L’Allemagne vers de nouvelles élections…

 

Y a-t-il lieu de s’inquiéter des difficultés que rencontre Angela Merkel pour constituer une nouvelle coalition et composer un nouveau gouvernement ? Faut-il s’émouvoir de voir l’Allemagne se préparer à retourner vers de nouvelles élections. Nos médias bien-pensants n’accordent pas de grands espaces dans leurs rubriques à ces questions. Et pourtant ….

Pour ma part, l’impasse dans laquelle se trouve actuellement la Chancelière sortante à former un nouveau gouvernement me fait froid dans le dos je ne vous le cache pas. En effet, je vois là des signes qui me font penser à la situation que l’Allemagne a connue au début des années 1930 quand Adolphe Hitler, profitant plus qu’habilement des voies menant au pouvoir, a pu tirer le plus grand bénéfice électoral d’ une situation délicate qui ne manque pas, par certains de ses aspects, de m’apparaître déjà par trop semblable à celle dans laquelle se trouve la RFA d’aujourd’hui.

Pour rappel, trois partis démocratiques étaient en négociation depuis le résultat des élections qui avaient eu lieu le 24 septembre pour le renouvellement des 598 sièges du Bundestag. La CDU/CSU, le parti de la Chancelière, et le Parti social-démocrate (SPD), qui était mené par Martin Schultz et qui cherchait à revenir au pouvoir après huit années passées comme partenaire minoritaire au sein de ce qui était appelé la grande coalition de 2005 à 2009 et de 2013 à 2017, ont subi de grosses pertes lors de ces élections. Par contre, l’extrême-droite a fait dans le même temps une forte percée et c’est ainsi que le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD) est entré pour la première fois au Bundestag tandis que la Part libéral-démocrate (FPD) y a fait un retour alors qu’il avait été éliminé lors du scrutin précédent. Les Verts et Die Linke avaient, pour leur part, progressé de quelques sièges.

On le sait, suite à la décision prise par le SPD de faire une cure d’opposition, ce qui rendait impossible le renouvellement du gouvernement sortant, des négociations avaient été entamées entre la CDU/CSU, le FPD et les Verts, une coalition déjà appelée Jamaïque avant terme, pour tenter de former un gouvernement. Ces négociations viennent d’être rompues suite au retrait de celles-ci de la part du FPD, qui donne l’impression de confondre scène politique et table de poker, ou, plus largement considéré, suite à l’absence d’accords sur des sujets sensibles touchant à l’immigration, à la politique énergétique et à la fiscalité.

Que va-t-il se passer à présent ? Si le SPD reste sur ses positions, ce qui semble devoir être le cas, la Chancelière n’a pas beaucoup d’autre solution, si ce n’est celle de tenter de mettre sur pied un gouvernement minoritaire qui aurait bien du mal à survivre longtemps, que celle de recourir à de nouvelles élections. Le Président de la république a certes bien déclaré que « il ne sera pas simple d’organiser une nouvelle élection (vu que) le peuple a parlé et que la constitution ne permet pas de dissoudre facilement le Parlement ». Il n’empêche qu’il apparaît que l’Allemagne court tout droit vers de nouvelles élections, et ce, d’autant que la Chancelière s’est déclarée prête à relever le défi et favorable à la mise sur pied de celles-ci.

Comme on le voit, l’Allemagne traverse une crise plus profonde que ne l’avaient laissé transparaître les résultats du 24 septembre. Les partis traditionnels se regardent de plus en plus en chiens de faïence, la démocratie donne ainsi de plus en plus l’image d’un concept vide de sens tant les partis qui en sont l’expression et qui devraient en être les moteurs se font calculateurs à la manière de petits boutiquiers. Des partis qui ne donnent pas l’impression de se rendre compte que, agissant de la sorte, ils font les choux gras des populistes et des gens d’extrême-droite qui, en Allemagne comme ailleurs, se frottent les mains dès lors que le système démocratique montre des signes de faiblesse et, plus encore, quand il ne se montre pas à la hauteur de sa tâche.

 

 

Les photos illustrant ce billet sont dues au talent du photographe allemand Bill Brandt qui s’est réfugié assez jeune en Grande-Bretagne et qui s’est illustré par la suite pour ses remarquables photos faites de Londres, dont beaucoup durant la seconde guerre mondiale, et aussi pour ses merveilleux tableaux de vie et de corps.

Absolut Culture Absolut Politique

La course électorale est lancée

Didier Reynders
L’Echo se fait de plus en plus ouvertement le porte-voix du MR et des ministres du gouvernement fédéral. Dans le cas présent, Martin Buxant a recueilli les propos du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, et en a fait un papier qui est intéressant dans la mesure où celui-ci permet d’appréhender au mieux quelles sont les vues et les intentions de l’ Ucclois de fraîche souche quant à son avenir politique en Région bruxelloise.
Quatre éléments marquants ressortent des propos et projets du Ministre qui annonce haut et clair ici qu’il est prêt à enfiler le costume de Ministre-Président de la Région de Bruxelles dès lors que le MR sortirait en Région de Bruxelles-Capitale en première position des élections régionales qui auront lieu en 2019.
Le premier de ces éléments est que Didier Reynders fait une pareille sortie sans jamais donner l’assurance, ni même l’impression, que cette prise de position est le résultat d’une concertation, et encore moins d’une décision, qui aurait été arrêtée au sein des instances de son parti. Il avance ainsi ici à l’image d’un franc-tireur qui a hâte de prendre de vitesse toutes celles et tous ceux qui, au MR bien entendu, auraient comme lui l’intention de se placer au poste de commandement du gouvernement régional bruxellois en 2019.
Le deuxième élément qui ne manque pas de surprendre est que, alors qu’il se dit prêt à prendre ses responsabilités à Bruxelles, il annonce dans le même temps qu’il ne sera pas présent sur les listes régionales du MR lors des prochaines élections et qu’il ne prendra donc ses responsabilités que pour autant que les candidates et les candidats du MR aux prochaines élections régionales auront bien fait leur boulot, c’est-à-dire faire en sorte que le MR sorte vainqueur de celles-ci.
Le troisième aspect de ce plan-programme personnel qui est pour moi celui qui me heurte le plus est cette absence de mise en perspective sur ce qui devrait être fait pour que la Région de Bruxelles-Bruxelles échappe à terme à la mise sous tutelle des deux autres Régions qui sera son sort en 2025 si elle ne parvient pas, durant la prochaine législature, à se créer les conditions pour se doter des moyens financiers dont, résultat de la 6ème Réforme institutionnelle, elle ne bénéficiera plus, ou du moins en moindre quantité, de la part des Autorités fédérales en 2025. Certes, il est permis d’apprendre que, reprenant un slogan que les libéraux avaient matraqué en 2007, l’objectif majeur de Didier Reynders est de faire « bouger le centre de gravité bruxellois ». Traduit en clair, cela signifie que le premier des objectifs de Didier Reynders est de mettre les socialistes hors jeu dans tout ce qui touche à la direction du gouvernement bruxellois et, à posteriori, aux différents organismes qui sont les bras armés de ce dernier.
Enfin, ce qui est également assez dérangeant dans ce tableau fait de manière plus que complaisante des visées de l’actuel Ministre des Affaires étrangères sur la Région de Bruxelles-Capitale est de voir que, dans le même temps où il dit que « il y a énormément de potentiel et de défis à relever et (qu’) une alternance est nécessaire », Didier Reynders semble ne pas avoir intégré que, quand bien même le MR terminerait la course des élections régionales en première position, il s’agira de voir s’il sera en capacité de constituer une majorité autour de ses idées et de son programme. Et, sur ce plan, il s’agira d’attendre car on ne peut dire que Didier Reynders ait fait preuve de grande originalité puisque, surfant sur la vague d’indignation populaire qu’ont suscitée les très déplorables incidents qui ont eu lieu à Bruxelles-Ville la semaine passée, il a entonné le chant du « Tolérance zéro » qui est, il faut bien le savoir, creux tant il est inapplicable selon les Autorités de la police comme selon celles des Autorités judiciaires.
Attendons donc mais il est à penser qu’il ne faudra pas patienter longtemps avant que les premières réactions ne se fassent entendre.
La course électorale est lancée.
Photo Copyright l’Echo.
Absolut Politique

Pour des journées de championnat plus lisibles pour le grand public

Etes-vous de celles et de ceux qui imaginent que le championnat de Belgique de football puisse présenter durant une même journée de championnat, et ce en l’espace de deux jours, deux matches dans lesquels vous retrouveriez deux fois le nom du RSC Anderlecht ou du FC Bruges ? Non bien sûr. Et pourquoi ? Tout simplement parce que ce schéma ne correspondrait à aucune logique d’une part et parce qu’il y aurait là une anomalie qui serait caractéristique tout à la fois d’un manque de cohérence sur le plan de l’organisation de la compétition et d’une inégalité de traitement entre les équipes d’autre part.

Et bien, cette trivialité sportive qui n’est pas envisageable en football, qui est pourtant un monde où la règle de l’argent a plus que tendance à être dominatrice sur beaucoup d’autres, est chose admise et mise en pratique dans le monde du volley-ball belge féminin. C’est ainsi que vous pouvez voir dans le calendrier de cette nouvelle journée de championnat de la Ligue A Dames les rencontres Jaraco AS – VC Oudergem et Callant Antwerpen-Asterix Avo Beveren le samedi et le match Asterix Avo Beveren – VC Oudegem le dimanche tandis que les 10 équipes autres que les deux dernières citées ne joueront qu’une seule partie durant ce week-end.

Comment et pourquoi le nouveau responsable de la compétition a-t-il autorisé pareille absurdité ? J’entends déjà la réponse fuser: c’est le résultat de la conciliation des « exigences » des matches de Coupe d’Europe avec les « facilités » faites aux clubs concernés de reporter ou d’avancer les matches comptant pour le championnat national comme bon leur semble. Il fut un temps où une équipe ne pouvait jouer deux matches d’affilée durent le même championnat et où un match reporté ou avancé devait se dérouler dans la huitaine précédant ou suivant ce décalage. Aujourd’hui, ces balises volent en morceaux au gré d’arrangements qui ne répondent qu’à des raisons à géométrie variable et qui déforment la configuration normale de la compétition au point de rendre certaines journées assez difformes ou boiteuses si vous préférez. Assez peu lisibles en tout cas pour qui ne suit pas de tout près l’actualité du volley-ball.

D’aucuns s’étonnent que notre sport n’est pas pris grandement au sérieux par les médias. Nos dirigeants fédéraux ne devraient-ils pas davantage réfléchir à cette double problématique de l’harmonie des calendriers et de la régularité des compétitions ?

C’est à espérer qu’ils le fassent vite. Et bien.

 

 

EuroMillions Championship Messieurs

S  20H30  V. Lindemans Aalst – Noliko Maaseik

S  20H30   Amigos Zoersel – Haasrode Leuven

D  15H00   VBC Waremme – VDK Gent

D.  18H00   Axis Guibertin – Par-ky Menen

Ligue A dames

S  16H30   VT Lendelede - Amigos Zoersel

S  20h00   Jaraco As -  VC Oudegem

S  20H30   Thuismakers Antwerpen - Asterix Avo Beveren

S  20H30   Charleroi Volley  -  Datovoc Tongeren

S  20H30   Hermes Oostende - VDK Gent

D  17H30   Richa Michelbeke  -  Barbãr Girls

D  19H30   Asterix Avo Beveren - VC Oudegem
Absolut Volley

Les adresses en liens pour suivre les rencontres de VolleyBall et Beachvolley en direct

goncharova rio

https://www.facebook.com/Ainsi-le-Volley-125910147956744/

  • Ma page facebook d’actualités sur le monde du Volleyball

www.frbvb.be

  • Fédération royale belge de volley-ball

www.fivb.com

  • Le site de la Fédération Internationale de Volley-Ball

www.laola1.tv

  • Le site de la télévision internationale de sport en ligne, channel VolleyBall

www.dreamsports.tv

  • Du Volleyball et du Beach-volley masculin et féminin en live

www.women.volleyball-movies.net

  • L’actualité du monde du Volley-ball féminin international en salle

www.volleyball-movies.net

  • L’actualité du monde du Volley-ball masculin international en salle

avp.com

  • AVP is the premier U.S. pro beach volleyball league and features the very best in elite pro beach players competing

www.beach.volleyball-movies.net

  • L’actualité du Beachvolley international

sports.bwin.fr

  • Les résultats et les vidéos des rencontres les plus marquantes du Volleyball

https://www.facebook.com/groups/1851217685118974/

  • Une page facebook venue de la fédération des télés locales de la fédération Wallonie-Bruxelles

www.eurosport.fr

  • Le canal Volleyball de la chaîne européenne du sport

www.cev.lu

  • La confédération européenne de Volleyball

fvwb.be

  • Le site de la fédération de Volleyball de la fédération de Wallonie-Bruxelles

www.volleyvlaanderen.be

  • Le site de la fédération de volley-ball de la Flandre

www.topvolleybelgium.be

  • Le site des équipes nationales de Belgique

match-en-direct-gratuit.fr

  • Programmation de diverses rencontres en direct

 

Absolut links Absolut Live Absolut Sport Absolut Volley

Cela se passe chez nous

 

Ce n’est même plus « près de chez nous que c’est arrivé », c’est carrément dans notre Ville que cela se passe. Raison de plus pour se faire plus vigilant et plus actif que jamais dans la restauration, ou l’instauration ?, de règles et de conditions de vie en commun. Après les émeutes qui se sont produites à Bruxelles les 11 et 15 novembre, nombreux sont les sujets de réflexion qui viennent à l’esprit et les questions qui se posent sur les causes se trouvant être à l’origine de ces éruptions qui émanent de groupes de jeunes et de personnes pour qui l’ordre public est une notion qu’ils/elles ne (re)connaissent plus.

A cet égard, je vous invite à lire le billet que Claude Zylmans a posté ce jour sur sa page facebook et qui constitue un juste reflet de cette inquiétude qui gagne les coeurs de celles et ceux pour qui la Ville a pour vocation de rassembler et non d’être un lieu de déchirement et d’affrontements.

 

Absolut Politique

Volleyeuses et volleyeurs plus proches pour la promotion d’une même cause dans notre pays

 

Le déroulement des 1/4 de finale de la Coupe de Belgique a permis de réaliser que le volley-ball belge n’était vraiment pas à une stupidité près en matière de réglementation de ses épreuves selon que celles-ci concernent le pan féminin ou le pan masculin de son organisation. En effet, alors que les matches de 1/4 de finale de la Coupe féminine se jouaient en une seule manche qualificative, ceux de la Coupe masculine se déroulent en deux étapes ou plutôt en un match aller et en un match retour à l’issue desquels seront connues les équipes qualifiées pour les 1/2 finales.

Pourquoi cette différence de traitement ?

Tout simplement parce que la Fédération Royale Belge de Volley-Ball et ses deux pôles constitutifs que sont la Fédération Volley Vlaanderen et la Fédération Volley Wallonie-Bruxelles n’ont pas le souci de présenter au grand public via les médias une image cohérente de leurs activités ou, si vous préférez, qu’elles ne font rien pour rendre celles-ci plus attractives et plus porteuses de rayonnement pour la bonne image du volley-ball, c’est-à-dire pour sa popularité et son essor.

Vous me direz, à bon droit, que cette différence de dimension entre les 1/4 de finale féminins et les 1/4 de finale masculins n’est pas bien importante en soi.  C’est vrai mais je vous rétorquerai que cette « distinction » entre image du volley masculin et image du volley féminin n’est qu’une parmi bien d’autres. Ainsi, pour exemples significatifs, il y a lieu de relever que le nombre des équipes participant au championnat de la Ligue A Dames est différent du nombre des équipes participant au championnat de la Ligue A Messieurs, que la formule du championnat de la Ligue A dames n’a rien à voir avec celle de l’EuroMillions Championship, que les moyens mis en oeuvre pour promouvoir ces deux compétitions- phares de la partie de saison consacrée aux championnats nationaux, communautaires et provinciaux n’ont aucune mesure commune… Dans peu de jours, je vous entretiendrai d’un beau projet de tournoi que la Ligue Messieurs mettra sur pied au début de l’année qui vient et qui aura pour effet de mettre heureusement en évidence la vitalité de nos principaux clubs masculins du pays.

Bref, vous l’aurez compris, je suis de ceux qui estimaient et qui estiment toujours que la Fédération Royale Belge de Volley-Ball et ses deux composantes se doivent d’être plus actives qu’elles ne le sont pour donner du volley-ball belge, qui est majoritairement composé de membres féminins, l’image d’un monde moins « éclaté » qu’il ne l’est actuellement ou, si vous préférez, celle d’un monde plus uni et plus concerné par la même cause : la promotion du volley-ball et du beachvolley.

Qu’il soit pratiqué par des femmes ou par des hommes.

 

Absolut Volley