VBC Waremme se prend les pieds dans le tapis et loupe le coche

L’équipe du VBC Waremme a mal joué ce samedi face à Caruur Gand et a laissé échapper l’occasion qu’elle avait de terminer la première phase de la compétition parmi les six premiers classés et d’assurer du même coup déjà son maintien au plus haut niveau de la compétition masculine.

Elle ne doit s’en prendre qu’à elle-même car, hormis pendant les vingt premières minutes de la partie, elle n’a pas déployé un jeu suffisant pour prendre le meilleur sur une formation gantoise qui, de fait, a dominé les débats après avoir perdu 25-21 la première manche qu’elle avait très mal entamée. En effet, après une dizaine de minutes, le marquoir indiquait 9-2 en faveur des Wawa et les supporters locaux nageaient dans le bonheur. Les Liégeois conservaient ces 7 points d’avance pendant un bon nombre d’échanges encore mais quand le score approcha les vingt points, les Gantois se mirent à réduire quelque peu ce gros écart. Ils s’inclinaient néanmoins 25-21 mais ne tardaient pas à prendre un départ fulgurant dans la deuxième manche. Ils prenaient une grosse avance de l’ordre de 8 points et ce fut au tour de Coosemans et de ses équipiers d’entamer une course poursuite. Ils ne devaient jamais arriver à les rattraper  et s’inclinaient 20-25 face à un ensemble au sein duquel le hollandais Van Schie se faisait de plus en plus efficace. Du côté du VBC Waremme, le coach Barca-Cysique essayait bien de trouver le moyen de donner plus d’homogénéité à son team mais rien n’y faisait et ce d’autant que la réception laissait grandement à désirer d’une part et que les attaquants manquaient singulièrement de poudre ce samedi d’autre part.

Dans la fin du troisième set, à 22-22, les supporters liégeois donnèrent de la voix et du tambour pour amener leurs favoris à empocher cette manche qui leur aurait valu l’accès au paradis mais les Gantois voulaient davantage la victoire que les Liégeois ou, du moins, commettaient moins d’erreurs qu’eux et finissaient ainsi par s’imposer 24-26 après avoir eu une balle de set à 23-24. Tous les espoirs de qualification pour le Final 6 n’étaient pas perdus pour autant pour les Liégeois. La quatrième manche fut particulièrement crispante car, en dépit du fait que les Flandriens rataient énormément de services, le score restait toujours en équilibre. A 20-20, l’équipe liégeoise s’effondrait tandis que les visiteurs se faisaient de plus en plus imposants, tant au service qu’au filet. Le match était plié 20-25 et les espoirs de qualification des Liégeois pour le Final 6 étaient réduits à rien en dépit du fait que, malgré cette défaite, ils comptent bien au classement une victoire de plus que leurs adversaires du jour. C’est assurément dommage mais, cela étant, l’objectivité commande à dire que les Gantois ont assurément mérité la victoire de ce samedi.

Le VBC Waremme aurait encore pu obtenir cette qualification si Tectum Achel n’avait pu battre Amigos Zoersel en moins de cinq sets mais les Limbourgeois ne tremblèrent pas et, en s’imposant en quatre sets (25-22/25-21/23-25/25-16), réussirent ainsi à empocher les trois points qui leur permettaient de dépasser, eux aussi, les Liégeois sur le fil au classement.

  1. ectum Achel 18 8 10 29 41 21 pts
  2. Caruur Gand 18 7 11 28 38 21 pts
  3. VBC Waremme 18 8 10 30 40 20 pts

Quant au choc entre Greenyard Maaseik et Knack Roulers qui devait décider qui, de Greenyard Maaseik ou de Lindemans Alost, se qualifierait directement pour le Final 4 qui se jouera après la deuxième phase de la compétition, il a vu un plantureux succès des Limbourgeois. Ceux-ci l’ont emporté en quatre sets et, si ce n’est au cours du deuxième set que les Flandriens ont enlevé 21-25, ils n’ont jamais permis à leurs grands rivaux de mettre en péril leur qualification directe pour le Final 4 ainsi qu’en atteste le détail des trois manches qu’ils ont survolées : 25-14/21-25/25-21/25-15

Après ce classico, la situation se présente comme suit en tête du classement :

  1. Greenyard Maaseik 18 16 2 50 13 47 pts
  2. Knack Roulers 18 15 3 49 15 45 pts
  3. Lindemans Alost 18 14 4 48 18 45 pts

Ce dimanche aura lieu à Mont-St-Guibert le match entre Axis Guibertin et Par Ky Menin dont le résultat n’aura aucune incidence sur la position qu’occupe aujourd’hui chacune des 2 équipes, la quatrième pour les Flandriens et la dixième pour les Brabançons.

Absolut Sport Absolut Volley

Le Japon et les Etats-Unis ne disputeront pas le Final 4

Comme vous le savez puisque j’ai déjà eu l’occasion de vous le signaler, le troisième tour des championnats du Monde regroupe six équipe. Celle-ci sont réparties en deux poules et, dans chacune de celles-ci, les équipes jouent l’une contre l’autre. A l’issue de ces six rencontres, les deux premières équipes classées des deux poules se retrouvent qualifiées pour les demi-finales proprement dites de ces championnats où les deux rencontres vont ainsi mettre face à face le vainqueur d’une poule contre le second de l’autre poule.

Comme ce fut le cas déjà chez les hommes, cette formule destinée à qualifier les demi-finalistes montre chez les dames qu’elle n’est pas sans montrer l’un ou l’autre inconvénient. En effet, avant même la fin des deux derniers matches de cette phase 3 qui se déroule actuellement à Nagoya, les quatre équipes appelées à former le carré d’as sont déjà connues.

Comment cela se fait-il me demanderez-vous peut- être ? Tout simplement parce que le Japon comme les Etats-Unis ont perdu les deux matches de leur programme et ne peuvent donc plus briguer l’accès au Final 4. En effet, contrairement à ce qui se fait en Belgique, le premier critère pris en ligne de compte par la FIVB, et par la CEV dans le cadre de ses compétitions, pour établir le classement des équipes est le nombre de victoires que celles-ci ont obtenues durant la phase de la compétition, le critère du nombre de points gagnés venant en second lieu. Ainsi s’explique pourquoi le Japon et les Etats-Unis, qui n’ont gagné aucun de leurs deux matches de la poule 3, sont d’ores et déjà éliminés de la course aux médailles.

Faut-il modifier la formule pour autant ? Les responsables des grandes compétitions mises sur pied par la FIVB ne manqueront pas de se pencher sur la question pour voir s’il y a là matière à révision ou non. Et ils ne manqueront sans doute pas de le faire en mesurant également l’impact économique qu’a pu avoir le fait de voir, tant chez les hommes que chez les dames, les équipes du pays organisateur se retrouver dans le Final 6 alors qu’elles ne sont pas arrivées à se qualifier pour le Final 4.

Aujourd’hui, auront lieu les matches Chine – Pays-Bas d’une part et Italie – Serbie d’autre part. Les coaches de ces quatre équipes déjà qualifiées pour les demi-finales vont-ils jouer à cache cache dans la mesure où, de fait, ce sont les matches de vendredi et de samedi qui seront réellement déterminants pour l’attribution du titre et des médailles ? Sur ce plan, une chose est certaine, personne ne dévoilera ses plans réels….

Résultats du jour

Italie – Japon : 3-2 (25-20/22-25/25-21/19-25/15-13)

Pays-Bas – Etats-Unis : 3-2 (30-32/15-25/25-22/25-15/15-9)

Absolut Sport Absolut Volley

Le Final 6 des Championnats du Monde féminins sans le Brésil et la Russie

Les derniers résultats du deuxième tour des Championnats du monde féminins sont tombés. Le Final 6 est dès lors connu. Il sera composé des Pays-Bas, du Japon et de la Serbie en provenance de la poule E et des équipes d’Italie, de Chine et des Etats-Unis issues de la poule F.

Après tirage au sort qui a eu lieu à Nagoya, les deux poules du troisième tour de la compétition mondiale présentent les formes suivantes. Du côté de la poule G, il y a l’Italie, le Japon et la Serbie tandis que la poule H sera faite des Etats-Unis, de la Chine et des Pays-Bas.

Les matches auront lieu à Nagoya et débuteront dimanche avec les deux affiches suivantes : Etats-Unis – Chine et Japon – Serbie. Assez curieusement, le Japon jouera lundi également et affrontera l’Italie tandis que le deuxième match de la journée mettra aux prises les Pays-Bas et les Etats-Unis. Voilà assurément un programme qui ne doit pas déplaire aux coaches de la Chine et de la Serbie.

Quant aux demi-finales et aux matches décisifs pour l’attribution des médailles, ils auront lieu les 19 et 20 à Yokohama.

Pour terminer ce billet du jour, je signalerai que c’est la première fois dans l’histoire du volley-ball russe (ou soviétique) que l’équipe féminine de Russie, qui a terminé quatrième de la poule F du deuxième tour, ne participera pas à la phase finale d’un championnat du monde féminin de volley-ball et que c’est également la première fois depuis 2002 que l’équipe féminine du Brésil, quatrième de la poule E du deuxième tour en dépit d’un dernier succès obtenu face au Japon, ne se retrouvera pas à l’affiche des derniers matches du Mondial. Voilà qui va sans doute entraîner quelques changements à la tête et dans le noyau des joueuses de ces deux sélections….

3ètour FIVB 2018 WC

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons peuvent quitter les Championnats du monde la tête haute

En enlevant deux sets au Brésil, qui, il faut le dire, n’a pas aligné tous ses meilleurs éléments durant la partie, nos Red Dragons ont fait mieux que bien et, ce faisant, ont enlevé la deuxième place dans leur groupe. Cela ne fait pas d’eux pour autant un des deux meilleurs deuxièmes des quatre séries mais l’essentiel est qu’ils ont ainsi pris une superbe huitième place finale de ces championnats du monde. C’est absolument magnifique dans la mesure même où, de la sorte, ils terminent la compétition devant des pays comme la France, l’Iran, la Bulgarie, la Slovénie qui les a pourtant battus à deux reprises, les Pays-Bas, l’Argentine, le Japon, la Chine et bien d’autres grandes nations.

De leur dernier match disputé ce dimanche à Bologne, on retiendra qu’ils ont fait très belle figure pendant deux sets et demi. Dans chacun des deux premiers sets, ils prirent un excellent départ et résistèrent aux tentatives menées par Ev Andro (très bon durant toute la rencontre), Eder, Douglas qui cherchaient également à montrer à leur coach qu’il avait eu raison de faire appel à eux pour cette rencontre qui, pour ce qui concernait leur classement, n’avait pas grande importance puisqu’ils étaient déjà qualifiés pour aller disputer à Turin le Final 6 avant même le coup d’envoi. Dans la première manche, avec un excellent Grobelny, un Bram Van den Dries qui était très efficace chaque fois que D’Hulst le sollicitait, un Verhees qui était solide à son poste de central et un Sam Deroo qui alternait très belles interventions et d’autres qui l’étaient un peu moins, les nôtres furent toujours au commandement et creusaient un bel avantage à 20-17. Cet écart fut celui qui sanctionna le score de cette manche malgré l’introduction, lors du final, de plusieurs des titulaires habituels dans le six brésilien.

Dans la suivante, à 10-8 en notre faveur, les Brésiliens sortirent alors quelques bombes et, en peu de temps, se retrouvaient en tête au marquoir, 11-13. A 12-15 et à 12-16, Anastasi effectua coup sur coup deux remplacements, Stuer pour Ribbens  et Coolman pour Van de Voorde.  Bien lui en prit car notre équipe retrouva de la sérénité et se mit à réduire son retard. Les Red Dragons égalisaient à 20 partout sur un ace de Verhees et, avec un Sam Deroo qui inspirait bien ses troupes, ils passaient en tête à 24-23 avant de conclure sur un ace de Coolman. Les Red Dragons menaient alors 2-0 face à la formation qui porte le titre de championne olympique. C’était tout simplement exceptionnel même si, on le savait, bon nombre des titulaires de l’équipe de base brésilienne n’avaient pas été appelés au jeu.

La partie resta équilibrée jusqu’au moment où, à 13-14, Anastasi demanda, pendant l’échange, un challenge qui s’avéra complètement négatif puisqu’il fit perdre à notre équipe le point qu’elle avait acquis sur le terrain. Ainsi, au lieu de passer à 14-14, le score devint 13-15 et, dans la foulée, 13-16.

Les Red Dragons enlevèrent encore, à 16-19, un très bel échange et Deroo signa également un autre très beau point pour faire 18-20 mais notre team craqua alors d’une pièce et le Brésil filait vers le gain du set, 19-25. Je devrais dire vers la victoire finale car, dans la quatrième manche, les Brésiliens haussèrent leur niveau de jeu et, avec Ev Andro, Douglas et Eder en vedette, il n’y en eut plus alors que pour eux: 15-25.

Dans le tie-break, avec Williams au service et Eder au contre, les Cariocas firent rapidement 0-4. Nos représentants ne baissaient pas les bras et s’accrochaient à l’image de Deroo qui, avec l’aide de Van den Dries et de Coolman , se conduisait en grand capitaine qui restait sur le pont alors que le navire prenait eau. Les nôtres mettaient aussi à profit les services ratés des Brésiliens pour se rapprocher de ceux-ci à 11-13 mais Grobelny ratait alors son deuxième service de la soirée (le 17ème de l’équipe !). Sur ce, Ev Andro faisait de même mais se rachetait immédiatement après et permettait à l’équipe brésilienne de faire 12-15 et d’enlever la partie qui fut très hachée par les très nombreux challenges demandés à outrance par les deux coaches.

Quant à nos Red Dragons, ils étaient certes battus mais pouvaient assurément quitter le terrain la tête haute tant ils avaient été plus que séduisants pendant plus de la moitié de la partie. Et, surtout, pour tout ce qu’ils ont apporté comme bonus au volley-ball belge grâce à leur remarquable comportement tout au long de la compétition.  Oui, c’est certain, Sam Deroo et tous ses coéquipiers méritent un tout grand coup de chapeau.

Absolut Sport Absolut Volley

Une dernière étape italienne pour nos Yellow Tigers

 

 

C’est en Italie, à Eboli très précisément, que notre équipe nationale féminine disputera, mardi, mercredi et jeudi, ses trois dernières rencontres entrant en ligne de compte pour la première édition de la Volley Nations League. Nos Yellow Tigers joueront ces matches le coeur léger. En effet, depuis leur succès acquis mercredi dernier contre l’Argentine et l’échec subi par celle-ci le lendemain face à l’Allemagne, elles sont déjà assurées d’être à nouveau qualifiées pour disputer l’an prochain cette compétition réservée à l’élite mondiale du volley-ball féminin. C’est donc sans aucune appréhension  que Van de Vijver et ses équipères vont pouvoir aborder ces trois prochaines confrontations qui, pour deux d’entre elles très certainement, s’annoncent comme autant de très gros plats de résistance.

Demain, nos Yellow Tigers se trouveront opposées au Brésil. Le Brésil occupe pour l’heure la deuxième place du classement derrière les USA et, même si elles ont déjà gagné leur ticket pour participer au Final 6 du présent tournoi, les joueuses brésiliennes, qui comptent le même nombre de points que la Serbie et la Turquie, chercheront sans nul doute à consolider cette belle position par une nouvelle victoire. C’est dire si la tâche de nos représentantes ne sera guère aisée demain. Mercredi, ce ne sera pas plus facile pour elles dans la mesure où elles affronteront alors les Italiennes qui, depuis le retour de la phénoménale Egonu (taille : 1,93m,, âge :19,5 ans, attaque à 3,44 m et block à 3,21m) dans la squadra, ont aligné succès sur succès. Et pas des moindres puisque, la semaine passée, la formation italienne s’est payée le scalp de la la République Dominicaine , de la Serbie et des Pays-Bas.Rien de moins !

De fait, c’est jeudi que nos Yellow Tigers joueront, contre la Thaïlande, le match qui est le plus à leur portée et qui, en cas de victoire, leur permettrait de terminer la compétition aux alentours de la douzième/treizième place. En vérité, ce résultat constituerait une véritable performance dans la mesure même où notre équipe est, comme on le sait, davantage une sélection expérimentale, basée sur de jeunes joueuses, qu’une représentation de ce que la Belgique a de meilleur en magasin comme joueuses de volley-ball, qu’elles évoluent dans le pays ou à l’étranger. La Thaïlande est classée un rang en-dessous des protégées de Gert Vande Broek. Elle a remporté deux victoires (contre l’Argentine et la Pologne) et compte 7 points points tandis que nos Yellow Tigers ont gagné à trois reprises et ont 9 points à leur actif. Comme vous l’aurez compris, le match qui opposera nos girls aux Thaïlandaises, qui aura la 13ème place du classement final pour enjeu, vaudra la peine d’être suivi de près.

Absolut Friends Absolut Sport Absolut unique Absolut Volley