les Championnes de Belgique sur leur terrain, et ce, des oeuvres des Ladies Limbourg. Celles-ci avaient déjà battu les joueuses de Beveren lors du match aller. Elles ont fait encore mieux ce samedi puisqu’elles l’ont emporté en trois sets très secs alors qu’elles n’avaient gagné chez elles qu’au bout d’un match long de cinq sets. N’ayant pas assisté à ce match entre les deux premières classées de la Ligue A, je ne peux donc vous le commenter mais le premier enseignement que l’on peut en tirer est que les Limbourgeoises ont montré là qu’elles feront certainement partie des quatre ou deux équipes qui se disputeront finalement en bout de course de la présente compétition.

Un autre constat qu’il est permis de faire à la suite des résultats de ce samedi est que tant VC Oudegem que Modal Charleroi auront la plus grande peine à faire partie du groupe des quatre équipes qui joueront le Final 4 à la suite de cette première phase du championnat. En effet, les joueuses de Fien Callens et celles de Dimitri Piraux ont mordu la poussière ce samedi, les premières sur le terrain d’Interfreight Anvers ( 20-25/26-24/25-11/15-14) et les secondes dans la salle Ballens face à Hermes Ostende (23-25/17-25/21-25). Elles ont ainsi perdu l’occasion qui se présentaient à elles pour garder plus ou moins le contact avec le quatuor de tête du classement. Aujourd’hui, les Flandriennes et les Hennuyères accusent respectivement un retard de 6 et 8 points par rapport à VDK Gand qui est la quatrième équipe classée et qui doit encore jouer ce dimanche à Michelbeke. Cela constitue là des écarts qui sont devenus tels qu’il leur sera sans doute plus que difficile de les combler d’ici la fin de la 18ème journée de la compétition.

Enfin, à Lendelede, les joueuses de Tchalou Volley ont encaissé une nouvelle défaite, un nouveau trois à zéro (25-17/25-21/25-21) qui est fait pour indiquer qu’il y a encore pas mal de travail à effectuer et de manques à combler pour amener l’équipe à se faire plus en mesure de justifier, par elle-même comme aime à le dire son coach, sa place en Ligue A.

Chez les hommes, le choc entre les deux premiers classés, Lindemans Alost et Knack Roulers, a tourné court tant il a vu un succès rapide des visiteurs. Le score des sets se passe de longs commentaires : 18-25/17-25/24-26. De fait, il n’y a eu match que durant la troisième manche. Quand on sait que ce sont ces deux mêmes équipes qui seront à l’affiche de la finale de la Coupe de Belgique qui aura lieu à Anvers le 16 février prochain, on ne peut qu’imaginer que les joueurs et le staff de Lndemans Alost vont “phosphorer” sur cet échec cuisant pour tenter d’en retirer de quoi faire beaucoup mieux dans trois semaines.

Pour leur part, les joueurs du VBC Waremme n’ont pas fait mieux que la semaine passée et , battus ainsi en trois sets, ils n’ont rien pu ramener de leur déplacement à Menin. Ici aussi, il devient grand temps que les Liégeois sortent de leur chrysalide s’ils ne veulent pas rester durant toute la saison à l’état d’une équipe en attente d’un succès. Peut-être sera-ce le cas dimanche prochain? En effet, ils rencontreront alors dans le Pôle Ballon la formation de Haasrode Louvain qui donne l’impression de battre quelque peu de l’aile ces derniers temps. Ce samedi, les Louvanistes ont été défaits 3-0 à Gand (27-25/25-19/25-22) et, la semaine précédente, ils avaient également été battus en trois sets. . Cela s’était passé à Louvain et l’adversaire n’avait été autre que Decospan Menin. Comme quoi, les Wawas auront là, dimanche prochain, une belle carte à abattre.

Absolut Sport Absolut Volley

Victoire sur le fil d'Asterix AVO Beveren face à Hermes Ostende

La rencontre Hermes Ostende – Asterix Beveren a tenu toutes ses promesses en matière de suspense. On s’attendait à un match disputé à souhait et il l’a été jusqu’au bout de son terme.

Après avoir mené le bal pendant le premier set (19-25) et les premiers points du second, les championnes de Belgique ont cédé le commandement de la partie aux tenantes de la Coupe de Belgique qui ont enlevé sans coup férir les deux sets suivants (25-21/25-21) et ont entamé la quatrième manche en donnant l’impression à 5-2 qu’elles étaient parties pour un net succès.

Les joueuses de Kris Vansnick ne se laissèrent abattre par cet avantage pris par celles du club ostendais et, quand elles eurent rétabli l’égalité et pris trois points d’avance, 5-8, avant de faire 6-11, elles reprirent leur rythme de croisière du premier set même si les Coolman, Zakoscielna et leurs équipières parvenaient bien à réduire l’avance des visiteuses à un écart minime : 23-25.

Dans le tie-break, le fléau de la balance passa d’un côté à l’autre du filet. A 10-8, les joueuses tenaient la corde mais, à la sortie du virage, les Beverenoises, avec Stragier et Boonstra en vedette, reprirent la tête, 10-11. Pas pour longtemps car les visitées signaient deux nouveaux points victorieux: 12-11. Ce fut la dernière fois que Hermes Ostende se trouva devant les joueuses de Kris Vansnick. En effet, celles-ci firent tout d’abord 12-13, 13-14 avant de conclure sur la marque de 14-16.

L’équipe d’Asterix AVO Beveren a enlevé ce mercredi un très précieux succès mais n’est pas qualifiée pour autant pour les 1/4 de finale de la CEV Volleyball Cup tant, comme expliqué hier, il leur faudra confirmer cette victoire par une autre du même genre au moins pour rester dans la valse de cette compétition européenne. Affaire à suivre donc car il ne fait aucun doute que Hermes Ostende fera tout le 5 février prochain pour renverser les pronostics qui sont devenus aujourd’hui un peu plus favorables pour son adversaire à l’issue de ce match aller.

Absolut Sport Absolut Volley

Finale de la Coupe de Belgique avant la date à Ostende

C’est dans un peu d’un mois qu’aura lieu à Anvers la finale de la Coupe de Belgique féminine de volley-ball entre les tenantes de la Coupe, les joueuses d’Ostende, et les Championnes de Belgique, les joueuses de Asterix Beveren.

Cependant, si le coeur vous en dit, vous aurez l’occasion de voir ce match entre ces deux équipes en life bien avant cette date puisque c’est ce mercredi à partir de 20h30 que s’affronteront à Ostende ces deux formations dans le cadre des 1/8èmes de finale de la CEV Volleyball Cup.

En effet, par le plus curieux des hasards, Ostendaises et Beverenoises se rencontreront ce mercredi pour tenter de creuser un bel écart qui leur donnerait un réel avantage avant le match retour qui, programmé le 5 février à 19h30., sera décisif pour le passage au stade des 1/4 de finale de cette épreuve européenne.qui est la deuxième dans la hiérarchie des compétitions organisées par la Confédération Européenne de Volley-Ball.

Qui remportera la palme ce mercredi ? De fait, s’il vaut toujours mieux l’emporter pour se retrouver avec l’avantage de n’avoir plus qu’à gagner lors du match retour pour avoir la certitude d’assurer sa qualification pour le tour suivant, le but recherché par les deux équipes est avant tout de réaliser effectivement un résultat qui n’hypothèque pas trop leur devenir dans pareil type de compétition. Pour les visitées, il s’agira de l’emporter et, si possible, de le faire en ne perdant pas plus d’un set afin d’être assurées de disputer au moins un tie-break lors du match retour au cas ou celui-ci venait à mal se passer. Pour les visiteuses, le calcul consistera surtout à essayer de l’emporter ou de remporter deux sets, histoire de se positionner au mieux pour aborder le match-retour sans avoir à l’entamer avec trop de pression sur les épaules;.

Bref, l’enjeu est grand, pour les unes comme pour les autres. Comme il le sera lors du match retour du 5 février et, assurément à nouveau, à l’occasion de la finale de la Coupe du 16 février.

Absolut Sport Absolut Volley

Roulers l'emporte en 3 sets face à Maaseik et Charleroi fait de même contre Tchalou

Le choc Roulers – Maaseik, le cinquième classico de la saison, n’a donné lieu à aucun suspense et a ainsi vu une nouvelle victoire, la quatrième, des Flandriens sur les Limbourgeois. De fait, le succès des hommes de Steven Vanmedegael a été assez net tant dans la forme que dans les chiffres: 25-19/25-19/25-21.

Les joueurs de Roulers furent supérieurs à leurs adversaires dans quasi tous les compartiments de jeu et, pour n’en donner que deux exemples, il suffira de dire que les visités ont réalisé 12 blocs payants contre un seul aux visiteurs et que, au niveau de l’attaque, tous les pointeurs flandriens ont atteint ou dépassé un pourcentage de 50% alors qu’il n’y a que Maan qui ait fait aussi bien du côté limbourgeois.

Ces succès à répétition de Roulers sur Maaseik signifient-ils que les champions de Belgique sont nettement moins bons que les tenants de la Coupe? Bien imprudent serait celui qui se livrerait à une telle conclusion. En effet, du fait que Kindt est toujours en revalidation et que Wojcik n’a plus la confiance de son coach, Maaseik a joué ce samedi sans un opposite patenté et, par conséquent, Kvalen n’a pu être utilisé à son poste d’ailier-réceptionneur. Chacun sait qu’une hirondelle ne fait pas le printemps mais il est un fait que Maaseik se portera beaucoup mieux quand il pourra à nouveau compter sur les services de Kindt et c’est pourquoi il faudra attendre les matches de la deuxième phase du championnat pour savoir si l’on retrouvera bien ou non les champions de Belgique, actuellement troisièmes au classement, dans le Final 2 décisif pour l’attribution du titre 2020.

Chez les dames, toutes les équipes qui étaient sur les terrains de la Ligue A et qui étaient mieux classées que leurs adversaires du jour ont renforcé leur positionnement. Cela signifie que quatre des cinq premières classées, Asterix Beveren, Ladies Limbourg, Hermes Ostende et VDK Gand, l’ont emporté en ajoutant trois points à leur compteur tandis que les joueuses de Modal Charleroi, actuellement sixièmes au classement, n’ont laissé aucune chance à celles de Tchalou Volley à qui elles rendaient visite.

De fait, alors que l’on pouvait s’attendre à ce que les joueuses d’Ugo Blairon allaient mener vie dure à celles de Dimitri Piraux, le score de ce derby hennuyer, qui est exactement le même que celui du match entre Roulers et Maaseik (19-25/19-25/21-25), est fait pour indiquer que c’est finalement sans éprouver trop de difficultés que les Carolos ont enlevé les trois points. Pour les joueuses de Tchalou, qui ont été habituées dans le passé à connaître beaucoup plus de succès que de défaites, ce nouvel échec signifie que la nouvelle année ne commence pas mieux que ne s’était achevée l’année écoulée. En effet, elles avaient été battues alors sur leur terrain par les joueuses de Interfreight Anvers qui occupaient avec elles la dernière place du classement avant ce match-là. Elles auraient cependant grand tort de se décourager car, on ne doit pas manquer de leur rappeler dans leur entourage, la saison ne commence en réalité qu’à partir de la deuxième phase du championnat, c’est-à-dire quand les rencontres auront, plus que ce n’est le cas dans l’actuelle première phase, une incidence directe sur tout ce qui touche les verdicts décisifs pour le titre ou pour la descente. Courage à elles donc.

Absolut Sport Absolut Volley

Gros derby hennuyer ce samedi en Ligue A dames

Alors que les dames de la Ligue disputeront ce samedi soir leur premier des matches retour de la première phase de la compétition, les hommes de l’EuroMillions Volley League verront se jouer certaines rencontres assez importantes au niveau du classement de cette compétition.

Ainsi, alors que la formation de Lindemans Alost a battu ce vendredi soir celle de Gand et a renforcé sa position de leader du championnat, ceux que l’on continue à appeler les deux Grands, Knack Roulers et Noliko Masseik, s’affronteront ce samedi soir à Roulers.

L’enjeu de ce qui fait toujours figure de classico n’est pas encore déterminant pour l’orientation définitive de la compétition. Il est cependant certain que les deux équipes auront à coeur d’enlever cette confrontation qui seront aux prises pour la cinquième fois cette saison. Toutes deux ont mis à profit ce congé de fin/début d’année pour panser leurs blessés et recharger leurs accus avant les trois prochains matches importants qu’elles vont livrer dans une dizaine de jours dans le cadre de la CEV Champions League. On sera ainsi curieux de voir comment elles se comporteront ce samedi, à supposer bien entendu qu’elles alignent tous leurs meilleurs éléments sur le terrain.

Chez les dames, on pointera surtout le derby hennuyer entre Tchalou Volley et Modal Charleroi.

Les soeurs Moulin et leurs coéquipières n’ont pas encore remporté le moindre succès dans le cadre de la présente compétition et occupent la dernière place du classement. Elles gardent néanmoins, et très heureusement au demeurant, le moral. Via différents canaux d’information, elles ont ainsi laissé entendre qu’elles attendaient de pied ferme les joueuses de Dimitri Piraux et qu’elles espéraient bien étrenner ce samedi leur première victoire en Ligue A. Comme les visiteuses veulent pour leur part rester dans la course pour arriver à obtenir la quatrième place à la fin de la première phase de ce championnat, le choc entre les deux équipes qui représentent l’image du volley-ball francophone au plus haut niveau de la compétition nationale s’annonce, comme il est permis de le constater, disputé à souhait.

Bon match aux deux équipes.

EuroVolley League

samedi 18 janvier

Caruur Gand – Lindemans Alost : 1-3

20h30 Tectum Achel – VBC Waremme

20h30 Knack Roulers – Greenyard Maaseik

20h30 Haasrode Louvain – Decospan Menin

Ligue A Dames

samedi 18 janvier

19h30 Tchalou Volley – Modal Charleroi

20h30 VC Oudegem – Asterix Beveren

20h30 Hermes Ostende – Interfreight Anvers

20h30 VDK Gand – BWV Lendelede

20h30 Ladies Limbourg – Saturnus Michelbeek

Absolut Sport Absolut Volley

Les 24 équipes des deux tournois olympiques sont connues

Etant donné que tous les tournois continentaux de qualification olympique ont livré leurs verdicts, il est dès lors possible de dresser les tableaux des équipes qui participeront aux deux tournois de volley-ball qui prendront place dans le cadre des prochains Jeux olympiques de Tokyo.

Comment se présentent ces deux tableaux ?

Chez les femmes, on retrouvera les équipes suivantes : Japon (pays organisateur), Chine (championne olympique), Serbie (championne du monde), Etats-Unis, l’Italie, Russie, Brésil, Kenya, Corée, la Turquie, la République Dominicaine, l’Argentine, soit 4 équipes européennes, 3 asiatiques, 1 africaine, 2 américaines du Nord et des Caraïbes, 2 américaines du Sud

Chez les messieurs, les pays représentés à Tokyo seront : le Japon, (pays organisateur), le Brésil (champion olympique), les Etats-Unis, la Pologne, l’Italie, la Russie, la France, la Tunisie, l’Iran, le Canada, le Vénézuela, Argentine, soit 4 équipes européennes, 2 asiatiques, 1 africaine, 2 américaines du Nord et des Caraïbes, 3 américaines du Sud.

Au total, sur les 24 équipes participantes, il y aura 6 pays qui se retrouveront dans les deux tableaux; le Japon, les Etats-Unis, la Russie, l’Italie, le Brésil et l’Argentine, soit 2 nations européennes, 1 asiatique, 1 américaine du Nord et des Caraïbes et 2 américaines du Sud.

Comme il est permis de le constater, cette représentation présente, tant chez les femmes que chez les hommes, l’avantage d’être très illustrative de l’universalisme du volley-ball mais cette qualité a pour principal défaut celui qu’elle n’est pas assez représentative du niveau de jeu de toutes les équipes qui, le Japon mis à part en tant que pays organisateur, étaient sur la ligne de départ pour participer aux épreuves de qualification pour ces prochains Jeux. La cause en est la structure même de la Fédération Internationale de Volley-Ball qui est faite de 6 composantes (l’Europe, l’Afrique, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord et des Caraïbes). Si cette découpe constitue une garantie qu’ il y ait assurément un pays de chaque (partie de) continent dans chacun des deux tableaux des Jeux olympiques, ce qui constitue un facteur d’émulation et de promotion du volley-ball à l’échelle du monde, la confection des tableaux des cinq tournois intercontinentaux et la limitation du nombre d’équipes à douze unités seulement sont les deux autres raisons qui expliquent comment il est possible qu’une équipe comme celle de Serbie, qui est l’équipe championne masculine du continent dont le niveau de jeu est le plus élevé dans le monde, soit ainsi passée à la trappe.

Ce sujet de réflexion n’est pas nouveau mais n’est pas celui qui, aujourd’hui, plane dans les couloirs des fédérations qui ont raté de peu le ticket pour le Japon. En effet, comme l’on sait, les athlètes de Russie sont sous le coup d’une sanction d’exclusion des Jeux de la part de l’Agence Mondiale de l’Anti-dopage pour des raisons qui auraient trait à des falsifications de données de contrôles remises à ladite Agence. La Russie a porté en appel la décision ainsi arrêtée par l’AMA et, selon la procédure, c’est le Tribunal d’Arbitrage du Sport (TAS) qui aura à se prononcer sur le sort qui sera fait de cet appel et, au-delà de celui-ci, des athlètes concernés.

Que fera la FIVB si le Tribunal d’Arbitrage du Sport confirme la sanction d’exclusion à l’égard des athlètes de Russie ? Les joueuses et les joueurs pourront-ils participer alors aux Jeux sous drapeau neutre ou la FIVB organisera-t-elle deux derniers tournois de qualification pour remplacer les deux équipes russes qui auraient donc été exclues de l’enceinte olympique? Nul ne peut le dire aujourd’hui mais il est à espérer que la FIVB aura pour premier souci celui de faire respecter autant que possible le droit de ces volleyeuses et ces volleyeurs de Russie qui, partout en dehors de leur pays, ont suffisamment montré au cours de ces dernières années qu’elles/ils n’avaient nul besoin de produits prohibés pour obtenir les résultats qui figurent à leur palmarès

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Nos Yellow Tigers, héroïques, s'inclinent face à des Turques magistrales

Les Yellow Tigers pourront quitter Apeldoorn la tête haute. Elles ont certes été battues ce vendredi mais elles l’ont été par une équipe de Turquie qui a, pendant deux sets, développé un jeu d’une dimension de très haut niveau mondial (25-20/25-15) mais qu’elles sont parvenues à ébranler et à bousculer (20-25/22-25) au point de l’ amener à devoir disputer un tie-brek avant de pouvoir s’imposer de belle façon 15-10 au bout d’une fabuleuse bataille. Oui, on le savait, ce match qui était celui de la dernière chance pour les deux équipes allait être épique et il le fut pleinement.

Dans les deux premières manches, les Turques furent inabordables tant elles étaient supérieures à nos compatriotes dans tous les domaines. Van de Vijver et ses équipières jouaient bien mais elles étaient un cran en-dessous des Baladin, Boz, Erdem, Gunes qui, conduites de maîtresse manière par Ozbay, étaient extraordinaires au filet. Comme, de plus, les Turques faisaient, à l’image de leur libéro Aykac, des miracles en défense, les points tombaient comme grosses gouttes d’eau par temps de fortes pluies dans l’escarcelle de l’équipe turque.

Le tout grand mérite de nos Yellow Tigers et du staff est d’avoir laissé passer l’orage et de se mettre à jouer de manière plus roublarde sans vouloir le moins du monde diminuer la prestation de Herbots qui fut tout simplement grandiose face à ces murailles qui s’élevaient chaque devant elle et qui fut à peine moins productive en points gagnants (22) que ne le fut Boz (26) dans le camp opposé. Le gain de ces troisième et quatrième sets ne se fit pas de façon aussi tranchante que ne l’avait été celui des deux premières manches par les Turques mais il avait néanmoins une très grande saveur dans la mesure où l’on voyait qu’un team bien soudé et bien orchestré pouvait faire vaciller ces grandes joueuses habituées dans leur championnat national et sur la scène européenne à évoluer à un niveau d’exigence beaucoup plus élevé que celui de la plupart de nos compatriotes.

Pour ma part, hormis le fait que l’on pourra regretter que nos centrales n’aient pas, au niveau du filet, été à la hauteur des résultats que l’on était en droit d’attendre d’elles en fonction de ce qu’elles ont déjà montré en d’autres circonstances, je me réjouis d’avoir vu nos Yellow Tigers (y compris Ruysschaert aujourd’hui) aussi belles de générosité et de vaillance dans leur réplique face à une équipe qui dispose de moyens d’une tout autre envergure que ceux dont les nôtres sont gratifiées pour se préparer et pour être dédommagées de leurs efforts. Le seul véritable regret que j’ai pour compte des joueuses et du staff est cette hésitation de l’arbitre qui n’a pas vu, à 9-8 en faveur des Turques dans le tie-break, le service de Janssens atterrir 30 centimètres à l’intérieur du terrain et qui a demandé lui-même un challenge pour prendre une décision qui a nécessité un certain temps avant de tomber, permettant ainsi aux Turques, qui commençaient à douter en voyant revenir nos joueuses sur leurs talons après avoir mené 5-2, 8-5 et 9-6, de reprendre leurs esprits d’une part et faisant perdre à Janssens la belle confiance qui l’habitait alors d’autre part.

Ceci n’est cependant que broutille car, sur l’ensemble du match, la formation dirigée par Guidetti (qui s’était montré très élégant et élogieux à l’égard des Yellow Tigers avant la rencontre) a non seulement mérité son succès mais a également montré qu’elle ira fort probablement aux Jeux de Tokyo si elle parvient à reproduire dans le cadre du Final 4 le même niveau de jeu, réellement impressionnant de qualité, que celui qui fut le sien pendant les deux premiers sets et au cours du tie-break contre nos représentantes.

Absolut Sport Absolut Volley