La crème du volley-ball féminin déjà assurée d’être à Tokyo

Sept des équipes féminines qui participeront au tournoi olympique de Tokyo sont ainsi déjà connues. Outre le Japon qui, comme pays hôte, était qualifié d’office, les six tournois organisés au cours de ce dernier week-end un peu partout dans le monde ont vu émerger la Serbie, les USA, la Russie, le Brésil, la Chine et l’Italie, c’est-à-dire toute la crème du volley-ball féminin mondial.

A Wroclaw, en Pologne, la Serbie n’a éprouvé de difficultés que contre la Pologne qui, lors de la dernière journée du tournoi, a enlevé le premier set de la rencontre avant de céder deux des trois autres suivants par le plus mince des scores : 21-25.25-23/25-16/25-23. La Pologne a montré là qu’elle ne cessait de progresser et qu’il faudra compter avec ses joueuses lors des prochains championnats d’Europe qui, on le sait, s’y dérouleront pour partie à partir du 23 de ce mois.

A Ningbo, en Chine, l’équipe championne olympique n’a cédé qu’un seul set au cours des trois matches qu’elle a disputés. Ce ne fut pas contre la Turquie mais bien contre l’Allemagne. Dans le match décisif pour la qualification, Zhu Ting et ses équipières n’ont pas fait dans le détail et ont battu les joueuses turques sur le score sans appel de 25-18/25-12/25-18. Elles sont donc assurées de pouvoir défendre leur titre olympique.

A Schreveport-Bossier, aux Etats-Unis, les joueuses de Karch Kiraly et leurs suporters ont connu quelques moments de doute quand les Bulgares ont enlevé le troisième set et ont ainsi mené deux sets à un. Les Américaines ont serré les dents et, remontant la pente, et ont enlevé les deux manches qu’elles se devaient d’enlever pour remporter le match et assurer leur qualification : 21-25/25-18/ 21-25/25-20/15-10. Les Bulgares ont agréablement surpris tout leur monde et Karch Kiraly n’était pas le moins avare en commentaires élogieux pour souligner la qualité de leur jeu.

C’est à Uberlandia au Brésil que se déroula le tournoi le plus spectaculaire et le plus surprenant au niveau des résultats. Certes, l’équipe brésilienne s’est fianelement imposé mais le moins que l’on puisse dire est que cela ne fut pas chose aisée pour elle. Contre l’Azerbaïdjan, les Brésiliennes furent menées par deux sets à un avant de s’imposer de peu dans le tie-break (25-13/23-25/21-25/25-19/5-12) face à une équipe d’Azerbaïdjan au sein de laquelle Rahimova livra un tout grand match. Le lendemain, contre la République Dominicaine, le Brésil mena bien deux sets à zéro mais ne put empêcher Martinez et ses grandes copines de revenir à sa hauteur avant de devoir arracher la victoire avec les dents : 25-22/25-19/ 23-25/18-25/15-10.

A Kaliningrad, en Russie, c’est également à la cravache que les joueuses russes, avec Goncharova en grande forme, finirent par s’imposer dans le match de la qualification. En effet, les Coréennes du Sud menaient là deux sets à zéro: 21-25/20-25 et donnaient l’impression que la victoire leur tendait les bras. C’est alors que les Russes sortirent le grand jeu et refirent leur retard avant de pouvoir lever les bras en l’air pour célébrer leur succès: 25-22/25-16/15-11. N’empêche qu’elles sont passées là près du gouffre car il n’y aura plus, il faut le savoir, qu’un seul ticket valable pour Tokyo et accessible pour les équipes européennes dans le cadre des cinq derniers tournois continentaux qui se joueront à partir du 2 janvier prochain.

Enfin, à Catania en Sicile, c’est Egonu et ses équipières qui l’ont emporté. De fait, ce ne fut que contre les Hollandaises que les Italiennes durent s’employer mais elles durent le faire en ne lâchant rien tant les deux équipes étaient proches l’une de l’autre. Elles ne furent finalement départagées que par la toute grande prestation d’ Egonu qui, très bien servie par Malinov, aligna 25 points victorieux en attaque, c’est-à-dire autant que le total de toutes ses équipières.

Le premier tour olympique féminin est ainsi passé. Le week-end prochain, ce sera au tour des équipes masculines d’occuper le devant de la scène internationale, et ce, en ayant le même objectif que celui qui a tendu les 24 équipes féminines au cours du week-end passé, enlever le Daruma qui symbolise la qualification pour les Jeux de Tokyo. Je reviendrai mercredi sur cette nouvelle page du calendrier du volley-ball mondial.

Absolut Sport Absolut Volley

Face au Kenya, nos Yellow Tigers se refont une beauté

 

Les Yellow Tigers ont quelque peu requinqué leur moral en infligeant aux joueuses du Kenya une défaite un peu plus sévère encore que celles qu’elles ont reçues vendredi et samedi des oeuvres des sélections nationales des Pays-Bas et de l’Italie. En effet, après avoir dominé les Africaines pendant les deux premiers sets (15-25/14-25), sans toutefois avoir fait impression dès lors que les échanges s’étaient prolongés, nos compatriotes ont, en poussant alors parfaitement leurs adversaires à la faute, réalisé un gros score dans la troisième manche, 7-25.

Ceci signifie que les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick auront réussi à faire mieux (75-36) contre les Kenyanes que n’avaient fait les Italiennes (75-41)et les Hollandaises (75-37). Ce genre de statistiques ne veut certes pas dire grand chose mais il est un fait que ces chifffes pourront néanmoins servir quand d’aucuns chercheront de bonnes raisons de (se) prouver que nos Yellow Tigers ont de l’avenir et que celui-ci n’avait pas la qualification aux Jeux olympiques de Tokyo pour objectif mais qu’il se situe dans la perspective des Championnats d’Europe de 2021 ou des Championnats du monde de 2022.

Pour ce qui concerne la rencontre de ce dimanche, on mentionnera que, dans les deux premières manches, c’est à partir de 7-11 dans la première et de 10-11 dans la deuxième que Ilka Van de Vijver

et ses équipières firent plus concrètement encore la différence pour s’imposer 15-25 et 14-25. Dans le troisième set, les écarts, dus surtout aux manquements techniques des joueuses du Kenya dans le domaines de la réception et du service, se creusèrent tout à la fois plus rapidement et plus profondément: 1-8 et 3-16. Comme nos représentantes rataient moins de services et se montraient plus tranchantes en attaque qu’au cours des deux premiers sets, la partie se termina sur le score de 7-25 qui traduisait bien la différence de niveau technique qu’il y avait entre les deux formations.

Il n’y a pas beaucoup d’enseignements à retirer d’une partie aussi déséquilibrée si ce n’est que, comme lors des deux matches contre les Pays-Bas et l’Italie, nos centrales n’ont guère été efficaces dans leurs interventions comme contreuses. En effet, dans un match facile comme celui-ci, elles n’ont réussi, quand on totalise le score des 4 joueuses qui ont été alignées au cours de la partie, à inscrire qu’un seul point sur l’ensemble des trois sets. C’est évidemment pour cette raison que nombreuses et nombreux seront celles et ceux qui regrette(ro)nt que Laura Heyrman n’ait pas été du voyage à Catania et qu’elle n’en sera pas non plus lors des prochains championnats d’Europe.

Comme il ne servirait à rien de remonter le temps et à imaginer des situations qu’il ne sera de toute façon pas possible de recomposer, attendons les commentaires des deux entraîneurs nationaux sur ce qu’ils comptent faire en prévision des championnats d’Europe qui débuteront le 23 de ce mois d’août (contre l’Ukraine) pour rendre à nos joueuses cette flamme et cette réussite qui leur avaient donné de si beaux visages et de si beaux résultats lors de la dernière édition de la Volley Nations League. Tant c’est bien là que se situe l’enjeu majeur de la saison 2019 pour nos Yellow Tigers et l’image du volley-ball belge féminin.

Absolut Sport Absolut Volley

Nos Yellow Tigers n’ont rien pu face au rouleau compresseur italien

 

 

 

Tout comme ce fut le cas hier contre les Pays-Bas, notre équipe n’a pas pesé lourd face à une sélection italienne qui comprend en son sein plusieurs éléments de classe mondiale, à commencer par Egonu qui représente à elle seule un grand capital de points gagnés.

Dans les premiers échanges de la première manche, Egonu se mettait immédiatement en évidence et le marquoir passait rapidement de 3-4 à 3-9. La tâche des Tigers n’était pas simple car, si Egonu attire tous les regards, les autres joueuses italiennes sont tout le contraire d’être de simples utilités. A cet égard, la passeuse Malinov nous gratifia d’un match 5 étoiles ainsi que les deux centrales Folie et Chirichella qui, très bien servies, furent un véritable cauchemar pour nos joueuses centrales qui ne garderont certainement pas le meilleur souvenir de ce match. Au deuxième time-out technique, le score était de 9-16 et il était de 17-25 à l’arrivée, ce qui signifie que nos Yellow Tigers avaient, entre le premier time-out technique (3-8) et la fin du set, assez bien résisté au niveau des chiffres, 14-17.

Dans la deuxième manche, Ilka Van de Vijver et ses équipières menèrent pendant un petit moment, de 2-2 à 4-2, avant de céder, à partir de 7-7, sous les gros coups de boutoir de Egonu, Sylla et  Bosetti. 8-17. Comme dans le set précédent, nos joueuses se reprirent alors quelque peu et, par l’entremise de Grobelna, Herbots, Van de Vijver et de Van Avermaet qui avait remplacé Janssens particulièrement effacée dans tous les domaines du jeu (y compris au service !), firent alors un 8-8 qui leur permettait d’éviter un score par trop humiliant, 16-25.

Le troisième set fut assez semblable aux deux précédents. Nos réceptions n’étaient pas des plus soignées et, de ce fait, nos attaquantes se trouvaient souvent devant un bloc fait de deux ou de trois joueuses qui formaient un véritable mur. Elles s’en sortaient plus ou moins bien quand elles jouaient bien les mains ou quand elles lobaient le mur adverse à la manière de joueuses de beachvolley mais ce n’était évidement pas suffisant pour résister au rouleau compresseur italien qui, à partir de 12-15, avança vers la victoire d’un gros coup d’accélérateur: 12-21. Le trou était fait et c’est sur un service raté de Herbots que le calvaire des nôtres se termina: 16-25.

Demain, nos représentantes affronteront les joueuses du Kenya. Il est à espérer que, débarrassées de cette gangue de mal faire face à plus fortes qu’elles qui a semblé les inhiber tant hier qu’aujourd’hui, elles nous montreront un jeu qui ressemblera de plus près à celui qui fut le leur lors de la dernière édition de la Volley Nations League. On veut y croire.

 

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Les Hollandaises sans pardon pour nos Yellow Tigers

Les choses claires. Nos Yellow Tigers ne reviendront pas de Catania avec un ticket de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo dans leur sac. Elles ont été battues ce vendredi par des Hollandaises qui leur ont été supérieures dans quasi tous les compartiments de jeu et qui auront surtout montré à tout un chacun toute la différence qu’il y avait entre une bonne équipe européenne qui, fort jeune, est encore loin d’avoir atteint son plafond et une très bonne équipe européenne qui, pouvant compter sur un large noyau de joueuses de grand format, ambitionne de participer aux Jeux de Tokyo et d’y jouer les premiers rôles.

Le début de la partie entre les “Tigers” et les “Oranjes” fut prometteur dans la mesure où nos compatriotes tenaient tête à leurs adversaires. Au premier time-out technique, les nôtres menaient 8-7 et, à 11-10, ajoutaient un point supplémentaire à leur avance et, à 13-11, un troisième encore. Tout se déroulait pour le mieux donc jusqu’à ce que, peu après que Plak fut montée au jeu, Balkenstein passe au service et fasse passer le marquoir de 15-13 à 15-17. Nos joueuses s’accrochaient et gardaient encore le contact avec les Hollandaises: 17-18. Celles-ci sortaient alors leurs meilleures flèches et, par l’entremise de Sloetjes et de Buijs, signaient un nouveau 1-4 qui faisait mal: 18-22. C’est sur le score de 20-25 que la première manche revenait ainsi aux joueuses de Morisson qui, dans le cours du jeu, s’étaient surtout montrées beaucoup plus tranchantes que nos représentantes au niveau de l’attaque.

Le deuxième set ne fut qu’une simple promenade de santé pour les joueuses des Pays-Bas qui, dès les premiers échanges, livraient très bien, réceptionnaient très bien, construisaient très bien, attaquaient très bien et, si besoin était, défendaient très bien. Pendant le même temps, les joueuses de Gert Vande Broek éprouvaient certaines difficultés au niveau de la réception et, de ce fait, n’étaient pas souvent en situation d’attaquer avec toute l’efficacité qui aurait été nécessaire pour rivaliser avec une formation hollandaise qui apparut, durant tout ce set, plus homogène et consistante que la nôtre : 15-25.

Heureusement, il y eut le troisième set. Les Yellow Tigers se rebiffèrent et montrèrent alors plusieurs des facettes qui leur avaient valu tant de beaux succès au cours de la dernière Volley Nations League. Réceptionnant beaucoup mieux et pouvant compter sur une Van Avermaet qui fut beaucoup plus présente au bloc que ne l’avait été Janssens dans les deux sets précédents , nos Yellow Tigers sortirent leurs plus belles griffes et se mirent à réaliser de trè belles choses. Le match fut alors de très bon niveau et certains des échanges furent tout à la fois prolongés et très spectaculaires. Nos attaquantes Van Gestel, Herbots et Grobelna se distinguaient tour à tour et, avec Sobolska et Van Avermaet qui faisaient du bon boulot comme centrales, permettaient à nos couleurs de mener 8-7 au premier TO technique et de reprendre la tête du marquoir à 17-16. Mais Buijs et Sloetjes veillaient au grain et le score indiqua 18-20. Ilka Van de Vijver et ses équipières ne baissaient pas les bras et faisaient 20-20, 21-21 et 22-22. Elles ne purent toutefois faire mieux car Sloetjes et Buijs faisaient une dernière fois parler la poudre. Les grandes et brillantes soeurs du Nord l’emportaient 22-25.

Dans le match qui suivit, l’Italie a battu le Kenya sur le score de 3 sets à zéro : 25-17/25-10/25-14

 

Absolut Sport Absolut Volley

Nos Yellow Tigers à Catania dans Mission olympique quasi impossible

 

Nos Yellow Tigers et nos Red Dragons ont pris ce mercredi à Zaventem le même avion pour se rendre à Rome. Là, ils et elles se sont séparés, les uns pour se rendre à Bari et les autres à Catania.

De fait, nos Red Dragons joueront ce jeudi soir à 21 heures et ce vendredi à partir de 19 heures contre l’équipe d’Italie qui, comme la nôtre, prépare activement sa participation à l’un des six tournois de qualification pour les Jeux Olympiques qui auront lieu la semaine prochaine pour les hommes, du 9 au 11 très précisément.

Pour les femmes, c’est ce week-end que se dérouleront les six tournois de qualification pour Tokyo. Vous trouverez ci-après le contenu des affiches des cinq tournois autres que celui auquel nos Yellow Tigers prendront part dès ce vendredi à 18 heures. Comme j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer à plusieurs reprises ce tournoi qui se déroulera à Catania en Sicile, je ne vais pas vous encombrer de considérations qui pourraient vous donner à penser que nos représentantes ont de grandes chances d’arracher là leur ticket tant l’opposition est, avec l’Italie et les Pays-Bas, d’un niveau particulièrement élevé, celui de l’élite mondiale.

A cet égard, j’ai pris grand plaisir à lire l’interview que Gert Vande Broek, l’homme-orchestre qui “drive” nos Tigers avec Kris Vansnick depuis près de dix ans déjà, a donnée à Bruno Coppens dans Volley Magazine peu avant le départ de l’équipe pour l’Italie.

Mieux que quiconque, il cerne les chances de ses ouailles et, avec beaucoup de réalisme, il explique pourquoi il préfère miser davantage sur de bons résultats aux prochains championnats d’Europe que sur cette qualification olympique qui lui apparaît comme étant hors de portée pour la présente génération en dépit de ses nombreuses qualités. Vous aurez accès à cette interview en cliquant sur le lien qui suit.

http://volleymagazine.be/2019/07/30/gert-vande-broek-onze-goede-groep-yellow-tigers-realistisch-benaderen/

Pour terminer sur une note heureuse, je vous signale que les trois rencontres de nos Yellow Tigers seront diffusées en direct par la chaîne Sporza tandis que la RAI 2 retransmettra toutes les rencontres de l’équipe italienne qui partira, quant à elle, avec la cote de “favori” au départ de ce tournoi.

Le programme du tournoi de Catania

2 août: Belgique/Pays-Bas à 18h, Italie/Kenya à 21h15
3 août: Pays-Bas/Kenya à 18h, Italie/Belgique à 21h15
4 août: Kenya-Belgique à18h, Italie/Pays-Bas à 21h15

Les autres tournois féminins de qualification olympique pour Tokyo

Poule A (Wroclaw, Pologne): Pologne, Thaïlande, Serbie et Porto Rico.

Poule B (Ningbo, Chine): Chine, République tchèque, Turquie et Allemagne.

Poule C (Shreveport-Bossier City, Etats-Unis): Etats-Unis, Argentine, Bulgarie et Kazakstan.

Poule D (Uberlandia, Brésil): Brésil, Cameroun, Azerbaïdjan et République Dominicaine.

Poule E (Kaliningrad, Russie): Russie, Canada, Mexico et Corée du Sud.

 

Absolut Sport Absolut Volley

Notre duo van Walle – Koekelkoren bute sur la paire brésilienne Guto-Saymon

Avant leur rencontre contre les Brésiliens Guto – Saymon, nos compatriotes Dries Koekelkoren et To van Walle occupaient la 33ème place au ranking de la FIVB tandis que leurs adversaires du jour étaient pointés à la 24ème place. Si je vous dis que la logique a été respectée, vous aurez compris que notre volleybeachteam van Walle-Koekelkoren a été battu et que, demain, il ne se retrouvera donc pas dans la poule F en compagnie des Polonais Fijalek-Bryl, des Russes Lemenov-Leshukov et des Espagnols Herrera-Gavira.

Pourquoi le cacher, la défaite de nos deux représentants constitue une certaine déception dans la mesure même où, dans ce tournoi 5 étoiles qui attribue beaucoup de points aux équipes qui réalisent de bons résultats, on n’avait pas manqué d’espérer que Dries et Tom réussiraient à s’imposer face à cette paire brésilienne qui, il y a quinze jours, les avait déjà battus en trois sets. Ici, à Vienne, le match ne dura que deux sets. Les Brésiliens s’imposèrent assez nettement dans la première manche 21-14 tandis que la seconde fut plus équilibrée même si elle tomba finalement, 21-18, dans l’escarcelle de ce duo brésilien qui, tout doucement, vient se ranger derrière les trois autres duos brésiliens Evandro-Bruno Schmidt, Alison-Alvarho Filho et Andre-George qui, eux, figurent pour l’heure parmi les douze premières équipes classées du ranking FIVB.

La semaine prochaine, nos deux compères seront à Moscou pour y disputer les Championnats d’Europe, une épreuve qui est devenue en très peu de temps une compétition d’envergure mondiale tant, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous l’expliquer, le haut niveau du beachvolley mondial se fait de plus en plus européen, du moins chez les hommes. Comme deuxième tête de série, notre team, qui a été versé dans la poule H, retrouvera là des équipes comme l’allemande Thole-Wickler, une autre allemande Walkenhost-Winkler et l’ukrainienne Popov-Gordielev.

Si l’on excepte la première citée qui a considérablement progressé en l’espace d’un an, les deux autres sont “jouables”. Cela devrait permettre à nos deux amis de retrouver pied sur terre tant, il faut bien le dire, le doute a tendance à s’installer dans leur esprit. Mais, comme chacun le sait, un gros grain de sable vient à disparaître de votre tête et le terrain  de la vie prend alors une tout allure ….

Absolut Sport Absolut Volley

Dries et Tom passent le premier tour de qualification du tournoi 5 étoiles de Vienne

Pour bien réaliser la difficulté qu’il y a de se retrouver en situation de disputer le main draw d’un tournoi 5 étoiles FIVB comme celui qui a débuté aujourd’hui à Vienne, je vous dirai qu’une équipe comme le duo hollandais Brouwer-Meeuwsen, qui a terminé la semaine passée le tournoi 4 étoiles FIVB de Tokyo (°) à la troisième place, doit passer par le stade de qualification. D’autres équipes réputées comme le duo canadien Pedlow-Schakter, la paire brésilienne Guto-Saymon, le duo turc Giginoglu – Gögtepe, les Lettons Samoilov-Smedins sont dans le même cas. Tout comme notre beachvolleyteam koekelkoren-vanWalle ainsi que j’avais déjà eu l’occasion de vous le signaler.

Nos compatriotes étaient à l’oeuvre en début d’après-midi et, opposés aux Russes Hudyakov-Velichko, ils ont bien tiré leur épingle du jeu puisqu’ils l’ont emporté en deux sets : 21-19/21-15. De la sorte, ils ont franchi la première marche qui mène vers le main draw. Il leur reste à franchir la seconde. Celle-ci sera de grande dimension puisqu’ils auront à affronter la paire brésilienne Guto – Saymon qui les avait battus en trois sets à Espinho. Les Brésiliens avaient remporté la première manche sur le score de 21-17 tandis que les nôtres s’étaient imposés 16-21 dans la deuxième avant que le tie-break ne revienne à la paire brésilienne sur la marque de 15-9.

Demain, Dries et Tom ont ainsi une très belle carte à jouer pour se prouver qu’ils remontent la pente et sont sur la bonne voie pour réintégrer le peloton des 30 meilleures équipes mondiales. On espère de tout coeur qu’ils réussiront à se qualifier et à pouvoir ainsi disputer ce formidable tournoi de Vienne qui, comme l’an dernier, brille de mille trouvailles. Un tournoi qui a tout mis en place pour attirer la toute grosse foule dans les tribunes et qui a toutes les allures d’un tournoi 5 étoiles.

(°) Le tournoi de Tokyo a été enlevé par les Norvégiens Mol – Sorum qui ont battu en finale les Russes

Absolut Sport Absolut Volley