Daniel Van Daele a jeté l’éponge

Il y a une semaine d’ici, Daniel Van Daele, Président de la FVWB, informait ses collègues du Conseil d’Administration de la décision qu’il avait prise au terme de moments très intenses qui ne pouvaient déboucher que sur une fin sans rémission, sa démission prise « pour des raisons privées et personnelles. L’intérêt droit primer sur tout, je prends mes responsabilités ».

Peu après, même si cela ne fut pas publié dans le tempo prévu, les sept autres membres du Conseil d’Administration faisaient savoir par voie d’un communiqué on ne peut plus laconique,  qu’ils acceptaient la sortie de scène du Président de la FVWB : «  Le Conseil d’administration de la FVWB a acté, ce dimanche matin, la démission de son Président, Daniel Van Daele. Nous le remercions pour le travail effectué et les années consacrées à la fédération de volley-ball. Nous lui souhaitons une bonne continuation pour le futur. Le Conseil d’administration assurera la bonne continuité de la fédération et publiera prochainement un appel à candidature. L’intérim sera assuré conformément aux statuts par la 1 ère Vice-Présidente, Dominique Reterre ».

Ainsi a pris fin la Présidence de cet Hennuyer qui, peu après le décès d’Albert Daffe, arriva en 2017 aux affaires de l’AIF en tant que trésorier, et ce, à la suite d’une manoeuvre opérée par un petit groupe de personnes qui n’y connaissaient rien à la gestion de la Fédération mais qui avaient fait campagne en assurant qu’elles voulaient le bien de celle-ci et en ayant essentiellement comme programme sa « modernisation » et la restructuration de son Conseil d’Administration. On sait ce qu’il est advenu de ces belles intentions.

Pendant trois ans, la Fédération a végété en confondant remise des finances en ordre, qui était « cadrée » dans le budget présenté dès le début 2017, avec austérité sportive et, surtout, en ne sachant que faire de ce nouvel organigramme de direction qui devint vite un lieu qui se fractura entre ceux et celle qui brassaient du vent sur le devant de la scène et ceux qui devaient se contenter d’être convoqués pour venir participer aux réunions d’un Conseil d’Administration préétabli.

Quand, l’an dernier, il fallut élire un nouveau Président après la démission de celui qui avait occupé ce poste sans jamais y avoir apporté une marque quelconque, Daniel Van Daele se présenta pour devenir le troisième président de l’ex AIF en l’espace d’un peu plus de trois ans. Il ne fut pas seul à le faire mais il l’emporta en pouvant compter encore sur quasi les mêmes soutiens que ceux qui lui avaient valu sa nomination précédente.

A partir de ce moment, les événements s’enchaînèrent. Un nouveau trésorier fut nommé et celui-ci, Pascal Schmets, n’était autre que celui qui avait été défait par Daniel Van Daele lors de l’élection présidentielle. Un autre changement notable devait survenir avec de gros mouvements au sein d’une des entités qui avaient soutenu la « nouvelle vague » précitée et, conséquemment, avec l’arrivée dans les réunions de la FVWB d’un personnage qui n’est jamais d’accord qu’avec lui-même et qui se montra d’emblée hostile à l’équipe de direction de la Fédération. Et, plus encore, à l’égard de son Président.

Enfin, last but not least, il y a eu, au cours de ces derniers mois, « la crispation » des relations entre le Président et le Directeur technique de la Fédération, Herman Vleminckx, qui, nommé en avril 2019, a une assez nette tendance à considérer que ses paroles et ses actes ne sont que fils d’ange. Les deux hommes se sont heurtés fortement au cours de ces dernières semaines mais, dans ce contexte, le Président a sans doute commis l’erreur d’oublier que ses appuis au sein du Conseil d’Administration n’étaient plus les mêmes que ceux sur lesquels il lui aurait fallu compter pour être en mesure de mettre au pas le Directeur technique comme il l’aurait souhaité.

C’est ainsi que, lors d’un Conseil d’Administration extraordinaire qui s’est tenu il y a une bonne semaine, Daniel Van Daele a dû constater qu’il était lâché par ceux-là mêmes avec qui il avait réussi son accession au poste de trésorier de l’ex AIF et qu’il n’était donc plus en situation de poursuivre son mandat.

Ainsi vit le Volley francophone qui va, à présent, lancer un appel à candidature pour se désigner, au cours du mois de septembre, un nouveau Président ou, pourquoi pas, une nouvelle Présidente.

S’agira-t-il d’une nouvelle tête ? De quelqu’un qui connaît déjà bien les rouages de la Fédération et des institutions sportives ? D’un(e) dirigeant(e) qui saura faire rimer entreprendre et promouvoir ? D’une personnalité qui réussira, en pouvant s’appuyer sur un Conseil d’Administration plus solidaire, à fédérer et à galvaniser les principales forces du volley-ball francophone dans la perspective de retrouver de la sorte une juste place dans la conduite du volley-ball en Belgique ?

On ne peut que l’espérer tant la situation actuelle est plus que désolante….

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Une soirée endeuillée par la disparition de Roger Maes

Je dois vous avouer que je n’ai pas du tout le coeur à commenter les résultats de cette soirée.

En effet, par l’entremise de mon ami Marc Lerouge, j’ai appris, au début de celle-ci, que Roger Maes était décédé aujourd’hui des suites du coronavirus. Le monde du volley-ball belge est en deuil.

Roger Maes fait partie de mon histoire personnelle de volley-ball dans la mesure où, même si nous avons été, treize ans durant, amenés à nous retrouver chaque fois de l’autre côté du filet quand, dans le cadre du championnat de division 1 nationale (l’appellation qui a précédé celle de la Ligue), l’ASUB rencontrait l’une des équipes dont il a fait partie et qu’il a souvent menée vers les grands succès, il était le joueur belge pour lequel j’ai toujours voué la plus grande considération. Ou plus encore.

Roger Maes ici, au Petit Palais des Sports de Forest, dans ses oeuvres

Roger savait tout faire et, surtout, il était un battant et un meneur d’hommes hors du commun. Au niveau du volley-ball de l’Europe occidentale de l’époque (je parle ici des années 70), il a souvent amené l’équipe belge à remporter la Spring Cup ou, quad ce n’était pas le cas, à y tenir les premiers rôles tandis qu’au niveau mondial, que ce soit aux Jeux Olympiques de Mexico ou au championnat du monde de Sofia, il tenait la comparaison avec les plus grands passeurs de sa génération. Il n’avait pas son pareil pour réussir des choses qui paraissaient irréalisables à faire et il les réalisait avec cette facilité qui lui était propre et qui relevait de ses qualités techniques et physiques qui étaient exceptionnelles tout en étant très naturelles.

Il était déroutant comme pas un et, en même temps, il était fascinant tant il donnait l’impression que la réussite sportive ne pouvait échapper aux équipes dont il était le meneur de jeu dans la plus parfaite acception du terme. Après sa carrière, il a connu plusieurs ennuis de santé et, aujourd’hui, c’est le coronavirus qui a eu raison de lui.

Qu’il sache, là où il s’en est allé, que son souvenir restera, très profond, tant dans l’esprit et l’estime de toute la famille du volley-ball belge qui lui doit beaucoup de sa grande épopée des années 70 que dans le coeur de celles et de ceux qui ont eu le privilège de vivre au plus près de lui son goût de la vie, sa gentillesse et ses à-côtés qui en faisaient qu’il était vraiment un astre.

L’équipe nationale belge de la grande époque des années 70 avec Roger Maes n°7

Du côté de la compétition féminine, on épinglera surtout les beaux succès de Jaraco Limburg et de Modal Charleroi. A Genk, les Limbourgeoises sont pris le meilleur sur les joueuses coachées ce samedi par Dries Koekelkoren (le mari de Fien Callens) à l’issue d’un match qui fut très agréable à suivre et qui connut plusieurs retournements de situation. Le dernier mot est néanmoins revenu aux joueuses de Jaraco au sein desquelles Lore Gillis, une « ancienne » d’Oudegem, tint le premier rôle : 25-21/25-20/25-22.

A Charleroi, les Carolos ont livré un très bon match contre une équipe gantoise qui n’est plus aussi percutante qu’elle l’était en début de saison mais qui chercha, tout au long de la rencontre, à se dégager de l’étau dans lequel les Lise De Valkeneer (qui jouera l’an prochain à Gand précisément) et ses équipières l’avaient placée par l’effet conjugué de bons services et de blocs très efficaces dans les moments décisifs. Elle y parvint bien dans le deuxième set mais, sous l’impulsion de Flore Evrard très bien inspirée ce samedi, Modal Charleroi repartit du bon pied et s’en alla chercher trois très beaux points en bout de partie : 25-22/23-25/25-21/25-22.

Peu avant cela et à quelques kilomètres de la salle Ballens, l’équipe de Tchalou Volley n’a pu mettre la venue de la formation d’Interfreight Anvers à profit pour déflorer son compteur de « victoires » pas plus que pour améliorer celui des « points ». Les joueuses d’Ugo Blairon ont, comme à l’accoutumée, montré qu’elles ne jouaient pas mal au volley-ball mais ce constat s’est à nouveau avéré insuffisant par rapport cette fois à un adversaire qui, avec Sara Cools, possédait dans ses rangs un élément qui savait faire la différence quand il le fallait : 19-25/16-25/25-20/23-25.

Quant à la confrontation entre Hermes Ostende et Asterix Beveren, elle a connu deux visages. Celui du premier set qui a vu les tenantes de la Coupe de Belgique faire un impressionnant cavalier seul (9-25) et celui des deux manches suivantes au cours desquelles elles furent très sérieusement par les Côtières qui ne s’inclinèrent alors que par le plus mince des écarts : 26-28/23-25.

Du côté des hommes, on notera que Greenyard Maaseik, très peu en verve ce samedi, a, face à une équipe de Haasrode Louvain qui a fait beaucoup mieux que se défendre, gaspillé un set qui, comme expliqué dans un billet précédent, pourrait avoir une certaine importance à l’issue de ce Final 4 : 25-22/25-23/26-28/25-22.

Pendant ce temps, Knack Roulers a, à Menin, réussi un meilleur résultat que celui qu’il avait réalisé mercredi dans ses propres installations contre l’équipe de Frank Depestele. Certes, le premier set fut très disputé et connut même une fin chahutée du fait d’un arbitrage à nouveau assez faiblard mais, avec un Desmet à nouveau très pointu ce samedi, les hommes de Steve Vanmedegaele ne rencontrèrent plus trop de problèmes par la suite : 26-28/21-25/11-25.

Quant au match entre Tectum Achel et VBC Waremme, il mit en présence une équipe limbourgeoise qui avait envie de gagner et qui y parvint et une formation liégeoise qui, même si les joueurs ne cessent de se taper dans les mains à tout bout de champ, ne montre plus très grande envie de faire cause commune : 25-19/25-16/25-20.

Au revoir Roger ….
Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Bravo à Sam Deroo fait membre de la Commission des Athlètes de la FIVB

La nouvelle peut être confirmée. Ainsi que je vous l’avais laissé entendre à la mi-janvier, Sam Deroo, le capitaine de nos Red Dragons, fera bien partie de la Commission des Athlètes de la Fédération Internationale de Volley-Ball.

C’est ce que, par un communiqué, la FIVB a porté ce vendredi 12 mars à la connaissance de toute la communauté du volley-ball. Il s’agit là d’une très belle marque de reconnaissance pour notre représentant qui avait failli, dès le premier tour de désignation des cinq premiers membres de la Commission, être élu par l’ensemble des joueurs/joueuses consulté(e)s à cet effet par la FIVB.

Aujourd’hui, c’est sur la proposition des membres du Conseil d’Administration de la FIVB que Sam a, en compagnie de quatre autres candidat(e)s (Louise Bawden-Australie- Beachvolley/Maja Ognjenovic-Serbie-Volleyball/Julius Brink-Allemagne-Beachvolley/GibertoGiba Amauri de Godoy Filho-Brésil-Volleyball), été fait membre de la Commission des Athlètes. Sincères félicitations à lui.

Il rejoint ainsi Jordan Quinn Larson-USA-Volleyball, Samuel Papi-Italie-Volleyball/Madelein Meppelinck-Pays-Bas-Beachvolley/Joshua Binstock-Canada-Beachvolley et Anouk Vergé-Depré-Suisse-Beachvolley qui, comme dit, avaient été élu(e)s par leurs collègues en janvier dernier.

Cela signifie que la Commission des Athlètes se compose de 5 femmes et de 5 hommes qui se répartissent en 5 représentant(e)s du monde du Volleyball et de 5 autres émanant de celui du Beachvolley. Il est prévu que cette commission sera en place, dans cette composition, jusqu’à la fin 2024.

On souhaite bon travail à ces dix membres et, surtout, très heureuse collaboration avec les autres rouages de la FIVB.

Non classé

Les joueurs de Roulers et de Maaseik ont (déjà) montré leurs muscles

Il est évidemment beaucoup trop tôt pour dire que tout est déjà dit pour la qualification des deux équipes masculines qui se disputeront le titre national à l’issue du Final 4 dont nous venons de vivre ce samedi la première journée mais il n’empêche.

Les deux Grands de la compétition masculine, Knack Roulers et Greenyard Maaseik, ont remporté leur première rencontre avec une telle facilité qu’il est tentant de laisser entendre que l’on ne voit pas bien qui pourrait les empêcher de se retrouver une nouvelle fois en lice pour se livrer, une fois les douze matches du Final 4 terminés, une nouvelle bataille au sommet avec les écussons nationaux pour enjeu.

Face à Haasrode Louvain, les récents vainqueurs de la Coupe de Belgique ont bien été accrochés pendant les quinze premières minutes de la rencontre mais, une fois qu’ils eurent fait passer le score de 13-16 à 18-16, ils maîtrisèrent la partie sans même trop forcer leur talent et la remportèrent d’autant plus facilement que les Louvanistes commirent assez bien d’erreurs dans leur souci, ô combien louable, de vouloir mettre leurs adversaires en difficulté : 25-18/25-16/25-22

A Menin, les Limbourgeois, qui jouèrent ce samedi sans leurs deux Iraniens, réussirent à étouffer les joueurs locaux dès les premiers échanges de leur confrontation et, bien emmenés par le jeune Mc Cluskey à la passe, ils s’imposèrent également en trois sets bien empaquetés : 21-25/20-25 et 18-25. Outre le jeune passeur, trois joueurs limbourgeois se mirent régulièrement en évidence : Cox (15 pts), Stahl et Maan qui, outre les 12 points qu’ils réalisèrent tous deux, firent belle impression par leur allant et leur aisance. Du côté de Menin, Lapkov tira bien son épingle du jeu mais il était trop esseulé pour faire vaciller le bloc limbourgeois qui, c’est certain, s’est forgé ce samedi un fort beau moral avant le très important match qu’il aura à livrer mercredi contre St Petersbourg dans le cadre de la demi-finale de la CEV Men Cup.

Dans l’autre poule, les Limbourgeois de Tectum Achel ont fait une belle opération en allant enlever les trois points à Gand : 18-25/ 19-25/25-21/17-25. Si, ce dimanche, les Wawas venaient à faire de même à Alost, nous aurions ainsi un beau duel en perspective entre les Limbourgeois et les Liégeois pour la première place de ce Challenge Four qui, faut-il le rappeler, sera synonyme de gain d’un ticket européen. Toutefois, il va sans dire que ce scénario est nettement moins assuré que celui de la désignation des futurs protagonistes du Final 2. 😉

Chez les dames, les Limbourgeoises de Jaraco Ladies Limburg ont confirmé, face à une équipe de VDK Gand qui traverse à l’évidence une très mauvaise période, qu’elles entendent bien se retrouver dans le Final 4, si ce n’est dans le Final 2 après la future deuxième tranche de la compétition. La formation entraînée par Julien Van de Vijver a à nouveau montré qu’elle avait de très belles qualités défensives et que Lore Gillis y jouait un très grand rôle, tant comme attaquante que comme élément stabilisateur dans les moments difficiles : 20-25/21-25/25-17/23-25.

Les deux autres rencontres ont donné lieu à des déroulements tout à fait différents. Du côté d’Oudegem, les joueuses de Fien Callens n’ont laissé aucune chance aux joueuses de Michelbeke comme le score final de la partie l’indique mieux que de longs commentaires : 25-15/25-17/25-14.

Par contre, la confrontation entre Interfreight Anvers et Hermes Ostende a été plus que disputée. C’est de justesse que les Côtières l’ont emporté au tie-break mais on retiendra également qu’il s’en est fallu de peu qu’elles ne remportent ce match en trois sets quand on peut voir qu’elles ont mené par deux sets à un après avoir perdu, sur le fil, la première manche sur le score de 26-24/21-25/24-26/25-17/12-15.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Knack Roulers remporte sa sixième Coupe d’affilée

Est-ce parce que l’on en attendait trop mais toujours est-il que la finale masculine de la Coupe de Belgique n’a pas donné lieu au match espéré et encore moins à une grande promotion pour notre sport. On retiendra de cette rencontre, qui eut à souffrir du manque de public d’une part et de l’attitude par trop inutilement vindicative de certains joueurs flandriens d’autre part, qu’elle revint à l’équipe qui commit le moins de fautes directes et qui avait la plus grande envie d’enlever la Coupe, je veux parler de la formation de Knack Roulers.

De fait, les premiers échanges permirent de réaliser que les Flandriens étaient plus concentrés sur leur sujet que les Limbourgeois qui furent rapidement menés au marquoir : 5-1. Sous l’impulsion de Stahl et de Cox, ils donnèrent bien un peu l’impression de rentrer à leur tour dans le match, 9-7, mais ils encaissaient alors un nouveau 5-1 qui voyait les joueurs de Steven Vanmedegael mener largement la danse : 14-8. A 18-12, les Limbourgeois, où Sthal effaçait son mauvais début de partie, connaissaient une belle période et revenaient quasi à hauteur des Flandriens, 19-18, mais ceux-ci, sous l’impulsion d’un D’Hulst qui dirigea les attaques des siens en grand chef d’orchestre, reprenaient leur marche vers l’avant et, à 24-21, Verhanneman inscrivait le point qui avait valeur de gain du premier set.

Le début de la deuxième manche présenta la même physionomie que celui du set initial : une équipe flandrienne soudée et une formation limbourgeoise trop à la recherche de services qui se voulaient directement gagnants mais qui terminaient souvent leur course dans le filet…. A 15-10, Joël Banks fit rentrer son capitaine en lieu et place de Martinez et la rencontre se fit du coup plus équilibrée dans la mesure où les Limbourgeois avaient retrouvé plus de stabilité. Ceux-ci revinrent bien, à 22-21, sur les talons de Tuerlinckx (au comportement très irritant) et de ses équipiers mais, avec de belles attaques bien amenées par D’Hulst, Coolman et Festeland faisaient la différence pour le compte de Knack : 25-22.

Le troisième set fut celui au cours duquel, avec Maan à leur tête et Thys à la place de Verhees, les hommes de Joël Banks se montrèrent sous leur meilleur jour. Ils rataient moins de services, réceptionnaient avec plus de précision et se faisaient plus présents au filet. Pour la première fois depuis le début de la rencontre, ils menèrent au marquoir quand ils firent passer celui-ci de 3-2 à 3-5. Ils devaient poursuivre sur leur lancée et, avec un très Stahl très performant et un Cox qui était davantage sollicité, ils filaient à 9-16. A ce moment-là, les échanges se firent plus équilibrés et la partie gagna en qualité et en intensité. Ce fut Maan qui, à 19-24, signa le point du gain de la manche pour ses troupes.

La finale allait-elle délivrer le meilleur de ce que d’aucuns en espéraient ? On put le croire jusqu’au moment où le score était, à 7-6, encore tout indécis. Toutefois, c’est alors que tout bascula dans la mesure même où, avec un Verhanneman et un Desmet en exergue, le team de Roulers bouscula tout sur sa route et, en premier lieu, Cox qui fut remplacé par Kindt à 13-7. Le trou était fait mais les Flandriens, sentant qu’ils devaient porter l’estocade finale pour enlever leur sixième coupe consécutive, faisaient 16-9. Le vainqueur de la Coupe était connu et l’écart ne devait pas changer

A 24-18, il y eut une phase confuse et ce fut Verhanneman qui y mit fin tout comme à cette finale qui ne laissera pas un grand souvenir si ce n’est celui d’un match dépourvu de belle chaleur humaine….

Non classé

Deux très belles finales de Coupe de Belgique en perspective ce dimanche

L’affiche des deux finales de la Coupe de Belgique 2021 qui auront lieu ce dimanche à Anvers est particulièrement alléchante. En effet, tant chez les hommes, dont le match débutera à 13h45, que chez les femmes (début de la rencontre à 17h00), les confrontations devraient être à la fois spectaculaires et de (fort) bon niveau.

Chez les Messieurs, on le sait, la finale mettra face à face Greenyard Maaseik et Knack Roulers, c’est-à-dire les deux meilleures équipes belges du moment et l’on serait même tenté d’écrire de ces 35 dernières années quand on sait que, à elles deux, elles ont remporté pas moins de 27 fois la Coupe aux grandes oreilles…

Les deux formations sont en grande forme et l’ont démontré ces derniers temps en se distinguant l’une et l’autre dans les compétitions de la CEV. En effet, tandis que le team de Greenyard Maaseik s’est qualifié pour les 1/2 finales de la CEV Men Cup, celui de Knack Roulers a stupéfié tout le monde du volley européen en allant, la semaine dernière, prendre, dans le cadre de la CEV Men Champions League, la mesure d’équipes réputées comme Leo Shoes Modena et Kemerovo. Pas moins.

Qui remportera ce choc des deux Grands de notre volley national ? Greenyard Maaseik pour la 15ème fois et pour renouer avec un succès que les Limbourgeois n’ont plus connu depuis 2012 ? Ou Knack Roulers pour la quatorzième fois et pour un sixième succès consécutif ?

Les paris sont ouverts et bien fort(e) serait celui ou celle qui pourrait prédire de quel côté et sur quel score penchera le fléau de la balance.

Du côté de la finale féminine, qui verra les joueuses d’Asterix Kieldrecht affronter celles du VC Oudegem, la partie devrait être également très disputée et de (fort) belle qualité. Toutefois, au cours de ces dernières semaines, les joueuses de Kris Vansnick ont fait montre d’une belle régularité et d’une grande efficacité tandis que celles de Fien Callens se sont montrées un peu moins performantes dès lors qu’elles évoluaient en dehors de leur salle.

Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que l’engagement sera total de part et d’autre. Tant dans les rangs de l’équipe d’Asterix Kieldrecht qui, après avoir échoué de très peu l’an dernier (15-13 dans le tie-break), cherchera à ajouter son nom pour la 16ème fois au palmarès de la compétition que dans ceux du VC Oudegem qui essayera de faire aussi bien qu’en 2013 quand les Flandriennes avaient pris, en 4 sets, la mesure de leurs adversaires de l’époque, des adversaires qui portaient déjà le maillot d’Asterix Kieldrecht….

Bref, il y aura de l’ambiance sur le terrain à défaut d’en avoir dans la salle puisque les deux rencontres se joueront à gradins non autorisés. A noter que, à partir de 13h30, Sporza les retransmettra toutes deux mais qu’il vous faudra dès lors connaître le néerlandais pour en goûter les commentaires qui sont toujours avisés.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Quatre matches aux tonalités différentes


Si, lors de ce dernier week-end, il y avait quatre matches inscrits au programme des dames et autant à celui des hommes évoluant au plus haut niveau de nos compétitions nationales, il y aura, à l’affiche de ce mercredi, deux rencontres pour les dames et autant pour les hommes. Et, de nouveau, les dames joueront dans le cadre de la Coupe de Belgique tandis que les matches des hommes entreront en ligne de compte pour le championnat.

Et que nous propose ledit programme du jour ?

Chez les dames, on suivra avec grande attention ce que feront en terre flandrienne les joueuses de Tchalou Volley face à celles du VC Oudegem. On le sait, les Hennuyères ont, samedi dernier, créé une grosse surprise en prenant le meilleur sur les joueuses de Hermes Ostende qui étaient les détentrices du trophée, et ce, au terme d’une partie où chaque point fut disputé avec belle énergie de part et d’autre du filet. Ce mercredi, les joueuses conduites par Ugo Blairon devront jouer à nouveau à leur meilleur niveau si elles veulent se donner l’occasion de rivaliser avec leurs adversaires qui ont montré, samedi passé, qu’elles pouvaient battre l’armada de Jaraco Limburg tout en connaissant pourtant des hauts et des bas durant leur prestation. L’équipe du VC Oudegem est, sous la conduite de Fien Callens, redevenue une formation qui n’est pas loin d’être aussi solide qu’elle l’était quand Sacha Koulberg en avait fait, il n’y a pas si longtemps d’ici, un ensemble qui remporta la Coupe et termina le championnat en deuxième position. Comme on s’en doute, la tâche des Tchalou girls ne sera pas simple mais, étant donné que la qualification pour la finale de la Coupe se dispute en matches aller et retour, l’objectif de Julia Topor et de ses équipières sera de trouver comment arriver à déjouer au mieux leurs adversaires afin de se présenter le 30 janvier prochain, lors du match retour, avec le plus de chances de créer alors la sensation des sensations. 

Pour ce qui concerne l’autre rencontre qui opposera le VDK Gand à Asterix Beveren, la physionomie de la partie sera quelque peu différente car, dans ce cas, les visiteuses sont en mesure de l’emporter sur le terrain de leurs adversaires et se doivent de tout faire pour y parvenir afin de se ménager ainsi un bel avantage dès avant l’entame du match retour. Rien ne dit cependant que cela se passera comme cela car, on l’a vu en début de saison quand les Gantoises avaient été l’emporter sur le terrain des joueuses de Kris Vansnick, la formation gantoise s’est renforcée depuis la saison passée et entend bien montrer à leurs grandes rivales que leur heure est venue de tenir, à leur tour, le premier rôle au niveau de la scène féminine du volley-ball belge….

Du côté masculin, les deux matches inscrits au programme sont également très différents au premier abord. En effet, dans le cas de Greenyard Maaseik – VBC Waremme, les deux équipes ne sont pas de même niveau mais, si Joël Banks veut donner du temps de jeu à certains des joueurs qui restent habituellement sur le banc des réserves comme il aime à le faire dans pareille occasion, les Liégeois auront alors droit au chapitre. Dans le cas de Decospan Menin – Knack Roulers, on aura droit là à un derby qui pourrait être d’autant disputé et équilibré que l’équipe locale est en forme et cherchera à se payer le scalp du leader actuel de la compétition. Il serait cependant surprenant que les hommes de St.Vanmedegael ne cherchent pas à montrer que la défaite qu’ils ont subie samedi dernier à Maaseik n’était en fait qu’un simple accident de parcours….

Non classé

Reprise en force au plan de l’élite nationale

Très gros programme de volley-ball pour la reprise des activités concernant les clubs de l’élite de nos championnats nationaux.

De fait, il y aura, chez les dames, les quatre matches comptant pour les quarts de finale de la Coupe de Belgique. Etant donné que cette phase de l’épreuve se déroulera en une seule manche, seules les équipes victorieuses se retrouveront donc en demi-finales qui, elles, se disputeront en match aller et retour.

Et, curiosité de ces quatre rencontres, elles opposeront chaque fois une équipe qui a déjà plusieurs matches de championnat dans les jambes à une formation qui n’a pas participé à cette série de rencontres qui ont pu avoir lieu pendant les mois de novembre et de décembre moyennant le respect par les clubs concernés de normes très strictes en matière de contrôle de l’état de santé de leurs joueuses et des membres du staff.

Ceci joint au fait que les équipes visitées auront l’avantage d’évoluer dans leurs installations même si cela se produira sans public, assisterons-nous à une grosse surprise ? Comme, par exemple, la qualification de Tchalou Volley face à Hermes Ostende ou à la victoire de Michelbeke contre Asterix Beveren ? En tout cas, on sera très curieux de suivre la partie entre VC Oudegem et Jaraco Tongres car on trouvera là sur le terrain deux équipes qui figurent parmi les plus grosses prétendantes à décrocher les principaux trophées de la saison 2020-2021.

Chez les hommes, il y aura également quatre matches au programme et, parmi eux, c’est incontestablement le choc entre Greenyard Maaseik et Knack Roulers qui tient le haut de l’affiche.

A l’heure actuelle, les Flandriens n’ont pas encore connu de défaite dans le cadre de la compétition nationale tandis que les Limbourgeois ont été battus 3-2 sur le terrain de leurs adversaires de ce samedi (début de la rencontre à 20h30) avant d’être surpris 2-3 à Maaseik par l’équipe de Menin. Cela signifie que les hommes de Joël Banks se devraient de l’emporter en moins de cinq sets pour revenir à hauteur de Tuerlinckx et de ses équipiers au classement de cette première phase du championnat. Toutefois, comme ce classement n’est pas, pour ces deux équipes, une grande préoccupation à l’heure actuelle vu que ce n’est qu’au cours du tour final de la compétition qu’il importe de gagner pour remporter le titre, il est permis de s’attendre à ce que les deux coaches se livrent quelque peu à une partie de cache cache tout en essayant de l’emporter néanmoins….

Quant aux trois autres rencontres, elles ne manqueront pas d’intérêt même si elles n’atteindront sans doute pas le même niveau de jeu que celle dont il vient d’être question.

Lindemans Alost devrait mettre à profit la visite de Haasrode Louvain pour garder l’espoir de lorgner sur la troisième place qu’occupe Decospan Menin au classement. Tectum Achel cherchera pour sa part à entamer l’année 2021 de manière victorieuse face à un adversaire, Caruur Gand, qui l’avait battu de justesse peu avant la fin de l’année dernière.

Enfin, dimanche (à partir de 14 heures), les Wawas recevront les Flandriens de Menin et s’efforceront sans nul doute à rééditer la victoire qu’ils ont obtenue, de belle manière d’ailleurs, face à Caruur Gand lors de la dernière journée de compétition de l’année 2020. Si les Liégeois jouent de façon aussi méthodique et concentrée qu’ils ne l’avaient fait alors, le succès est possible mais l’adversaire est plus coriace et bien décidé à s’accrocher à cette troisième place de classement qui lui vaut d’être considérée comme étant la première des équipes après les deux ténors de la compétition masculine.

Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Les Wawas enlèvent leur premier succès de la saison, et ce, de façon très maîtrisée

Le VBC Waremme s’est enfin imposé et il l’a fait de très belle manière contre une équipe de Caruur Gand qui restait sur une série de deux succès consécutifs en l’espace de cette dernière semaine.

Les Liégeois ont livré une excellente prestation collective et ont tiré le meilleur parti des points faibles de l’équipe gantoise au niveau de la réception et des services. Dès le début de la partie on a vu que Abinet, excellent aujourd’hui, et ses coéquipiers formaient un bel ensemble et c’est ainsi qu’ils prenaient une belle avance au marquoir en même temps qu’un réel ascendant sur leur adversaire qui, par comparaison, donnait quelque peu l’impression de traîner les pieds. Les hommes de Sacha Koulberg et de Frédéric Servotte menèrent même 22-12 avant de connaître un moment creux qui coïncidait avec le réveil de Devries et de ses équipiers : 22-18. Predius remettait Waremme sur les rails à 23-18 et Abinet faisait 24-19. C’était toutefois Zoodsma qui signait le point du gain du premier set : 25-21.

La physionomie de la deuxième manche fut assez semblable à celle de la première si ce n’est que les Gantois ne se laissèrent pas distancés de la même façon. Le premier bel écart survint à 11-10 quand, à la suite de deux beaux services de Fafchamps, les Wawas firent 14-10. Les visiteurs s’accrochaient et ce fut là que se situa tout le mérite des Liégeois qui, avec un Malisse très bien inspiré à la passe ce dimanche, ne permirent jamais aux Gantois de se rapprocher de plus de deux points. A 18-16, ils creusaient à nouveau un écart de 4 points et, à 21-18, remportaient un très bel échange qui leur permettait de se mettre hors de portée de leurs opposants : 25-21.

Le troisième set fut le plus disputé de la rencontre. Les visités entamaient celui-ci de manière très autoritaire et, pouvant s’appuyer sur un beau travail de Perin en deuxième ligne, menaient 10-7 avant de connaître une certaine baisse de régime : 11-12. Grâce à Predius et à un gros Kill bloc sur Devries, ils reprenaient le commandement des opérations, 13-12 mais les Gantois se faisaient plus efficaces au filet, tant en attaque qu’au bloc, et menaient la danse, 14-16, 17-19. C’est à 20-21 que les Wawas donnaient le bon coup de rein et, grâce à Zoodsma et à Predius, se rapprochaient de la victoire : 22-21. A 24-23, Malisse, qui avait été remplacé auparavant pendant un court instant par Evrard, servait dans le filet mais, à 25-24, Fafchamps réussissait le bloc libérateur, celui du premier succès des Liégeois depuis le début de la compétition. Ils ne pouvaient mieux terminer cette année 2020 et se donner ainsi de beaux motifs d’espérer mieux encore de l’année à venir.

Pour ce qui concerne les autres résultats masculins du week-end, on notera que Decospan Menin a pris, non sans mal quand même, le meilleur sur Haasrode Louvain (18-25/25-23/25-22/25-17) et que Caruur Gand a, vendredi, mis cinq sets avant de s’imposer à domicile face à Tectum Achel (28-26/23-25/21-25/25-21/15-11).

Chez les dames, les joueuses de Tchalou Volley n’ont pas pesé lourd face à l’équipe d’Asterix Beveren qui a livré une prestation sans bavure et qui s’est imposée en trois sets très secs (13-25/17-25/16-25) tandis que le choc entre VDK Gand et VC Oudegem est revenu sur la marque de trois sets à un aux Gantoises qui se sont montrées plus consistantes et plus constantes que les joueuses de Fien Callens parmi lesquelles Coolman fut très loin de connaître son rendement habituel.

Non classé

Decospan Menin crée la surprise en s’imposant à Maaseik

Des deux matches féminins qui ont eu lieu ce samedi en fin d’après-midi, le choc entre Asterix Beveren et VC Oudegem fut le plus intéressant à suivre car il fut le plus disputé.

Les deux équipes déployèrent un très beau jeu et, de la sorte, c’est à une très belle promotion pour le volley-ball féminin qu’il fut permis d’assister. La partie fut équilibrée à souhait, et ce, à tel point que, à l’entame du tie-break, les joueuses de Kris Van Snick n’avaient remporté qu’un seul point de plus que celles de Fien Callens : 23-25/25-22/30-28/23-25.

La victoire se joua de fait dans les tout derniers points de ce tie-break. Après le changement de terrain, les visiteuses prenaient un avantage de 2 points : 8-10. Avec Janssens en vedette, les joueuses locales repassaient devant : 11-10. Pas pour longtemps car Coolman était au filet : 11-12. Après un temps-mort, Asterix reprenait la tête : 13-12 mais Van Sas et ses équipières ne voulaient pas connaître leur première défaite de la saison : 13-13. Elles se ménageaient même une balle de match : 13-14 mais ne pouvaient la concrétiser. Van Avermaet faisait ensuite 15-14 et, à l’issue d’un très beau rally, les joueuses et le staff d’Asterix Beveren pouvaient lever en l’air les bras de la victoire : 16-14. Oui, ce fut une très belle rencontre entre deux équipes de valeur assez égale.

Quant à la confrontation entre VDK Gand et Modal Charleroi, elle tourna court après que les Hennuyères eurent réalisé un très beau deuxième set et eurent rétabli l’égalité au niveau des manches gagnées : 25-16/19-25. Que se passa-t-il ensuite ? Les joueuses de Dimitri Piraux connurent au début du troisième set de gros problèmes en réception et en attaque, surtout au poste 4. Les Gantoises firent ainsi passer le score de 7-3 à 13-3. Les visiteuses avaient reçu là un gros coup de matraque dont elles ne se remirent pas en dépit de quelques belles parades de De Valkeneer, de Castano et des deux centrales qui ne purent malheureusement pas être sollicitées fort souvent du fait que les réceptions n’arrivaient pas en bonne place pour développer un jeu plus varié. Comme, du côté du VDK Gand, Catry, Vandesteen et Flament tenaient la bonne forme, les visitées enlevèrent les deux dernières manches de manière assez tranchante : 25-11/25-17. A noter également le très bon commentaire réalisé de cette partie par Valérie Courtois qui préférait la qualité d’analyse du jeu à la projection de ses sentiments à l’endroit d’une équipe ou de l’autre.

Du côté masculin, c’est à Maaseik que se déroula l’événement du jour. En effet, au terme d’un match fort volontaire de la part de l’équipe de Decospan Menin, celle-ci est parvenue à créer la surprise en remportant fort méritoirement le tie-break qui servit à départager les deux équipes. Le premier set avait été fort disputé ainsi que l’indique le score: 28-30. Les Limbourgeois ne se laissèrent pas démonter par ce court échec et eurent vite fait de prendre à leur compte les deux sets suivants : 25-19/25-19.

A ce moment, Joël Banks, dont on sait qu’il aime composer de nouvelles équipes en cours de match comme s’il s’agissait d’un jeu de lego, modifia alors son équipe assez sensiblement. Les Flandriens se virent ainsi invités à reprendre espoir en leurs chances. Ce dont ils ne se privèrent pas. Comme, au surplus, les Limbourgeois rataient de nouveau, comme à Waremme mercredi dernier, beaucoup de services, les joueurs de Frank Depestele, qui faisaient jeu égal avec leurs adversaires dans le jeu, remportaient la quatrième manche sur le score de 23-25 avant de se ménager, dans le tie-break, deux balles de match à 12-14.

Par Verhees et, ensuite, par Martinez, les locaux revenaient à 14-14, sauvaient une nouvelle balle de match à 14-15 mais, à 15-16, Sinnesael réalisait un beau kill block sur Stahl. C’était le point de la victoire pour la formation flandrienne au sein de laquelle le jeune Rotty effectua une prestation cinq étoiles en inscrivant pas moins de 23 points à l’attaque et en rentrant ainsi une carte avec une efficacité de 60 % !!! Joli vraiment.

Quant aux deux autres rencontres, elles ont vu les victoires des deux équipes visitées.

L’équipe de Caruur Gand n’a pas permis aux Louvanistes de Haasrode de faire la passe des trois succès consécutifs : 25-19/25-22/26-24. Elle a grimpé de la sorte de la septième à la sixième place au classement.

Pour ce qui concerne la formation du VBC Waremme, elle fut assez inexistante face à Knack Roulers qui avait pourtant laissé au repos Tuerlinckx et Verhanneman, et ce, en fonction des trois gros matches que les hommes de Steven Vanmedegael livreront ces mardi, mercredi et jeudi à domicile dans le cadre de la CEV Men Champions League. Le score se passe de tout commentaire : 25-13/25-11/25-16.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé