Tension extrême entre la Ligue Messieurs et Volley Belgium

On aurait pu penser que la fin de la compétition de l’EuroMillions Volleyball League allait apaiser la vive tension qui, on le sait, a caractérisé au cours de ces dernières semaines.les relations entre dirigeants de Volley Belgium et ceux de la Ligue des clubs de la plus haute division du championnat masculin 

De fait, il n’en est strictement rien. Que du contraire même.

En effet, suite à ce qui pourrait avoir figure d’une énorme goutte d’eau qui a fait déborder le vase de ce qui était supportable pour eux, les dirigeants de l’EuroMillions Volley League viennent d’envoyer une lettre qui a signification de plainte au Président de la Confédération Européenne de Volley-Ball.

Quelle est donc cette « goutte d’eau » qui a amené les dirigeants de la Ligue à s’adresser au Président Boricic?

Dans la missive que la Ligue a adressée au Président Boricic et dont vous trouverez la teneur ci-après, il est permis d’apprendre que le Président de Volley Belgium, Guy Juwet, a pris des contacts avec les partenaires commerciaux de la Ligue sans en aviser celle-ci. Et, par l’entremise d’un autre courrier, il ressort que Guy Juwet et Geert De Dobbeleer, Directeur Général de Volley Vlaanderen, “sont intervenus directement la semaine dernière auprès du partenaire commercial de la Ligue (qui est La Loterie Nationale) pour semer la confusion”

Chacun(e) l’aura compris, les dirigeants de la l’EuroMillions Volleyball League ont vu là, et voient là, une manoeuvre qui n’a(vait) d’autre but que de s’en prendre à ce qui permet précisément à la Ligue de jouer un rôle important tant en faveur des clubs à vocation professionnelle que pour la promotion du volley-ball masculin. Cela en est de trop pour eux ainsi que pour leurs mandants, les dirigeants des principaux clubs de notre élite masculine, qui réalisent, in vivo et à leur détriment, que, sous le couvert d’un discours qui se dit fédérateur, Volley Belgium est occupée depuis un petit bout de temps déjà à scier la branche sur laquelle eux se trouvent.

D’où cet appel à la rescousse lancé en direction des Autorités du volley-ball européen.

Que feront celles-ci ? Il est fort peu probable qu’elles descendent dans l’arène. Il est néanmoins permis de penser qu’elles chercheront à faciliter la mise en place d’une voie de médiation entre les parties antagonistes et qu’elles prêteront à coup sûr une attention particulière à l’évolution de la situation. Tant ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays s’est déjà produit ou est en passe de se produire également dans d’autres pays membres de la CEV

Affaire à suivre donc en espérant que chacune des personnes qui se trouvent mêlées à ce gros différend ait à l’esprit ce propos de Marc Aurèle : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ».

 

 

letter signed to cev president

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Greenyard Maaseik à un pas d’un seizième titre national

Dans le cadre du Final 2 de l’édition 2018-2019 de l’EuroMillions Volley League, les trois rencontres disputées jusqu’à ce jour ont vu chaque fois le succès de l’équipe visiteuse. En clair, cela signifie que la formation de Greenyard a remporté deux victoires et celle de Knack Roulers une seule. Quand on sait que l’équipe qui sera sacrée championne de Belgique est celle qui, la première, aura battu son adversaire par trois fois, on réalise de suite que les Limbourgeois occupent pour l’heure la meilleure des positions pour renouveler le titre qu’ils avaient déjà enlevé la saison dernière. Et, comme ils joueront ce mercredi à domicile, il est à penser qu’ils seront plus que motivés pour tenter de décrocher le seizième titre national du club.

Qu’en sera-t-il sur le terrain ? Nul ne peut le prédire. En effet, on a bien vu que, cette saison du moins, jouer à domicile ne semble pas constituer un avantage déterminant tant les deux équipes se tiennent de très près.

Samedi, à Roulers, la différence fut nette entre les deux teams car il y avait, d’un côté, les joueurs locaux qui étaient dans ce que l’on peut appeler un off-day total tandis que, de l’autre, Maan et ses équipiers évoluaient de manière remarquablement maîtrisée.

Quel sera ce mercredi le scénario de cette confrontation qui pourrait donc être la dernière de la saison 2018-2019 pour ce qui concerne le championnat dit de l’EuroMillions Volleyball League ?

Greenyard Maaseik partira avec les faveurs du pronostic, et ce, d’autant que le team dirigé par Sven Vanmedegael ne pourra compter sur les précieux services de Van Hirtum qui, on le sait, s’est occasionné une très vilaine blessure lors du match de samedi dernier et qui ne pourra apporter à ses équipiers ce “plus” qui leur avait permis de faire la différence lors du match qu’ils avaient remporté la semaine passée à Maaseik précisément.

Toutefois, pour éviter toute mauvaise surprise, les Limbourgeois feraient bien de jouer, face à leur public, comme ils l’ont fait samedi passé. C’est-à-dire en équipe championne.

Absolut Sport Absolut Volley

La Ligue demande la démission du Président de Volley Belgium

Roulers était, ce samedi, le lieu de tous les chocs. Il y a eu, sur le terrain du Schierveld , la confrontation entre l’équipe locale de Knack et celle de Greenyard Maaseik qui, comme vous le savez si vous suivez de près l’actualité de l’EuroMillions Volley League, a vu la très nette victoire de la formation limbourgeoise. Il y a eu aussi,  peu avant cette rencontre, la conférence de presse donnée par la direction de la Ligue des dix clubs qui constituent le sommet de la pyramide du volley-ball masculin belge.

De fait, la conférence de presse a donné lieu à plus d’effervescence que n’en a procuré le match qui fut plus que dominé par Maan et ses équipiers.

D’entrée de jeu, il fut donné à chacun des hommes de média invités à cette réunion d’information de comprendre que la teneur de celle-ci serait tranchante. En effet, avant même que Philippe Boone, Président de la Ligue, ne prenne la parole, le CEO de ladite Ligue, Marc Spaenjers, distribuait le texte qui allait servir tout à la fois de trame du discours à venir et de communiqué qui allait être  envoyé urbi et orbi en guise de communiqué de presse dès ce dimanche matin. Et que disait le titre de ce communiqué ? “La politique du président Guy Juwet est un désastre pour les clubs de volley-ball de haut niveau”.

Le ton était ainsi donné et, comme vous pourrez le constater par vous-même si vous lisez le communiqué joint ci-après, la suite du texte et de l’exposé développé par Philippe Boone fut du même tonneau. Pour faire court, la Ligue est plus que mécontente du traitement que la Fédération lui a, par la voix de son président Guy Juwet, réservé au cours de ces derniers mois et réclame sa démission. Ni plus ni moins.

Je ne vais pas reprendre ici ce qui a été dit dans la première partie de cette réunion d’information puisqu’il vous est permis d’en appréhender ci-après le contenu.

La seconde partie de cette rencontre à coeur ouvert fut la plus intéressante dans la mesure où elle permit à Philippe Boone et à Marc Spaenjers ainsi qu’à la responsable des affaires juridiques de la Ligue de préciser quelques points qui méritaient de l’être.

Ainsi, le premier de ces points eut trait à la notion de parité entre les deux composantes de la Ligue qui, à s’en tenir aux seuls termes du texte remis et envoyé à tout un chacun, serait la raison pour laquelle “des compromis doivent être conclus pour maintenir l’entente” et dont “sont souvent victimes les clubs de la Ligue A”. Après question posée, chacun(e) put comprendre que Guy Juwet, qui a aujourd’hui droit de vote comme président au sein du Conseil d’Administration de Volley Belgium alors que ses prédécesseurs ne l’avaient pas (ce qui leur valait d’être de fait au-dessus de la mêlée), n’est pas prisonnier d’une parité qui le contraindrait à un certain immobilisme mais bien qu’il serait le porte-voix, sinon l’incitateur, de mesures qui, prises au détriment de la grande majorité des clubs de la Ligue, serviraient particulièrement bien, paritairement donc, les affaires de chacune des deux composantes du CA de Volley Belgium.

Deuxio, il fut également permis d’apprendre que la Ligue avait déposé plainte auprès du Parquet de la Fédération contre la décision prise par le Conseil d’Administration et portée publiquement par Guy Juwet “d’autoriser officiellement les clubs à ne pas respecter les dispositions légales en matière de statut, de paiement de charges sociales et de précompte professionnel”. Plus percutant encore. Etant donné que les dirigeants de la Ligue ne s’attendent pas à obtenir raison de la part de cet organe qui est fait de personnes dont certaines multiplient les rôles au sein de la Fédération, Philippe Boone laissa clairement entendre que la Ligue entendait bien tout mettre en oeuvre pour empêcher “les paiements douteux et la perte de crédit du volley-ball auprès des instances officielles qui ont à traiter cette problématique”. Une problématique qui, on ne le sait pas assez, pourrait coûter beaucoup à tous les clubs de volley-ball du haut niveau si d’aucuns s’autorisaient, au nom d’arguments de bonnes soeurs, à continuer à jouer les tire-au-flanc.

Tertio, Philippe Boone et Marc Spenjaers insistèrent sur la nécessité qu’il y avait à donner à la compétition de l’EuroMillions Volleyball League et aux clubs qui veulent y évoluer des normes et autres conditions indispensables (voir autre document en annexe) si l’on veut tirer le volley-ball belge vers le haut et, à tout le moins, lui permettre de ne pas trop perdre le contact avec le niveau des Ligues étrangères qui, comme c’est le cas en Italie, en Allemagne et en France, gèrent leur compétition en toute autonomie ou, à tout le moins, en bonne intelligence avec les instances directrices de leur fédération. Ainsi, ils ont signalé que, sur la base des licences demandées et acceptées à ce jour pour disputer l’EuroMillions Volleyball League de la prochaine saison, ils préparaient un schéma de compétition qui ne comprendrait pas dix équipes comme c’était le cas cette saison mais seulement huit étant donné le retrait d’Amigos Zoersel et l’absence de demande de licence de la part de Nivelles. On le voit, la Ligue est déterminée à poursuivre son travail (qui est assez consistant au plan du marketing et de la diffusion des matches par des circuits de télévision) et à considérer qu’elle est toujours autorisée à le faire non seulement au nom d’un protocole qui, signé entre elle et la Fédération, n’a été dénoncé par cette dernière que sur l’une de ses parties mais encore, et plus encore peut-être, à raison de l’unité qui existe en son sein et de la force de frappe médiatique que représentent ses grands clubs.

Comment évoluera la situation ? Les deux pôles ont montré leurs muscles. Volley Belgium comprendra-t-elle que, au-delà de cette demande de démission qui doit être entendue comme une forte plainte faite à l’endroit de tous les membres de son Conseil d’Administration de n’avoir aucune considération pour les clubs et acteurs (et actrices) de la plus haute compétition nationale,  le temps est venu, vu ce qui se prépare dans les coulisses en matière de nouvelles règles spécifiques au précompte précompte professionnel et aux charges sociales, de quitter son bac à sable et ses constructions de châteaux qui n’en sont pas . Afin de se mettre à discuter sérieusement, avec les représentants attitrés des clubs de la Ligue, de ces choses sérieuses que sont devenues toutes les matières qui entrent en ligne de compte dans la gestion d’un club de l’élite nationale..

On ne peut que l’espérer car, tout le monde le sait, l’espoir est un devoir.

plan quinquennal pdf

communiqué de presse fra 04 mai 2019

 

Absolut Sport Absolut Volley