Documents utiles pour les organisateurs de tournois

Comme on pouvait le prévoir dès lors qu’il avait été annoncé que le Conseil National de Sécurité se réunirait en urgence ce lundi 27 juillet, les Autorités qui le composent ont décidé de « resserrer » quelque peu les boulons en matière de mesures de protection. Etant donné que chacun a pu ou peut en prendre connaissance dans ses ses habituelles sources d’information, je m’abstiendrai de les énumérer ici et m’en tiendrai seulement à la partie qui a trait aux conditions qui sont posées à tout qui a l’intention ou a décidé d’organiser un tournoi de volley-ball ou de beachvolley dans les prochaines semaines.

Pour qui ne les connaîtrait pas encore, vous trouverez ci-après un formulaire, appelé ici matrice, dont les autorités communales doivent se servir pour mesurer les “risques” que votre activité pourrait faire courir dans le contexte actuel du COVID et pour en évaluer leur acceptabilité ou non. Vous aurez accès à cet outil en cliquant sur le lien suivant. www.covideventriskmodel.be

Les questions posées sont simples, directes et demandent une réponse binaire. Elles sont classées en 20 paramètres, dont 13 font référence aux caractéristiques spécifiques de l’organisation (densité, durée, dynamique, mobilité…) et 7 aux mesures de prévention (inscription, communication, protocole de désinfection…).

Lorsque vous avez répondu à toutes les questions, le risque encouru est calculé et indiqué à l’aide d’un label de couleur : vert, orange ou rouge. En revenant sur les points d’attention, l’application permet ensuite d’analyser et d’ajuster l’événement pour limiter les risques et ainsi être en mesure de les rendre « acceptables ».

Comme cette « matrice » sera sans doute également l’instrument par lequel les responsables de clubs devront passer pour la mise sur pied des rencontres officielles des championnats qui, sauf obstacles majeurs pouvant survenir, devraient « reprendre normalement » leur cours à la fin du mois de septembre, il est permis de penser qu’elle est appelée à être largement consultée et utilisée dans les prochains temps.

Par ailleurs, le COVID Event Risk Model (CERM) propose également un protocole général qui vous sera plus qu’utile : https://www.covideventriskmodel.be/assets/docs/protocol-fr.pdf

Ce protocole est un guide pour tous les organisateurs privés et publics afin de rendre les événements plus sûrs en termes de risques liés au COVID . C’est un guide pour tous les événements, quel que soit le type ou la taille de l’événement. Ainsi, chaque organisateur peut vérifier s’il est possible d’organiser son événement, compte tenu des mesures strictes, et quels efforts supplémentaires éventuels peuvent encore être faits pour organiser l’événement de la manière la plus sûre possible en termes de risques liés au COVID.

Bonne lecture et bon courage à tout qui se lancera dans la mise sur pied de tournois ou d’activités tombant sous le coup de toute cette réglementation rendue nécessaire à raison de « l’installation » du coronavirus dans nos contrées et, plus encore, depuis sa récente recrudescence dans plusieurs parties du pays..

Absolut Friends Absolut Politique Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley

La reprise conditionnée du volley en salle

Comme chacun(e) le sait déjà sans doute, les entraînements de volley-ball organisés en salle seront autorisés à partir de ce lundi 8 juin. Voilà bien la bonne nouvelle que beaucoup attendaient depuis le moment où, à la mi-mars, le Conseil National de Sécurité décrèta que toute activité de pratique sportive, qu’elle se déroule en outdoor ou en indoor, serait interdite pour cause de coronavirus.

Cela étant, cette reprise ne pourra se faire que, pour les pratiquant(e)s de plus de 12 ans, selon les mêmes conditions que celles qui prévalaient déjà pour les entraînements autorisés en milieu extérieur. Qu’est-ce à dire ?

  • Sur le terrain, il ne pourra y avoir plus de 12 joueuses/joueurs et celles-ci/ceux-ci devront être “encadré(e)s par un entraîneur;
  • Les poteaux et le filet, qui auront été désinfectés avant usage, devront être installés par l’entraîneur ou par un dirigeant du club responsable de l’activité;
  • Les règles de distanciation physique, soit 1,5 mètre minimum entre chaque personne, devront étre respectées tout au long de la séance d’entraînement;
  • L’utilisation des vestiaires et des douches n’est pas autorisé;
  • L’usage des toilettes doit être réduit au minimum;
  • L’accès aux entraînements et le départ des entraînements devront se faire au même moment pour chacun(e) des participant(e)s à cette séance;
  • Chaque participant(e) sera mis dans l’obligation de se laver les mains à différents moments de l’entraînement et, à coup sûr, tant avant le début qu’à la fin de celui-ci;
  • Les joueuses et les joueurs seront couvert(e)s, ainsi que l’entraîneur, par la police d’assurance de la Fédération pour tous les accidents pouvant survenir dans le cadre de l’entraînement mais rien n’est (encore) spécifié à ce propos sur des cas de Covid-19 qui surviendraient des suites d’un entraînement.

Pour ce qui concerne les joueuses et les joueurs de moins de 12 ans, les règles sont les mêmes pour tout ce qui a trait au placement du matériel, aux vestiaires et aux douches, aux toilettes, à l’arrivée et à la fin des entraînements, au lavage des mains et à l’assurance. Les différences de “régime” se situent au niveau des points suivants:

  • il n’y a pas d’imposition de distanciation physique entre chaque personne si ce n’est entre la/le jeune et l’entraîneur qui doit rester d’1,5 mètre au minimum;
  • de même, les contacts entre jeunes son autorisés, ec qui signifie qu’il est possible de parfaire la pratique du block;
  • Le nombre autorisé de joueuses/joueurs par terrain est de 8 selon la version francophone des directives du Centre National de Sécurité et de 19 selon celle de la Fédération flamande.

Il ne fait nul doute que le dernier point sera très bientôt précisé mais l’essentiel est déjà là. En un mot comme en cent, il est donc possible de s’entraîner et de jouer au volley-ball pour les jeunes de moins de 12 ans tandis qu’il n’est pas permis de jouer au volley-ball (et certainement pas de s’adonner à la pratique du block) mais bien de s’entraîner pour les plus de 12 ans.

A noter au surplus que, si l’on s’en tient au communiqué envoyé par la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Mme Glatigny, aux Fédérations après le Conseil National de Crise qui s’est tenu le 3 juin dernier, “la pratique sportive pourra reprendre sans aucune restriction à partir du 1er juillet prochain, avec du public (200 personnes maximum assises, et ce, dans le respect des règles de distanciation physique).  

Bref, patience donc encore un peu pour le grand retour du volley dans les salles. Toutefois, dans l’attente, il y a déjà grandement moyen, même dans le « cadre » des conditions ainsi imposées, de faire de l’excellent boulot et, surtout, de trouver grand plair à se retrouver dans une ambiance d’entraînement et de préparation pour la saison à venir.en matière de travail technique et de préparation physique.

Bon amusement à chacune et à chacun.

Non classé