Des nouvelles fraîches en provenance du front de la formation des entraîneurs

Comme c’est le cas à chaque sortie d’un numéro de la newsletter publiée par Marc Cloes, responsable de la Cellule de Formation des Entraîneurs de Volley-Ball (CFEVB) de la FVWB, je me fais un plaisir de la faire suivre et de la partager avec vous. Histoire que cette information, qui est austère certes mais qui est de grand intérêt, soit diffusée le plus largement possible. Voici les pépites collectées depuis le 08/09/19.

Formations initiales

Formation Moniteur Sportif Initiateur. L’édition 2019/2 de la formation MSIn VB est organisée au cours du quatrième trimestre de 2019. Il s’agit d’une formule ‘condensée’ :

– 18/10/19 – Au plus tard 12h00 – Finalisation des modules Basic (si nécessaire)

– 19/10/19 – De 09 à 12h00 – Liège (Sart Tilman) – CS .1.2.3 – Principes d’action méthodologiques appliqués au volley-ball

– 31/10/19 – De 19 à 22h00 – Bruxelles (Institut Saint-André à Ixelles)

– 01/11/19 – De 09 à 22h00 – Bruxelles (Institut Saint-André à Ixelles)

– 02/11/19 – De 09 à 22h00 – Bruxelles (Institut Saint-André à Ixelles)

– 03/11/19 – De 09 à 22h00 – Bruxelles (Institut Saint-André à Ixelles)

– 30/11/19 – De 09 à 14h00 – Liège (Sart Tilman) – Examen de 1ère session

– 28/12/19 – De 09 à 14h00 – Liège (Sart Tilman) – Examen de 2ème session

Le montant de l’inscription varie de 140 à 220€, en fonction des dispenses du candidat. Le programme et le bulletin d’inscription avec les informations utiles sont disponibles sur les sites de la FVWB et de ses entités. A noter ici que les candidat(e)s bruxellois(es) à cette formation « Moniteur Sportif Initiateur » pourront bénéficier d’un soutien financier de leur entité, Volley Bruxelles, via le canal de leur club bruxellois d’affiliation.

Pour les repas et l’hébergement des candidat(e)s qui souhaiteraient éviter des déplacements répétés, des solutions pourront être proposées. Pour la partie hébergement, contacter Marc Menassa (Email : marc.menassa@gmail.com ; GSM : 0475/44.02.04) avant le 15 octobre.

Pour l’inscription et le contenu des cours, tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès de Mme Alexandra Sepp (coachs@fvwb.be).

Module 1ers soins en milieu sportif. Cette formation d’une journée est indispensable pour obtenir le brevet Moniteur Sportif Initiateur (MSIn) dans n’importe quelle discipline sportive. Il est possible de l’effectuer dans le cadre des activités proposées par la Ligue Francophone Belge de Sauvetage (LFBS) ou de l’Association des Etablissements Sportifs (AES). La première de ces organisations nous a transmis le calendrier des journées proposées cette année jusqu’au 28/12. Ce document peut être obtenu sur demande à marc.cloes@skynet.be. Par ailleurs, une journée de formation devrait prochainement être organisée au siège de la FVWB (informations à suivre). Pour rappel, en renvoyant à la CFEVB (coachs@fvwb.be) le document attestant la réussite de ce module, un entraîneur bénéficie de 10 points de formation.

Formation ‘Basic’. Pour coacher la première année, les personnes qui n’ont jamais entraîné doivent effectuer une formation en ligne (durée estimée à maximum 4h – y compris la rédaction obligatoire d’une analyse personnelle de l’outil) : le module Basic. Nous invitons les secrétaires de clubs à motiver un maximum de leur affilié.e.s à faire la démarche. Pour rappel, l’attestation Basic permet également d’être dispensé du quart de la formation Animateur ! Cela motivera peut-être certain.e.s de participer à l’une de ces formations qui seront encore organisées d’ici la fin de l’année civile. Inscriptions pour le module Basic : contacter Mme Sepp (coachs@fvwb.be).

Formations continues (ordre chronologique)

Observer le jeu, c’est la base ! La FVWB a accepté de soutenir un projet de recherche proposé par le Département des Sciences de la motricité de l’ULiège. Il s’agit de déterminer l’apport de différents types de formations sur ce que les coaches observent en match. Ces activités sont totalement gratuites et reposeront notamment sur la collaboration entre les participants. Elles se dérouleront durant environ 3 x 2 heures, durant la semaine ou les week-ends en fonction des disponibilités de chacun. Les participants doivent également accepter d’être filmés lors de 3 rencontres étalées sur l’ensemble de la saison et de discuter ensuite de leur déroulement (toujours selon les disponibilités de chacun). Si vous êtes intéressé.e., veuillez vous manifester le plus rapidement possible auprès Gilles Lombard (gilles.lombard@uliege.be). Attention, les places étant limitées, les inscriptions se feront selon l’ordre de réception des e-mails. La participation à ce projet sera validée dans le cadre de la formation continue (15 points).

Clinic niveau B. Le mercredi 16 octobre, de 19h à 22h, Dominique Blairon animera un clinic à Thuillies (Complexe Sportif – Place de Thuillies – 6536 Thuin) sur le thème « Comment cibler l’entrainement des rôles spécifiques dans le cadre d’un entrainement collectif ? ». Il s’agira d’une activité pratique avec les jeunes de l’académie Tchalou volley (N2 – promotion). Inscriptions auprès de Mme Sepp (coachs@fvwb.be). Formation continue FVWB (niveau B) : 3 points (+2 après validation d’une synthèse réflexive). PAF : 10€ (à payer sur place).

Clinic niveau D. Le samedi 23 novembre, de 9h30 à 12h30, Dominique Blairon proposera une activité pratique avec les championnes de la Volley Fun Cup (11-13 ans). Elle se déroulera au complexe sportif de l’Orneau, Chaussée de Namur 28 à 5030 Gembloux Gembloux. Le thème sera « Dans le début du 6/6, comment entrainer de manière dynamique le travail de positions en complexe 1 et en complexe 2 ? » Inscriptions auprès de Mme Sepp (coachs@fvwb.be). Formation continue FVWB (niveau D) : 3 points (+2 après validation d’une synthèse réflexive). PAF : 10€ (à payer sur place).

La nouvelle règlementation des associations impacte les clubs de volley-ball. Comme expliqué dans les VB-Coaches-News précédents, l’AES (Association des Etablissements Sportifs) et l’AISF (Association Interfédérale du Sport Francophone) proposent d’informer les responsables sportifs sur les nouveautés juridiques, fiscales et comptables afférentes à la révision du code des associations (de nombreux clubs de volley-ball sont directement concernés !). Ces séminaires permettront tant aux personnes qui désirent créer une nouvelle ASBL qu’aux dirigeants d’ASBL existantes de pouvoir appréhender au mieux les nouvelles dispositions. Deux sessions sont encore programmées d’ici la fin de l’année :

–          Lundi 30 septembre à Bastogne, de 17 h 30 à 21 h 00 (Centre Sportif Porte de  Trèves, rue Gustave Delperdange à 6600 Bastogne)

–          lundi 07 octobre à Liège, de 17 h 30 à 21 h 00 (rue des Prémontrés, 12 à 4000 Liège)

 Lors de chaque séance, la partie académique est suivie d’un lunch (sandwiches) et d’un verre de clôture. PAF de 25€ (la FVWB est membre de l’AISF). Inscriptions : cliquer ICI. Pour validation de cette activité par la CFEVB, demander les consignes à Mme Sepp (coachs@fvwb.be). La participation à ce séminaire donne droit à l’octroi de 3 points de formation.

Informations diverses

* Vitana Milichkevitch nous invite à télécharger deux applications qui permettent d’illustrer un schéma tactique afin de le partager avec ses joueurs : Volley Board (cliquer ICI) et Planche tactique Volley (cliquer ICI).

* De nombreuses propositions de formations continues sont disponibles sur le volley-ball sont disponibles sur le site Voltraweb/clinics : http://www.voltraweb.be/clinics.htm Avant de participer à toute activité, veiller à contacter préalablement la CEFVB (marc.cloes@skynet.be) pour s’assurer qu’elle pourra être validée !!!

* Pendant le congé de Toussaint, les sélections FVWB des filles nées en 2004-2005 (U15 et U17) participeront à un tournoi contre les équipes lituanienne et luxembourgeoise. Rendez-vous à Spa (av. Amédée Hesse, 41) les 29/10 (10 et 15h30), 30/10 (10 et 15h30), 31/10 (10 et 15h30) et 01/11 (10h).

Absolut Sport Absolut Volley

La Slovénie envoie la Russie au tapis

Brecht Van Kerckhove ne sera pas seul sur le banc des entraîneurs désappointés par la tournure prise par l’Euro 2019 pour leur équipe. En effet, l’entraîneur-coach de l’équipe russe, le Finlandais Tuomas Sammelvuo, l’y a rejoint ce lundi soir après la défaite encaissée par ses hommes, et ce, des oeuvres d’une équipe slovène chauffée à blanc par un public de feu (plus de 11.000 personnes prises en transe par leur propre état d’excitation) . Les champions d’Europe en titre quittent donc le championnat européen par la petite porte alors qu’ils y étaient arrivés avec l’étiquette de favoris sur le dos après l’impressionnant succès qu’ils avaient remporté à Chicago il y a un peu plus de deux mois à peine dans le cadre de la Volley Nations League mise sur pied par la FIVB.

De fait, les Slovènes étaient ce lundi dans un état de grâce tel qu’il aurait fallu une équipe russe au grand complet et dans un grand jour pour lutter d’égale à égale avec elle. Tous les joueurs slovènes étaient quant à eux au top de leur forme et, mus par une véritable rage de vaincre ainsi que par un soutien véritablement fusionnel de leur public, ils ont bousculé Volkov et ses équipiers comme il le fallait pour les dominer tant sur le plan psychologique qu’au niveau tactique.

Une des clés du match, qui fera date dans les annales du volley européen par son caractère passionnel, se situa dans le final de la deuxième manche. Les Slovènes avaient enlevé la première par le plus mince des écarts : 25-23 et, dans le deuxième set, ils menaient d’un point ou de deux quand, à 20-19, ils portèrent l’écart à trois points avant de l’emporter, 25-22. Le plus dur avait été fait.

Butko fut introduit à la passe et Iakovlev monta également au jeu à la place de l’immense Muserskyiy du côté russe. Les champions d’Europe reprirent quelques couleurs dans le troisième set qu’ils enlevèrent 21-25 mais ne purent poursuivre leur remontada dès lors que Urnaut, Gasparini, Cebulj (qui rata beaucoup de services mais qui fut plus que solide en attaque) et Pajenk se remirent à servir du plomb et à se refaire intraitables au filet.

Aussi, quand Gasparini inscrivit à 25-21 le dernier point du quatrième set, le chaudron de Ljubljana se fit entendre dans toutes les capitales du monde. La Slovénie venait de se qualifier pour la demi-finale qui se jouera ce jeudi soir.

Où cela ? A Ljubjlana. Contre qui ? La Pologne, qui n’a laissé que des miettes (21/18/19) à l’Allemagne lors du match disputé ce lundi à Apeldoorn devant 3750 spectateurs. Est-il besoin de vous dire qu’il faudra vous dépêcher pour essayer de trouver un ticket d’entrée;-).

Absolut Sport Absolut unique Absolut Volley

L’affiche des 1/4 de finale de l’Euro 2019

Le dernier match des huitièmes de finale de l’Euro 2019 ayant eu lieu hier soir à Nantes, l’ affiche complète des quatre 1/4 de finale est à présent connue.

Ce lundi à partir de 20h, à Apeldoorn, il y aura la confrontation entre la Pologne et l’Allemagne. Celle-ci a créé la surprise en s’imposant samedi soir face aux Pays-Bas et à leurs supporters. Les Allemands se voient offrir là l’occasion de faire plus fort encore mais la formation polonaise, dirigée par Vital Heynen, a montré jusqu’à présent qu’elle participait aux Championnats d’Europe pour le remporter et qu’elle avait les hommes pour le faire.

Toujours ce lundi à Ljubljana et à partir de 20h30, il y aura Russie – Slovénie. L’équipe slovène, qui est capable de faire des choses extraordinaires et d’autres qui le sont nettement moins, essayera bien, soutenue par un public qui ne devrait pas être loin des 15.000 spectateurs, de bousculer l’équipe russe. Toutefois, il est à penser que les Champions d’Europe en titre feront comme ils l’ont déjà fait face à cette même équipe slovène la semaine passée, c’est-à-dire l’emporter.

Les deux autres 1/4 de finale se disputeront mardi. Mardi à Anvers où il est à espérer que la salle sera aussi remplie qu’elle l’était samedi lors du match entre nos Red Dragons et l’Ukraine, les deux équipes qui seront face à face seront celles de Serbie et d’Ukraine. Ce n’est pas l’affiche que beaucoup avaient imaginée mais les faits sont là et ce sont donc les tombeurs de nos Red Dragons qui tenteront, face à la Serbie, de réaliser le rêve escompté par les tenants de notre équipe nationale, c’est-à-dire se qualifier pour le carré d’as final. La partie débutera à 20h30.

Enfin, à Nantes et ici à partir de 20h45, il y aura le choc entre la France et l’Italie. Les deux équipes se sont rencontrées la semaine passée à Montpellier et, on s’en souvient, les Français avaient remporté en quatre sets cette partie arbitrée par notre compatriote Wim Cambré. Les Tricolores, qui donnent l’impression d’avoir progressé collectivement parlant au cours de ces derniers temps, rééditeront-ils ce succès ? La pression sera grande sur leurs épaules car ils sont nécessaires pour assurer le succès populaire de la phase finale de cet Euro 2019 dont une 1/2 finale se déroulera à Paris ainsi que les deux rencontres pour l’établissement final du carré d’As.

Le programme complet :
  • Lundi 23 septembre à 20h00 : Pologne / Allemagne
  • Lundi 23 septembre à 20h30 : Russie / Slovénie
  • Mardi 24 septembre à 20h30 : Serbie / Ukraine
  • Mardi 24 septembre à 20h45 : France / Italie
Absolut Sport Absolut Volley

Fin de parcours européen pour les Red Dragons

Les Red Dragons n’affronteront pas les Serbes en 1/4 de finale de l’Euro 2019 pour  la bonne raison qu’ils ne sont pas parvenus à franchir l’obstacle ukrainien qui était sur leur route. De fait, nos compatriotes ont été battus par plus forts qu’eux et, à coup sûr, mieux préparés qu’eux pour atteindre ce niveau de la compétition. Cela constituera une surprise, désagréable en l’occurrence, pour celles et ceux qui voyaient déjà notre équipe dans le carré final des championnats d’Europe, cela n’en constituera pas une pour celles et ceux qui n’ont cessé de dire qu’il était utopique de penser à plus que ce que l’équipe a obtenu à Bruxelles et à Anvers quand on veut bien avoir en tête qu’elle n’a entamé sa préparation que deux mois à peine avant son premier match contre l’Autriche.

Cela étant, l’espoir a été grand de voir nos Red Dragons, qui ont joué avec Van Den Dries à la place de Tuerlinckx, réaliser un authentique exploit quand, après avoir perdu le premier set sur le score de 22-25, ils se trouvèrent menés 10-17 avant de renverser la table et de s’imposer, en bousculant littéralement les Ukrainiens pendant une bonne dizaine de minutes, par un net 25-21.

Que s’était-il passé pour en arriver à une telle embellie? A 7-10, Brecht Van Kerckhove avait déjà procédé au remplacement de D’Hulst, moins à son affaire qu’à l’accoutumée, par Valkiers. Comme ce changement n’avait pas apporté l’effet escompté, le coach fédéral fit, à 10-16, appel à Baetens pour remplacer Rousseaux qui se montrait faible alors en réception et, à 10-17, c’est Deroo, qui était loin d’avoir son rendement des autres jours, qui devait céder sa place à Grobelny. Le coup de baguette fut magique une bonne dizaine de minutes et le cours du jeu bascula du tout au tout dans la mesure même où ce fut au tour des Ukrainiens d’être dans les cordes et d’encaisser les coups. Les Red remontaient non seulement très rapidement la pente mais, avec Rousseaux qui avait été réintroduit dans l’équipe à 22-21, l’emportaient comme déjà dit 25-21, réalisant ainsi un 15-4 qui eut le don de chauffer un peu plus encore un public qui s’était déjà montré extrêmement chaleureux jusqu’alors.

Pour aborder la troisième manche, Brecht Van Kerckhove rappela Sam Deroo et nos représentants mettaient immédiatement les Ukrainiens, toujours sous l’effet de la douche froide qu’ils venaient de recevoir dans le set précédent, en grosse difficulté par leurs services. Iereshchenko, qui est par ailleurs un joueur de grand talent quand il se trouve au filet, était particulièrement visé et c’est sans douleur que les Red Dragons empochaient cette troisième manche sur le score de 25-17.

Tout se présentait au mieux pour nos couleurs mais les Ukrainiens, avec Viietskyi et Iereshchenko comme principaux fers de lance et un excellent Didenko à la passe, relancèrent la machine quand, dans le quatrième set, ils se firent plus précis en réception, plus efficaces au bloc et remarquables en défense. De la sorte, les échanges, qui avaient été équilibrés jusqu’à 16-16, tournèrent plus que nettement à leur avantage. A 16-19, Deroo était une nouvelle invité à céder sa place à Grobelny mais  le coup de poker du deuxième set ne rapporta rien cette fois et les Ukrainiens faisaient un 2-6, se gagnant le droit de disputer le tie-break: 18-25.

Les nôtres abordèrent ce set décisif avec Grobelny à la place de Deroo qui ne devait jamais réapparaître sur le terrain. Les Red Dragons, superbement encouragés par le public et pouvant compter sur un très bon Stuer, prenaient un excellent départ et menaient par deux fois avec un avantage de 2 points, à 3-1 et à 5-3. A ce moment-là, chacun put se rendre compte que Rousseaux est incontestablement un excellent réceptionneur mais qu’il n’est pas de la trempe des grands attaquants. Les Ukrainiens marquaient trois points avant que les nôtres en inscrivent alors deux. Ce fut la dernière fois que les Red Dragons se trouvèrent devant les Ukrainiens car ceux-ci se mirent à rater moins de services (23 au total) et firent passer le marquoir de 7-6 à 7-9. Viietskyi se faisait intenable tandis que Iereshchenko, qui avait raté beaucoup de services lors des sets précédents, lâchait quelques bombes qui firent des dégâts: 8-12. A 10-13, Grobelny passait au service mais le ratait tandis que, sur le point suivant, Rousseaux se faisait bloquer.

Le match était terminé, 10-15, et notre équipe, qui ne fut jamais modifiée durant ce dernier set, voyait s’envoler ses espoirs de retrouver, en quart de finale, l’équipe de Serbie qui, en fin d’après-midi, avait disposé de l’équipe tchèque en l’espace de trois sets  (31-29/ 25-21/25-18).

Absolut Sport Absolut Volley

L’affiche des huitièmes de finale

 

 

Pour savoir contre qui nos Red Dragons allaient jouer au Sportpaleis d’Anvers dans le cadre des 1/8 de finale de cet Euro 2019, il fallait attendre les résultats des derniers matches disputés à Rotterdam ce jeudi. Ceci étant chose faite, c’est donc contre l’Ukraine que nos compatriotes tenteront de franchir l’obstacle qu’il leur faut impérativement passer pour atteindre les ¼ de finale où ils auront à affronter à nouveau les Serbes si ceux-ci viennent à bout des Tchecs qui ont terminé la poule D en quatrième position derrière la Pologne, les Pays-Bas et l’Ukraine.

Pourquoi nos compatriotes devront-ils à nouveau se “farcir” les Serbes ? Tout simplement parce c’est ainsi que le règlement de cette compétition mise sur pied avec 4 organisateurs le veut afin de garantir à chacun de ceux-ci le fait que leur équipe nationale puisse disputer tout à la fois les 1/8èmes de finale et, à condition de gagner ce dernier match, les ¼ de finale devant leur public. On pourrait disserter longtemps sur les avantages et les désavantages de cette nouvelle formule. Cela se fera au moment où il s’agira de faire le bilan de ces championnats d’Europe masculins et féminins qui ont été organisés cette année.

Dans l’attente, les faits sont là et l’affiche des rencontres qui auront lieu à Anvers est connue comme le sont les trois autres qui se disputeront à Nantes, à Rotterdam et à Ljubjliana

A Rotterdam, les quatre protagonistes sont la Pologne qui a dominé de la tête et des épaules la poule D et qui aura comme première adversaire l’Espagne qui ne devrait pas lui poser de problème et, ensuite, le vainqueur du match entre les Pays-Bas et l’Allemagne.

A Nantes, la France, qui a vaincu l’Italie en quatre sets après un match âprement disputé et très bien arbitré par notre compatriote Wim Cambré, jouera d’abord contre la Finlande avant de rencontrer, si elle l’emporte, le vainqueur du choc entre l’Italie et la Turquie.

Enfin, à Ljubljana, les quatre mousquetaires seront la Russie, qui a survolé la poule C, la Slovénie, qui a alterné les bonnes et les moins bonnes sorties lors des matches de la première phase de cet Euro 2019, la Grèce et la Bulgarie.

En résumé et sauf surprise majeure, on devrait ainsi avoir comme affiches des ¼ de finale les rencontres suivantes : France-Italie, Serbie – Belgique, Russie -Slovénie (ou Bulgarie) et Pologne -Pays-Bas (ou Allemagne). Pour ce qui concerne les rencontres des 1/8èmes de finale, certaines auront lieu samedi et d’autres dimanche. Celles qui auront lieu au Sportpaleis se dérouleront samedi dans l’ordre suivant : Serbie – République Tchèque à partit de 17h30 et Belgique -Ukraine à 20h30 (match qui sera retransmis par Sporza)

Absolut Sport Absolut Volley

Pas de miracle contre les Serbes

 

Il n’y a pas eu de miracle à Anvers, les Red Dragons ont subi la loi des Serbes. Ceux-ci se sont montrés plus complets que nos représentants dans des domaines de jeu qui ne sont peut-être pas ceux dont on parle le plus souvent mais qui n’en constituent pas moins des charnières importantes dans la construction d’une victoire. Ces domaines sont ceux de la couverture d’attaque, de la défense pure et de la capacité à tirer le meilleur parti d’une situation offensive peu favorable en fonction de la position du joueur attaquant face à un bloc qui a eu le temps de se former. Ce sont ceux qui, avec la puissance de service et celle d’attaque, ont permis aux Serbes de faire la différence avec les nôtres qui, pour leur part, ont fait mieux que tirer leur épingle du jeu au niveau du bloc et des attaques des 3 mètres.

Dès les premiers échanges de la partie, on put réaliser que celle-ci n’allait pas être une promenade pour nos représentants qui étaient notamment sans réaction sur les passes tendues de Jovovic en direction de Lisinac qui occupait alors le poste central d’une part  ou qui, par crainte du bloc, attaquaient out d’autre part. Les Serbes prenaient rapidement une nette avance en faisant passser le marquoir de 5-7 à 5-12. Coolman, qui avait été préféré à Van de Velde, n’apportait pas grand chose au niveau du bloc et les différents petits manquements de Deroo et de ses équipiers eurent le plus mauvais effet sur les nerfs de Brecht Van Kerckhove qui ne se tenait plus le long du terrain et qui poussa une grosse gueulante lors du deuxième time-out demandé à 5-12. A 10-15, il effectua le double changement classique en faisant monter Van Den Dries à la place de D’Hulst, moins à l’aise que lors des matches précédents, et Valkiers à la place de Tuerlinckx qui s’était montré efficace dans ses attaques au 2. Les échanges s’équilibrèrent et ce fut dans ces moments-là qu’il fut permis d’admirer toute la maîtrise des Serbes dans le domaine défensif car c’est en sauvant des ballons dits perdus qu’ils purent conserver leur avance. De 11-17, les Red Dragons revenaient, grâce notamment à deux beaux blocs de Deroo et de Van Den Dries, à 14-17. Les nôtres se rapprochaient un peu plus encore des Serbes à 17-19. Bien emmenés par Petric, magnifique dans ses attaques bien orientées en dehors du secteur du bloc ou jouant dans les mains des bloqueurs comme un joueur de billard, les Serbes appuyaient sur l’accélérateur et c’est sur une mauvaise réception de Deroo, qui alterna le chaud et le froid aujourd’hui, que les hommes du placide Kovac, un coach qui a la classe, enlevèrent la première manche! 19-25.

La suivante vit les Serbes repartir de l’avant avec un Lisinac qui fait mal au service: 0-4. Nos compatriotes ne se laissaient pas démonter pour autant et refaisaient surface avant de prendre pour la première fois l’avance au marquoir : 9-8. Pas pour longtemps: 9-10. A ce moment, Van Kerckhove remplaça Rousseaux, très bon en réception mais insuffisant en attaque, par Grobelny. Sous l’impulsion de Van de Voorde, les Red Dragons reprenaient la tête :11-10. A 12-11, notre coach national effectuait la même permutation croisée entre passeur et opposite. Les Belges creusèrent l’écart à 13-11 mais ne purent le conserver longtemps car Kovasevic et Atanasijevic faisaient parler la poudre et le marquoir s’enflammait en faveur des Serbes : 13-16. Van Kerckhove réalignaient D’Hulst et Tuerlinckx mais ce fut Grobelny qui se mit le plus souvent en évidence en réalisant de fort belles attaques au 4 tandis que Deroo était plus performant quand il pouvait attaquer des trois mètres. A 17-22, nos joueurs inscrivaient bien encore deux points mais les Serbes faisaient de même par la suite: 19-24. Grobelny en voulait et, bien servi par D’Hulst, permettait à notre équipe de donner une plus belle allure au score final de la manche : 21-25.

Pour aborder le troisième set, Van Kerckhove procédait à un grand remodelage de l’équipe en alignant un six avec Grobelny à la place de Rousseaux, Van Den Dries à celle de Tuerlinckx et au sein duquel Valkiers remplaçait D’Hulst tandis que Van De Velde retrouvait sa place en centre.

Dans cette composition, notre six, qui était complété par Stuer et Ribbens comme libéros, faisait belle impression dans les premiers échanges et les Serbes mirent un petit temps pour s’adapter à cette nouvelle donne du match. A 9-7, ils alignèrent quatre points d’affilée avec un Atanasijevic qui montra alors un bel aperçu de sa puissance de frappe. La partie restait palpitante car nos boys tenaient bien la distance et gardaient le contact au marquoir. Van Den Dries se mettait souvent en évidence dans ses attaques du 2 ou du poste 1 tandis que Grobelny, qui n’a malheureusement pas la même qualité de réception que celle de Rousseaux, continuait à se montrer très percutant dans ses attaques. Toutefois, à 14-16, les hommes de Kovac réussissaient une belle passe de 3. Le match était plié. C’est finalement sur le score de 19-25 que l’arbitre turc Akinci donna le dernier coup de sifflet d’une partie qui attira 4.400 spectateurs et qui aura été salutaire à notre équipe dans la mesure où il lui a été donné l’occasion de faire, in concreto, de bien beaux constats.

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons assurés de terminer parmi les deux premiers de leur série

 

 

Les Red Dragons rencontreront donc bien ce mercredi les Serbes pour la première place de la poule B. En effet, ce mardi à Anvers devant une petite chambrée (2.500 spectateurs seulement), ils ont pris assez aisément la mesure de Slovaques qui ne leur ont opposé une résistance digne de ce nom que durant la première manche.

Celle-ci avait bien débuté pour les Slovaques. Durant les dix premiers points de ce set, ils comptèrent même un ou deux points d’avance. Toutefois, la physionomie du set prit une autre tournure quand ils se mirent à commettre l’une ou l’autre de ces petites erreurs qui ne pardonnant pas quand les deux équipes sont botte à botte. Les Red Dragons, toujours bien alimentés par un D’Hulst qui fut ce mardi notre meilleur représentant, prirent le commandement des opérations quand, à 10-9, ils alignèrent trois points d’affilée. Ils conservèrent cette petite avance jusqu’à 15-17. La partie s’anima alors et le score prit bonne tournure pour les nôtres quand ils firent passer le marquoir à 17-21. Krisko arriva alors au service. Il fit des dégâts dans les rangs de notre formation et permit aux siens de remonter le courant : 22-21. Les Slovaques tenaient encore la corde à 23-22 mais Deroo et Tuerlinckx veillaient au grain et les Red Dragons s’emparaient de la manche et, du même coup, de la rencontre.

En effet, la suite ne fut plus que domination des nôtres et résignation des Slovaques qui ne montraient pas un très grand fighting spirit et, encore moins, cet esprit d’équipe qui est, par contre, une des grandes armes de notre formation.

Dans la deuxième manche et, de manière beaucoup plus marquée encore, dans la troisième, les joueurs de Brecht Van Kerckhove s’envolèrent assez rapident et, si ce n’est un peu dans la fin du deuxième set quand, de 16-21 à 19-21, ils cédèrent un peu de terrain, ils filèrent vers la victoire : 20-25/15-25.

Ce succès leur fait le plus grand bien dans la double mesure où il leur garantit de terminer la poule B parmi les deux premiers classés (et de ne pas devoir rencontrer un des deux premiers de la poule D lors des 1/8 et ¼ de finale) et les place, de ce fait, dans les meilleures conditions psychologiques pour aborder demain un des vrais géants de cet Euro 2019, la Serbie qui était aujourd’hui au repos.

La rencontre débutera à 20h30 et sera retransmise par Sporza. Gageons qu’il y aura demain beaucoup de monde, tant dans la salle que devant les téléviseurs.

Absolut Sport Absolut Volley