Les Yellow Tigers s’inclinent face à un ensemble brésilien plus complet

Les jours se suivent et ne se ressemblent nécessairement pas. Nos Yellow Tigers, visiblement peu remises des fatigues de leur superbe match livré hier contre la Turquie, n’ont pas fait le poids face à une équipe brésilienne qui ne fut pourtant pas très impressionnante. Ilka Van de Vijver et ses équipières ont été battues en trois sets : 25-23, 25-15/25-18.

De fait, cette rencontre a connu deux faces, la première qui a duré l’espace du premier set et la seconde qui a épousé les contours des deux derniers sets.

Pendant la première manche, nos représentantes ont disputé crânement leurs chances. Elles livraient et réceptionnaient bien et le bloc était bien placé face aux grosses attaquantes brésiliennes que sont Gabi, Natalia et Paula. Nos Yellow Tigers furent souvent en tête au marquoir : 6-3, 13-10. Grobelna avait réussi 3 aces, nos deux centrales faisaient du bon boulot et Van Gestel excellait avec ses attaques clairvoyantes. A 14-11, les Brésiliennes, qui contenaient toutes les attaques d’Herbots (celle-ci ne marqua son premier point qu’à 16-16), remontaient le courant et réussissaient un 1-5 qui les plaçait en tête au moment du deuxième TO Technique. A 19-19, Gabi réussissait un gros smash tandis que, sur la phase suivante, Herbots était une nouvelle fois bloquée . Nos Tigers ne lâchaient pas prise pour autant et, sous l’impulsion de Grobelna et de Van Gestel (qui se comporte de plus en plus comme la guide de l’équipe en dépit de son jeune âge), nos compatriotes revenaient à 21-21 et, sur un ace de Stragier, reprenaient la tête ; 22-21. Stragier ratait ensuite son service mais Sobolska égalisait à 23-23. Natalia lâchait alors un gros pain, 23-24 et Macris parachevait le travail avec un ace : 23-25.

Par après, le match fut plus haché car les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick furent assez rapidement menées à la marque, 3-6 et 4-10. Herbots ne reproduisait rien de sa prestation de la veille tandis que Van De Vijver, qui devait de plus en plus courir pour faire ses passes, manquait parfois de lucidité dans la distribution du jeu. Cela ne signifie nullement que notre équipe était résignée et baissait les bras. Non pas car, grâce à Van Gestel, les Tigers revenaient dans le dos des Brésiliennes à 14-17. A 14-18, le second arbitre siffla une faute de rotation à l’encontre des nôtres et les Brésiliennes, avec Mayany en vedette, alignèrent alors 5 points d’affilée avant de faire 15-25.

Le troisième set fut de la même trempe que le deuxième. Les échanges furent équilibrés jusqu’à 7-8. Ilka Van De Vijver s’emmêlait alors les pinceaux mais sa soeur, montée au jeu à 7-10, n’apporta pas le plus attendu de ce changement. Les Brésiliennes ne demandaient pas leur reste et filaient à 8-14. Stragier remplaçait alors Herbots (qui ne conservera certainement pas un grand souvenir de ce match) mais cela n’empêchait pas Gabi, Paula et Roberta (qui avait remplacé Macris) de passer largement en tête au second TO Technique du set, 9-16. Ce moment de repos tomba à point nommé pour nos joueuses qui retrouvèrent quelque peu de leur allant. Avec Grobelna, Janssens et VanGestel comme fers de lance ou comme boucliers, elles signaient un beau 7-2 et revenaient ainsi à 16-18. Le coach brésilien demandait alors time-out et Van Gestel ratait ensuite son service. C’était fini. A 18-23, Roberta ciblait Herbots (qui était remontée au jeu à 15-18) et cela faisait 18-24. Elle répétait la même scène et le match se terminait ainsi : 18-25.

Demain, nos Yellow Tigers affronteront les Italiennes et auront certainement à coeur de nous sortir à nouveau une « grosse perf » à l’occasion de leur dernière sortie dans cette VNL 2019. Histoire de briller une nouvelle fois de mille feux.

Absolut Sport Absolut Volley

Les joueuses de Ligue A poursuivent leur marathon

Antwerp - Beveren 1.12.18 12Antwerp - Beveren 1.12.18 5de voll123103_DSC_5467

Les équipes féminines de la Ligue A n’arrêtent pas de jouer, et ce, à un rythme très soutenu. Les équipes qui n’ont pas un noyau de joueuses très étoffé ou dont les joueuses sont fort jeunes montrent plus que des signes d’essoufflement. La roue n’en continue pas moins de tourner. C’est ainsi que les équipes de la Ligue A Dames disputeront ce mercredi leur premier match retour de la première phase de la compétition, phase au cours de laquelle les 12 équipes sont appelées à se rencontrer en match aller et retour.

Parmi les six rencontres de ces mercredi et jeudi, trois retiendront tout particulièrement l’attention.

Il y aura tout d’abord la confrontation entre Asterix Avo Beveren et Amigos Zoersel. Au match aller, les joueuses de Zoersel avaient créé la surprise en prenant le meilleur sur les championnes de Belgique. Elles avaient gagné de justesse au bout d’une partie longue de cinq sets très disputés et avaient surtout montré à tout un chacun que l’équipe dirigée par Gert Vande Broek et Kris Van Snick n’était pas, suite aux départs de Lemmens et de Biebauw, aussi forte que la saison dernière. Depuis lors, l’équipe de Zoersel a fléchi après avoir connu un tonitruant début de compétition tandis que la formation de Beveren n’a plus connu d’autre défaite si ce n’est celle que lui a infligée cette même équipe de Zoersel en quart de finale de la Coupe de Belgique. Vous l’aurez compris, les championnes de Belgique ont certains oeufs à peler avec leurs adversaires du jour et chercheront sans doute à cette occasion à leur faire payer la note de ceux-ci.

Autre match intéressant de ce mercredi: Saturnus Michelbeke – Hermes Ostende. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit là de l’affiche qui sera plus que probablement celle de la finale de la Coupe de Belgique. Les deux formations ont réussi dimanche, lors du match aller des ½ finales de la Coupe, des résultats qui leur permettent d’avoir déjà plus qu’un pied en finale. Lors de leur confrontation au début de la compétition, les Ostendaises avaient infligé une sévère défaite aux joueuses de Michelbeke. Ici aussi, il y aura envie, du côté des visitées, d’effacer les effets de cette vilaine trace.

Enfin, last but not leat, il y aura le derby hennuyer entre Modal Charleroi et Sedisol Farciennes. Les joueuses de Dimitri Piraux, qui ont livré une bonne prestation samedi soir face à Asterix Beveren, partiront avec les faveurs du pronostic. On sera néanmoins curieux de voir quel sera le niveau de résistance de la formation de Farciennes qui, si elle entretient encore un espoir de se maintenir en Ligue A à la fin de la saison, cherchera sans doute à montrer aux joueuses de Charleroi qu’il leur faudra compter avec elle lors des matches qui compteront réellement en fin de saison….

Mercredi 12.12.2018

20h00 Asterix Avo – Amigos Zoersel

21h00 Lendelede – VDK Gent

20h30 Modal Charleroi – Sedisol Farciennes

20h30 Saturnus Michelbeke – Hermes Oostende

20h30 Interfreight Antwerp – Jaraco As

Jeudi 13.12.2018

20h30 VC Oudegem – Datovoc Tongeren

 

Absolut Sport Absolut Volley

Nos Yellow Tigers sont à la peine

Nos Yellow Tigers peinent visiblement à trouver leur second souffle. Après la grosse défaite subie hier des oeuvres du Japon, elles ont encaissé ce jeudi un nouvel échec, plus sévère encore, de la part des Etats-Unis. Elles ont été battues au bout de trois sets rapidement ficelés par les joueuses de Karch Kiraly qui ne leur ont fait aucun cadeau : 25-11, 25-18, 25-17.

Pour comprendre cet effondrement aussi soudain que marquant de nos joueuses dans le cadre de cette première édition de la VNL, deux ou trois chiffres suffiront pour cerner le problème.

Quand les Michelle Bartsch-Hackley, Grews et leurs partenaires inscrivent à leur actif 44 smashes victorieux, nos attaquantes ne peuvent en présenter que 24. Quand les joueuses de Karch Kiraly réalisent 11 blocks gagnants, les protégées de Gert Vande Broek n’en ont effectué que 2. Plus précisément encore, les statistiques de nos attaquantes sont là pour indiquer qu’elles manquent pour l’heure de percutant : Herbots a scoré 4 fois sur 21 essais, Grobelna 3 fois sur 17, Van Gestel 10 fois sur 25 (dont plusieurs balles placées), Goliat 1 fois sur 13. Pendant le même temps, du côté américain, les chiffres sont les suivants: Bartsch-Hackley (12/27), Drews (10/21), Larson (8-21) et Adams(6/7). La différence est grande comme on peut le constater. Comme est grande également la différence de gabarit et d’expérience entre les joueuses des deux formations.

Les Yellow Tigers que Gert Vande Broek a sélectionnées pour participer à cette magnifique mais très éprouvante épreuve (longs déplacements, 3 matches par semaine contre les meilleures équipes du monde, vie en communauté pendant 6 à 7 semaines) sont jeunes, très jeunes pour ce très haut

niveau de compétition. Il est donc normal que, après les quatre premiers matches au cours desquels elles ont remporté deux victoires et livré un match héroïque contre les Pays-Bas, elles aient marqué le pas comme ce fut le cas contre le Japon hier et les Etats-Unis aujourd’hui.

La semaine prochaine, elles seront en Serbie après un crochet au pays. Là, elles rencontreront d’autres gros “morceaux” de la compétition, la Serbie, la Russie et la Turquie. Il est donc à espérer qu’elles aient repris alors des forces et du moral car, si elles veulent participer encore à la VNL l’an prochain, il leur faudra encore gagner l’une ou l’autre des neuf prochaines rencontres. Tous nos voeux les accompagnent dans cette perspective.

Absolut Sport Absolut Volley

Coup de chapeau à nos européens

Trois enseignements peuvent être retirés de la belle carrière qu’ont connue cette saison nos quatre clubs masculins, Noliko Maaseik, Knack Roeselare, Lindemans Alost, Par-ky Menen, dans les différentes compétitions mises sur pied par la Confédération européenne.

Il a été permis de constater que des clubs comme Noliko Maaseik et Knack Roeselare sont à même de faire d’excellents résultats contre des formations qui se trouvent toujours dans le coup au stade actuel des ½ finales de la Champions League mais tous deux ont, par rapport aux 7 clubs toujours en lice, un noyau par trop réduit de joueurs pouvant tenir un rôle d’importance, sinon décisif, pour espérer atteindre un jour soit les ½ finales proprement dites soit, qui sait, le Final 4. Le dernier match entre Novosibirsk et Noliko en apporta encore l’illustration. D’un côté, il y avait un ensemble fait d’une dizaine de joueurs capables de trouver place dans un match de haut niveau européen et, de l’autre, une équipe limbourgeoise qui a été héroïque dans la mesure même où elle dut évoluer avec deux centraux, bons en attaque, qui n’ont signé à eux deux que 3 blocs victorieux durant cinq sets et deux joueurs de poste 4 qui, l’un après l’autre, ont été complètement étouffés par les services et/ou les contres de l’équipe russe. Quand, par ailleurs, on a pu voir que la relation existant entre le coach de l’équipe limbourgeoise et Jolan Cox, qui avait pourtant été le principal artisan du mémorable succès de Noliko sur l’équipe championne de Pologne Zaksa Kedzierzyn-Kozle à Maaseik, semble avoir du plomb dans l’aile pour l’instant, on se rend vite compte que faire ce qu’ont réalisé Jelte Maan et ses équipiers face à Novosibirsk constitue un réel exploit tant le déséquilibre des forces en présence était manifeste.

Un deuxième élément qui ressort de cette campagne, et plus encore de cette double confrontation entre Noliko Maaseik et Novosibirsk, est le peu d’écho fait par la Fédération Royale Belge de Volley-Ball et ses deux composantes à la qualité de toute cette série de belles prestations qui vaudront au volley-ball belge masculin d’avoir demain, c’est-à-dire la saison prochaine, cinq tickets européens alors qu’il n’en avait encore que quatre cette saison-ci. En effet, si l’on excepte bien évidemment le très louable travail d’information effectué par l’EuroMillions Volley League sur son site et sur sa page facebook, force est de déplorer que la FRBVB et ses composantes attitrées n’ont pas cru bon de faire la moindre annonce ou mise en situation des matches disputés par nos équipes de représentation tandis que le site Top Volley Belgium a fait état de tous ces matches une fois qu’ils avaient eu lieu. C’est plus que navrant dans la mesure même où ce n’est évidemment pas en se montrant aussi chiche sur la mise en avant de pareils résultats européens de nos clubs masculins que la Fédération, qui a en charge la promotion du volley-ball sous toutes ses formes, parviendra à convaincre de grands médias belges à accorder plus de rayonnement qu’ils n’en donnent pour l’heure à la cause de notre sport.

Le troisième sujet de réflexion qui ressort de toute cette campagne est celui qui a trait à la santé physique des joueurs. En effet, si jouer un match tous les trois ou quatre jours n’est pas, en soi, une épreuve surhumaine, il n’en demeure pas moins qu’il faut prendre en considération le fait que, pendant toute cette campagne européenne qui est très astreignante par son rythme et son degré d’exigence, tous ces joueurs effectuent des déplacements qui leur coûtent un état de fatigue dont on ne mesure pas assez justement ce que cela signifie en risques d’accident et en difficultés de récupération de fatigue. Ce calendrier infernal est à revoir pour ne pas tuer la poule aux oeufs d’or, c’est-à-dire pour ne pas exposer les joueurs à saturation et à danger. Pour des clubs qui disposent d’un noyau étoffé de joueurs de grande qualité, cette multiplication de matches importants comme le sont les matches européens, les matches de playoffs au plan national ou ceux des finales de Coupe ne pose pas le même problème que celui rencontré par les clubs aux effectifs plus restreints. C’est aussi pourquoi, si l’on veut que la notion de régularité reste un des principes défendus quand on parle de compétition, il serait plus que souhaitable de voir dirigeants de la Ligue Messieurs et dirigeants de la Fédération conférer rapidement pour examiner ensemble ce qu’il serait possible de faire, de commun accord, afin que les joueurs des clubs appelés à se trouver sur plusieurs fronts puissent disposer de plus de temps de repos ou, à tout le moins, pour qu’ils puissent prendre part à une compétition nationale autrement formatée et mieux étalée que ce n’est le cas pour l’heure.

 

 

Absolut Sport Absolut Volley